Oscar et la dame rose - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Oscar et la dame rose

Oscar et la dame rose

France - 2009 - 1h45
film - film francophone
de

Eric-Emmanuel Schmitt

scénario : Eric-Emmanuel Schmitt
d'après l'oeuvre de : Eric-Emmanuel Schmitt
direction de la photographie : Virginie Saint-Martin
musique ou chansons : Michel Legrand
avec : Michèle Laroque (Rose), Amir Ben Abdelmoumen (Oscar), Amira Casar (Mme Gommette), Mylène Demongeot (Lily), Max von Sydow (Dr Düsseldorf), Constance Dolle (mère d'Oscar), Jérôme Kircher (père d'Oscar), Thierry Neuvic (Victor), Benoît Brière (l'annonceur), Mathilde Goffart (Peggy Blue)
séances : semaine du mercredi 19 mai 2010
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
21:00*
séance spéciale :
* Ciné mardi.

synopsis

Oscar, garçon de dix ans, séjourne à l'hôpital des enfants. Ni les médecins ni ses parents n'osent lui dire la vérité sur sa maladie. Seule Rose, femme à l'air bougon, venue livrer ses pizzas, communique avec lui sans détour. Pour le distraire, Rose propose un jeu à Oscar : faire comme si chaque journée comptait désormais pour dix ans. Elle lui offre ainsi une vie entière en quelques jours. Pour qu'il se confie davantage, elle lui suggère aussi d'écrire à Dieu. Dans ses lettres, Oscar avoue ses douleurs, ses inquiétudes, ses joies, son premier amour, le temps qui passe. Une amitié singulière naît entre Oscar et Rose. Tous deux sont loin d'imaginer à quel point cette complicité va bouleverser leur destin...

notes de production

Pour Eric-Emmanuel Schmitt, confier le rôle principal à Michèle Laroque relevait de l’évidence. Il y a chez elle cet aspect acide, aigu, énervé, bourru du personnage que j’avais vu, avec en même temps une certaine élégance, une vraie tendresse, une humanité, confie-t-il. Je me suis dit qu’elle avait à la fois les épines et les pétales nécessaires pour jouer une rose...
La grande panique d’Eric-Emmanuel Schmitt, c’était de ne pas trouver l’enfant. Le réalisateur se souvient : quand on avançait dans la préparation, je répétais : mais comment voulez-vous que je fasse un film avec un rôle principal que je ne connais pas. Je ne sais même pas s’il existe ! . J’ai d’abord vu Amir sur cassette, en plan arrêté. Je me souviens m’être dit : pourvu qu’il soit bon parce que physiquement c’est exactement ça ! Et dès qu’il s’est mis à parler - son timbre, sa voix, son intelligence, sa joie de vivre - j’ai tout de suite été convaincu, plus que ça, émerveillé. Je n’étais que le premier : il a bouleversé toutes les personnes qui travaillaient sur le film.
Eric-Emmanuel Schmitt connaissait Max von Sydow pour avoir failli travailler avec lui sur l’une de ses pièces. Il appartient à mes plus grands souvenirs de cinéma, raconte le réalisateur. Dans ces cycles de ciné-club que j’évoquais, il y avait les films de Bergman. Bergman aimait le cinéma parce que, disait-il, c’est le théâtre des visages. J’ai voulu faire du cinéma pour me rapprocher des visages. Et parmi eux il y a celui de Max von Sydow. Il porte en lui la douleur et l’impuissance du docteur Düsseldorf, la vraie et belle faiblesse humaine sur un physique de géant. Il entrait dans ma logique de conte... Alors je l’ai contacté... et je suis tombé sur un de mes lecteurs ! Max avait lu Oscar et la dame rose, L’Evangile selon Pilate... Ça a collé tout de suite entre nous.
Le tournage des scènes entre Oscar et Rose a été extrêmement éprouvant sur le plan émotionnel. J’ai remarqué que, sur ces séquences difficiles, c’était souvent les enfants qui nous mettaient à l’aise, raconte Eric-Emmanuel Schmitt. Le jour où j’ai montré son costume final, blanc, à Amir, il m’a dit : chouette ! Mon pyjama pour mourir ! C’est nous, adultes, qui souvent compliquons les choses. Eux sont heureux de jouer, de raconter une belle histoire, d’incarner des personnages, d’exprimer des sentiments...
Eric-Emmanuel Schmitt avoue avoir éprouvé une certaine appréhension à filmer la mort d’Oscar. Max était bouleversé, se souvient le metteur en scène. Michèle, entre chaque clap, cédait aux émotions qu’elle avait retenues pendant la prise. Quant à moi, pour une fois, je restais rivé à mon combo car si je parlais à quelqu’un sur le plateau je me mettais à pleurer... Les techniciens fixaient le plafond avec les yeux rouges. On a fini par en rire, naturellement : avec Michèle, on nommait ce genre de moment les journées oignon ! Tout le monde sur le tournage, des enfants aux techniciens, avait envie de raconter cette histoire-là et cela impliquait un rendez-vous avec de nombreux pics émotionnels. Pour moi, c’était violent ; je suis habitué à être ému tout seul quand j’écris. Là, avec le cinéma, j’ai découvert la beauté de partager ces émotions.
C’est durant la phase de montage que la collaboration entre Eric-Emmanuel Schmitt et le compositeur Michel Legrand a pris forme. Michel Legrand m’a beaucoup aidé, avoue le cinéaste. Au fur et à mesure qu’il découvrait le montage, il me demandait de lui laisser le temps de vivre ses sentiments, d’en écrire la musique... Michel Legrand et moi, nous avons une amitié qui dure depuis plusieurs années et, pour Oscar, c’est lui qui m’a poussé, moi, l’écrivain, à faire confiance aux seules images sans dialogues - donc à la musique !
Une partie du film a été tournée à Bruxelles.

Eric-Emmanuel Schmitt vu par Michèle Laroque
Il est très confiant, très calme, très doux... Il est aussi très pointu : il sait exactement ce qu’il veut mais en même temps, il sait écouter et recevoir. J’en parlais avec le décorateur Jean-Jacques Gernolle qui me disait : C’est fou l’espace qu’il nous a laissé malgré tout . C’est son sujet, il le connaît parfaitement, il a écrit ce livre, il en a rêvé mais il n’avait aucune crainte, il ne nous communiquait aucun stress, aucune tension. Lorsque parfois, il y avait des contresens sur des répliques, Eric-Emmanuel nous expliquait d’une manière admirable, comme peu de réalisateurs savent le faire, comment rectifier le tir.

Eric-Emmanuel Schmitt
Né à Sainte-Foy-lès-Lyon le 28 mars 1960.
Réputé pour être l’un des auteurs français les plus lus dans le monde, Eric-Emmanuel Schmitt est diplômé de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm et agrégé de philosophie, une discipline qu’il a enseignée pendant plusieurs années...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/eric-emmanuel-schmitt-798.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric-Emmanuel_Schmitt

Entretien avec Eric-Emmanuel Schmitt
Pourquoi avoir décidé d’écrire sur la clandestinité ?
Le déclencheur se situe au moment où les médias ont relaté l’arrestation d’une camionnette à la frontière franco-italienne, il y a quelques années. On a alors découvert une vingtaine de clandestins entassés dans 6 m2. J’ai immédiatement pris conscience de la tragédie, au sens philosophique du terme...
http://www.evene.fr/livres/actualite/eric-emmanuel-schmitt-ulysse-from-bagdad-1759.php

Michèle Laroque
Née à Nice le 15 juin 1960.
Après des études de sciences économiques et d’anglais, Michèle Laroque se lance dans la comédie...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/michele-laroque-4849.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mich%C3%A8le_Laroque

Max von Sydow
Né à Lund le 10 avril 1929.
Né dans un milieu aisé, Carl Adolf von Sydow est attiré très jeune par le théâtre. Il suit donc des cours à l’école d’art dramatique de Stockholm et joue dans quelques pièces classiques...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/max-von-sydow-32476.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Max_von_Sydow

Amira Casar
Née à Londres le 1er juillet 1971.
Née d’une mère russe et d’un père kurde, Amira Casar vit en Irlande jusqu’à ses seize ans. Elle est remarquée par le photographe Helmut Newton...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/amira-casar-18026.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amira_Casar

Mylène Demongeot
Née à Nice le 29 septembre 1936.
Sex-symbol des sixties, Mylène Demongeot est régulièrement comparée à Brigitte Bardot pour son look provocateur et son statut d’actrice populaire...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/mylene-demongeot-20456.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Myl%C3%A8ne_Demongeot

Constance Dollé
Née en France en 1974.
Issue du théâtre, Constance Dollé vogue régulièrement du grand au petit écran. Séduite par les planches, elle abandonne ses études de philosophie pour rejoindre en 1997 le fameux cours Florent...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/constance-dolle-42186.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Constance_Doll%C3%A9

Michel Legrand
Né à Bécon-les-Bruyères le 24 février 1932.
Fils d’un chef d’orchestre, Michel Legrand étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris...
http://www.evene.fr/celebre/biographie/michel-legrand-1304.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Legrand

extrait(s) de presse

Excessif - Une destinée tragique savamment mise en scène...
Positif - Drôle, émouvant, jamais niais ou sucré, ce calendrier de l'avent morbide est une jolie surprise...
Nouvel Obs - Michèle Laroque est tout en tendresse rêche, et le jeune Amir, formidable de sensibilité et d’intelligence.
Le Monde - On dirait qu'Eric-Emmanuel Schmitt aspire à une nouvelle forme de transsubstantiation qui changerait les larmes en eau bénite.
Evene - De la souffrance en arrière-plan, de l’espérance au premier...
aVoir-aLire - Avec beaucoup de moyens, Oscar et la dame rose offre au spectateur un cadre hors du temps de conte ancestral...
Le Buzz - Beau, fort et bouleversant.
Ecran large - L‘actrice trouve avec Rose un beau personnage tragi-comique, auquel elle prête sa justesse et sa gouaille...