passade - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > passade

passade

France - 2017 - 1h25
sorti en France le 9 août 2017
film - film francophone
de

Gorune Aprikian

scénario : Gorune Aprikian
direction de la photographie : Pascale Marin
musique ou chansons : Emmanuel D'Orlando
avec : Fanny Valette (Vanessa / Alex), Amaury de Crayencour (Paul)
séances : semaine du mercredi 29 novembre 2017
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
20:30*
séance spéciale :
* rencontre avec Gorune Aprikian - tarif 3,50 €

synopsis

Paul et Vanessa viennent de coucher ensemble. Ils ne sont pas destinés à se revoir. Elle est drôle, jolie, piquante. Lui a gardé une âme d'enfant. Intrigué par cette jeune femme espiègle et mystérieuse, il va faire de son mieux pour la retenir. Mais qui manipule qui ? Arrivera-t-il à assouvir son besoin d'amour et surmonter la peur, la maladresse, les conventions qui l'encombrent ?

notes de production

Passade est le premier long métrage de Gorune Aprikian en tant que réalisateur et scénariste après avoir été producteur. Il a écrit cette histoire presque en une traite en ayant voulu traiter du sujet universel et inépuisable qu’est la rencontre amoureuse. Cette apparente simplicité du dispositif, deux personnages, une chambre, une nuit cache en réalité une extrême difficulté artistique et un défi passionnant à relever, confie-t-il.

Gorune Aprikian voit Passade comme une comédie sentimentale sous forme de conte, une réflexion non pas tant sur l’amour que sur le besoin d’amour, un sentiment ambivalent tantôt tendre, tantôt manipulateur, selon ses propres mots. Le metteur en scène développe : l’histoire de cette rencontre s’inscrit entre le moment où le sexe n’est plus un enjeu et celui où il est question de s’engager. J’ai voulu examiner au microscope la mécanique de la naissance du sentiment amoureux. Comment, de plaisanteries en confidences, les âmes se rapprochent au point de se toucher. Ce n’est donc pas un film sur le sexe. Traditionnellement, le sexe est la conclusion, l’aboutissement logique, la consécration de la relation amoureuse. Ici, il n’est que le début de l’histoire, à peine l’élément déclencheur, car pour moi c’est le malentendu qui déclenche le mécanisme amoureux de Passade.

La chambre est un personnage muet du film. Au début, elle est un espace pour adulte (voire adultère) et se transforme imperceptiblement en aire de jeux. Elle se métamorphose selon les émotions que vivent les personnages. Il y a également un autre élément de décors et qui est presque un personnage : le canal Saint-Martin. Nous le voyons, ce qui est rare, dans sa nudité car nous avons profité de son vidage qui a lieu tous les quinze ans, précise Gorune Aprikian.

Gorune Aprikian voit le dispositif du film, à savoir un couple, une chambre, une nuit comme s’inscrivant dans un genre, celui de Nuit d’été en ville (1) de Michel Deville ou encore En la cama (2) de Matias Bize, mais avec un traitement différent. Il précise : il y a par ailleurs de nombreuses allusions au cinéma dans le film mais elles relèvent plus d’un jeu entre les personnages que de la référence artistique. J’ai aussi été très touché par les écrits de Grisélidis Real (3) et sa profonde humanité. Les paroles de La Marine de Brassens m’ont également accompagné durant tout le tournage : "Toutes les joies, tous les soucis des amours qui durent toujours / On les r’trouve en raccourci dans nos p’tits amours d’un jour."
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nuit_d%27%C3%A9t%C3%A9_en_ville
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Au_lit
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gris%C3%A9lidis_R%C3%A9al

Pour Gorune Aprikian, ce que dit Passade est assez simple : l’amour fleurit sur le territoire de l’enfance et flétrit dans celui des adultes, symbolisé ici par l’argent. Le metteur en scène développe : le métier des protagonistes, le décor de la rencontre, la durée de cette rencontre relèvent plus de la poésie que du réalisme. Mais je suis persuadé que tomber profondément amoureux suit des étapes psychologiques très proches de ce que vivent les personnages. Plaisir, complicité, manipulation, peur, métaphysique.... J’ai voulu faire un film singulier, une plongée dans l’étrange mécanique du charme, de l’attirance et de l’amour, qui est une herbe folle qui pousse là où on ne l’attend pas.

Entretien avec Gorune Aprikian
Qu’avez-vous voulu dire dans ce film ?
Ce que dit Passade est assez simple : l’amour fleurit sur le territoire de l’enfance et flétrit dans celui des adultes, symbolisé ici par l’argent. Le métier des protagonistes, le décor de la rencontre, la durée de cette rencontre relèvent plus de la poésie que du réalisme. Mais je suis persuadé que tomber profondément amoureux suit des étapes psychologiques très proches de ce que vivent les personnages. Plaisir, complicité, manipulation, peur, métaphysique….
J’ai voulu faire un film singulier, une plongée dans l’étrange mécanique du charme, de l’attirance et de l’amour, qui est une herbe folle qui pousse là où on ne l’attend pas...

https://www.screenmania.fr/passade-un-face-a-face-troublant/

Gorune Aprikian
http://www.imdb.com/name/nm2486745/

Pascale Marin
voir fiche du film L’Indomptée
http://www.citebd.org/spip.php?film1755

Emmanuel D’Orlando
https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_d%27Orlando

Fanny Valette
Née le 4 juillet 1986 à Arles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fanny_Valette

Amaury de Crayencour
http://www.monagence.eu/artiste.cfm/584497-amaury-de_crayencour.html

extrait(s) de presse

Culturebox - Un joli marivaudage, très contemporain, qui pourrait servir de tremplin à ces deux comédiens servis par de beaux rôles.
La Croix - Des vues sur le Canal Saint-Martin, des images en scope et un montage fluide épargnent l’étouffement du huis-clos. Interprétés avec fraîcheur par Fanny Valette et Amaury de Crayencour, Vanessa et Paul exercent leur séduction l’un sur l’autre par leurs échanges vifs, tendres et drôles – ce qui n’empêche pas l’amertume d’affleurer.
Le Figaro - Un premier film joliment écrit et cadencé. S'il y a çà et là quelques afféteries et quelques poncifs du mélo social à l'arrière-plan, les deux interprètes les effacent par l'intelligence et le charme de leur interprétation.
Fiches du cinéma - Une délicate romance autour du désir, des espoirs, de la vie... et de la réalité.
L'Express - Gorune n'a pas encore le talent de Michel Deville de "Nuit d'été", mais il promet.
Madmoizelle - Un bijou estival, à savourer au cinéma.
Paris Normandie - Extrêmement glamour, le duo Fanny Valette/Amaury de Crayencour fonctionne à merveille...