sid & nancy - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > sid & nancy

sid & nancy

Sid and Nancy : love kills
Gb - 1986 - 1h50
sorti en France le 19 novembre 1986
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Alex Cox

scénario : Alex Cox, Abbe Wool
direction de la photographie : Roger Deakins
musique ou chansons : Pray for rain, The Pogues, Joe Strummer
avec : Gary Oldman (Sid Vicious), Chloe Webb (Nancy Spungen), Andrew Schofield (Johnny Rotten), David Hayman (Malcolm McLaren), Debby Bishop (Phoebe), Tony London (Steve), Perry Benson (Paul Cook), Anne Lambton (Linda), Kathy Burke (Brenda), Mark Monero (Clive), Michele Winstanley (Olive), Graham Fletcher-Cook (Wally), Jude Alderson (Ma Vicious), Courtney Love (Gretchen), Xander Berkeley (Bowery Snax), Sara Sugarman (Abby National), Milton Selzer (le grand-père), Iggy Pop
séances : semaine du mercredi 14 mars 2018
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
20:30*
séance spéciale :
* ciné zik : séance présentée en prélude au concert de Mat Bastard à La Nef Angoulême - tarif préférentiel 3,50 € (abonnés La Nef ou sur présentation du billet de concert)

synopsis

Sur fond de punk-rock, une histoire de sexe, de drogue, d’amour, de mort, de gloire et de désespoir : l'aventure de deux êtres dont la mort est liée symboliquement à celle d’une culture et d’une musique qui ont révolutionné l’Angleterre à la fin des années 70...

notes de production

En 1977, Sid Vicious était le bassiste des Sex pistols (1), un groupe qui défrayait la chronique par ses outrances et ses provocations. Nancy Spungen était une groupie, venue à Londres de Philadelphie. Sid & Nancy revient sur leur amour passionnel, violent et de courte durée. Le 12 octobre 1978, on découvrait le corps poignardé de Nancy dans une chambre du Chelsea hotel, à New York. Arrêté et accusé du meurtre, Sid Vicious meurt d’une overdose le 2 février 1979, avant l’ouverture de son procès.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sex_Pistols
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nancy_Spungen

Alex Cox déclare au sujet de son film : j’ai voulu donner du couple une image romantique. Ce qui ne veut pas dire que j’ai cherché à le glorifier. Il n’y avait rien de glorieux en eux. Le fantasme de Nancy, c’était de mourir en pleine apothéose, avant d’avoir vingt et un ans. Sans doute les ai-je rendus plus intéressants que dans la réalité. Mais j’espère en tout cas n’avoir pas donné une image romancée de leur univers.

A l’origine, Alex Cox avait pour projet de réaliser un film sur le groupe Sex pistols (1) mais s’est vite aperçu que le couple que formaient Sid et Nancy était plus intéressant. En 1984, il se rend à Londres pour la première de son film Repo man (3) et rencontre alors plusieurs personnes ayant côtoyé le couple maudit. L’année suivante, après avoir rencontré le producteur Eric Fellner (4), Alex Cox tourne Sid & Nancy à Londres, Paris, New York et Los Angeles.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mort_en_prime
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Eric_Fellner

La musique tient évidemment une place centrale dans Sid & Nancy. Les compositions des Sex pistols (1) et de Sid Vicious ont été réenregistrées pour le film par Glen Matlock, le premier bassiste des Pistols. Quant à Gary Oldman et Drew Schofield, ils interprètent eux-mêmes leurs chansons. La musique additionnelle a été composée, entre autres, par les Pogues, Pray for rain et Joe Strummer, leader des Clash.

Pour entrer dans la peau de Sid Vicious, Gary Oldman s’est entretenu avec la mère de l’artiste, Anne Beverley. Celle-ci lui a d’ailleurs confié le collier de son fils, que l’on peut voir autour du cou de l’acteur dans le film. Il a également lu Junkie de William Burroughs (5) et Les Confessions d’un mangeur d’opium de Thomas de Quincey (6) afin de comprendre la mentalité et les expériences des drogués. Il a perdu tellement de poids pour le rôle qu’il a dû être hospitalisé un temps.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Junky
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Confessions_d%27un_mangeur_d%27opium_anglais

La chanteuse Courtney Love avait à l’origine auditionné pour le rôle de Nancy. Elle avait fait forte impression sur Alex Cox mais les producteurs préféraient une actrice expérimentée pour le rôle féminin principal. Finalement, la chanteuse a obtenu le rôle de Gretchen, l’amie de Nancy, ainsi qu’un des rôles principaux de Straight to hell (7), le film suivant d’Alex Cox.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Straight_to_Hell_(film)

Environ huit ans après la mort de Sid Vicious - alias John Simon Ritchie - et de sa petite amie Nancy Spungen, Alex Cox réalisa un biopic sur leur tragique histoire d’amour et de défonce...
Le récit commence en février 1977, au moment où Sid intègre les Sex pistols (1) grâce à son ami Johnny Rotten - il remplace alors le bassiste Glen Matlock auquel ses comparses reprochent de ne pas être assez punk… d’aimer les Beatles (8) et de trop se laver les pieds (sic). Et, plus précisément, au moment où les deux vauriens arrivent dans l’appartement d’une amie de Johnny, Linda Ashby, une prostituée dominatrice chez qui se trouve Nancy...
https://www.culturopoing.com/cinema/reprises/alex-cox-sid-nancy/20180215
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Beatles

Le film d’Alex Cox s’ouvre sur l’arrestation du jeune punk interprété par Gary Oldman. Mutique, il fixe le mur d’un regard vide. La pièce est en désordre, encombrée de bouteilles de bière. La chambre d’hôtel porte les stigmates des nuits passées à se défoncer, les marques des disputes causées par le manque. Flash back. Nous retrouvons la capitale anglaise quelques mois avant le drame. Sid Vicious et Johnny Rotten taguent les murs d’un appartement cossu, descendent quelques bières et se préparent pour un concert. Image convenue d’une insouciance brutale mais resplendissante. Ce ne sont certes pas des enfants de cœur mais leur provocation reste très adolescente, (presque) candide. Sid est de ces gamins magnétiques dont la mort précoce a marqué l’histoire du rock. Jim Morrison (9), Janis Joplin (10), Ian Curtis (11), Kurt Cobain (12), pour ne citer qu’eux : la liste est longue. Lui n’atteignit pas leur âge. Il disparaît moins d’un an après Nancy, victime d’une overdose. Il avait 21 ans. Pourtant, grisés par l’énergie qui se dégage de leur musique, on s’interroge. Malgré la violence environnante, cette fin tragique est-elle inéluctable ? Car ce n’est pas un documentaire sur les Sex pistols (1) que réalise Alex Cox. Pas, non plus, l’histoire d’un meurtre. Il s’empare de la poésie toxique du punk pour raconter les égarements amoureux de ces marginaux, aussi largués que superbes...
http://www.clapmag.com/sid-nancy-god-save-the-punk/43106
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jim_Morrison
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Janis_Joplin
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ian_Curtis
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Kurt_Cobain

La première partie de Sid and Nancy se déroule en Grande-Bretagne au moment où le punk est à son apogée, dans le cadre la multiplicité des couleurs se fond aux mouvements brutaux, aux jets des crachats et de la bière. La musique est assourdissante et la bluette des petits punks en est presque mignonne. La tournée des Pistols (1) aux Usa mettra fin au groupe et s’enclenche alors la seconde moitié du film, celle où le couple vit à New-York. Par des moments de calme, d’apathie, le cinéaste parvient à nous rendre, nous spectateurs, dans ce même état amorphe que celui dans lequel se complaise les personnages. Leurs teints de plus en plus cadavériques annoncent l’inévitable de ce cercle duquel ils ne peuvent vraiment sortir, seuls. Si la ressemblance entre Gary Oldman et Sid Vicious - de même entre Nancy Spugen et Chloe Webb - n’est pas bluffante, il s’agit surtout de représenter, de donner une incarnation à ce punk, presque une silhouette (ce qu’il est presque, tant il est maigre). Le film adopte la version officielle du meurtre, celle où lors d’une dispute, Sid aurait mis un coup de couteau à Nancy, sous l’emprise de la drogue. Les deux junkies s’endorment d’ailleurs l’un sur l’autre sans qu’aucun d’eux ne s’aperçoive de la blessure...
http://www.barbieturix.com/2013/04/20/sid-nancy-histoire-dun-meurtre/

Contrairement à ce que l’on pourrait penser d’un tel film, Sid & Nancy s’attarde finalement très peu sur le mouvement et la musique punk. Il y a bien quelques rares passages du film où l’on entend la musique du groupe lors de scènes de concerts, mais ces passages sont toujours relativement courts et n’apportent absolument rien à l’intrigue. Alex Cox semble les expédier au plus vite pour se concentrer sur ce qui l’intéresse lui, à savoir le couple vedette. Ainsi les relations entre Sid et le reste des Sex pistols (1) seront expédiées avec la même vitesse, et les autres personnages du films ont tous très peu d’épaisseur psychologique. Donc si le punk est abordé dans le film, c’est uniquement via le personnage de Sid et son attitude d’éternel adolescent. En compagnie de Nancy il fait les 400 coups et se montre le plus irrévérencieux possible. Ils représentent à eux deux le chaos et l’aspect désorganisé de la musique punk. Mais si cet esprit revêt un aspect bon enfant qui est bel et bien présent au début du film, il s’éclipse vite au profit de thématiques bien plus noires et dramatiques. Le film est ainsi construit comme une lente agonie, et plus que tout autre chose, le but du réalisateur anglais semble être de vouloir nous montrer la descente aux enfers de ce couple. En effet, très rapidement la drogue devient l’unique préoccupation de Sid et Nancy. Le feu vivace qui semblait les animer au début du film diminue, et au lieu de gesticuler et de hurler leur haine de la société, ils se recroquevillent de plus en plus sur eux-mêmes et arpentent les ruelles de la ville la tête basse et avec la démarche hésitante des camés. La popularité du bassiste diminue et sa carrière solo est un échec. Incapable de se souvenir des paroles de ses chansons, il doit faire face à des salles de plus en plus vides et à la réticence croissante des organisateurs de concerts. Nancy, quant à elle, ne cesse de se disputer violemment avec son amant, quand elle n’est pas droguée. Leurs relations sexuelles se font de plus en plus rares jusqu’à devenir inexistantes. Au fur et à mesure que la chute du couple s’accélère, la mise en scène devient de plus en plus oppressante. Les extérieurs londoniens font ainsi place aux ruelles sales de New York, puis aux quatre murs de l’appartement des deux junkies. Dans la dernière partie du film, la caméra ne sortira plus du tout de la minuscule pièce, donnant au film un aspect pesant et glauque. Les plans deviennent également plus longs, de manière à illustrer l’immobilisme dans lequel s’engluent Sid et Nancy...
http://tortillapolis.com/critique-film-sid-and-nancy-alex-cox-1986/

Entretien avec Alex Cox
Qu’est-ce qui vous a attiré dans le punk ?
C’était un mouvement révolutionnaire et anticapitaliste. C’était la preuve que des groupes de personnes sans argent, sans privilèges et parfois sans aptitudes ou talent pouvaient s’autoproclamer artistes indépendants, se trouver un public et prospérer tout en défiant le statu quo. C’était très excitant...
https://i-d.vice.com/fr/article/ywd7nx/avec-sid-nancy-lamour-et-le-punk-ne-faisaient-quun

Alex Cox
Né le 15 décembre 1954 à Liverpool.
http://www.imdb.com/name/nm0007182/

Abbe Wool
http://www.imdb.com/name/nm0941067/

Roger Deakins
Né le 29 mai 1949 à Torquay.
http://www.imdb.com/name/nm0005683/

The Pogues
https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Pogues

Joe Strummer
Né John Graham Mellor le 21 août 1952 à Ankara, décédé le 22 décembre 2002 à Broomfield.
Leader de The Clash, l’un des groupes les plus emblématiques du courant punk...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Strummer

Gary Oldman
Né le 21 mars 1958 à Londres.
Réputé pour la polyvalence de ses prestations, pour sa capacité à changer de voix ou d’accent pour chaque rôle et pour son retrait de la scène hollywoodienne...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gary_Oldman

Chloe Webb
voir fiche du film Le Ventre de l’architecte
http://www.citebd.org/spip.php?film604

Andrew Schofield
http://www.imdb.com/name/nm0774508/

David Hayman
voir fiche du film Queen and country
http://www.citebd.org/spip.php?film1421

Debby Bishop
http://www.imdb.com/name/nm0084033/

Tony London
http://www.imdb.com/name/nm0518793/
voir aussi fiche du film Elephant man
http://www.citebd.org/spip.php?film1863

Perry Benson
http://www.imdb.com/name/nm0072610/

Anne Lambton
http://www.imdb.com/name/nm0483457/
voir aussi fiche du film American history x
http://www.citebd.org/spip.php?film861

Kathy Burke
Née le 13 juin 1964 à Londres.
http://www.imdb.com/name/nm0121755/

Mark Monero
http://www.imdb.com/name/nm0597853/

Michele Winstanley
http://www.imdb.com/name/nm0935533/

Graham Fletcher-Cook
http://www.imdb.com/name/nm0282147/

Jude Alderson
http://www.imdb.com/name/nm0017582/

Courtney Love
Née Courtney Michelle Harrison le 9 juillet 1964 à San Francisco.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Courtney_Love

Xander Berkeley
voir fiche du film Terminator 2 : le jugement dernier 3d
http://www.citebd.org/spip.php?film2012

Sara Sugarman
Née le 13 octobre 1962 à Rhyl.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sara_Sugarman

Milton Selzer
voir fiche du film Blue collar
http://www.citebd.org/spip.php?film1382

Iggy Pop
Né James Newel Osterberg Jr. le 21 avril 1947 à Muskegon.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Iggy_Pop

extrait(s) de presse

Barbieturix - A sujet touchy, fin onirique. Si l’oeuvre d’Alex Cox n’offre pas de nouvelle lumière sur cette affaire, elle a le mérite d’aborder l’après Sex Pistols et le devenir d’un punk loin de l’effervescence londonienne.
Clapmag - (...) prenons ce film pour ce qu’il est : un drame romantique qui passe du grotesque au sublime, du glauque à la bleuette… le punk en somme.
Les Inrocks - "Sid & Nancy" est un flamboyant drame camé hanté par le mythe punk, la tragédie toute simple des amours opiacées de paumés splendides...
Tortillapolis - A l’image de ses personnages, "Sid & Nancy" est une œuvre étrange et quelque peu foutraque. Mais, bien qu’il ne soit pas exempt de défauts, le film demeure intéressant et à conseiller aux cinéphiles les plus curieux.
Télé loisirs - La composition de Gary Oldman est remarquable.
Devildead - Le film a trés bien vieilli et on voit Courtney Love dans un petit rôle.
Culturopoing - (...) le film de Cox est aussi une métaphore simple sur les ravages produits par la passion amoureuse...
Ecran large - (...) on avait oublié que les Punks étaient avant tout des rêveurs.