la nuit des morts-vivants - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > à l'affiche au cinéma > la nuit des morts-vivants

la nuit des morts-vivants

ciné répertoire
Night of the living dead
Usa - 1968 - 1h36
sorti en France le 21 janvier 1970
interdit aux moins de 16 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

George A. Romero

scénario : George A. Romero, John A. Russo
direction de la photographie : George A. Romero
musique ou chansons : Scott Vladimir Licina
avec : Duane Jones (Ben), Judith O'Dea (Barbara), Karl Hardman (Harry Cooper), Marilyn Eastman (Helen Cooper), Keith Wayne (Tom), Judith Ridley (Judy), Kyra Schon (Karen Cooper), Charles Craig (Newscaster/mort-vivant), Bill Hinzman (mort-vivant dans le cimetière), Russell Streiner (Johnny), Bill Cardille (Chilly Billy Cardilly), George Kosana (shérif McClelland)
séances : semaine du mercredi 23 novembre 2016
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
21:00*
séance spéciale :
* Lisathèque - jeu 24 à 21h00 : séance au Lisa (303 av. de Navarre) présentée par Hidden circle dans le cadre du festival "Le Rayon fantastique" - entrée libre dans la limite des places disponibles

synopsis

Venus se recueillir sur la tombe d’un proche, Johnny et Barbara sont attaqués par un personnage inquiétant. Horrifiée, Barbara voit Johnny se faire tuer. Elle s’enfuit et trouve refuge dans une petite maison perdue au milieu de la campagne. Elle y trouve Ben, ainsi que d’autres fugitifs. La radio leur apprend alors la terrible nouvelle : des morts s’attaquent aux vivants....

notes de production

La Nuit des morts-vivants, pour la résonance de sa critique sociale et raciale, fut avant tout considéré comme un film plus volontiers politique que d’épouvante. Le film fut suivi de cinq suites, toujours réalisées par Romero : Zombie (1), Le Jour des morts-vivants (2), Le Territoire des morts (3), Chronique des morts-vivants (4) et Le Vestige des morts-vivants (5).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zombie_(film)
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Jour_des_morts-vivants
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Territoire_des_morts
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film161
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Vestige_des_morts-vivants

George A. Romero et ses amis d’université ont toujours eu le désir de réaliser un long-métrage. Malheureusement, les démarches auprès des financiers se sont révélées catastrophiques. C’est ainsi qu’ils décident de fonder ensemble leur propre société de production : Image ten, en la finançant par leurs propres moyens. Chaque actionnaire s’engage à rapporter 600 $ à la société. Le capital obtenu sera alors quintuplé en étant vendu cher à des tiers.

Si George A. Romero est aujourd’hui passé maître du cinéma d’horreur, il n’était pas spécialement amateur du genre lorsqu’il a commencé à tourner La Nuit des morts-vivants. Si le réalisateur et ses amis ont décidé de se tourner vers le genre pour leur premier long-métrage, c’est avant tout pour espérer rentabiliser les capitaux investis. En effet, à une époque où la télévision avait fait chuter les taux de fréquentation des salles de cinéma, il fallait surtout s’assurer que le film allait être lucratif tout en restant une œuvre de qualité comme le confirme l’un des producteurs du film Russel Streiner : sans doute, nous aurions préféré réaliser un grand film dramatique. Mais une fois que nous avons opté pour un film d’horreur, nous nous sommes efforcés de le rendre le plus réaliste possible avec le budget dont nous disposions. Le succès du film a par la suite lancé la carrière de George A. Romero qui persiste jusqu’à aujourd’hui dans l’horreur.

Lorsque George A. Romero écrit le scénario de La Nuit des morts-vivants, le réalisateur dit s’être inspiré de Je suis une légende (6), le célèbre roman de Richard Matheson. Le livre raconte l’histoire de l’unique survivant sur Terre d’une terrible pandémie transformant les humains en vampires.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Je_suis_une_l%C3%A9gende_(roman)

La plupart des personnages sont interprétés par des amateurs, de simples habitants de Pittsburgh (7), amis ou clients de la maison de production. Russell Streiner et Karl Hardman, les producteurs eux-mêmes, jouent respectivement Johnny et Harry dans le film.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pittsburgh
La séquence du cimetière fut tournée sur deux jours. La voiture conduite par Barbara et Johnny appartenait à la mère de Russel Streiner, mais elle eut un accident le soir du 1er jour. Romero changea alors le script afin que la voiture s’écrase contre un arbre.

Le film d’horreur à petit budget est un genre de produit typiquement américain qui n’obtient que très rarement une grande audience. La Nuit des morts-vivants est une exception : la pauvreté relative de son budget contribua à renforcer la force percutante de son sujet et le réalisme de la photographie. En effet, l’action se déroule dans un décor unique, le son est pris sur le vif, le cadrage serré, la caméra portée à l’épaule.

Tom Savini devait s’occuper des maquillages du film mais il fut appelé sous les drapeaux pour être photographe de guerre au Vietnam (8), et remplacé par Karl Hardman, l’un des producteurs. En 1990, Tom Savini réalisera le remake en couleurs de La nuit des morts vivants, avec une fin plus optimiste (9). George Romero travailla sur le remake en tant que producteur exécutif.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Nuit_des_morts-vivants_(film,_1990)

Tourné pour la budget dérisoire de 114 000 $, La Nuit des morts-vivants rapporte plus de 5 millions $. Le film demeure alors l’un des films indépendants les plus rentables jamais produit.
La Nuit des morts-vivants a obtenu un tel succès public et critique qu’il a été présenté le 16 juin 1970 au Moma (10) (Museum of modern art) de New York.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Museum_of_Modern_Art

Juste avant sa sortie en salles aux Usa, le titre original du film, Night of the flesh eaters, fut changé en Night of the living dead par le distributeur The Walter reade organization (11). Cependant, lors de l’insertion du nouveau titre, le distributeur oublia d’insérer la mention de copyright, présente sur l’ancien titre. Walter Reed possédait quelques copies du film mentionnant le copyright original, ce qui lui aurait permis de s’en prévaloir, mais cela ne fut jamais fait. En conséquence de quoi le film est définitivement entré dans le domaine public sur le territoire américain. De ce fait, une innombrable série de dvd, à la qualité de transfert souvent médiocre, a été éditée sous les labels les plus divers.
(11) http://www.imdb.com/company/co0139559/

Le film est marqué par les convictions politiques de l’auteur. L’acteur principal est un jeune afro-américain : chose rare pour l’époque, la ségrégation étant encore de mise aux Usa un an auparavant. Ce choix de Romero (même si le réalisateur a toujours affirmé avoir engagé Duane Jones non pour sa couleur de peau mais pour ses talents d’acteur) est encore renforcé par le sort réservé au héros qui doit subir, en sus des assauts de zombies, les critiques de Harry Cooper. Seul survivant, il sera abattu par la police à la fin du film, la police l’ayant pris de loin pour un zombie. En outre, l’attaque des zombies a également été interprétée comme une métaphore de la guerre du Vietnam (8).

La Nuit des morts-vivants est un film-clé dans l’histoire du cinéma d’horreur. Il est en effet à l’origine d’un sous-genre horrifique très populaire : les films de zombies (12). Pourtant, le thème du mort-vivant avait déjà été abordé bien auparavant (dans Le Mort qui marche (13) de Michael Curtiz, par exemple). Et, quelques années avant la sortie du film de George Romero, on peut également citer le peu connu The Flesh eaters (14) et le plus fameux L’Invasion des morts-vivants de John Gilling (15) (une production Hammer). Cependant, La Nuit des morts-vivants se démarque nettement de ses prédécesseurs grâce à quelques détails majeurs qui deviendront des composantes incontournables des films de zombies suivants...
http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=445&NamePage=night-of-the-living-dead-me--la-nuit-des-morts-vivants-
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_films_de_zombies
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mort_qui_marche
(14) https://en.wikipedia.org/wiki/The_Flesh_Eaters_(film)
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Invasion_des_morts-vivants

George A. Romero
Né George Andrew Romero le 4 février 1940 à New York.
À travers ses films d’horreur gores et violents, mettant souvent en scène des morts-vivants, Romero critique la société étatsunienne, le racisme, sa consommation à outrance. Il a failli mettre en scène un remake de l’un des meilleurs films de son ami Dario Argento, Les Frissons de l’angoisse. Prévu en 3D, le film n’est finalement pas tourné à cause d’une mésentente avec Argento...
https://fr.wikipedia.org/wiki/George_A._Romero

John A. Russo
La majorité de ses films sont adaptés de ses romans ou nouvelles, dont certains ont été édités en France dans la collection Gore au Fleuve noir...
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_A._Russo

Scott Vladimir Licina
http://www.imdb.com/name/nm0509106/

Duane Jones
Né le 2 février 1936 à New York et décédé le 22 juillet 1988 à Mineola.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Duane_Jones

Judith O’Dea
Née le 20 avril 1945 à Pittsburgh.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Judith_O%27Dea

Karl Hardman
http://www.imdb.com/name/nm0362457/

Marilyn Eastman
http://www.imdb.com/name/nm0247659/

Keith Wayne
http://www.imdb.com/name/nm0915593/

Judith Ridley
http://www.imdb.com/name/nm0725985/

Kyra Schon
http://www.imdb.com/name/nm0774736/

Charles Craig
http://www.imdb.com/name/nm0185804/

Bill Hinzman
http://www.imdb.com/name/nm0386100/

Russell Streiner
http://www.imdb.com/name/nm0834183/

Bill Cardille
http://www.imdb.com/name/nm0136439/

George Kosana
http://www.imdb.com/name/nm0466916/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Un des chefs-d’œuvre du film d’horreur : la vision apocalyptique de Romero s’inscrit dans le contexte politique et racial des années 60 avec une mordante évidence. Saignant.
Critikat - La réussite de Romero est de laisser planer l’ambivalence sur l’influence de ces préjugés raciaux dans les relations entre survivants...
Dvd classik - "La Nuit des morts-vivants" ou l’histoire de l’horreur moderne en quelque sorte. Une date.
Cinéma fantastique - (...) l’intemporalité de l’œuvre et sa qualité, au vu des faibles moyens accordés, font de ce film une petite merveille du cinéma d’horreur ! A déguster sans aucune modération !
Télérama - Les innombrables imitations de "La Nuit des morts-vivants" n'ont jamais retrouvé la force, parfois insoutenable, de l'original...
Devil dead - "La Nuit des morts-vivants" est donc un chef-d'œuvre incontournable du cinéma d'horreur et même du cinéma tout court !
Le Cafard cosmique - "La Nuit des morts-vivants" a posé les bases du cinéma d’horreur tendance gore, marquant le genre aussi profondément que "Massacre à la tronçonneuse", à tel point qu’il est impossible depuis de faire un film de zombie sans le comparer à l’original ou à sa suite...
Ecran large - (...) on peut visionner toute sa vie "La Nuit des morts-vivants" et y trouver, à chaque vision, un élément nouveau qu'on n'avait pas encore aperçu ou analysé...