mon oncle d’amérique - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > mon oncle d’amérique

mon oncle d’amérique

France - 1980 - 2h05
sorti en France le 21 mai 1980
prix Fipresci, grand prix spécial du jury Cannes 1980
film - film francophone
de

Alain Resnais

scénario : Jean Gruault
d'après l'oeuvre de : Henri Laborit
direction de la photographie : Sacha Vierny
musique ou chansons : Arié Dzierlatka, Thierry Fervant
avec : Roger Pierre (Jean Le Gall), Nicole Garcia (Janine Garnier), Gérard Depardieu (René Ragueneau), Pierre Arditi (Zambeaux, le représentant de la direction générale à Paris), Gérard Darrieu (Léon Veestrate), Philippe Laudenbach (Michel Aubert), Marie Dubois (Thérèse Ragueneau), Henri Laborit (lui-même), Nelly Borgeaud (Arlette Le Gall), Bernard Malaterre (le père de Jean), Laurence Roy (la mère de Jean), Alexandre Rignault (le grand-père de Jean), Véronique Silver (la mère de Janine), Jean Lescot (le père de Janine), Geneviève Mnich (la mère de René), Maurice Gauthier (le père de René), Guillaume Boisseau (Jean enfant), Ina Bedart (Janine enfant), Ludovic Salis (René enfant), François Calvez (René adolescent), Stephanie Loustau (Janine adolescente), Monique Mauclair (l'institutrice), Damien Boisseau (Jean adolescent), Gaston Vacchia (Henri, l'oncle de René), Bertrand Lepage (Maurice, le frère de René), Jean-Philippe Puymartin (Jean, jeune homme), Catherine Frot (Arlette jeune fille), Valérie Dréville (Thérèse jeune fille), Brigitte Roüan (l'amie de Janine), Max Vialle (Jean-Marie Laugier, le metteur en scène), Yves Péneau (un comédien), Jean-Bernard Guillard (un comédien), Laurence Février (une comédienne), Charlotte Bonnet (la secrétaire de M. Louis), Jean Dasté (M. Louis), Anne-Christine Joinneau (la fille de Jean), Sébastien Drai (le fils de Jean), Marjorie Godin (la secrétaire de l'usine), Liliane Gaudet (Mme Arnal), Isabelle Ganz (Josyane), Maria Laborit (la troisième secrétaire de Jean), Albert Médina (Bozon-Vandrieux), Laurence Badie (Mme Veestrate), Carène Ferrey (la première fille de René), Sabine Thomas (la seconde fille de René), Catherine Serre (la secrétaire de la direction générale), Jacques Rispal (l'homme bousculé par René), Héléna Manson (la logeuse de René à Cholet), Serge Feuillard (le médecin des urgences), Gilette Barbier (Mme Landais), Dominique Rozan (le sénateur), Michel Muller (le garde-chasse), Martine Armand (une cliente du restaurant)
séances : semaine du mercredi 7 février 2018
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
20:30*
16:00
16:00*
séance spéciale :
* film couplé avec "Hiroshima mon amour" - tarif préférentiel : 2 films = 7 €
* mardi 16h00 dernière séance

synopsis

Le professeur Henri Laborit intervient au cours de trois récits entremêlés pour expliquer ce que nous savons aujourd'hui du comportement humain : Jean Le Gall, issu de la bourgeoisie, ambitieux, mène une carrière politique et littéraire. Pour la comédienne Janine Garnier, il abandonne sa femme et ses enfants. Janine a quitté sa famille, de modestes militants communistes, pour vivre sa vie. À la demande de la femme de Jean, qui prétend être malade et condamnée, elle le quitte, puis devient conseillère d'un groupe textile où elle doit résoudre le cas difficile de René Ragueneau, fils de paysan, catholique, devenu directeur d'usine...

notes de production

Grand admirateur de L’Année dernière à Marienbad (1), le scientifique Henri Laborit a cherché à travailler avec Alain Resnais quand un laboratoire pharmaceutique lui a proposé de tourner un court métrage sur un produit ayant pour effet d’augmenter les capacités de la mémoire. Le projet n’aboutit pas. Le cinéaste a alors cherché un producteur pour monter un long. Une fois trouvé, il a demandé à Jean Gruault d’écrire un scénario à partir des thèses d’Henri Laborit en mêlant récit scientifique et romanesque.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Ann%C3%A9e_derni%C3%A8re_%C3%A0_Marienbad

Mon oncle d’Amérique a reçu de très nombreuses récompenses en 1980 et 1981. Présenté à Cannes, le film remporte le grand prix du jury et le prix de la critique (2). En 1981, Mon oncle d’Amérique est très présent aux César (3). Le film obtient six nominations mais ne remporte aucune récompense. Les catégories dans lesquelles le long métrage se distingue sont meilleurs décors, photographie, scénario, actrice pour Nicole Garcia, réalisateur et film.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1980
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/6e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_C%C3%A9sar
Jean Gruault a également été nommé aux Oscar (4) pour son travail d’écriture. Il reçoit le prix du meilleur scénario aux David en Italie.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/53e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars#Meilleur_sc%C3%A9nario_original

Dans Mon oncle d’Amérique, chacun des trois personnages principaux s’identifie à une grande star du cinéma français. Roger Pierre est rapproché de Danielle Darrieux (5), Nicole Garcia de Jean Marais (6) et Gérard Depardieu de Jean Gabin (7). Des scènes de films de ces trois comédiens illustrent les comportements et les schémas de pensée des personnages du film d’Alain Resnais.
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film786
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film441
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film1221

L’expression Mon oncle d’Amérique désigne en général un parent riche et éloigné laissant un héritage inattendu. Pour le film d’Alain Resnais, elle prend une dimension plus imaginaire. Le titre fait sans doute référence ici à la part d’enfance que chacun des personnages abandonne au cours de son parcours. L’Oncle d’Amérique est un être imaginaire symbolisé par la bande dessinée Le Roi de l’or d’Alain Pujo. Dans celle-ci, le héros incarne d’après le cinéaste le rêve de tous les enfants d’être à la fois milliardaire et orphelin.

Mon oncle d’Amérique marque le retour d’Alain Resnais dans sa Bretagne natale. L’île que l’on voit dans le film est une de celles où, enfant, le cinéaste allait se promener en canot en cachette alors que ses parents le lui interdisaient.

Après avoir réalisé Providence (8) en partie aux Usa et en anglais avec Dirk Bogarde, Ellen Burstyn et John Gielgud, Alain Resnais a demandé à son scénariste Jean Gruault de lui écrire un film typiquement français. Les personnages de Mon oncle d’Amérique sont donc sociologiquement inscrits dans la réalité française de l’après-guerre.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Providence_(film,_1977)

Œuvre de transition dans la filmographie d’Alain Resnais, Mon oncle d’Amérique marque l’intrusion du théâtre dans le travail du cinéaste aussi bien au niveau de la dramaturgie que du style. Le film est découpé en actes et Nicole Garcia interprète une comédienne. Cet aspect théâtralisé se retrouve dans une partie de ses œuvres suivantes et notamment Mélo (9) et Smoking / No smoking (10).
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9lo_(film,_1986)
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Smoking_/_No_Smoking_(film)

Le monteur du film, Albert Jurgenson (11), qui a travaillé sur de nombreux films d’Alain Resnais, considère que Mon oncle d’Amérique est un film réalisé pour explorer les possibilités offertes par le montage cinématographique. Sur le montage de ce film, il a dû inventer une nouvelle manière de travailler, car toutes les méthodes [qu’il avait] employées sur des films précédents devenaient caduques.
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Jurgenson

Le film est composé d’éléments de natures différentes : la fiction tournée avec les comédiens, les photos prises par Resnais et banc-titrées, les séquences de semi-reportage avec Henri Laborit, un autre reportage sur les rats de laboratoire et enfin les extraits de films (archives) dans lesquels apparaissent Danielle Darrieux (5), Jean Gabin (7) et Jean Marais (6). Ces divers éléments ne sont pas tous arrivés en même temps en salle de montage alors qu’ils devaient s’entrecroiser dans le film final, une séquence de fiction pouvant par exemple intégrer un extrait d’archives ou une intervention du professeur Laborit. Le texte de Laborit n’était pas précisément écrit, Alain Resnais ayant défini quels thèmes allaient être abordés sans lui donner un texte précis comme à un acteur.
Les séquences ont été montées dans un premier temps séparément, en attendant les éléments qui pouvaient les relier.

Henri Laborit avait proposé comme titre pour le film Les Somnambules mais Alain Resnais a refusé car pour lui le titre était déjà pris par le livre d’Arthur Koestler (12), un auteur qu’il apprécie. Un autre titre envisagé semble être Dieu ne peut rien pour nous, il serait visible sur les claps dans les bonus du dvd du film.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Koestler

Alain Resnais
voir fiche du film Hiroshima mon amour
http://www.citebd.org/spip.php?film2053

Jean Gruault
voir fiche du film Marguerite et julien
http://www.citebd.org/spip.php?film1510

Henri Laborit
Né le 21 novembre 1914 à Hanoï, décédé le 18 mai 1995 à Paris.
Se fait connaître du grand public par la vulgarisation des neurosciences...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Laborit

Sacha Vierny
voir fiche du film Hiroshima mon amour
http://www.citebd.org/spip.php?film2053

Arié Dzierlatka
Né en 1933 à Anvers, décédé le 27 janvier 20151 à Genève.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ari%C3%A9_Dzierlatka

Thierry Fervant
https://fr.wikipedia.org/wiki/Thierry_Fervant

Roger Pierre
Né le 30 août 1923 à Paris où il est décédé le 23 janvier 2010.
Notamment connu pour son duo comique avec Jean-Marc Thibault...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Pierre

Nicole Garcia
voir fiche du film Gare du Nord
http://www.citebd.org/spip.php?film1132

Gérard Depardieu
voir fiche du film Un beau soleil intérieur
http://www.citebd.org/spip.php?film1948

Pierre Arditi
voir fiche du film Vous n’avez encore rien vu
http://www.citebd.org/spip.php?film919

Gérard Darrieu
Né Gérard Darrieumerlou le 11 septembre 1925 à Arnicourt, décédé le 22 janvier 2004 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Darrieu

Philippe Laudenbach
voir fiche du film La Jeune fille sans mains
http://www.citebd.org/spip.php?film1765

Marie Dubois
Née Claudine Lucie Pauline Huzé le 12 janvier 1937 à Paris, décédée le 15 octobre 2014 à Lescar.
Une des actrices emblématiques du cinéma français, alternant films d’auteurs et films populaires...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Dubois

Nelly Borgeaud
voir fiche du film Le Sucre
http://www.citebd.org/spip.php?film1924

Bernard Malaterre
Né le 19 avril 1947 à Sète.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Malaterre

Laurence Roy
https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurence_Roy

Alexandre Rignault
voir fiche du film Les Yeux sans visage
http://www.citebd.org/spip.php?film499

Véronique Silver
voir fiche du film Dites-lui que je l’aime
http://www.citebd.org/spip.php?film1954

Jean Lescot
Né Jean Wajbrot le 30 août 1938 à Paris où il est décédé le 29 avril 2015.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Lescot

Geneviève Mnich
voir fiche du film La Villa
http://www.citebd.org/spip.php?film2006

Maurice Gauthier
http://www.imdb.com/name/nm0310297/

Guillaume Boisseau
http://www.imdb.com/name/nm0092351/

François Calvez
http://www.imdb.com/name/nm0130862/

Monique Mauclair
http://www.imdb.com/name/nm0560773/

Damien Boisseau
https://fr.wikipedia.org/wiki/Damien_Boisseau

Gaston Vacchia
http://www.imdb.com/name/nm0882876/

Bertrand Lepage
http://www.imdb.com/name/nm0503195/

Jean-Philippe Puymartin
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Philippe_Puymartin

Catherine Frot
voir fiche du film Marguerite
http://www.citebd.org/spip.php?film1594

Valérie Dréville
voir fiche du film Suite armoricaine
http://www.citebd.org/spip.php?film1671

Brigitte Roüan
voir fiche du film D’après une histoire vraie
http://www.citebd.org/spip.php?film1990

Max Vialle
Né le 4 juillet 1934 à Paris, décédé le 6 janvier 2000 à Tours.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Vialle

Yves Péneau
Né le 17 juin 1920 à Paris, décédé le 4 mars 2008 à Champdeniers-Saint-Denis.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_P%C3%A9neau
voir aussi fiche du film La Guerre des boutons
http://www.citebd.org/spip.php?film730

Jean-Bernard Guillard
Né le 1er septembre 1949 à Rueil-Malmaison.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Bernard_Guillard

Laurence Février
https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurence_F%C3%A9vrier

Charlotte Bonnet
http://www.imdb.com/name/nm0094952/

Jean Dasté
voir fiche du film Boudu sauvé des eaux
http://www.citebd.org/spip.php?film1227

Sébastien Drai
http://www.imdb.com/name/nm0236818/

Marjorie Godin
http://www.imdb.com/name/nm0324069/

Liliane Gaudet
Née le 25 avril 1930 à Vincennes, décédée le 16 novembre 2003 au Kremlin-Bicêtre.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liliane_Gaudet

Isabelle Ganz
https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Ganz

Maria Laborit
Née le 1er juin 1939 à Bordeaux.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maria_Laborit

Albert Médina
voir fiche du film Le Roi et l’oiseau
http://www.citebd.org/spip.php?film1154

Laurence Badie
Née Laurence Dolores Badie-Lopes le 15 juin 1934 à Boulogne-Billancourt.
http://www.imdb.com/name/nm0046133/

Carène Ferrey
http://www.imdb.com/name/nm0274735/

Sabine Thomas
http://www.imdb.com/name/nm0859483/

Catherine Serre
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Serre

Jacques Rispal
voir fiche du film Lacombe Lucien
http://www.citebd.org/spip.php?film2021

Héléna Manson
Née Elena Eugenia Manson le 18 août 1898 à Caracas, décédée le 14 septembre 1994 à Neuilly-sur-Seine.
https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9l%C3%A9na_Manson

Serge Feuillard
voir fiche du film 2019 après la chute de New York
http://www.citebd.org/spip.php?film1169
voir aussi fiche du film Aliker
http://www.citebd.org/spip.php?film24

Gilette Barbier
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilette_Barbier

Dominique Rozan
Né Marie Dominique Saacke le 4 septembre 1929 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Rozan

Michel Muller
Né le 26 janvier 1935 à Paris.
Auteur des paroles de la chanson Madame Mado m’a dit pour Boby Lapointe...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Muller_(acteur)

Martine Armand
http://www.indereunion.net/actu/MArmand/interMArmand.htm

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - (...) le film marque un tournant dans la carrière du réalisateur de par l’humour et la légèreté qu’il manifeste...
Télérama - Son film, en bousculant les règles de la narration, ressemble au relief du cerveau, dans sa matérialité et son foisonnant mystère. Avec une subtile dérision, il invente une parole originale, presque un art à part.
Sens critique - Ce film montre la complexité des rapports humains dans une société organisée. Le voir permet de mieux sentir et comprendre les choix essentiels que chaque individu peut être amené à faire au cours de son existence...
Les Inrocks - (...) Resnais alterne des scènes de fiction et des images de rats en cage soumis à des stimuli. Ce pourrait être rébarbatif. C'est très divertissant, et Resnais y met une pointe d'humour signifiant son recul...
Libération - Alain Resnais et son scénariste Jean Gruaut illustrent le discours éminemment sérieux ­ mais constamment limpide ­ du savant avec un sens ludique du récit et de la mise en scène...
Le Monde - (...) il n’est nul besoin d’adhérer pleinement aux théories de Laborit pour apprécier le film, Mon oncle d’Amérique est enthousiasmant à la fois par sa forme et aussi en tant que film qui stimule la réflexion.
Arte - "Mon oncle d’Amérique" est « une sorte de documentaire plaqué sur la fiction (et vice versa) » selon la formule de Resnais, véritable « petit chimiste » qui aimait faire des expériences et reculer les limites du cinéma, entraînant ses acteurs – tous excellents - et les spectateurs dans une aventure stimulante et passionnante.
Dvd critiques - Le résultat est excellent, et "Mon oncle d'Amérique" est une réelle réussite.