lacombe lucien - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > lacombe lucien

lacombe lucien

France - 1974 - 2h12
sorti en France le 30 janvier 1974
prix du meilleur film français du syndicat de la critique de cinéma 1974 - nomination à l'Oscar ® du meilleur film étranger 1975
film - film francophone
de

Louis Malle

scénario : Louis Malle, Patrick Modiano
direction de la photographie : Tonino Delli Colli
musique ou chansons : Django Reinhardt
avec : Pierre Blaise (Lucien Lacombe), Aurore Clément (France Horn), Holger Löwenadler (Albert Horn), Therese Giehse (Bella Horn, la grand-mère), Stéphane Bouy (Jean-Bernard de Voisin), Loumi Iacobesco (Betty Beaulieu), René Bouloc (Stéphane Faure), Pierre Decazes (Henri Aubert), Jean Rougerie (Tonin), Cécile Ricard (Marie), Jacqueline Staup (Mlle Lucienne Chauvelot), Ave Ninchi (Mme Georges, la patronne de l'hôtel), Pierre Saintons (Hippolyte), Gilberte Rivet (la mère de Lucien), Jacques Rispal (M. Laborit, propriétaire des Horn), Jean Bousquet (l'instituteur Peyssac)
séances : semaine du mercredi 13 décembre 2017
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
21:00*
séance spéciale :
* "Nazis dans le rétro" (2) - film couplé avec "Les Bourreaux meurent aussi" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (en partenariat avec Hidden circle)

synopsis

En juin 1944, sous l'Occupation allemande, Lucien Lacombe retourne chez ses parents. Son père est prisonnier de guerre en Allemagne et sa mère vit avec le maire du village. L'adolescent demande à son instituteur, devenu résistant, de le faire entrer dans le maquis, mais ce dernier refuse, le trouvant trop jeune. Lorsque le jeune garçon est arrêté par hasard par la police, il dénonce son instituteur et rejoint alors la Gestapo française - corps auxiliaire français de la Gestapo - devenant un agent de la police allemande alors que l'Occupation touche à sa fin. Il tombe amoureux d'une jeune femme juive, France Horn. Lucien finit par s'enfuir à la campagne avec la jeune femme et sa grand-mère...

notes de production

En partie basé sur ce qu’a vécu le réalisateur, le film questionne l’héroïsme de l’engagement au regard du hasard des circonstances, source d’une polémique qui conduira l’auteur à s’exiler de la France post-gaullienne.

La totalité du film (quelques scènes furent tournées à Figeac (1) dans l’ancien hôtel du Viguier, rue Delzens) a été réalisé en son direct, c’est-à-dire la piste audio a été enregistrée (à l’exception de la musique) pendant le tournage. Aucun bruitage ni doublage n’est intervenu en post-production.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Figeac

Louis Malle a décidé très tôt que le rôle de Lucien ne serait pas joué par un professionnel. Pendant l’hiver 1973, le cinéaste passe des annonces dans la presse du sud-ouest et rencontre plusieurs centaines d’adolescents. Jusqu’au jour où, dans les bureaux de La Dépêche de Toulouse (2), il découvre à la fin d’un casting Pierre Blaise, alors âgé de 17 ans, que sa mère a forcé à venir et qui le séduit immédiatement. Louis Malle avouera que ce qui l’attira inconsciemment chez le jeune comédien, c’est sa ressemblance avec Charles Le Clainche, l’ex-collaborateur qui partage la cellule du héros d’Un Condamné à mort s’est échappé (3) de Robert Bresson.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_La_D%C3%A9p%C3%AAche
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_condamn%C3%A9_%C3%A0_mort_s%27est_%C3%A9chapp%C3%A9

Dès la naissance du projet, Louis Malle a pensé à Patrick Modiano pour le scénario, après avoir été marqué par ses deux premiers romans (La Place de l’Étoile (4) et La Ronde de nuit) (5), qui abordaient le sujet de la collaboration.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Place_de_l%27%C3%89toile
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ronde_de_nuit_(roman)

Dans sa vision de la collaboration, Louis Malle a revendiqué une approche marxiste. Pour le personnage de Lucien, il a déclaré en effet s’être inspiré de la réflexion de Marx (6) sur le lumpenprolétariat (7), cette classe sociale qui n’avait d’autre choix que de collaborer avec les forces de la répression parce qu’elle ne disposait d’aucune culture politique. Ainsi, dans l’esprit du cinéaste, Lucien Lacombe, en s’engageant dans la milice, n’a pas fait le choix de l’idéologie mais celui du confort matériel et de l’ascension sociale.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Marx
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lumpenprol%C3%A9tariat

C’est la première fois qu’apparaît dans un film un milicien noir. Pour ce rôle joué par Pierre Saintons, Louis Malle s’est inspiré d’un fait historique : deux des tortionnaires de la Gestapo de Bordeaux étaient martiniquais (8). Louis Malle nie avoir fait ce choix par pure provocation mais au contraire pour obliger le spectateur à se poser les bonnes questions.
(8) http://www.jeuneafrique.com/178262/societe/sombres-bourreaux-serge-bil-r-v-le-l-histoire-des-noirs-collaborationnistes/

Sur le tournage, Louis Malle a rencontré de nombreuses difficultés relationnelles avec son interprète principal. Issu d’un milieu rural, ce dernier n’est jamais allé au cinéma, n’a jamais manifesté la moindre envie de devenir acteur et avait accepté de faire le film à contrecœur. Il a d’ailleurs failli renoncer à son rôle après quelques jours de tournage.
Pierre Blaise est mort dans un accident de voiture deux ans après le film (9). Louis Malle a continué à voir les parents du jeune homme jusqu’à la fin de sa vie.
(9) http://pierreblaise.tumblr.com/

Lacombe Lucien est le premier film dans lequel joua l’actrice Aurore Clément. Louis Malle l’a à plusieurs reprises, décrite paniquée devant la caméra et manquant de confiance en elle.

Le cinéaste a choisi des airs de jazz pour la musique de Lacombe Lucien. Il s’est plus particulièrement intéressé aux enregistrements de 1942 - 43 de Django Reinhardt (sans le violon de Stéphane Grappelli (10), émigré en Angleterre), volontairement mélancoliques et cafardeux.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Grappelli

Lacombe Lucien fut très bien accueilli par les critiques étrangers. Il a reçu le Bafta 1975 (11) du meilleur film et fut nommé aux Oscar (12) du meilleur film étranger.
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/28e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_British_Academy_Film_Awards
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/47e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars#Meilleur_film_.C3.A9tranger
Il a par contre suscité maintes controverses à sa sortie en France. Son réalisateur dut faire face à de nombreuses critiques négatives, à l’instar du journal Le Monde qui, après avoir qualifié le film de chef-d’œuvre dans les premiers jours de sa sortie, dénonçait quelques semaines plus tard une œuvre dangereuse. De vives réactions ont également émergé de la classe politique : communistes et gaullistes ont notamment reproché à Louis Malle d’avoir osé salir la Résistance (13) en légitimant un collabo. Le cinéaste s’est toujours défendu d’une telle démarche, expliquant cette polémique par le fait que les Français ont été entretenus dans une version officielle et idéalisée de l’Histoire selon laquelle le pays dans son ensemble s’était opposé à l’occupant.
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_int%C3%A9rieure_fran%C3%A7aise
Le scénario du film est paru en 1974 chez Gallimard.
http://lereseaumodiano.blogspot.fr/2011/11/lacombe-lucien-un-film-de-louis-malle.html

Sorti cinq ans après Le Chagrin et la pitié (14), Lacombe Lucien fut la première fiction à dépeindre crûment les agissements douteux de certains Français durant l’Occupation. Malle faisait ainsi tomber le mythe de la France toute résistante ; mais si Marcel Ophuls avait déjà défriché le terrain, Lacombe Lucien fera un véritable scandale à sa sortie, essentiellement dû à la personnalité de son héros. Louis Malle ne fait en effet jamais de son collabo un grand méchant détestable, un lâche ou un traître servile à l’occupant, mais privilégie au contraire une absence de jugement moral qui le rend d’autant plus ambigu. Lacombe Lucien n’est qu’un jeune type fougueux et ignorant en quête d’adrénaline, qui va s’engager dans la police allemande après avoir été refusé dans le maquis. Le réalisateur se sera inspiré d’une réflexion de Marx sur le lumpenprolétariat, cette classe sociale dénuée de culture politique et par conséquent se rangeant presque par instinct de survie dans les rangs du plus fort, de l’oppresseur. La caractérisation du personnage est proche des héros malgré eux des films des années 60 tout en représentant leur antithèse. Lacombe Lucien est un jeune parmi tant d’autres comme pouvaient l’être les Français moyens de La Grande vadrouille (15) ; mais quand leur âge mûr (ou leur candeur pour la Brigitte Bardot de Babette s’en-va-t’en guerre) (16) et une nature profondément bonne les guidaient naturellement vers un héroïsme qui les dépasse, le héros de Louis Malle apparait comme sans repère moral.
Avec pareil protagoniste, le scénario de Louis Malle et Patrick Modiano est volontairement dépourvu de crescendo dramatique afin de servir froidement la coquille vide qu’est Lacombe Lucien. Le récit se compose des diverses escarmouches auxquelles il se livre avec les autres collabos, souvent révoltantes comme un guet-apens glaçant organisé contre un médecin résistant ou les manœuvres d’intimidation de Lucien envers une famille juive clandestine afin de séduire leur fille. C’est un être médiocre dont le contexte fait ressortir la noirceur (avec quelques signes avant-coureurs au début du film où il se plaît à torturer des animaux) et dont le seul acte positif semblera plus motivé par une réaction d’orgueil que par une prise de conscience. Le jeu instinctif du débutant Pierre Blaise le rend d’autant plus insaisissable, faisant de sa personne un mur opaque, un enfant (ce moment où il dévale une colline à vélo sur fond de Django Reinhardt) auquel on n’a jamais enseigné la notion du Bien et du Mal. Le traitement clinique et anti-manichéen de Louis Malle se déleste de tout jugement moral pour scruter la faible marge qui pourrait faire basculer des êtres sans repères vers le pire choix possible pour un semblant de revanche sociale. Cette approche valut au film les foudres de l’extrême-gauche comme de l’extrême-droite ; la critique se fit quant à elle mitigée en accusant le réalisateur d’avoir dépeint une France entièrement collaborationniste - quand la chimère inverse semblait moins décriée. La polémique provoquera le départ de Louis Malle qui poursuivra sa carrière aux Usa. Il évoquera de nouveau l’Occupation dans une vision plus autobiographique et humaniste lors de son retour en France avec le magnifique Au revoir les enfants (17).
http://www.dvdclassik.com/critique/lacombe-lucien-malle
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chagrin_et_la_Piti%C3%A9
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Grande_Vadrouille
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Babette_s%27en_va-t-en_guerre
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Au_revoir_les_enfants

Louis Malle
voir fiche du film Zazie dans le métro
http://www.citebd.org/spip.php?film1985

Patrick Modiano
Né Jean Patrick Modiano le 30 juillet 1945 à Boulogne-Billancourt.
Auteur d’une trentaine de romans primés par de nombreux prix prestigieux parmi lesquels le Grand prix du roman de l’Académie française et le prix Goncourt...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Modiano

Tonino Delli Colli
Né le 20 novembre 1922 ou 1923 à Rome où il est décédé le 16 août 2005.
Débute à l’âge de 15 ans à Cinecittà comme assistant opérateur...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tonino_Delli_Colli

Django Reinhardt
Né Jean Reinhardt le 23 janvier 1910 à Liberchies, décédé le 16 mai 1953 à Samois-sur-Seine.
Est encore aujourd’hui un des guitaristes les plus respectés et influents de l’histoire du jazz...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Django_Reinhardt

Pierre Blaise
Né Pierre-Marc Blaise le 11 juin 1955 à Moissac où il est décédé le 31 août 1975.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Blaise

Aurore Clément
voir fiche du film Paris, Texas
http://www.citebd.org/spip.php?film1454

Holger Löwenadler
Né Holger Carl Minton Löwenadler le 1er avril 1904 à Jönköping et décédé le 18 juin 1977 à Stockholm.
http://www.imdb.com/name/nm0530571/

Therese Giehse
Née Therese Gift le 6 mars 1898 à Munich où elle est décédée le 3 mars 1975.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Therese_Giehse

Stéphane Bouy
Né Jean-François Henri Paul Bouy le 6 juin 1941 à Creil, décédé le 21 septembre 1990 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Bouy

Loumi Iacobesco
http://www.imdb.com/name/nm0406213/

René Bouloc
Né le 17 juillet 1944 à Saint-Pol-de-Léon et décédé le 26 novembre 2013.
http://www.imdb.com/name/nm0099412/

Pierre Decazes
http://www.imdb.com/name/nm0213705/

Jean Rougerie
Né le 9 mars 1929 à Neuilly-sur-Seine, décédé le 25 janvier 1998 à Ivry-sur-Seine.
http://www.imdb.com/name/nm0745625/

Cécile Ricard
http://www.imdb.com/name/nm0723064/

Jacqueline Staup
http://www.imdb.com/name/nm0823943/

Ave Ninchi
voir fiche du film Plein soleil
http://www.citebd.org/spip.php?film1388

Pierre Saintons
http://www.imdb.com/name/nm0756779/

Gilberte Rivet
http://www.imdb.com/name/nm0729616/

Jacques Rispal
Né le 1er août 1923 à Belvès, décédé le 9 février 1986 à Suresnes.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Rispal

Jean Bousquet
Né le 22 janvier 1923 à Toulouse où il est décédé le 2 septembre 1996.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bousquet_(acteur)

extrait(s) de presse

Télérama - (...) quelles que soient ses ambiguïtés, le film a le mérite de montrer une réalité occultée et de maintenir ouvert le débat sur la collaboration...
Dvd classik - "Lacombe Lucien" constitue l'une des réussites majeures de Louis Malle, qui fait regarder à la France son passé douloureux droit dans les yeux tout en représentant une réalité sordide de l’Occupation pour les jeunes générations...
Réseau canopé - La sortie du film, en 1974, a été mouvementée. Il a d’abord été accueilli par une très bonne critique du Monde, mais très vite, une polémique s’est installée, et Louis Malle raconte que ce même journal, qui avait qualifié le film de chef-d’œuvre à sa sortie, évoquait quatre jours plus tard sa dangerosité...
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Le film a fait l’objet d’un double refus parce qu’il ne correspondait pas à l’image que Gaullistes et Communistes se faisaient et transmettaient de la Résistance nationale, tout entière patriotique et antifasciste...
Thèses - Sitôt reçu par la critique, "Lacombe Lucien" fait l’objet d’une réappropriation qui dépasse la simple critique cinématographique, et le film devient un enjeu de société bien plus qu’un simple artefact de l’histoire du cinéma français...
Sens critique - "Lacombe Lucien" est un film salutaire. Que l'on prend en pleine face.
Libération - J’ai revu le film et je l’ai trouvé sensible et bien fait. Quant à l’histoire, ce n’est en effet pas une fable édifiante…
Chroniques du cinephile... - Un des films les plus puissants du réalisateur...