Consulter Neuvième Art la revue

DOSSIER - Bande dessinée et histoire

Margot Renard

Les auteurices de bande dessinée explorent depuis longtemps l'histoire et le passé, comme terrain de jeu graphique et narratif (qu'on pense à une des premières expériences du genre, L'histoire de la Sainte Russie de Gustave Doré en 1854), médiation pédagogique et lieu d'une réflexion sur le passé et le présent des sociétés. Depuis les années 1970-1980 notamment, avec entre autres l'auteur majeur François Bourgeon, exposé à la Cité (François Bourgeon et la traversée des mondes), la bande dessinée historique n'a cessé de s'enrichir et d'explorer de nouvelles directions. Ce dossier de Neuvième Art est donc l'occasion de faire le point sur ces expériences autant que d'en interroger les potentialités. 

Histoire et bande dessinée : notice

Les liens entre bande dessinée et histoire continuent de faire couler de l'encre... Face à l'importance des évolutions dans le domaine particulièrement dynamique, Neuvième Art a jugé pertinent de mettre à jour et compléter la notice initiale du Dictionnaire esthétique et thématique, signée de Philippe Videlier, afin de prendre en compte les dernières tendances de la création et de la recherche. La notice initiale, qui garde tout son intérêt, est ainsi complétée d'un addendum signé Margot Renard.

Lire la notice de Margot Renard, et celle de Philippe Videlier

« Nous devons restituer au public nos savoirs d’historiens ».  Entretien avec Jérémie Foa

Jérémie Foa est historien, spécialiste des états de guerre civile et des pratiques de la paix durant la période moderne. Il est auteur notamment d’un essai historique sur la Saint-Barthélemy intitulé Tous ceux qui tombent. Visages du massacre de la Saint-Barthélemy (La Découverte, 2021) et d’une bande dessinée co-écrite avec Pochep, Sacrées guerres. De Catherine de Médicis à Henri IV, parue dans la collection Histoire dessinée de la France (La Découverte/La Revue Dessinée, 2020). Interrogé par Margot Renard pour Neuvième Art, il revient sur la création de cette bande dessinée, effectuée parallèlement à l’écriture de son livre Tous ceux qui tombent.

Lire l'entretien de Margot Renard avec Jérémie Foa

De la matrice révolutionnaire à la révolution matrimoniale. François Bourgeon inventeur et faiseur d’histoire

À la fin de la lecture des Passagers du vent, l’œuvre de François Bourgeon, il s’est écoulé 43 ans, pour le lecteur qui a découvert le tome 1 en 1979. Durant ces neuf volumes, de La fille sous la dunette à La rue des martyrs, la France a profondément changé, et avec elle le monde de la bande dessinée. Cet article propose d’interroger comment un double lien permet d’entrelacer l’histoire de 5 générations de femmes à l’histoire des Révolutions qui ont marqué la France et son empire colonial de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XXe siècle.  Le système de la narrativité de Bourgeon, comme une déconstruction d’un monde patriarcal, met en valeur une narrativité feuilletée toute particulière, rendant aux femmes tout leur place dans l’histoire.

Lire l'analyse de Pierre Serna

 Créer une passerelle entre lecteurs de bande dessinée et publics du musée

Depuis 2005, Fabrice Douar dirige la collection de bandes dessinées du musée du Louvre, éditée en partenariat avec les éditions Futuropolis. À l’occasion de la sortie du dernier album, Le Grand Incident par Zelba, il revient pour Neuvième Art sur les enjeux, les origines et l’actualité de la collection.

Lire l'entretien d'Arianna Bocca-Pignoni & Margot Renard

Les maquettes de François Bourgeon

L'exposition François Bourgeon montée par la Cité de la bande dessinée offre au regard des visiteurs un aperçu sur un aspect souvent méconnu de son travail : ses maquettes. Objets essentiels au projet de reconstitution réaliste de François Bourgeon, ces maquettes présentent des enjeux de conservation et d'exposition singuliers, sur lesquels Neuvième art revient. 

Lire l'article de Sylvain Lesage

Pour aller plus loin

L'histoire en bandes dessinées. Table ronde du Collège de France, organisée par Margot Renard, avec Jean Dytar, Adrien Genoudet et Benoît Peeters.