we are x - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > we are x

we are x

Gb, Usa, Japon - 2016 - 1h35
sorti en France le 6 décembre 2017
documentaire - version originale sous-titrée en français
de

Stephen Kijak

scénario : Stephen Kijak
direction de la photographie : Sean Kirby, John Maringouin
avec : Yoshiki (lui-même), Gene Simmons (lui-même), Wes Borland (lui-même), Richard Fortus (lui-même), Hiroshi Morie (lui-même), Toshi (lui-même), Sugizo (lui-même), Pata (lui-même)
séances : semaine du mercredi 18 avril 2018
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
18:30*
séance spéciale :
* soirée présentée en prélude aux concerts Hellfest Warm Up à La Nef Angoulême - tarif préférentiel 2 films = 7 € (couplé avec "Las Marimbas del inferno")

synopsis

Grand retour du groupe mythique japonais X Japan et destin extraordinaire du leader du groupe, Yoshiki. Sous la direction énigmatique de Yoshiki, batteur, pianiste, compositeur et producteur, X Japan a conquis des millions de fans dans le monde, anonymes ou célèbres comme Sir George Martin, Kiss, Stan Lee ou l’Empereur du Japon...

notes de production

L’équipe de production à l’origine de l’oscarisé Sugar man (1) revient avec We are X, l’histoire rock & roll du groupe X Japan (2), le plus grand groupe dont vous n’ayez jamais entendu parler… pour l’instant. Sous la direction du batteur, pianiste, compositeur et producteur Yoshiki, X Japan a vendu plus de 30 millions de singles et albums et compte parmi ses fans notables Sir George Martin (3) (producteur des Beatles), Kiss (4), Stan Lee (5) et même l’empereur japonais (6).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sugar_Man
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/X_Japan
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Martin
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1159
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Stan_Lee
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Akihito

Le réalisateur de We are X, Stephen Kijak, revient sur son envie de mettre en scène ce documentaire : j’ai été fasciné par Yoshiki : le gardien des secrets du groupe, un génie créatif sans limites, parvenant à atteindre la croisée des symphonies classiques et des conflagrations du hard rock. Il est vulnérable et vénéré, difficile et déterminé, énigmatique et étonnamment ouvert - en un mot, un être brillant. À travers lui, j’ai pu faire un film allant de l’intime à l’incommensurable, du personnel à l’universel de la culture dans la veine de mes films préférés comme Gimme shelter (7) des frères Maysles (1970), Stop making sense (8) réalisé par Jonathan Demme en 1984, Don’t look back (9) de D.A Pennebaker (1967) et bien sûr, le récent Sugar man (1) de Malik Bendjelloul (2012).Ces films entremêlent l’électricité de la musique et un voyage intérieur saisissant, We are X m’a permis de transcender les frontières du récit intime, comme le fait la musique.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gimme_Shelter_(film,_1970)
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Stop_Making_Sense
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dont_Look_Back

Le metteur en scène Stephen Kijak évoque sa méthode pour concevoir le documentaire We are X : l’intro m’est venue en rêve. Le reste du film repose sur les nombreux et longs entretiens que j’ai eus avec Yoshiki. Le film raconte l’histoire du groupe, et à travers elle, celle de Yoshiki. C’est le leader, il compose toutes les chansons ; c’est lui qui a ressuscité X en les poussant à enregistrer et à repartir en tournée. Nous avons eu un temps de préparation très court : c’est un de ces tournages où l’on écrit le film en le faisant, où l’on découvre des choses en cours de route (et apprendre à connaître Yoshiki prend du temps). C’est une découverte progressive, une recherche constante, tant pendant le tournage qu’en salle de montage.

Le réalisateur Stephen Kijak revendique l’influence de David Lynch (10) dans l’approche psychédélique de son documentaire : si We are X relève une forme narrative plus traditionnelle, elle laisse lentement la place à une vérité et un espace mental légèrement psychédélique. Et mon héros, David Lynch, m’est apparu comme par magie un jour alors que je visionnais des archives non étiquetées, je devais aller dans cette direction !, confie le cinéaste.
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film1902

En découvrant les tribulations du groupe - qui feraient passer celles des Stooges (11) pour les aventures du Club des cinq (12) -, on comprend tout à fait qu’un cinéaste ait voulu donner forme de film à cette saga : autour de Yoshiki, enfant d’un père qui s’est donné la mort sous ses yeux, s’est agrégé un groupe dont deux membres se sont eux-mêmes suicidés tandis que le chanteur et cofondateur d’X Japan s’est éclipsé pendant plusieurs années après qu’une secte religieuse chrétienne lui eut lavé le cerveau...
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/12/06/we-are-x-la-legende-du-metal-japonais_5225270_3476.html
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film1832
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Club_des_cinq

Stephen Kijak
Son doc Stones in Exile est présenté en 2010 à Cannes en séance spéciale à la Quinzaine des réalisateurs...
http://www.imdb.com/name/nm0452772/

Sean Kirby
http://www.imdb.com/name/nm0456223/

John Maringouin
http://www.imdb.com/name/nm1550571/

extrait(s) de presse