3 000 nuits - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > 3 000 nuits

3 000 nuits

Palestine, France, Liban, Jordanie, Qatar - 2016 - 1h43
sorti en France le 4 janvier 2017
film - version originale sous-titrée en français
de

Mai Masri

scénario : Mai Masri
direction de la photographie : Gilles Porte
musique ou chansons : Sharif Sehnaoui
avec : Maisa Abd Elhadi (Layal), Nadira Omran (Sana), Raida Adon (Shulamit), Abir Haddad (Hava), Karim Saleh (Ayman), Zaid Qoda' (Nour), Rakeen Saad (Jamileh), Anahid Fayad (Rihan), Ahmed El-Omari (le mari de Layal), Haifa Al-Agha (Im Ali), Khitam Edelbi (Ze'eva), Hana Chamoun (Fidaa), Yussuf Abu-Warda (le juge), Laura Hawa (l'avocate), Izabel Ramadan (Ruti), Eman Hayel (la mère de Layal), George Khleifi (le docteur), Hussein Nakhleh (l'interrogateur)
séances : semaine du mercredi 1er février 2017
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
20:45
18:30
21:00
11:00*
21:00
18:45
20:45
18:30*
séance spéciale :
* samedi 11h00 matinale 3,50 €
* mardi 18h30 dernière séance

synopsis

Années 80, à la veille des événements de Sabra et Chatila. La révolte gronde dans une prison israélienne, où sont détenues des prisonnières politiques palestiniennes. Layal, une jeune institutrice de Naplouse, vient d’arriver, condamnée à 8 ans de prison pour un attentat dans lequel elle n’est pas impliquée. Elle partage la cellule d’israéliennes condamnées pour droits communs et s’habitue progressivement à l’univers carcéral. Mais Layal découvre qu’elle est enceinte. Envers et contre tous, elle décide de garder l’enfant...

notes de production

Mai Masri a voulu réaliser 3 000 nuits après sa rencontre avec une Palestinienne, emprisonnée alors qu’elle attendait un enfant. J’ai trouvé son histoire profondément humaine et touchante et j‘ai décidé de rencontrer d’autres mères qui ont accouché en prison. Comme je venais moi aussi de devenir mère, leurs histoires ont touché une corde sensible, se souvient-elle.

On retrouve au casting de 3 000 nuits des actrices célèbres en Palestine et en Jordanie, ainsi que des actrices non professionnelles dont c’est le premier film. Presque toutes les comédiennes du film connaissent la prison, parce qu’elles ont été elles-mêmes détenues ou que des membres de leur famille y ont séjourné. Près de 20% des Palestiniens ont été détenus dans des prisons israéliennes à un moment ou à un autre, rappelle la réalisatrice Mai Masri.

Mai Masri tenait à garder un pied dans la réalité pour son film, tout en élargissant son propos. La réalisatrice a donc mélangé une esthétique brute quasi documentaire avec des éléments plus poétiques. Le tournage s’est déroulé dans une véritable prison militaire désaffectée, dont l’armée jordanienne a autorisé le rafraîchissement pour les besoins du film, et la cinéaste a choisi certains partis pris qu’elle nous explique : j’ai principalement tourné avec une caméra à l’épaule, façon cinéma vérité. J’ai fait placer l’éclairage très haut au plafond pour que les acteurs soient libres de leurs mouvements et soient aussi naturels que possible. J’ai également utilisé des images documentaires à la fin du film pour lier mon histoire aux événements réels.

Le tournage de 3 000 nuits a duré 34 jours, après trois mois de préparation en amont, à Zarka (1) en Jordanie. La phase de montage a ensuite duré quatre mois. En plus des 18 acteurs, Mai Masri a travaillé avec 70 personnes.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zarka

Alors qu’il devait être projeté dans un cinéma d’Argenteuil dans le cadre du Festival Ciné-Palestine (2), 3 000 nuits a été censuré par la mairie, provoquant une vive polémique. La Sociologue et l’ourson (3) avait lui aussi été déprogrammé.
(2) http://www.france-palestine.org/Festival-Cine-Palestine-2016
(3) http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=3051&mode=film

Mai Masri n’avait pas réalisé de film depuis neuf ans ; son dernier long-métrage, 33 jours (4), date en effet de 2007. 3 000 nuits est son premier film à connaître une sortie française.
(4) http://www.africultures.com/php/index.php?nav=film&no=7553

Cinéma palestinien
Essentiellement un cinéma engagé, on peut diviser l’histoire du cinéma palestinien en deux tendances historiques...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9ma_palestinien

Entretien avec Mai Masri
Dans votre film "3 000 nuits", Layal est une jeune institutrice palestinienne. Elle est condamnée pour complicité de terrorisme. En fait, elle a pris en stop l’auteur d’un attentat, sans savoir qui c’était. Et elle va passer 3 000 nuits en prison, à peu près huit ans. Vous venez du documentaire et ça se sent, parce que ce film est inspiré d’une histoire vraie, d’une rencontre.
Oui, c’est une histoire vraie, d’une femme palestinienne que j’ai rencontrée dans les années 1980 quand je tournais dans ma ville natale de Naplouse en Palestine. Elle a été arrêtée, elle a accouché en prison, dans une prison israélienne. Son histoire m’a beaucoup touchée parce que les conditions qu’elle a vécues, surtout quand elle a accouché en prison, c’était très dure. Et j’ai commencé à faire des interviews après cela avec d’autres femmes, prisonnières palestiniennes. A partir de ces histoires, j’ai écrit le scénario de 3 000 nuits...
http://www.rfi.fr/culture/20170103-cineaste-palestinienne-mai-masri-3000-nuits-histoire-resilience-israel

Mai Masri
http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=4608

Gilles Porte
Né le 11 mai 1965 à Lyon.
Réalisateur, scénariste et directeur de la photographie, il a co-réalisé avec Yolande Moreau son premier long métrage Quand la mer monte...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Porte

Maisa Abd Elhadi
voir fiche du film Dégradé
http://www.citebd.org/spip.php?film1700

Nadira Omran
http://www.imdb.com/name/nm1593700/

Raida Adon
Née le 10 novembre 1972 à Acre (Israël).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Raida_Adon

Karim Saleh
voir fiche du film L’Attentat
http://www.citebd.org/spip.php?film1050

Rakeen Saad
http://www.imdb.com/name/nm4990902/

Haifa Al-Agha
http://www.imdb.com/name/nm5274459/

Hana Chamoun
http://www.imdb.com/name/nm7315053/

Yussuf Abu-Warda
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yussuf_Abu-Warda

Laura Hawa
http://www.imdb.com/name/nm3593695/

Izabel Ramadan
http://www.imdb.com/name/nm7315051/

George Khleifi
http://www.imdb.com/name/nm0451673/

Hussein Nakhleh
http://www.imdb.com/name/nm4517689/

extrait(s) de presse

L'Humanité - Inspiré des conditions d’incarcération des Palestiniennes dans les prisons israéliennes, ce drame est le premier film de fiction de Mai Masri. La force des images s’allie à celle de l’engagement.
La Croix - Si "3 000 Nuits" ne fait pas mystère de son engagement, il est sauvé d’un regard trop manichéen par la nuance du scénario et l’intervention régulière d’un personnage d’avocate israélienne, défendant les droits des prisonnières palestiniennes et montrant que l’humanité n’a pas de camp.
Télérama - Si l'interprétation des comédiennes ne convainc guère dans les scènes d'humiliation, elle devient remarquable dans les moments de solidarité entre détenues. Car, en dépit de l'enfermement, grâce au fils de l'héroïne, la vie continue et l'espoir persiste.
Le Monde - Pour son nouveau film, la réalisatrice palestinienne Mai Masri entend dénoncer la vague d’incarcérations injustifiées qui, dans la zone frontalière avec Israël (l’action se situe à Naplouse), ont précédé de peu le massacre de Sabra et Chatila...
Tv5 monde - C’est un film de femmes. Où on parle de la solidarité des femmes, de la force des femmes...
Al Huffington post - Mai Masri, a su, par cette fiction introduire le spectateur au sein d'un prison militaire israélienne et lui faire découvrir un autre visage de l'occupation.
Ligue des droits de l'Homme - (...) le film nous montre comment le recours à l’emprisonnement comme moyen de mettre un peuple à genoux ne fait que fortifier la résistance de ce peuple à l’oppression...
Cheek magazine - Adoubé par Ken Loach, qui le considère comme un film “fort” et “important”, "3 000 nuits" est sorti en salles en France...