le cancre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > le cancre

le cancre

France - 2016 - 1h56
sorti en France le 5 octobre 2016
séance spéciale Cannes 2016
film - film francophone
de

Paul Vecchiali

scénario : Paul Vecchiali, Noël Simsolo
direction de la photographie : Philippe Bottiglione
musique ou chansons : Roland Vincent
avec : Pascal Cervo (Laurent), Paul Vecchiali (Rodolphe), Catherine Deneuve (Marguerite), Annie Cordy (Christiane), Mathieu Amalric (Boris), Françoise Lebrun (Valentine), Françoise Arnoul (Mimi), Edith Scob (Sarah), Marianne Basler (Suzanne), Pierre Sénélas (Pierre), Marie-Christine Hervy (femme de Pierre), Catherine Estrade (Mathilde), Alberta Commaret (Marielle), Simone Tassimot (Simone), Noël Simsolo (Ferdinand), Julien Lucq (huissiers 1 et 2), Eric Rozier (huissier 3), Raphaël Neal (Alex), Manuel Lanzenberg (médecin)
séances : semaine du mercredi 7 décembre 2016
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
18:30
21:00
18:45

synopsis

Laurent cherche sa voie, ayant vécu son enfance et son adolescence dans la paresse. Il traverse des moments conflictuels avec Rodolphe, son père : l'un et l'autre sont trop émotifs pour s'exprimer leur tendresse. Rodolphe, autour duquel gravitent les femmes de sa vie, n'a qu'une obsession : retrouver Marguerite, son premier amour...

notes de production

C’est son propre parcours qui a inspiré à Paul Vecchiali l’histoire de ce film. Après soixante-dix ans, le metteur en scène confie avoir retrouvé cette « Marguerite », dont il est tombé amoureux à l’âge de quinze ans, grâce à Facebook (1). Toutes ses recherches pour la revoir n’avaient pas abouties et le film lui est dédié. Il explique : bien sûr, l’anecdote s’écarte ensuite de son point de départ et n’a rien d’autobiographique. Mon intérêt se porte ailleurs : les difficultés larvées des petites entreprises, les rapports d’un père et d’un fils, où la tendresse ne sait pas s’exprimer, la vieillesse et ses inconvénients, la fin de vie, implacable et sournoise. Là non plus, il n’y a rien d’autobiographique. J’ai privilégié les plans longs qui expriment mieux les variations de tempérament et la conflictualité. Souvent dans la comédie, voire, aussi, dans une sorte de fantastique, le film échappe au pathos sous-jacent et délivre l’émotion sourde, obsessionnelle, d’un premier amour dont on dit que c’est le plus fort. Ainsi que l’impuissance à exprimer la tendresse qu’éprouve un fils devant un père, grognon, manipulateur et brusque. Le film est, en tout cas je l’espère, une sorte de train qui, d’année en année, comme de gare en gare, emmène un homme vieillissant mais toujours amoureux.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Facebook

Une fois Le Cancre achevé, Paul Vecchiali a remarqué la filiation du film avec Un Carnet de bal (2) de Julien Duvivier. Dans cette optique, le cinéaste a rajouté, dans le générique de fin, ce sous-titre Carnet de belles. Une séquence en particulier y fait référence : celle avec Catherine Deneuve car on ne sait pas si je l’ai vraiment rencontrée. C’est le cas de Marie Bell dans le Duvivier : a-t-elle vécu ses retours sur elle-même ou les a-t-elle rêvés ?, note-t-il.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_carnet_de_bal

Paul Vecchiali fait tourner pour la troisième fois Pascal Cervo. Dans Le Cancre, ce dernier joue le fils du cinéaste qui, lui, campe Rodolphe. Pascal m’inspire beaucoup, à l’instar de Jacques Perrin (3) et de Nicolas Silberg (4). J’aime à lui offrir des rôles « épais ». Il sera du prochain si je parviens à le financer. Par ailleurs, j’aime beaucoup son travail de réalisateur, explique le réalisateur.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Perrin
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Silberg

Dans son film Le Cancre, Paul Vecchiali joue beaucoup avec les mots et les prénoms des personnages. Il confie : c’est une de mes spécialités que je partageais heureusement avec Jean-Claude Biette (5). Mais c’est Françoise Lebrun qui m’a proposé cette réplique qui m’a vraiment amusé « Marguerite ? Dans les champs ! ». Lacanien (6) ? Vous me comblez ! Quant à Noël Simsolo, ce n’est plus de la complicité mais de la reconnaissance entre nous ! Il a presque entièrement rédigé la séquence de l’huissier numéro 3, si bien interprétée par Éric Rozier. Mais son apport est plus général.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Biette
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Lacan
L’idée de voir Vecchiali entouré de toutes ces femmes qui ont marqué l’histoire du cinéma français, avec qui il a déjà tourné ou non était pourtant formidable. Théâtral, humoristique, joueur, musical, mais aussi nostalgique, le film rappelle bien sûr Femmes femmes (7), long métrage superbe sur les actrices avec des séquences en-chantées à la Jacques Demy (8), à qui Vecchiali rend un hommage appuyé dans Le Cancre. Cette fois-ci, avec l’âge qui est désormais le sien, Vecchiali filme la vieillesse, et sans fatalisme, décide de la chanter, de la danser, voire de la transfigurer lorsqu’il filme le visage de Catherine Deneuve. Cette représentation de la fin de vie, rare dans le cinéma français qui tend à habituellement à cantonner la vieillesse à un sujet de société, se tient justement dans le mot vie, qui anime ces personnages jusqu’au dernier souffle. Malgré cette belle idée, les séquences avec ces actrices, à l’exception de celle avec Edith Scob, tordante dans sa tunique de bonne sœur, paraissent laborieuses, pour ne pas dire décevantes, notamment à cause de dialogues trop écrits qui étouffent la mise en scène. C’est aussi le problème de ce genre de casting, où l’on guette impatiemment l’entrée de Mathieu Amalric ou de Catherine Deneuve, et où la multiplication d’apparitions trop éphémères empêche de développer durablement les relations entre les personnages...
http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/le-cancre.html
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Femmes_Femmes
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1468

Entretien avec Paul Vecchiali
https://www.youtube.com/watch?v=PfW-lLmmuOs

Paul Vecchiali
Né le 28 avril 1930 à Ajaccio.
Ami de Jacques Demy, chroniqueur aux Cahiers du cinéma et à La Revue du cinéma, il produit les premiers films de Jean Eustache...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Vecchiali

Noël Simsolo
Né le 31 août 1944 à Périgueux.
Réalisateur, comédien, historien du cinéma, scénariste de bande dessinée, romancier, il est l’auteur de plusieurs aventures du Poulpe...
https://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl_Simsolo

Philippe Bottiglione
http://www.imdb.com/name/nm0098682/

Roland Vincent
Né le 14 juin 1938.
Connu, entre autres, pour ses compositions et arrangements effectués pour Michel Delpech...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Vincent

Pascal Cervo
Né en juillet 1977 à Soisy-sur-Seine.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Cervo

Catherine Deneuve
voir fiche du film Le Dernier métro
http://www.citebd.org/spip.php?film1412

Annie Cordy
Née Léonie Juliana baronne Cooreman à Bruxelles le 16 juin 1928.
Un talent dramatique indéniable dans Le Passager de la pluie puis dans Le Chat font de cette chanteuse populaire une actrice qui n’en n’est pas moins irrésistible...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Cordy

Mathieu Amalric
voir fiche du film La Loi de la jungle
http://www.citebd.org/spip.php?film1710

Françoise Lebrun
voir fiche du film Trois souvenirs de ma jeunesse
http://www.citebd.org/spip.php?film1470

Françoise Arnoul
voir fiche du film French cancan
http://www.citebd.org/spip.php?film953

Edith Scob
voir fiche du film Holy motors
http://www.citebd.org/spip.php?film852

Marianne Basler
Née le 9 mars 1964 à Bruxelles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marianne_Basler
http://toutlecine.challenges.fr/star/0000/00002798-marianne-basler.html

Pierre Sénélas
http://www.imdb.com/name/nm0845370/

Marie-Christine Hervy
http://www.imdb.com/name/nm0381180/

Catherine Estrade
http://www.imdb.com/name/nm7960431/

Simone Tassimot
http://www.imdb.com/name/nm7098443/

Julien Lucq
http://www.imdb.com/name/nm4259568/

Eric Rozier
http://www.imdb.com/name/nm0747612/

Raphaël Neal
Né le 12 juillet 1980 à Orsay.
http://www.imdb.com/name/nm1002819/

Manuel Lanzenberg
http://www.imdb.com/name/nm7700120/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Un Vecchiali malicieusement grave et drôle qui fait défiler les belles et auquel un réjouissant duo-duel père-fils confère une vivacité étonnante.
Libération - Lancé aux trousses de tous les spectres de ses passions abîmées par le temps - à l’image, dans une très belle scène, de la voix de Rodolphe poursuivant de ses chevrotements celle du chanteur d’un vieil air aimé -, le film et l’homme courent languidement toutes les lignes de vie, toutes les pistes à la fois.
Télérama - Ambiguë, douloureuse, Catherine Deneuve insuffle, en quelques minutes, une mélancolie cruelle à ce film romantique, surchargé et émouvant...
Culuropoing - "Le Cancre" reste un film singulier ponctué de belles scènes. C'est un hommage élégant que le cinéaste adresse à "ses" belles, actrices et compagnes de cinéma figurées, complices ou vénérées, doubles de femmes à qui il s'agit avant tout de donner la réplique.
Film de culte - Imparfait mais témoignant d'une liberte sans garde-fou, le film est à l’image de son auteur : attachant et inclassable.
Abus de ciné - Inégal et touchant, "Le Cancre" est ainsi fait. Mais comme dans le célèbre poème éponyme de Jacques Prévert, ce film dit « non » avec la tête mais « oui » avec le cœur. C’est amplement suffisant.
Cinéséries - Inclinons-nous devant le parcours atypique de cet artiste qui n’hésite pas à inclure des thèmes dits « dérangeants » dans sa gestion de l’espace comme des sentiments...
Les Inrocks - Un homme au crépuscule de sa vie est hanté par les fantômes de l’amour. Vecchiali face à la douleur des sentiments...