Mobile home - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Mobile home

Mobile home

Belgique - 2012 - 1h35
Valois Magelis Film francophone d'Angoulême 2012 - Festival du Film de Locarno 2012
film - film francophone
de

François Pirot

scénario : François Pirot, Maarten Loix, Jean-Benoît Ugeux
direction de la photographie : Manuel Dacosse
musique ou chansons : François Petit
avec : Arthur Dupont (Simon), Guillaume Gouix (Julien), Jean-Paul Bonnaire (Luc), Claudine Pelletier (Monique), Jackie Berroyer (Jean-Marie), Anne-Pascale Clairembourg (Sylvie), Eugénie Anselin (Maya)
séances : semaine du mercredi 22 août 2012
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
22:00
14:00*
16:00
séance spéciale :
* Vendredi et dimanchebsalle Nemo (cinéma de la Cité) * Samedi salle Bunuel (espace Franquin)

synopsis

Simon a quitté son travail et son amie en ville pour rentrer dans son village natal où vivent ses parents retraités. Il y retrouve Julien, son copain d'enfance, lequel vit avec son père qui se relève d'une grave maladie. Un soir, sur un coup de tête, ces deux trentenaires décident de réaliser un rêve d'adolescence : partir à l'aventure sur les routes. Ils achètent un camping-car, et se lancent dans leur projet avec enthousiasme, mais une panne les retarde. Qu'à cela ne tienne, ils commenceront leur voyage... sur place. Cette première étape qui s'éternise, les petits boulots qu'ils doivent trouver pour survivre et les rencontres qui s'ensuivent leur ouvrent d'autres perspectives sur leurs désirs réels et sur cet avenir qu'ils ont, un peu vite, rêvé...

notes de production

L’idée du film est venue au réalisateur et scénariste François Pirot après son premier court métrage, Retraite, réalisé en 2005. Mobile home est d’ailleurs, de l’aveu même du cinéaste, le développement de l’idée et des thèmes de son court, de ce retour à ses racines, sur soi et sur sa vie.

Le réalisateur François Pirot, qui signe avec Mobile home son premier long métrage pour le cinéma, est surtout connu pour son travail de scénariste sur les films de Joachim Lafosse, comme Nue propriété (2006) ou Élève libre (2008). Les deux cinéastes étaient d’ailleurs dans la même école de cinéma pendant leurs études.

Mobile home parle de thèmes chers au réalisateur, et qui sont, selon lui, l’apanage de la jeunesse : le film pose la question du choix. Une interrogation qui, à un certain moment de la vie, est inévitable et un peu angoissante quand, justement, on refuse d’avoir à choisir. À un certain âge, il devient nécessaire de se positionner, donc de faire certains choix, si on veut avancer plus loin et se donner la chance de construire quelque chose. Bien sûr, cela est angoissant, parce que le cadre qui définit notre vie se précise, et se réduit, conclut François Pirot. Le film est donc le mélange de ces questionnements et de l’expérience personnelle du cinéaste, qui ne nie d’ailleurs pas la dimension autobiographique de son histoire.

A l’origine, le personnage de Simon (interprété par Arthur Dupont), devait être le seul de l’aventure. Ce n’est que plus tard dans l’écriture que François Pirot a décidé d’ajouter le personnage de Julien (Guillaume Gouix), pour compenser la personnalité peut-être un peu trop agaçante de Simon, et pour proposer un autre point de vue dans le film.

Contrairement à l’idée que l’on pourrait se faire des personnages défaitistes du film, le réalisateur François Pirot ne considère pas Simon et Julien comme des losers : là où je les trouve assez forts, tout de même, c’est que, plutôt que de cultiver le genre de rêve qui permet de mieux supporter les insatisfactions du moment, mais qui n’a aucune chance de se réaliser, Simon et Julien, eux, vont le confronter à l’épreuve du réel. Un choc douloureux pour mûrir un peu plus au final...

Pour obtenir une plus grande aisance pendant le tournage, le réalisateur François Pirot a beaucoup fait répéter ses comédiens avant de filmer. En règle générale, il leur faisait lire une première fois la scène, les laissait l’interpréter, puis la réécrivait en s’inspirant de leurs interprétations. Une fois ce travail effectué, le texte était ainsi beaucoup plus adapté au moment de jouer pour de bon.

Mobile home se concentrant principalement sur les deux personnages principaux, le choix des jeunes acteurs qui devaient les incarner était primordial. A sa grande surprise, le réalisateur découvrit après le casting que les deux jeunes hommes choisis pour les rôles, Arthur Dupont et Guillaume Gouix, se connaissaient dans la vie, et étaient même amis ! Une coïncidence qui tomba à point nommé, et qui ne put qu’améliorer la relation de leurs personnages à l’écran.

Film autobiographique, Mobile home s’intéresse à une catégorie de population chère au réalisateur François Pirot, car il en est issu : la classe moyenne. Son regret de ne pas la voir souvent dépeinte au cinéma motiva en partie son envie de faire le film : la classe moyenne est finalement rarement traitée dans les récits, sauf peut-être dans une certaine littérature américaine que j’apprécie particulièrement pour cette raison, car elle ose s’attaquer à cette classe "du milieu", souvent à tort considérée comme pas assez hors du commun pour être matière à récit.

Bien qu’il refuse les étiquettes naturaliste et documentaire pour Mobile home, François Pirot admet qu’il partage le goût du cinéaste-photographe Raymond Depardon pour les lieux d’une apparente banalité de la France dite profonde. Pour les repérages de son film, qui se passe dans les Ardennes belges, il a ainsi voulu mettre en avant ces décors que plus personne ne semble regarder.

Mobile home réunit à l’écran deux figures prometteuses du jeune cinéma français, Arthur Dupont et Guillaume Gouix. En effet, ces deux acteurs ont déjà eu la reconnaissance de leurs pairs, en étant nommés au César du meilleur espoir masculin, respectivement pour Bus palladium en 2010, et pour Jimmy Rivière en 2012.

Entretien avec François Pirot
On a coutume de dire qu’un premier film est forcément un peu autobiographique. Est-ce le cas pour vous ?
Oui et non. Dans Mobile home, le déclic est très personnel, mais je ne raconte pas ma vie. Au départ, l’idée était de prolonger, en le développant, le thème de mon premier court-métrage, Retraite, sorti en 2005. Un jeune musicien renonce à faire carrière et rentre chez son père, retraité, à la campagne. Il se trouve à un moment où il faut faire des choix, et, sur place, il va rapidement se rendre compte que prendre sa « retraite » à 25 ans, c’était une manière de fuir ses envies réelles. Ce thème s’inspire d’une tentation qu’effectivement, j’ai plus ou moins connue...
http://www.cinemovies.fr/fiche_info-24288-prod.html

François Pirot
http://www.imdb.fr/name/nm1950921/
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/346529/francois-pirot

Jean-Benoît Ugeux
Né en 1975.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Beno%C3%AEt_Ugeux

Arthur Dupont
voir fiche du film Mauvaise fille.

Guillaume Gouix
Né en 1983 à Aix-en-Provence.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Gouix

Jean-Paul Bonnaire
Né le 3 octobre 1943 à Chaux (Côte d’or).
N’est pas apparenté à l’actrice Sandrine Bonnaire...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Bonnaire

Jackie Berroyer
Né le 24 mai 1946 à Reims.
S’est fait connaître à partir de 1975 comme critique de rock à "Charlie-hebdo"...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jackie_Berroyer

Anne-Pascale Clairembourg
http://coulissesdelilliade.blogspirit.com/archive/2006/01/10/anne-pascale-clairembourg-pigiste-theatrale.html

Eugénie Anselin
http://www.comedien.be/eugenieanselin

extrait(s) de presse

Cinémathèque - François Pirot filme ses personnages avec une belle affection...
Focus - "Mobile home" est le premier long métrage réussi, attachant et drôle, du jeune réalisateur belge François Pirot...