the ghost writer - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > the ghost writer

the ghost writer

France, Allemagne, Gb - 2010 - 2h08
sorti en France le 3 mars 2010
Ours d'argent Berlin 2010, Meilleur réalisateur Roman Polanski. Six récompenses dont Meilleur film, meilleur scénario et aussi meilleur réalisateur aux Prix du cinéma européen 2010 à Tallinn (Estonie).
film - version originale sous-titrée en français
de

Roman Polanski

scénario : Roman Polanski, Robert Harris
d'après l'oeuvre de : Robert Harris
direction de la photographie : Pawel Edelman
musique ou chansons : Alexandre Desplat
avec : Ewan McGregor (le nègre), Pierce Brosnan (Adam Lang), Kim Cattrall (Amelia Bly), Olivia Williams (Ruth Lang), Timothy Hutton (Sidney Kroll), Tom Wilkinson (Paul Emmett), Robert Pugh (Robert Rycart), James Belushi (John Maddox), Eli Wallach (le vieil homme de l'île)
séances : semaine du mercredi 19 janvier 2011
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
18:30
16:00
14:00
21:00

synopsis

A Londres, un "nègre littéraire" (en anglais ghostwriter) à succès est engagé pour terminer les mémoires d'Adam Lang, ancien Premier ministre britannique. Mais dès le début de leur collaboration, le projet semble périlleux car le prédécesseur du nègre de Lang est décédé « accidentellement ». Le « nègre » prend l'avion pour travailler sur le projet, au milieu de l'hiver, dans une maison de bord de l'océan. Mais le jour même de son arrivée, un ancien ministre du cabinet Lang accuse celui-ci d'avoir autorisé l'arrestation illégale de terroristes présumés et de les avoir livrés à la CIA qui les aurait soumis à la torture. Au cours de son travail, le « nègre » découvre des indices laissant entendre que son prédécesseur aurait mis au jour un sombre secret reliant Lang à la CIA...

notes de production

The Ghost Writer est l’adaptation cinématographique de L’Homme de l’ombre, thriller contemporain du romancier et journaliste anglais Robert Harris, publié aux éditions Plon.

Début 2007, Robert Harris collabore avec Roman Polanski sur le film Pompéi, adapté de son propre roman, et débute dans le même temps l’écriture de L’Homme de l’ombre. Lorsque le projet Pompéi est abandonné pour diverses raisons, Harris envoie à Polanski un exemplaire de L’Homme de l’ombre avant même qu’il ne soit publié. Immédiatement, Polanski décide d’adapter l’ouvrage sur grand écran.

Robert Harris, qui voit son roman adapté avec The Ghost writer, évoque le travail de Roman Polanski : il est très respectueux de l’oeuvre originale et dit toujours que le scénario, c’est le roman. Du coup, pour un écrivain, c’est le metteur en scène idéal. Notre méthode a consisté à écrire un premier jet, en nous inspirant des scènes et de la structre du livre, puis à le reprendre et à le retravailler sans hésiter, en supprimant des passages entiers et en essayant d’améliorer le rythme. Ce qui m’a frappé en travaillant avec Roman, c’est que j’ai eu le sentiment de réécrire mon livre. Certains éléments dans le film sont plus réussis que dans le roman. Le script est plus percutant. Si le film est plus fort que le livre, c’est entre autres parce qu’on ne quitte jamais cet univers de bord de mer, et cette atmosphère de ports et de plages à l’abandon.

L’Homme de l’ombre plonge le spectateur au coeur du microcosme politique. Robert Harris, dont le livre a inspiré le film de Roman Polanski et qui officie également comme scénariste sur le long métrage, était aux premières loges de la vie politique britannique lorsqu’il officiait comme journaliste politique. Il explique : j’ai glané beaucoup d’informations de l’intérieur du système. J’ai eu accès à des dossiers auxquels aucun journaliste n’avait accès à l’époque. J’ai pu me renseigner sur la manière dont certains se comportent sous la pression, la manière dont on vit quand on est sous protection rapprochée en permanence, sur le rapport au pouvoir, et sur l’excitation et l’adrénaline que cela procure. Ce qui m’a intéressé, c’est de capter une quantité infinie de petits détails plutôt que d’obtenir une approche globale du pouvoir, c’est tout cela qui nous renseigne sur la manière dont les gens évoluent dans ce type d’univers.

Certains pourraient voir dans le personnage du Premier Ministre britannique, incarné par Pierce Brosnan, un peu de Tony Blair. Et pour cause, Robert Harris, dont le livre a inspiré L’Homme de l’ombre, est un ancien journaliste politique qui a été proche de Tony Blair juste avant son élection ainsi qu’au tout début de son mandat. Mais Robert Harris nie ce parralèle : cela fait plusieurs années que j’ai le projet de L’Homme de l’ombre. Cela remonte sans doute à une quinzaine d’années avant que Tony Blair ne devienne Premier ministre. Ce qui m’intéressait vraiment, c’était l’idée d’un mensonge imaginé par un ancien dirigeant politique face à un homme censé rédiger ses mémoires.
Pierce Brosnan, qui incarne le Premier ministre, voit le film comme un thriller politique, mais pas seulement. C’est aussi une tragédie shakespearienne. Un homme se retrouve pris au piège à cause de son égo, et il est manipulé et calomnié par une femme qu’il ne connaît pas vraiment.

Pour Ewan McGregor, travailler avec Roman Polanski était un honneur : je m’attendais à ce qu’il me pousse à me surpasser, et c’est d’ailleurs ce que je souhaitais. Il donne toujours aux comédiens des commentaires inattendus qui les aident à incarner leurs personnages. Il vous fournit énormément de détails sur le rôle et vous explique quel regard vous devez porter sur le monde autour de vous, comment vous êtes censé vous déplacer, et à quoi ressemblent les décors. Je crois que c’est grâce à son sens du détail que les situations sont aussi vraisemblables.

Robert Harris, dont le livre a inspiré L’Homme de l’ombre, ne cache pas être influencé par Alfred Hitchcock : j’aime la manière dont un homme ordinaire se retrouve plongé dans un monde où il perd ses repères, mais où tout ce qui se passe autour de lui est totalement logique. Et pourtant, les choses deviennent de plus en plus délirantes. J’aime ce genre-là, et Hitchcock en était le maître.

Roman Polanski a bouclé la post-production de The Ghost writer à distance, de son chalet suisse. Le cinéaste était en effet assigné à résidence après avoir été arrêté sur mandat américain.

Arrivé avec sept nominations aux Prix du cinéma européen (équivalent des Oscar en Europe), The Ghost writer, thriller politique de Roman Polanski, est reparti hier de Tallinn (Estonie) avec six récompenses...
http://www.elle.fr/elle/Loisirs/Cinema/News/Prix-du-cinema-europeen-le-triomphe-de-Roman-Polanski/%28gid%29/1437879
The Ghost writer, qui a également remporté l’Ours d’argent du meilleur réalisateur en février à Berlin, était en compétition notamment avec Des Hommes et des dieux, le film de Xavier Beauvois...
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/12/05/97001-20101205FILWWW00016-palmares-des-prix-du-cinema-europeen.php
Je déplore qu’il ne soit pas avec nous ce soir, mais il m’avait dit qu’il ne viendrait pas de toute façon, car la dernière fois qu’il est allé à un festival, il s’est retrouvé en prison.
Alain Sarde (producteur, à propos de Roman Polanski).
http://www.purepeople.com/article/roman-polanski-son-ecrivain-fantome-a-tout-rafle_a69263/1

Entretien avec Roman Polanski : notes sur les génériques polanskiens
Parmi les réalisateurs ayant exploré les possibles du générique de film, on pense immédiatement à Otto Preminger, Alfred Hitchcock, Jean-Luc Godard ou François Truffaut, ou encore Sergio Leone, et aujourd’hui entre autres Pedro Almodovar, Spike Lee ou Tim Burton. Au début des années 1960, lorsque le générique connut une révolution artistique, Roman Polanski (alors familier d’un des maîtres du genre Saul Bass) donna lui aussi ses lettres de noblesse aux listes de noms jusqu’alors peu engageantes...
http://www.generique-cinema.net/histoire/polanski.html

Roman Polanski
Né Raymond Roman Liebling le 18 août 1933 à Paris.
Après l’invasion de l’ouest de la Pologne par les troupes allemandes en septembre 1939, il vit dans le ghetto de Cracovie et évite la déportation...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roman_Polanski

Robert Harris
Né le 7 mars 1957 à Nottingham.
Ecrivain et journaliste britannique, il a travaillé pour la Bbc, l’Observer et le Sunday times...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Harris_%28%C3%A9crivain%29

Alexandre Desplat
Né le 23 août 1961 à Paris.
Son père français et sa mère grecque se sont rencontrés et mariés aux États-Unis...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Desplat

Ewan McGregor
Né le 31 mars 1971 à Crieff (Perthshire).
Il est connu mondialement pour son interprétation du rôle du jeune Obi-Wan Kenobi dans la trilogie introductive de la saga Star wars...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ewan_McGregor

Pierce Brosnan
Né le 16 mai 1953 à Navan (Irlande).
Connu pour avoir joué le rôle de James Bond dans quatre films...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierce_Brosnan

Kim Cattrall
Née le 21 août 1956 à Liverpool.
Elle décroche son premier rôle en 1975 dans Rosebud d’Otto Preminger qui lui fait signer un contrat pour cinq ans...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kim_Cattrall

Timothy Hutton
Né le 16 août 1960 à Malibu (Californie).
Sa prestation dans le premier film réalisé par Robert Redford, Des Gens comme les autres (Ordinary people), lui ouvre les portes du 7ème art...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Timothy_Hutton
http://fr.wikipedia.org/wiki/Des_gens_comme_les_autres

James Belushi
Né le 15 juin 1954 à Chicago (Illinois).
Il fait une brève apparition dans Furie (1978, Brian De Palma), mais il obtient son premier rôle important dans Le Solitaire (1981, Michael Mann)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Belushi

Eli Wallach
Né le 7 décembre 1915 à Brooklyn.
Tuco, dans Le Bon, la brute et le truand de Sergio Leone, c’était lui...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eli_Wallach
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Bon,_la_Brute_et_le_Truand

extrait(s) de presse

Critikat - Un film de genre exemplaire, qui redonne ses lettres de noblesse au thriller politique, et qui bénéficie d’une conjonction de talents remarquable...
Excessif - Un sublime thriller politique en forme de puzzle paranoïaque...
Films actu - Un thriller politique imparable qui ne devrait pas passer inaperçu...
Le Monde - Voilà un thriller à la mise en scène irréprochable et qui nous embarque dans un suspense parfaitement réglé...
Libération - The Ghost Writer... est peut-être plus près de la crise de nerfs qu’on ne le croit.
Télérama - Le film donne l'impression inédite de pénétrer dans l'intimité chic et cafardeuse des gens de pouvoir après le pouvoir...
Positif - Ce thriller séduit évidemment par son aspect ludique (...) Ce fond de politique contemporaine (...) rend hommage aux classiques d'Alfred Hitchcock et de Fritz Lang...
La Croix - Ce thriller confirme le talent de Roman Polanski...