liz et l’oiseau bleu - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > liz et l’oiseau bleu

liz et l’oiseau bleu

Japon - 2018 - 1h29
sorti en France le 17 avril 2019
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Naoko Yamada

séances : semaine du mercredi 17 avril 2019
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
14:00
16:00
18:30
11:00*
14:30
16:30
19:15
séance spéciale :
* séance matinale à 11h : tarif unique 3,5€
séances : semaine du mercredi 24 avril 2019
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 30
15:45
19:15
15:45
14:30
11:00*
séance spéciale :
* séance matinale à 11h : tarif unique 3,5€
dernière séance : dimanche 28/04 à 11h
séances : semaine du mercredi 18 septembre 2019
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
14:00*
16:45*
11:00*
séance spéciale :
* dans le cadre de l'hommage au studio d'animation Kyoto Animation
séance en vostfr

synopsis

Une émouvante et délicate histoire d’amitié entre deux lycéennes, Nozomi et Mizore, toutes deux musiciennes, aussi proches que différentes... Nozomi est une jeune femme extravertie et très populaire auprès de ses camarades de classe, doublée d’une talentueuse flûtiste. Mizore, plus discrète et timide, joue du hautbois. Mizore se sent très proche et dépendante de Nozomi, qu’elle affectionne et admire. Elle craint que la fin de leur dernière année de lycée soit aussi la fin de leur histoire, entre rivalité musicale et admiration. Les 2 amies se préparent à jouer en duo pour la compétition musicale du lycée Kita Uji. Quand leur orchestre commence à travailler sur les musiques de Liz und ein Blauer Vogel (Liz et l’Oiseau Bleu), Nozomi et Mizore croient voir dans cette oeuvre bucolique le reflet de leur histoire d’adolescentes. La réalité rejoindra-t-elle le conte ?
- voir la bande annonce

extrait(s) de presse

Japon cinéma - “Liz et l’oiseau bleu est un récital en matière d’animation”