l’oiseau au plumage de cristal - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > l’oiseau au plumage de cristal

l’oiseau au plumage de cristal

L'Ucello dalle plume di cristallo
Italie, Allemagne - 1970 - 1h38
sorti en France le 20 juin 1971
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Dario Argento

scénario : Dario Argento
d'après l'oeuvre de : Frederic Brown
direction de la photographie : Vittorio Storaro
musique ou chansons : Ennio Morricone
avec : Tony Musante (Sam Dalmas), Suzy Kendall (Julia), Enrico Maria Salerno (inspecteur Morosini), Eva Renzi (Monica Ranieri), Umberto Raho (Alberto Ranieri), Giuseppe Castellano (Monti), Mario Adorf (Berto Consalvi), Pino Patti (Faiena), Gildo Di Marco (Garullo), Werner Peters (l'antiquaire), Rosita Torosh (apparaît au générique sous le nom de Rosa Toros - quatrième victime), Omar Bonaro (inspecteur de police), Fulvio Mingozzi (inspecteur de police), Renato Romano (apparaît au générique sous le nom de Raf Valenti - professeur Carlo Dover), Karen Valenti (Tina, cinquième victime), Reggie Nalder (l'homme en jaune)
séances : semaine du mercredi 28 février 2018
mercredi 28 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
21:00*
séance spéciale :
* séance en présence de Dario Argento (précédée à 18h00 par une rencontre, dédicaces et cocktail - renseignements au 05 17 17 31 21, aux horaires des séances). En partenariat avec le Pôle Image Magelis, l’Université de Poitiers, le Tap de Poitiers, le cinéma Le Dietrich, l’Eesi, les éditions Rouge Profond et Hidden Circle. (accès libre à la rencontre, dans la limite des places disponibles - projection aux tarifs habituels du cinéma de la Cité).

synopsis

Il est minuit. L'écrivain Sam Dalmas rentre chez lui, en flânant dans une rue déserte où seule une galerie d'art futuriste est brillamment éclairée. Distraitement, il y jette un coup d'oeil. Tout au fond, il voit un homme et une femme lutter sauvagement. Il tente de porter secours à la victime, mais se retrouve bloqué par une vitre. Lorsque la police arrive, l'homme a pris la fuite. Le mari de la victime arrive à son tour, en possession d'un sérieux alibi. Sam demeure le seul suspect. Gardé à vue par le commissaire Morosini, il garde le sentiment confus que, dans sa vision des événements, quelque chose d'indéfinissable lui échappe...

notes de production

Réalisé à la fin des années 60 à une époque où le giallo (1) était bien sage, L’Oiseau au plumage de cristal servit de détonateur à la production de genre transalpine. Redéfinissant le thriller local vers davantage de défis techniques et de mise en scène et surtout vers une violence et une sexualité sulfureuses, Argento réalise un film de maître dès son premier essai.
Produit avec son père (2), alors que la plupart des portes des producteurs professionnels se fermaient les unes après les autres à la lecture du script barbare, le film s’impose facilement au box-office mondial, y compris aux Usa où cette série B européenne caracole en tête. L’ancien scénariste de Sergio Leone (Argento a participé à l’écriture de Il était une fois dans l’Ouest) (3), nourri à la violence des œuvres de son mentor, s’impose comme le jeune premier du cinéma italien, orienté dans une approche graphique et esthétique qui changea la donne à jamais. Fort de son succès, Argento poursuivit sur cette voie avec deux gialli appartenant à sa trilogie animale : Le Chat à neuf queues (4) et Quatre mouches de velours gris (5). Deux beaux succès qui vont mener le cinéaste au paroxysme du giallo en 1975 avec Les Frissons de l’angoisse (6)...
https://www.avoir-alire.com/l-oiseau-au-plumage-de-cristal-la-critique
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Giallo
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Salvatore_Argento
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Il_%C3%A9tait_une_fois_dans_l%27Ouest
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chat_%C3%A0_neuf_queues
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Quatre_mouches_de_velours_gris
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Frissons_de_l%27angoisse

Côté scénario, on ne peut que s’extasier face à de telles prouesses d’écriture : l’intrigue de L’Oiseau au plumage de cristal se déroule sans accroc ni longueur, au fil des indices découverts par la police et des curieuses rencontres organisées par le détective en herbe Sam Delmas, interprété par un Tony Musante (The Yards (7) ; La Nuit nous appartient) (8) plutôt convainquant dans son rôle de témoin oculaire par erreur, au mauvais endroit au mauvais moment et obnubilé par la découverte de la vérité. C’est par ailleurs un véritable régal que de découvrir le matériel à la pointe de la technologie (mais pour l’époque seulement) ainsi que la multitude de gadgets amusants utilisés par la police italienne pour trouver l’identité du tueur ; ceux-ci ravivant en nous un plaisir infantile jusqu’alors profondément endormi. De plus, Dario Argento a apparemment effectué beaucoup de recherches pour décrire de manière pertinente le fonctionnement d’un système judiciaire présenté ici comme plutôt compétent malgré le fait que ses limites soient rapidement atteintes. En outre, le traitement du dénouement final peut largement faire penser à celui de Psychose (9) d’Alfred Hitchcock, avec ses explications du comportement psychotique du tueur données par un psychologue lors d’une interview télévisée autour de l’affaire...
http://www.films-horreur.com/movies/loiseau-au-plumage-de-cristal/
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Yards
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_nuit_nous_appartient
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film1783

L’Oiseau au plumage de cristal est un film-clé dans l’histoire du cinéma de genre, c’est le détonateur qui a provoqué l’explosion de l’un des plus importants mouvements du cinéma bis : le giallo (1). Si l’on peut attribuer la paternité de ce genre cinématographique à Mario Bava (10), on peut estimer que Dario Argento en est le fils spirituel, celui qui en aura tiré toute la substantifique moëlle (11). Bava a donné au giallo ses lettres de noblesse, et Argento lui a créé un esprit, des codes qui vont immortaliser et personnaliser le thriller à l’italienne : meurtres violents et sanglants, érotisme plus ou moins léger, éléments fantastiques, l’arme blanche en tant qu’extension du tueur...
Lorsque Dario Argento s’attaque à L’Oiseau au plumage de cristal, il n’a que 29 ans, n’a jamais réalisé de film, mais il n’est pas pour autant un inconnu en Italie. Fils d’un producteur (2), il profite de cet avantage pour entrer très tôt de plein pied dans le monde du cinéma. Mais c’est son talent qui va lui permettre d’écrire très tôt des scénarios pour des réalisateurs comme Franco Prosperi (12), Armando Crispino (13), Maurizio Lucidi (14) ou Umberto Lenzi (15). Toutefois, c’est sa participation en tant que co-scénariste de Il était une fois dans l’Ouest) (3) du grand Sergio Leone, qui va attirer l’attention des producteurs.
L’idée de L’Oiseau au plumage de cristal est venue d’une discussion avec Bernardo Bertolucci (16), et de la lecture d’un ouvrage de Fredric Brown : The Screaming mimi (La Belle et la bête (17) pour la traduction française). Argento a retenu certaines idées dans le livre de Brown, qu’il souhaite utiliser pour son premier film. Il procède donc à une remise en forme totale de l’ouvrage, en ajoutant des références évidentes à La Fille qui en savait trop (18) de Mario Bava (le personnage principal venant d’un pays étranger, témoin d’un meurtre - ou d’une tentative de meurtre - et obligé de mener sa propre enquête car menacé par le tueur). Reste à trouver un producteur, ce qui s’avère difficile. Le script plaît, mais pas Dario Argento, jugé trop léger, trop jeune. Un producteur veut lui acheter son script et faire réaliser le film par Terence Young (19). Argento refuse. Finalement, il trouve un accord avec un certain Lombardo (20), et le film peut enfin commencer.
Les débuts sont très difficiles : prises de bec avec Tony Musante, qui veut imposer sa façon de jouer le rôle ; et puis, en plein milieu du tournage, Lombardo, qui n’est pas satisfait des premiers rushes, veut tout simplement virer Argento pour le remplacer par Ferdinando Baldi (21). Heureusement, une clause du contrat signé par les deux hommes donnera raison au metteur en scène. Le tournage peut continuer, il va durer six semaines environ. Si Argento a décidé de débuter sa carrière de réalisateur par un giallo, c’est parce qu’il aimait beaucoup le genre littéraire. Pour l’anecdote, il se rappelle que Lombardo a qualifié le film de stupide et horrible ; ce qui n’a pas empêché L’Oiseau au plumage de cristal de faire un triomphe en Italie. La carrière de Dario Argento était lancée.
http://www.psychovision.net/films/critiques/fiche/595-oiseau-au-plumage-de-cristal-l
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film1201
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Substantifique_moelle
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Franco_Prosperi
(13) http://www.imdb.com/name/nm0006372/
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurizio_Lucidi
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Umberto_Lenzi
(16) http://www.citebd.org/spip.php?film1667
(17) http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Serie-Noire/La-Belle-et-la-bete
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fille_qui_en_savait_trop
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Terence_Young
(20) https://www.letemps.ch/culture/signe-titanus
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinando_Baldi

- le tournage s’est déroulé du 25 août au 14 octobre 1969 près de Pise, à Naples et aux studios De Paolis (22), à Rome.
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Film_tourn%C3%A9_aux_studios_Incir_De_Paolis
- il s’agit du premier film de Dario Argento et de la seconde adaptation du roman de Fredric Brown, après le Screaming mimi (23) de l’américain Gerd Oswald en 1958.
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Ballet_du_d%C3%A9sir
- la silhouette et les mains du tueur sont celles de Dario Argento.

Entretien avec Dario Argento
"L’Oiseau au plumage de cristal" est votre premier film et bien que votre père (2) le produise, vous refusez toutes ses propositions d’engager des techniciens expérimentés.
J’étais terrifié à l’idée d’être poussé par l’expérience des autres. La sagesse des anciens n’est là que pour te comprimer, abîmer ton inspiration et s’opposer à toutes les idées folles ou les nouveautés. Je voulais tout simplement être libre. Par exemple, employer Vittorio Storaro qui était pour ainsi dire un débutant à l’époque me laissait un peu plus de liberté : il avait ses problèmes, j’avais les miens et chacun était plus concerné par son travail que d’empiéter sur celui des autres. Le seul qui n’avait pas de problème était en fait mon premier assistant et c’est une des raisons pour lesquelles je ne l’ai jamais écouté ! Mais vous savez, un jeune réalisateur, s’il a les idées claires et qu’il sait où il va, peut tout se permettre. S’il pense savoir mais qu’en fait il ne maîtrise rien, il serait peut être bon qu’il apprenne un peu des anciens...
https://www.ecranlarge.com/films/interview/901581-dario-argento-interview-carriere

Dario Argento
voir fiche du film Dario Argento’s dracula 3D
http://www.citebd.org/spip.php?film1263

Frederic Brown
Né le 29 octobre 1906 à Cincinnati, décédé le 11 mars 1972 à Tucson.
Édité toute sa vie dans des pulps, il eut également quelques parutions dans Playboy. L’une de ses nouvelles les plus connues, Arena, a servi pour un épisode de la série Star trek. Il a également publié des romans policiers ou de science-fiction, souvent dans un registre burlesque...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fredric_Brown

Vittorio Storaro
voir fiche du film Wonder wheel
http://www.citebd.org/spip.php?film2056

Ennio Morricone
voir fiche du film Pour une poignée de dollars
http://www.citebd.org/spip.php?film1896

Tony Musante
Né le 30 juin 1936 à Bridgeport, décédé le 26 novembre 2013 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Musante

Suzy Kendall
Née Frieda Harrison le 1er janvier 1944 à Belper.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Suzy_Kendall

Enrico Maria Salerno
Né le 18 septembre 1926 à Milan, décédé le 28 février 1994 à Rome.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Enrico_Maria_Salerno

Eva Renzi
Née Evelyn Renziehausen le 3 novembre 1944 à Berlin où elle est décédée le 16 août 2005.
En 1983 elle fait la une des journaux après avoir traité le président fédéral Karl Carstens de vieux nazi pendant le festival du théâtre de Bad Hersfelder...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Eva_Renzi

Umberto Raho
Né à Bari le 4 juin 1922, décédé à Anzio le 9 janvier 2016.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Umberto_Raho

Giuseppe Castellano
http://www.imdb.com/name/nm0144693/

Mario Adorf
voir fiche du film Les Aventures de Pinocchio
http://www.citebd.org/spip.php?film573

Pino Patti
http://www.imdb.com/name/nm0666480/

Gildo Di Marco
http://www.imdb.com/name/nm0224034/

Werner Peters
Né le 7 juillet 1918 à Werlitzsch, décédé le 30 mars 1971 à Wiesbaden.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Werner_Peters

Rosita Torosh
http://www.imdb.com/name/nm0868259/

Omar Bonaro
http://www.imdb.com/name/nm0093791/

Fulvio Mingozzi
http://www.imdb.com/name/nm0591307/

Renato Romano
http://www.imdb.com/name/nm0738949/

Karen Valenti
http://www.imdb.com/name/nm0884126/

Reggie Nalder
voir fiche du film L’Homme qui en savait trop
http://www.citebd.org/spip.php?film1714

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Argento réalise un film de maître dès son premier essai...
Télérama - Ce jeu de piste à sensations est parodique, bien sûr, mais suffisamment respectueux du genre pour mettre les amateurs dans sa poche.
Psychovision - Au final, le coup d'essai de Dario Argento, avec "L'Oiseau au Plumage de Cristal", s'est transformé en coup de maître. Près de 40 ans plus tard, on ne peut pas dire que le film ait vieilli. Au contraire, il serait toujours à montrer dans les écoles de cinéma...
Les Inrocks - Enfonçons le clou : il faut voir le premier film d'Argento...
Films horreur - "L’Oiseau au plumage de cristal" constitue un excellent premier essai de cinéphile passionné, interprété de manière convainquante et à l’intrigue très prenante ; une sorte de point de départ à l’œuvre de toute une vie d’un réalisateur d’exception qui cherchera sans cesse à perfectionner son style si particulier...
Cinémachoc - Peu après sa sortie au cinéma, "L'Oiseau au plumage de cristal" devient la nouvelle référence du genre...
Le film était presque parfait - Un début tout à fait prometteur, à voir surtout pour sa magistrale scène inaugurale...
Cinéfusion - Pour faire simple, un film en tout points magistral...