le chanteur de gaza - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > le chanteur de gaza

le chanteur de gaza

Ya Tayr El Tayer
Palestine, Gb, Quatar, Pays-bas - 2017 - 1h35
sorti en France le 10 mai 2017
film - version originale sous-titrée en français
de

Hany Abu-Assad

scénario : Hany Abu-Assad, Sameh Zoabi
direction de la photographie : Ehab Assal
musique ou chansons : Habib Shehadeh Hanna
avec : Tawfeek Barhom (Mohammed Assaf), Kais Attalah (Mohammed Assaf jeune), Hiba Attalah (Nour), Ahmed Al Rokh (Omar), Abdel Kareem Barakeh (Omar jeune), Nadine Labaki (Shadia), Saber Shreim (Kamal), Bober Shreim (Ahmad), Ahmad Qassim (Ahmad jeune), Dima Awawdeh (Amal), Ashraf Barhom (Hehler)
séances : semaine du mercredi 12 juillet 2017
mercredi 12 jeudi 13 vendredi 14 samedi 15 dimanche 16 lundi 17 mardi 18
18:30
20:45
18:45
16:30
21:00
11:00*
18:45
20:45
18:30*
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3,50 €
* mardi 18h30 dernière séance

synopsis

Elevé dans un camp de réfugiés à Gaza, le jeune Mohammed Assaf est passionné par le charme de la musique depuis son enfance lorsqu'il chantait déjà dans les mariages ou autres réceptions privées. Mais aujourd'hui âgé de vingt-cinq ans, le jeune homme ambitieux souhaite plus que tout réussir à concrétiser son plus grand rêve : devenir un grand chanteur. Aussi décide-t-il de voyager de la bande de Gaza jusqu'en Egypte afin de participer à l'émission télévisée « Arab Idol ». Sans passeport, il parvient à passer la frontière au cours d'un dangereux périple et à atteindre l'hôtel où se déroulent les auditions...

notes de production

Avant de s’intituler Le Chanteur de Gaza, le film s’appelait The Idol.

Après six ans d’études en Hollande, Hany Abu-Assad officie en tant qu’assistant réalisateur. Au début des années 90, il retourne dans sa Palestine natale pour travailler sur un documentaire à destination de la télévision anglaise. En 2001, il signe Le Mariage de Rana, un jour ordinaire à Jérusalem (1), son premier long métrage, présenté à la semaine de la critique (2) du festival de Cannes.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mariage_de_Rana,_un_jour_ordinaire_%C3%A0_J%C3%A9rusalem
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Semaine_de_la_critique

En 2005, le cinéaste présente une œuvre controversée avec Paradise now (3), un sujet sensible où deux Palestiniens s’apprêtent à commettre un attentat-suicide à Tel Aviv. Avec ce film, Abu-Assad obtient de multiples récompenses comme le Golden globe du meilleur film étranger, le prix du meilleur film européen à la Berlinale et le prix Amnesty international du meilleur film. Après cette période dorée, le réalisateur revient en 2011 avec un film d’action : The Specialist (4) où il dirige Jeffrey Dean Morgan et Mickey Rourke.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradise_Now
(4) http://television.telerama.fr/tele/films/the-specialist,42654265.php

Le Chanteur de Gaza est tiré de l’histoire vraie de Mohamed Assaf, un habitant de Gaza ayant remporté l’émission de télé Arab idol (5), devenant la fierté de la ville meurtrie palestinienne.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Arab_Idol

Le Chanteur de Gaza est le premier film tourné dans la bande de Gaza (6) depuis plus de 20 ans. Hany Abu-Assad était limité à deux jours de tournage par les autorités israéliennes. Les extérieurs sont donc principalement tournés à Gaza tandis que les intérieurs ont été filmés à Jenin, en Cisjordanie (7), pour plus de facilité.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bande_de_Gaza
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cisjordanie

Après Omar (8) (prix du jury dans la section Un certain regard au festival de Cannes 2013), Hany Abu-Assad revient avec un film inspiré d’une histoire vraie. On quitte ici le ton du thriller qui conférait au précédent film un rythme haletant et une grande exigence au niveau du filmage et de la mise en scène, pour plonger dans l’histoire de Mohammed Assaf. Vivant dans la bande de Gaza, le jeune Mohammed n’a qu’une seule ambition : devenir chanteur. Il est appuyé dans cette entreprise par sa sœur Nour à qui on découvre une maladie rénale qui causera sa mort.
Le film est ainsi divisé en deux parties. La première et la moins convaincante, retrace l’enfance du chanteur et les diverses aventures qu’il rencontre lorsqu’il chante avec son petit groupe d’amis dans les mariages. La seconde partie, survenant après une grande ellipse temporelle, nous permet de retrouver Mohamed, devenu jeune adulte et travaillant comme chauffeur de taxi. Il semble avoir délaissé ses rêves d’enfant, mais sa passion de la chanson le rattrape comme une heureuse fatalité lorsqu’il retrouve la jeune Amal (signifiant espoir en arabe), atteinte comme sa sœur Nour de maladie rénale. Il décide alors de partir tenter sa chance en Egypte en participant à l’émission Arab idol (5) qui consacre le meilleur chanteur dans le monde arabe...
http://www.culturopoing.com/cinema/sorties-salles-cinema/hani-abou-assad-le-chanteur-de-ghaza-ya-tayr-el-tayr/20170505
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1208

Entretien avec Hany Abu-Assad
Quand avez-vous entendu parler de Mohammed Assaf pour la première fois ?
Alors que j’étais à Cannes pour présenter mon précédent film Omar (8), ma sœur qui était avec moi m’a demandé quel serait mon prochain film. Elle m’a raconté l’histoire de ce jeune garçon qui a grandi à Gaza (6) et qui parvient à vivre son rêve de musique. J’ai tout de suite compris qu’il y avait là quelque chose de très fort à filmer...
http://www.lci.fr/cinema/le-chanteur-de-gaza-tourner-a-gaza-a-ete-tres-riche-en-emotions-2051552.html

Hany Abu-Assad
voir fiche du film Omar
http://www.citebd.org/spip.php?film1208

Sameh Zoabi
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sameh_Zoabi

Ehab Assal
voir fiche du film Omar
http://www.citebd.org/spip.php?film1208

Tawfeek Barhom
http://www.imdb.com/name/nm5601350/

extrait(s) de presse

La Croix - Ce film émouvant, qui s’inspire de faits réels, relate le parcours hors norme d’un jeune Gazaoui à la voix d’or, en qui tout un peuple s’est reconnu.
Lci - Portés par la voix cristalline du jeune artiste, ici incarné par Tawfeek Barhom, l’optimisme, la foi, l’amour de la musique l’emportent. Une belle leçon de courage et de volonté, assortie d’un joli récit d’apprentissage.
Le Parisien - Bourrée de charme, traversée par un suspense prenant, cette comédie aux airs de conte de fées fait un bien fou.
Culturopoing - (...) le film est porté par la magie enchanteresse du grain de voix de son protagoniste et par l’intensité de son désir de s’envoler au firmament, désir qui s’apparente à un instinct de survie, comme la seule échappatoire possible de cette prison à ciel ouvert qu’est devenu la bande de Gaza.
Le Monde - Hany Abu-Assad (...) a saisi l’occasion du succès de Mohammed Assaf dans le concours Arab Idol, pour changer de mode. Il en a fait une fiction enlevée, qui finit par se fondre avec la réalité, mêlant dans ses dernières séquences extraits de l’émission, bandes d’actualité et prises de vues mises en scène.
Télérama - Le réalisateur palestinien Abu-Assad, auteur d'un film très politique, "Paradise now", choisit de revisiter la réalité sous l'angle d'un émerveillement un peu simple. En donnant de l'importance aux jeunes années du futur chanteur, il fera surtout la joie des gamins, fans de nouvelles stars, qu'elles soient de Gaza ou d'ailleurs...