le déjeuner du 15 août - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
le restaurant la table à dessin est actuellement fermé pour travaux.
accueil > à l'affiche au cinéma > le déjeuner du 15 août

le déjeuner du 15 août

Pranzo di Ferragosto
Italie - 2008 - 1h16
Prix du Meilleur Premier Film Venise 2009 Prix du Public & d'Interprétation Masculine Angers 2009
film - version originale sous-titrée en français
de

Gianni Di Gregorio

scénario : Gianni Di Gregorio, Simone Riccardini
avec : Gianni Di Gregorio (Gianni), Valeria De Franciscis (Mère de Gianni), Marina Cacciotti (Mère de Luigi), Maria Cali (Tante Maria), Grazia Cesarini Sforza (Grazia), Alfonso Santagata (Alfonso), Luigi Marchetti (Le Viking), Marcello Ottolenghi (L'ami docteur), Petre Rosu (Le clochard)
séances : semaine du mercredi 29 avril 2009
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
21:40
18:00
14:30
21:45
séances : semaine du mercredi 6 mai 2009
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
21:00
18:30
21:00
16:45
18:00
séances : semaine du mercredi 5 juin 2019
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
18:30*
séance spéciale :
* carte blanche la belle saison d'Alfred :
Découvrez la belle saison d'Alfred

synopsis

Gianni, 50 ans et des poussières, vit avec sa maman dans un grand appartement au coeur de Rome, où il s'occupe de tout : cuisine, ménage et courses. Acculés par les dettes, l'ensemble de la copropriété menace de les expulser car ils n'ont pas payé leurs charges depuis plusieurs années. Le syndic d'immeuble, Alfonso, propose alors à Gianni un marché insolite : garder sa mère pendant le week-end du 15 août, contre l'effacement de cette dette. Le jour dit, Gianni voit arriver non seulement la mère d'Alfonso, mais aussi sa tante. Victime d'un malaise, Gianni appelle son ami médecin, qui lui demande à son tour un service...
- voir la bande annonce

notes de production

C’est après avoir vu Mean Streets de Martin Scorsese que Gianni Di Gregorio décide d’abandonner le théâtre pour le cinéma, en tant qu’assistant-réalisateur tout d’abord, puis en tant que scénariste. Reconnu pour ses premiers scénarii récompensés dans divers festivals, il remporte surtout le Grand Prix du Festival de Cannes avec celui de Gomorra de Matteo Garrone.
Fils unique et séparé de sa femme, le cinéaste a vécu avec sa mère veuve, pendant de longues années : "Bien qu’ébranlé par cette expérience, j’ai connu et aimé la richesse, la vitalité et la puissance de l’univers des "vieux"", confie-t-il. C’est leur personnalité mais aussi "leur solitude et leur vulnérabilité dans un monde qui avance trop vite", qu’il a voulu montrer dans son film. Durant l’été 2000, le syndic de son immeuble lui a réellement proposé de garder sa mère pendant les vacances en échange d’un effacement de sa dette : "Je refusai, mais depuis lors, je me suis souvent demandé ce qu’il serait arrivé si j’avais accepté. Voici donc le fruit de ces réflexions", poursuit-il.
C’est après avoir rencontré des actrices professionnelles que Gianni Di Gregorio a décidé de choisir des "dames" qui n’avaient jamais joué de leur vie et étaient de ce fait selon lui "dénuées de tout tic formel, sur la seule base de leur forte personnalité." Il raconte comment sur le tournage, l’histoire s’est modulée en fonction de ce qu’elles donnaient, en fonction de leur humeur : "leur apport, en termes de spontanéité et de vérité, a été déterminant. Certaines scènes ont même été tournées à leur insu", confesse-t-il.
Les comédiennes du film ont été comblées par l’expérience vécue : Grazia Cesarini Sforza, qui joue le rôle de Grazia, confie que la plus belle chose sur ce film a consisté à n’en rien savoir, ni de son genre, ni de sa fin. Marina Cacciotti, mère de Luigi, s’amuse à espérer "une longue carrière cinématographique". Et tandis que Maria Cali se dit prête à recommencer au plus vite une telle expérience, Valeria De Franciscis avoue souhaiter être invitée également au "Repas de Noël ".
Si Alfonso Santagata, qui joue le rôle du syndic, est un grand comédien de théâtre, le médecin et l’ami de Trastevere sont quant à eux des amis d’enfance du réalisateur. Ce dernier a décidé d’interpréter lui-même le personnage principal sur le conseil unanime de toute l’équipe : "alors que j’expliquais à l’équipe qu’il fallait trouver un homme d’âge mur, plus ou moins alcoolique, ayant vécu des années durant avec sa mère, tous les visages se sont tournés vers moi", s’amuse-t-il.

extrait(s) de presse

Le Point - … Vous rirez aussi et vous en ressortirez réconciliés avec la vie !
L'Humanité - … Rien ne dérape...
L'Express - … Le Déjeuner du 15 août est un film qui déroule tranquillement ses histoires…
Positif - … L'acteur réalisateur cuistot réalise un kammerspiel envoûtant et tranquille à la fois...
Ouest France - … Gianni Di Gregorio … bricole en toute simplicité, avec les maigres moyens du bord...
Télérama - … La dignité souriante que leur confère le cinéaste fait vraiment plaisir à voir.
Toujours raison - … On aurait aimé que ce jour férié se prolonge un peu...
Le Monde - … Une histoire en grande partie autobiographique, avec la faconde bonhomme d'un Ugo Tognazzi ou d'un Nino Manfredi…