la cité sans voiles - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > la cité sans voiles

la cité sans voiles

ciné répertoire
The Naked city
Usa - 1948 - 1h36
sorti en France le 13 mai 1949
Oscar 1949 de la meilleure photographie et du meilleur montage
copie 35mm
film - version originale sous-titrée en français
de

Jules Dassin

scénario : Malvin Wald, Albert Maltz
d'après l'oeuvre de : Malvin Wald
direction de la photographie : William H. Daniels
musique ou chansons : Miklós Rózsa, Frank Skinner
avec : Barry Fitzgerald (détective Dan Muldoon), Howard Duff (Frank Niles), Dorothy Hart (Ruth Morrison), Don Taylor (détective Jimmy Halloran), Frank Conroy (capitaine Donahue), James Gregory (Albert Hicks), Ted de Corsia (Willie Garzah), House Jameson (Dr Stoneman), Anne Sargent (Mme Halloran), Adelaide Klein (Mme Paula Batory), Grover Burgess (Mr Batory), Tom Pedi (détective Perelli), Enid Markey (Mme Edgar Hylton), Mark Hellinger (voix-off, le narrateur), Jean Adair (la petite vieille femme), Walter Burke (Pete Backalis), Kathleen Freeman (la femme forte dans le métro)
séances : semaine du mercredi 24 mai 2017
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 30
20:30*
séance spéciale :
* aspect du film noir (5) - en partenariat avec Hidden circle - tarif 3,50 €

synopsis

New York, une nuit, une femme est attaquée chez elle par deux individus. Ils l'endorment au chloroforme, la noient dans sa baignoire, et lui dérobent ses bijoux. Quelques heures plus tard l'un des deux se débarrasse de l'autre. La police enquête sur le premier crime, convoque les suspects, en tient un, le surveille. Un jeune policier fait le lien entre les deux affaires...

notes de production

La Cité sans voiles s’inscrit dans la série de films noirs à succès que le cinéaste Jules Dassin (le père de Joe Dassin) (1) a réalisé aux Usa. Le long-métrage peut être considéré comme le second volet d’une trilogie entamée avec Les Démons de la liberté (2) et conclue avec Les Forbans de la nuit (3).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Dassin
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_D%C3%A9mons_de_la_libert%C3%A9
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Forbans_de_la_nuit

Le narrateur de La Cité sans voiles n’est autre que le producteur du long-métrage, Mark Hellinger (4). Ce dernier, qui souhaitait imprimer au film un caractère de reportage, est décédé au début du tournage.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Mark_Hellinger

Un certain Stanley Kubrick (5) rôdait souvent sur le tournage de La Cité sans voiles. Agé de vingt ans, officiant comme photographe, il y prenait quelques clichés pour le compte de la publication Look magazine (6).
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film1222
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Look_(magazine)

Le film tourné dans New York même, et non dans des décors de studio, tend à faire de la ville un des personnages principaux du film. Constamment ponctué de commentaires en voix off, le film commence par un survol de la ville de jour, puis de nuit, suivi de quelques zoom sur l’activité de ses habitants à une heure donnée. La caméra rentre ensuite par une fenêtre pour saisir la scène du drame. De là, le film décrira, avec une précision documentaire, tout le déroulement de l’enquête jusqu’à son dénouement. Sans vraiment suivre un ou des personnages, mais en observant de plus loin.
Un clin d’œil au film a été fait dans le jeu vidéo L.A. Noire, (La Cité sans voiles est le nom de l’une des enquêtes du jeu).

Selon les vœux de Dassin, la ville de New York aurait donc du être la star du film et pourtant, elle ne le sera pas assez à son goût et au vu du résultat, on ne peut qu’abonder dans son sens. Il sera floué par Hellinger (4) après le tournage, ce dernier ne tenant pas sa parole, jurant de ne rien toucher au film mais le faisant malgré tout entièrement remonter derrière son dos. Dépité du résultat obtenu, Dassin sortira en larmes de la projection lors de l’avant-première. C’était déjà le producteur qui avait ajouté les pénibles flash-back dans Brute force (2) ; ce sera encore lui qui aura l’idée de ce remontage et de l’omniprésence encombrante de la voix off (la sienne propre) pour commenter le film. Lors de l’ouverture de The Naked city sur de superbes vues de Manhattan filmées d’hélicoptères, la voix-off a tout à fait sa place pour nous le présenter ; le générique est fait oralement (à la Guitry) (7) avant que le commentateur nous explique ce que le film va avoir d’innovant...
Le 4 mars 1948, Universal (8) sort le film à New York. Le studio ne débourse pas un dollar dans sa campagne pour les Oscar (9), ne misant pas un centime sur les chances pour The Naked city de l’emporter. Les dirigeants tombent des nues lorsque le film de Jules Dassin reçoit trois nominations à la récompense suprême. Le réalisateur, malgré sa déception suite au mauvais coup que lui joua Hellinger, tourne encore Thieves’ highway (10) dans les rues de San Francisco, puis, sur le point d’être inquiété pour ses prises de position, s’expatrie et part pour l’Angleterre où il tourne Night and the city (3), le réalisme de ses dernières œuvres étant talentueusement saupoudrée ici d’un surprenant expressionnisme qui fait de lui un film noir unique et magnifique, le seul chef-d’œuvre de son auteur mais quel chef-d’œuvre !
http://www.dvdclassik.com/critique/la-cite-sans-voiles-dassin
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sacha_Guitry
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Pictures
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/21e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Bas-fonds_de_Frisco

Premier film tourné en décors naturel aux Usa, contemporain d’Allemagne, année zéro (11) (Roberto Rossellini), La Cité sans voiles est parfois qualifié pour ces raisons de film néoréaliste américain. Il n’en a toutefois pas la modernité, la radicalité d’une situation trop stupéfiante pour permettre une réaction des personnages par une action qui en changerait le cours. Bien au contraire, il ne s’agit pas même d’un film noir ou interviendrait un destin tragique (si on excepte le beau rôle de Ted de Corsia mourant du haut du Williamsburg bridge, tel King kong (12) abattu du haut de l’empire state building). The Naked city est en effet un simple, mais plaisant film de détective qui vaut principalement pour ses décors et sa superbe photographie.
https://www.cineclubdecaen.com/realisat/dassin/citesansvoiles.htm
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Allemagne_ann%C3%A9e_z%C3%A9ro
(12) http://www.citebd.org/spip.php?film260

Jules Dassin
Né Julius Dassin le 18 décembre 1911 à Middletown (Connecticut), décédé le 31 mars 2008 à Athènes.
Engagé comme stagiaire par la Rko, il est assistant d’Alfred Hitchcock sur le tournage de Joies matrimoniales...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Dassin

Malvin Wald
Né le 8 août 1917 à New York, décédé le 6 mars 2008 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Malvin_Wald

Albert Maltz
Né le 28 octobre 1908 à New York, décédé le 26 avril 1985 à Los Angeles.
Il fit partie des Dix d’Hollywood qui furent victimes du maccarthysme...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Maltz

William H. Daniels
Né le 1er décembre 1901 à Cleveland, décédé le 14 juin 1970 à Los Angeles.
Démarre sa carrière au temps du muet avec Erich von Stroheim...
https://fr.wikipedia.org/wiki/William_H._Daniels

Miklós Rózsa
voir fiche du film Les Tueurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1845

Frank Skinner
Né le 31 décembre 1897 à Meredosia (Illinois), décédé le 8 octobre 1968 à Hollywood.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Skinner

Barry Fitzgerald
Né William Joseph Shields le 10 mars 1888 à Dublin où il est décédé le 14 janvier 1961.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Barry_Fitzgerald

Howard Duff
Né le 24 novembre 1913 à Washington, décédé le 8 juillet 1990 à Santa Barbara.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Howard_Duff

Dorothy Hart
Née le 4 avril 1922 à Cleveland, décédée le 11 juillet 2004 à Asheville (Caroline du nord).
http://www.imdb.com/name/nm0366253/

Don Taylor
Né le 13 décembre 1920 à Freeport (Pennsylvanie), décédé le 29 décembre 1998 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Don_Taylor

Frank Conroy
Né à Derby (Gb) le 14 octobre 1890, décédé à Paramus (New Jersey) le 24 février 1964.
http://www.imdb.com/name/nm0175815/

James Gregory
Né le 23 décembre 1911 à New York, décédé le 16 septembre 2002 à Sedona (Arizona).
http://www.imdb.com/name/nm0339834/

Ted de Corsia
voir fiche du film La Dame de Shanghai
http://www.citebd.org/spip.php?film1855

House Jameson
http://www.imdb.com/name/nm0417180/

Anne Sargent
http://www.imdb.com/name/nm0765093/

Adelaide Klein
http://www.imdb.com/name/nm0458633/

Grover Burgess
http://www.imdb.com/name/nm0121296/

Tom Pedi
http://www.imdb.com/name/nm0670017/

Enid Markey
voir fiche du film L’Étrangleur de Boston
http://www.citebd.org/spip.php?film333

Jean Adair
Née Violet McNaughton à Hamilton (Ontario) le 13 juin 1873, décédée à New York le 11 mai 1953.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Adair

Walter Burke
Né le 25 août 1908 à New York, décédé le 4 août 1984 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Burke

Kathleen Freeman
voir fiche du film Chantons sous la pluie
http://www.citebd.org/spip.php?film219

extrait(s) de presse

Arte - Le personnage principal de "La Cité sans voiles" est la ville de New York, avec sa photogénie, son cosmopolitisme et son incroyable densité humaine. Le film a été entièrement tourné en décors naturels, loin des studios hollywoodiens.
Télérama - "La Cité sans voiles" reste avant tout une réussite de metteur en scène...