My soul to take - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > My soul to take

My soul to take

Usa - 2010 - 1h47
film présenté en 3D - interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Wes Craven

scénario : Wes Craven
direction de la photographie : Petra Korner
musique ou chansons : Marco Beltrami
avec : Max Thieriot (Adam "Bug" Hellerman), John Magaro (Alex Dunkelman), Denzel Whitaker (Jerome King), Zena Grey (Penelope Bryte), Nick Lashaway (Brandon O'Neal), Paulina Olszynski (Brittany Cunningham), Jeremy Chu (Jay Chan), Emily Meade (Fang)
séances : semaine du mercredi 21 novembre 2012
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
03:00*
séance spéciale :
* dim 25 3:00 inédit dans le cadre de la Nuit fantastique organisée en partenariat avec Hidden circle tarif préférentiel 5 films = 12,50 €

synopsis

Dans une petite ville du Massachusetts, court la légende de "l'Eventreur de Ripperton", un tueur en série aux multiples visages qui aurait juré de revenir parmi les vivants pour assassiner les sept enfants nés la nuit de sa mort. L'homme aurait sept personnalités différentes mais seulement l'une d'elles correspondrait à celle du tueur en série. Au départ, l'histoire n'a d'autre but que de faire peur aux enfants de la ville... jusqu'à ce qu'au seizième anniversaire des "Sept de Riverton", des adolescents disparaissent les uns après les autres. Le psychopathe s'est-il réincarné dans un des sept adolescents ?...

notes de production

Si l’on excepte son segment dans Paris, je t’aime (1), Wes Craven n’avait plus réalisé un de ses scénarios depuis Freddy sort de la nuit en 1994. Il avait par contre beaucoup écrit pour d’autres réalisateurs, et avait notamment signé le remake de La Colline a des yeux 2 ou Pulse. My soul to take est également le premier film du réalisateur qui a été converti et projeté en 3D.
Le projet s’appelait originellement 25/8. C’est Wes Craven qui a décidé de changer le titre en My soul to take qui s’inspire d’une comptine pour enfant.
(1) suite de 18 courts-métrages consacrés à des arrondissements de Paris...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paris,_je_t%27aime

Wes Craven est considéré comme un maître de l’horreur. On lui doit notamment La Colline a des yeux (1977), Les Griffes de la nuit (1984), ou encore l’un des monuments du méta-film d’horreur, Scream (1996).

Wes Craven et ses producteurs ont voulu, avec My soul to take, conserver un décor qui soit le plus réaliste possible : nous avons autant que possible respecté le monde réel que Wes a créé et n’avons ajouté des effets spéciaux que là où il le fallait. Ce parti pris fut crucial, notamment au sujet de la rivière, très importante dans le film car elle symbolise la frontière entre le monde de la ville et celui des bois, selon le réalisateur.

C’est Henry Lee Hopper, le fils de Dennis Hopper, qui devait jouer le rôle principal d’Adam Bug Hellerman à l’origine. Mais suite à une mononucléose, l’acteur a été remplacé par Max Thieriot, que les spectateurs ont pu voir dans Jumper (2008).

Les responsables des effets spéciaux se sont apparemment bien amusés pendant la production du film. Ils ont par exemple multiplié les lames des couteaux, pour donner l’illusion de transpercer encore plus les victimes. Il s’agit d’ailleurs de l’un des rares effets spéciaux du film, volontairement tourné vers le réalisme.

My soul to take fut pendant un temps le détenteur du record du plus mauvais démarrage au box-office américain pour un film en 3D, avec seulement 6 842 220 millions de $ pour son premier week-end. Il se fit voler la distinction par Les Voyages de Gulliver avec Jack Black deux mois plus tard, qui affichait à son ardoise 500 000 dollars de moins.

A la première du film, les producteurs ont simulé une attaque au couteau devant l’équipe du film sur le tapis rouge. Cette fausse personne poignardée par une lame en plastique devait servir à créer le buzz et promouvoir le film, à travers une vidéo diffusée sur le net. Une entreprise sans grand succès apparemment, My soul to take n’ayant récolté que 20 millions de $ dans le monde, pour un budget de 25.

Wes Craven
Né le 2 août 1939 à Cleveland.
Considéré avec John Carpenter comme le maître de l’horreur...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wes_Craven

Petra Korner
http://www.cinemotions.com/Petra-Korner-nm502918

Marco Beltrami
Né le 7 octobre 1966 à Long Island.
A suivi les cours de composition de musique de films dispensés par Jerry Goldsmith...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marco_Beltrami

Max Thieriot
Né Maximillion Drake Thieriot le 14 Octobre 1988 à Los Altos Hills (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Thieriot

John Magaro
http://www.commeaucinema.com/personne/john-magaro,92394

Denzel Whitaker
http://www.commeaucinema.com/personne/denzel-whitaker,100488

Zena Grey
http://www.commeaucinema.com/personne/zena-grey,53886

Nick Lashaway
http://www.imdb.fr/name/nm1731478/

Jeremy Chu
http://www.imdb.fr/name/nm1264451/

Emily Meade
http://www.imdb.fr/name/nm2007030/

extrait(s) de presse

Strange movies - D’une redoutable efficacité, le script de Wes Craven fait preuve d’une pléiade de séquences tendues et imprévisibles...
aVoir-àLire - Ce slasher schizophrénique ne veut pas dévoiler sa trame trop facilement et on lui en saura gré : qui est le tueur ?...
Horreur - Papy Craven sait encore se servir d'une caméra pour proposer des effets surprenants et des séquences bien emballées...
Horreur - "My soul to take" n'est pas un remake, ni une suite. Mais il est bel et bien un long-métrage original fabriqué dans la veille casserole dans laquelle les meilleures soupes prennent vie...
Cinémag - Le film s'en sort par une ambiance prenante et assez de savoir-faire pour qu'on se laisse avoir, sans déplaisir...
Cinématon - Wes Craven reste avec "My soul to take" dans la continuité de ce qui a contribué au succès de "Scream"...
Télérama - Rien n'y manque, de l'inquiétante caméra subjective dans les bois à la traque autour d'une piscine déserte - clin d'oeil à "La Féline" de Jacques Tourneur...
Il était une fois le cinéma - "My soul to take" réactive d'emblée une certaine nostalgie des films d'avant, ceux qu'on regardait dans le noir et entre amis, tard le soir...