la passion van gogh - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la passion van gogh

la passion van gogh

Gb, Pologne - 2017 - 1h35
sorti en France le 11 octobre 2017
prix du public Annecy 2017
film d'animation - version française
de

Dorota Kobiela, Hugh Welchman

scénario : Dorota Kobiela, Hugh Welchman
direction de la photographie : Tristan Oliver, Łukasz Zal
musique ou chansons : Clint Mansell
voix : Pierre Niney (Armand Roulin), Gérard Boucaron (Joseph Roulin, le facteur), Chloé Berthier (Marguerite Gachet), Gabriel Le Doze (docteur Gachet), Delphine Rivière (Adeline Ravoux), Philippe Catoire (père Tanguy), Danièle Douet (Louise Chevalier), Xavier Fagnon (le batelier), François Delaive (Vincent Van Gogh), Philippe Ariotti (Mazery), Jérôme Wiggins (Ravoux), Guillaume Lebon (Milliet)
séances : semaine du mercredi 13 décembre 2017
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
18:30
11:00*
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 20 décembre 2017
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
16:30
20:45
21:00
14:30*
séance spéciale :
* dimanche 14h30 dernière séance

synopsis

Paris, été 1891, Armand Roulin est chargé par son père, le facteur Joseph Roulin, de remettre en mains propres une lettre au frère de Vincent van Gogh, Theo. En effet, la nouvelle du suicide du peintre vient de tomber. Armand, peu enchanté par l’amitié entre son père et l’artiste, n’est pas franchement ravi par sa mission. À Paris, le frère de Van Gogh est introuvable. Le jeune homme apprend alors par Père Tanguy, le marchand de couleurs du peintre, que Theo, visiblement anéanti par la disparition de son frère aîné, ne lui a survécu que quelques mois. Comprenant qu’il a sans doute mal jugé Vincent, Armand se rend à Auvers-sur-Oise, où le peintre a passé ses derniers mois, pour essayer de comprendre son geste désespéré...

notes de production

La Passion Van Gogh est le premier long métrage entièrement peint à la main. Écrit et réalisé par Dorota Kobiela et Hugh Welchman, il est produit par BreakThru films (Pologne) et Trademark films (Royaume-uni). Chacun des 62 450 plans du film est une huile peinte à la main par 90 artistes professionnels venus du monde entier pour participer à ce projet aux studios Loving Vincent, situés en Pologne et en Grèce.

Le film est né à un moment où Dorota Kobiela était en pleine crise existentielle. Elle raconte : je travaillais dans l’animation mais la peinture, que j’avais étudiée pendant huit ans, me manquait cruellement, et je venais de suivre une formation de réalisation dans une école de cinéma. J’ai eu le sentiment qu’il fallait que j’allie ces différentes passions et que je donne un sens à ma vie. J’avais besoin de trouver ma propre voie. Je me suis mise à chercher des sujets de courts métrages et une idée s’est imposée à moi : il fallait que je réunisse mon désir de peindre et ma passion pour le cinéma et que je réalise un film de "peinture animée". A l’époque, j’étais profondément marquée par les lettres de Vincent Van Gogh (1) adressées à son frère Theo (2) : ce sont elles qui ont été le premier déclencheur du projet ; le second a été la découverte de ses toiles. Je me suis rendu compte qu’il avait abordé de nombreux thèmes différents qui pouvaient facilement donner lieu à un récit. Dans ses tableaux, on voit où il a vécu, qui étaient ses interlocuteurs, où il passait son temps. J’ai décidé de consacrer un court métrage à ses derniers jours – jusqu’à ce moment fatidique où il s’est tué. C’était il y a huit ans et à l’époque, je n’imaginais même pas que mon court métrage puisse prendre l’ampleur qu’il a aujourd’hui.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_van_Gogh
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odorus_van_Gogh_(n%C3%A9gociant_en_art)

La Passion Van Gogh a d’abord été tourné comme un film en prises de vue réelles avec des acteurs en chair et en os, puis chaque plan a été peint à l’huile. Le résultat final est un mélange entre le jeu des comédiens et le travail des peintres-animateurs. Le film est interprété par de célèbres acteurs qui ont joué dans des décors spécialement construits pour évoquer des toiles du peintre ou sur des fonds verts. Dans ce dernier cas, des tableaux de Van Gogh y ont ensuite été incrustés par compositing, puis animés en infographie. Le tournage en prises de vues réelles s’est déroulé aux Three Mills studios de Londres et au studio Ceta de Wroclaw. Les images ainsi tournées ont ensuite servi de base de travail aux peintres animateurs.

En amont du tournage, l’équipe de peintres-animateurs a consacré une année à réinventer l’œuvre picturale de Van Gogh sous une forme cinématographique. On retrouve ainsi dans le film 94 toiles du maître presque à l’identique et 31 autres reproduites en grande partie ou partiellement. Les tableaux de Van Gogh sont de tailles et de formats divers, si bien que les peintres-animateurs ont dû trouver le moyen de les adapter au cadre imposé par le cinéma. Il a donc fallu tricher avec le gabarit des tableaux tout en conservant l’atmosphère et l’émotion qui s’en dégagent.

377 tableaux ont été peints pendant la phase de préparation et les 1 009 prises de vues du film se composent de 62 450 plans. Au total, les 1 009 prises de vues du film se composent de 62 450 plans. Autrement dit, on découvrira 1 009 tableaux constitués du dernier plan de chaque prise de vue.

A l’origine, 71 peintres ont travaillé sur le film mais l’équipe s’est enrichie presque quotidiennement faisant passer le nombre de peintres à 91. Leur recrutement s’est effectué en trois étapes : évaluation de leur portfolio, essais de peinture-animation pendant trois jours et 18 jours d’initiation intensive au style pictural de Van Gogh et à la peinture-animation.

Il n’y a pas que le casting vocal du film qui soit connu, puisqu’à la bande-originale on retrouve un certain Clint Mansell, qui s’est fait connaître grâce à son mémorable travail sur Requiem for a dream (3) en 2001.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Requiem_for_a_Dream

C’est la deuxième fois que Pierre Niney prête sa voix à un film d’animation. Le comédien raconte : il y a quelque chose d’assez apaisant quand on vient du cinéma : on est délesté de beaucoup de contraintes, on est dans le jeu pur et on épouse le regard du personnage qu’il faut suivre. En l’occurrence, c’était très particulier puisqu’il s’agit d’un film entièrement peint à la manière de Van Gogh. Autant dire qu’il y avait quelque chose d’unique dans les expressions du personnage : j’étais très heureux de venir chaque jour retrouver Armand et essayer de le comprendre, comme on tente de comprendre un tableau dans un musée qui nous interpelle.

Dorota Kobiela et Hugh Welchman ont opté pour le choix de la peinture animée parce qu’il s’agit selon eux du meilleur moyen de raconter l’histoire de Vincent Van Gogh. La première développe : il y a eu pas mal de films qui lui ont été consacrés, mais à chaque fois que ses toiles étaient à l’image, elles étaient purement décoratives. Dans notre film, son œuvre est le vrai protagoniste - ses tableaux racontent son histoire - ce qui renvoie à sa dernière lettre adressée à son frère : « on ne peut s’exprimer que par nos tableaux ». Nous avons peint chaque plan du film à la peinture à l’huile appliquée sur une toile, en cherchant à être aussi proche que possible de sa technique et de son style.

Vincent Van Gogh au cinéma
- 1947
Van Gogh court métrage de Alain Resnais
https://fr.wikipedia.org/wiki/Van_Gogh_(film,_1947)
- 1956
La Vie passionnée de Vincent Van Gogh de Vincente Minnelli
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_passionn%C3%A9e_de_Vincent_van_Gogh_(film)
- 1990
Vincent et Théo de Robert Altman
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_et_Th%C3%A9o
Rêves de Akira Kurosawa
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%AAves_(film)
Vincent et moi de Michael Rubbo
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_et_moi
- 1991
Van Gogh de Maurice Pialat
https://fr.wikipedia.org/wiki/Van_Gogh_(film,_1991)
- 2009
Moi, Van Gogh de François Bertrand
https://fr.wikipedia.org/wiki/Moi,_Van_Gogh
- 2010
Van Gogh : painted with word d’Andrew Hutton (tv)
https://www.senscritique.com/film/Van_Gogh_Painted_With_Words/461215

Le scénario rappelle notamment la récente thèse des étatsuniens Steven Naifeh et Gregory White Smith. Dans un livre publié en 2011, Van Gogh, the life, ils avancent que Van Gogh ne s’est pas suicidé (4). Le peintre aurait été tué, accidentellement ou intentionnellement, par les frères Secrétan (5), deux adolescents d’une grande famille parisienne qui lui cherchaient des ennuis depuis des semaines.
(4) http://next.liberation.fr/culture/2011/10/19/van-gogh-assassine_769002
(5) http://autourduperetanguy.blogspirit.com/archive/2011/10/20/les-freres-gaston-et-rene-secretan-des-copains-de-vincent-va.html
Cette thèse repose sur trois éléments principaux : la disparition de l’arme du suicide, la blessure de Van Gogh décrite par un médecin, et un dessin de l’artiste montrant l’un des frères Secrétan jouer au cowboy avec une arme (est-ce lors d’un jeu similaire que le peintre a été touché accidentellement par une balle ?).
Depuis un pistolet a été retrouvé et exposé au musée Van Gogh d’Amsterdam discréditant un pan de cette théorie. Mais La Passion Van Gogh s’est nourri de ces débats fascinants sur les derniers jours du peintre.
Le réalisateur Hugh Welchman ne cache d’ailleurs pas que Van Gogh, the life a été une source importante. Mais pas la plus importante, c’était une source de 2e niveau, précise-t-il au HuffPost. La source la plus importante a été les lettres complètes du peintre.
http://www.huffingtonpost.fr/2017/10/10/la-passion-van-gogh-souleve-les-doutes-sur-la-mort-enigmatique-du-peintre_a_23219250/

Dorota Kobiela
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dorota_Kobiela

Hugh Welchman
http://www.imdb.com/name/nm1364790/

Tristan Oliver
http://www.imdb.com/name/nm0004336/
voir aussi fiche du film Fantastic Mr. Fox
http://www.citebd.org/spip.php?film384

Łukasz Zal
http://www.imdb.com/name/nm2617994/
voir aussi fiche du film Ida
http://www.citebd.org/spip.php?film1206

Clint Mansell
voir fiche du film High-rise
http://www.citebd.org/spip.php?film1708

Pierre Niney
voir fiche du film Frantz
http://www.citebd.org/spip.php?film1750

Gérard Boucaron
https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Boucaron

Chloé Berthier
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chlo%C3%A9_Berthier

Gabriel Le Doze
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Le_Doze

Delphine Rivière
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/275762-delphine-riviere.html

Philippe Catoire
https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Catoire

Danièle Douet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dani%C3%A8le_Douet

Xavier Fagnon
https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Fagnon

François Delaive
http://www.imdb.com/name/nm0216184/

Philippe Ariotti
https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Ariotti

Jérôme Wiggins
http://fr.wikidoublage.wikia.com/wiki/Jerome_Wiggins

Guillaume Lebon
https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Lebon

extrait(s) de presse

Télé loisirs - (...) nous tenons là un petit chef d’œuvre.
àVoir-àLire - Une peinture animée ambitieuse et vivante pour rendre hommage à ce peintre mal connu.
Culturebox - La mise en images est l’atout du film, tant la ressemblance est forte entre l’œuvre originale et sa transposition, clairvoyante, comme si l’artiste l’avait réalisé lui-même. L’identification est totale.
Lci - Un long métrage atypique, graphiquement impressionnant...
Le Jdd - Le résultat, éblouissant et hypnotique, force l’admiration tant on a l’impression de voir les tableaux du maître en mouvement.
Le Parisien - Éblouissant et éducatif pour le public. Ce n'est pas pour rien que "La Passion Van Gogh" a remporté le Prix du public en juin au Festival du film d'animation d'Annecy : le film est beau comme un tableau du grand Vincent et nous apprend énormément de choses sur le peintre (...).
Bande à part - Véritable défi aux techniques d’animation, "La Passion Van Gogh" de Dorota Kobiela et Hugh Welchman ressuscite le peintre en donnant vie à sa peinture. Envoûtant.
La Croix - (...) on se laisse emporter par une trame bien ficelée, dont il est toutefois difficile de démêler le vrai de l’invention.