happy end - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > happy end

happy end

France, Autriche, Allemagne - 2017 - 1h48
sorti en France le 4 octobre 2017
sélection officielle Cannes 2017
film - film francophone
de

Michael Haneke

scénario : Michael Haneke
direction de la photographie : Christian Berger
avec : Isabelle Hupper (Anne Laurent), Jean-Louis Trintignant (Georges Laurent), Mathieu Kassovitz (Thomas Laurent), Toby Jones (Lawrence Bradshaw), Dominique Besnehard (Marcel le coiffeur), Fantine Harduin (Eve), Franck Andrieux (invité), Hassam Ghancy (Rachid), Jack Claudany (un bourgeois), Jackee Toto (un migrant)
séances : semaine du mercredi 4 octobre 2017
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
14:00
18:30
20:45
19:00
18:45
21:00
11:00*
14:30
18:45
21:00
11:00*
18:30
20:45
18:30
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3.50 €
* dimanche 11h00 matinale 3.50 €
séances : semaine du mercredi 11 octobre 2017
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
20:45
18:45
18:45
20:45
séances : semaine du mercredi 18 octobre 2017
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
16:35
20:45
16:35
séances : semaine du mercredi 25 octobre 2017
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
16:30
16:30
18:30*
séance spéciale :
* mardi 18h30 dernière séance

synopsis

Calais, 2016. Quelques jours dans la vie d’une famille bourgeoise, les Laurent, prétexte à une radiographie de la société française. Un grand-père qui tente de se suicider, un chantier qui s’effondre, une nièce qui intègre la famille, des fiançailles à préparer, un fils héritier rebelle aux compromis, Anne, dirigeante d’une importante entreprise de btp, colmate les brèches à qui mieux mieux...

notes de production

Le film démarre par le point de vue de la jeune fille sur sa mère, distancié et filmé au téléphone. La volonté d’Haneke de montrer des images virtuelles glacées et terribles impose ici d’emblée au spectateur le message du film. La difficulté de se faire aimer construit une bulle émotionnelle autocentrée qui finit avec le temps par devenir de la tristesse et de la haine. La mère ne communique pas avec sa fille, le père est parti depuis longtemps. Il ne reste qu’à Eve la solitude et l’échappatoire de la construction via les nouvelles technologies. En faisant ce choix de projet, Haneke revient à ses premières obsessions, ou comment des êtres dénués de sens finissent par se raccrocher à des supports virtuels et forcément dangereux pour ceux qui les entourent. La construction psychologique des personnages d’Haneke passe ainsi par le déni des réalités et par le passage à l’acte paranoïaque à peine calculé...
Le metteur en scène autrichien filme cette galerie de personnages comme à son habitude, à la manière d’un Bresson (1) documentariste et distant, analytique et glacé. Le long métrage n’est pourtant pas d’une approche évidente, puisque l’on comprend globalement ce que veut dire Haneke lorsqu’on lit entre les lignes. Les figures de style de l’écriture et le milieu décrypté d’une bourgeoisie caricaturale ne servent en définitive qu’à servir un propos qui est justement invisible aux êtres qui en sont dénués et qui ne veulent pas s’y confronter. Le sentiment et l’amour n’ont pas de place dans les milieux normés et les drames vécus sont enterrés, créant de fait un trauma refoulé qui finit par se représenter de la manière la plus détestable. C’est tout le propos d’Haneke : se confronter à la réalité est un processus inadmissible pour les humains, il faut d’une certaine manière se l’interdire, ce qui fait que digérer le traumatique devient un processus que la bourgeoisie active ne peut se permettre. Pour finir par en subir les conséquences et en faire payer les autres : à la fois les nouveaux arrivants, les jeunes ou les migrants.
https://www.ecranlarge.com/films/news/988250-cannes-2017-critique-a-chaud-de-happy-end-la-nouvelle-polemique-de-michael-haneke
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Bresson

Michael Haneke
voir fiche du film Amour
http://www.citebd.org/spip.php?film933

Christian Berger
Né le 13 janvier 1945 à Innsbruck.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Berger

Isabelle Huppert
voir fiche du film Tout de suite maintenant
http://www.citebd.org/spip.php?film1711

Jean-Louis Trintignant
voir fiche du film Le Conformiste
http://www.citebd.org/spip.php?film1667

Mathieu Kassovitz
Né le 3 août 1967 à Paris.
Un César du meilleur espoir masculin pour sa performance dans Regarde les hommes tomber, première réalisation de Jacques Audiard...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mathieu_Kassovitz

Toby Jones
Né le 7 septembre 1967 à Londres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Toby_Jones

Dominique Besnehard
voir fiche du film Héroïnes
http://www.citebd.org/spip.php?film1944

Fantine Harduin
Née le 23 janvier 2005 à Mouscron.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fantine_Harduin

Franck Andrieux
voir fiche du film Fatima
http://www.citebd.org/spip.php?film1531

Hassam Ghancy
http://www.imdb.com/name/nm1772637/

Jack Claudany
http://www.imdb.com/name/nm0165199/

Jackee Toto
http://www.imdb.com/name/nm4874707/

extrait(s) de presse

Télérama - Avec quelques imperfections et beaucoup de talent déployé, "Happy end" est un film en mouvement. Presque vivifiant.
Culturebox - (...) La trouvaille du dernier plan laissé en suspens est la meilleure idée du film. Haneke y condense tout le cynisme de la situation pour le transmettre au spectateur, et créer le malaise d’un désespoir assumé.
Le Monde - (...) Isabelle Huppert reprend un registre dans lequel elle à fait ses preuves - la femme sans cœur...
Lci - "Happy end" est une brillante satire sociale sur la société française...
Ecran large - Encore une fois, on ne va pas compter sur Michael Haneke pour se marrer...
Le Parisien - A la manière de Claude Chabrol, autre cinéaste de la bourgeoisie, Haneke manie aussi un humour à froid, ce qui ne lui était plus arrivé depuis "Funny games"..
Rfi - (...) Haneke continue de semer joyeusement le doute. Vous pouvez vous accrocher à vos certitudes, il n’y a rien à faire : les choses se passent toujours autrement...