little big man, les extravagantes aventures d’un visage pâle - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > little big man, les extravagantes aventures d’un visage pâle

little big man, les extravagantes aventures d’un visage pâle

ciné répertoire
Little big man
Usa - 1970 - 2h19
sorti en France le 31 mars 1971
film - version originale sous-titrée en français
de

Arthur Penn

scénario : Calder Willingham
d'après l'oeuvre de : Thomas Berger
direction de la photographie : Harry Stradling Jr.
musique ou chansons : John Hammond Jr.
avec : Dustin Hoffman (Jack Crabb), Faye Dunaway (Mme Louise Pendrake), Dan George (Peau de la vieille hutte), Martin Balsam (M. Merriweather), Richard Mulligan (Général Custer), Jeff Corey (Wild Bill Hickock), Amy Eccles (Rayon de soleil), Cal Bellini (Ours des montagnes), Robert Little Star (Petit cheval), Ruben Moreno (Ombre), Kelly Jean Peters (Olga Crabb), Thayer David (le révérend Pendrake), Carole Androsky (Caroline Crabb), William Hickey (l'historien de l'interview), Norman Nathan (Pawnee), Ray Dimas (Jack, enfant), Alan Howard (Jack, adolescent), Annette O'Toole (Passerby), James Anderson (un sergent)
séances : semaine du mercredi 19 octobre 2016
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
20:30*
séance spéciale :
* ciné jeudi : "c’est arrivé loin de chez nous" - film couplé avec "Le Shérif est en prison" - tarif préférentiel 2 films = 7 € - en partenariat avec Hidden circle

synopsis

Âgé de 121 ans, Jack Crabb se penche sur son passé et raconte à un historien sa vie aventureuse, depuis son adoption par les Cheyennes dans les années 1860, alors qu'il n'était qu'un jeune enfant, jusqu'à sa participation à la défaite du général Custer lors de la bataille de Little big horn le 25 juin 1876, en passant par son association avec Wild Bill Hickok. Le film est donc constitué de longs flash-backs entrecoupés de retours au récit du vieillard...

notes de production

Le western repose sur le respect de deux codes fondamentaux qui constituent la base de son existence et de sa reconnaissance : le code spatial et le code temporel. On peut définir le western comme un film se déroulant dans l’Ouest américain dans la deuxième moitié du XIXème siècle. La discussion sur l’appartenance au genre ne commence que lorsqu’on arrive aux limites de ce code : un film se déroulant au Mexique est-il un western ? un film dépassant la Première Guerre Mondiale relève-t-il du genre ? En fait, à contrario, la discussion sur les frontières dévoile la pertinence des codes fondamentaux...
http://www.educiné.org/educine/Little_big_man/Entrees/2011/5/2_Dynamiter_les_mythes.html

Le film est adapté du roman de Thomas Berger, publié aux États-Unis en 1964 sous le titre de Little big man (1), puis publié en France en 1965 sous le titre de Mémoires d’un visage-pâle.
(1) http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/8323
Le film est inscrit en 2014 au National film registry (2) pour être conservé à la bibliothèque du Congrès
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/National_Film_Registry

Plus de dix ans après Le Gaucher (3), son premier film, Arthur Penn réalise de nouveau un western avec ce Little big man qui présente l’originalité de donner une large place au point de vue des Indiens. Il reviendra à ce genre en 1976 avec Missouri breaks (4), qui réunit Marlon Brando et Jack Nicholson.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Gaucher
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Missouri_Breaks

Chef Dan George, qui joue le rôle du père adoptif de Dustin Hoffman, est un authentique chef Indien issu de la Colombie britannique (5), à Vancouver, au Canada. Né en 1899, Te-Wah-No dut changer son nom à l’âge de cinq ans pour aller à l’école. Après avoir été chauffeur de bus ou encore docker, il devient comédien pour une série télévisée. Pour sa composition dans Little big man, Dan George est nommé dans la catégorie meilleur second rôle aux Oscar (6) et aux Golden globe (7). On le retrouvera en 1976 dans Josey Wales hors la loi (8) de Clint Eastwood. Devenu comédien, mais aussi écrivain, il ne cessera de défendre la cause des Indiens, jusqu’à sa disparition en 1981.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Colombie-Britannique
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/43e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/28e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Golden_Globes
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Josey_Wales_hors-la-loi

Little big man est en 1970 un des premiers grands rôles de Dustin Hoffman, qui en quelques années, est devenu l’un des comédiens les plus populaires de sa génération. Il tourne ce film trois ans après Le Lauréat (9), qui le révèle, et un an après Macadam cowboy (10). Après le film d’Arthur Penn, on retrouve rapidement le comédien dans deux nouveaux succès, Papillon (11) en 1973 et Lenny (12) en 1974.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Laur%C3%A9at
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Macadam_Cowboy
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Papillon_(film,_1973)
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lenny_(film)

Le rôle du chef Lodge Skins, l’un des héros de Little big man, avait été proposé à Marlon Brando (13), qui a refusé.
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marlon_Brando

Le scénario de Little big man, tourné en 1970, était prêt six ans plus tôt, mais le coût du film a été jugé trop élevé par les studios, ce qui en a retardé la réalisation. Le fait que l’histoire fasse la part belle aux Indiens aurait également eu un effet dissuasif. Arthur Penn a donc tourné Bonnie and Clyde (14) puis Alice’s restaurant (15), avant de pouvoir mettre en scène cette adaptation du roman de Thomas Berger.
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film1248
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Alice%27s_Restaurant

Si le film est adapté d’un livre de Thomas Berger, le scénario est signé Calder Willingham. Celui-ci a collaboré avec Stanley Kubrick sur le script des Les Sentiers de la gloire (16), ainsi que sur Spartacus (17), même s’il n’est pas crédité pour ce film. Il coécrit aussi le scénario de La Vengeance aux deux visages (18), un film que devait réaliser Kubrick mais qui a finalement été tourné par Marlon Brando. Après Little big man, Willingham, qui est par ailleurs écrivain, sera scénariste pour un autre grand succès de Dustin Hoffman, Le Lauréat (9) de Mike Nichols.
(16) http://www.citebd.org/spip.php?film1222
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Spartacus_(film,_1960)
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vengeance_aux_deux_visages_(film)

Sorti en pleine guerre du Vietnam (18), Little big man a été vu comme un film traitant indirectement de cette actualité. Le comportement du Général Custer et de ses troupes lors de la bataille de Litlle big horn (19) en 1876, remportée par les Indiens a été mis en parallèle avec l’engagement contesté des étatsuniens au Vietnam un siècle plus tard.
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Little_Bighorn
Trois ans après Bonnie and Clyde (14), Faye Dunaway tourne de nouveau sous la direction d’Arthur Penn.
Dans le film, le personnage de Jack Crabb a 121 ans, et fait le récit de sa vie. C’est toujours Dustin Hoffman qui joue ce rôle, que Crabb soit adolescent ou vieillard.
Afin que sa voix paraisse celle d’un homme de 120 ans, Dustin Hoffman a crié à pleins poumons dans sa loge pendant une heure.
Le traitement que devait endurer Dustin Hoffman pour ressembler à un centenaire est dû au talent de Dick Smith qui se fera connaître par la suite pour ses maquillages dans de grands films fantastiques comme L’Exorciste (20).
(20) http://www.citebd.org/spip.php?film1559

Le film évoque entre-autres le massacre de Sand creek (21), perpétré par l’armée américaine, et la bataille de Little big horn (19), rare victoire indienne sur les tuniques bleues, qui vit la mort du célèbre général Custer, figure démythifiée dans le film de Penn. La même année que Little big man, sort Soldat bleu (22) de Ralph Nelson, qui reconstitue le même massacre de1864. Il y a en a eu d’autres, le plus emblématique restant celui de Wounded knee (23). Ces évocations génocidaires renvoient explicitement au massacre de My Lai en 1968 (24), où les GI exterminèrent plusieurs centaines de civils vietnamiens et mirent le feu à la bourgade (les faits sont reconstitués dans Platoon (25) d’Oliver Strone)...
http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/critiques/reprise-somptueuse-de-little-big-man-grand-role-de-dustin-hoffman-243607
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Sand_Creek
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Soldat_bleu
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Wounded_Knee
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_M%E1%BB%B9_Lai
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Platoon

Plutôt qu’un western, déclarait Arthur Penn, Little big man serait un film sur la guerre de colonisation, un film qui se situerait non sur une frontière géographique mais sur des limites mouvantes d’une nation avant tout commerçante. Jack Crabb est moins un personnage de western qu’un visiteur de l’Ouest, un individu qui est entre deux cultures et qui, quoi qu’il arrive, essaie de vivre à l’endroit où il se trouve. Jack Crabb est quelqu’un qui passe toujours à côté des choses, qui reste à l’écart des événements définitifs. Il faut remarquer que toute son histoire part de l’affirmation suivante : je suis le seul survivant blanc de la bataille de Little big horn (19), alors que nous savons, nous, qu’il n’y en eut aucun...
http://www.dvdclassik.com/critique/little-big-man-penn

On l’aura compris dès les premières images, Arthur Penn sème la confusion et propose ironiquement un personnage de Candide (26) au Far West, sans cesse malmené au cours de ses picaresques aventures, et dont l’éducation est foncièrement négative en ce qu’elle anéantit les illusions de l’adolescence pour qui accède l’âge adulte, présenté ici comme le fossoyeur de tout idéalisme. C’est d’ailleurs fort logiquement que le film élude volontairement la vie d’adulte de Jack Crabb - on le retrouve, à la fin du film, devenu ce vieillard de 121 ans que l’on nous a très brièvement présenté au tout début - sans que l’on sache ce qu’il est devenu entre l’épisode qui suit la bataille de Little big horn (19) et sa présence dans un hospice pour vieillards...
http://libresavoir.org/index.php?title=Little_Big_Man_de_Arthur_Penn
(26) https://fr.wikipedia.org/wiki/Candide

Little big man (c’est ainsi que le centenaire s’appelle chaque fois que le jeu des circonstances le refait Cheyenne) est un film étincelant de verve, d’ironie, de rythme. Rebondissements, coups de théâtre, coq-à-l’âne, gags - cela galope à toute vapeur. Sans compter, pour les amateurs, les séquences-clins d’œil où Penn s’amuse à pasticher Flaherty (27) (parlant des Cheyennes (28) comme Flaherty parlait des Esquimaux) mais plus souvent John Ford (29) ou Anthony Mann (30). L’humour le plus cocasse, le burlesque et l’esprit (qui, pour un spectateur français, évoque celui des conteurs philosophiques du XVIII• siècle : Little big man, c·est l’Ingénu à la sauce western) se mêlent au tragique et à l’horreur sans que jamais l’image cesse d’être d’une exceptionnelle beauté. On savait que Penn comptait parmi les réalisateurs de premier
plan. Little big man est, à ce jour, son plus beau film.
Jean-Louis Bory in Le Nouvel observateur (n• 334)
(27) http://www.citebd.org/spip.php?film165
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheyennes
(29) http://www.citebd.org/spip.php?film1442
(30) https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthony_Mann

Little big man n’est pas un chef-d’œuvre dont tous les éléments se fondraient harmonieusement, mais c’est un film important où, une fois faite la part des scories qui l’encombrent, un certain nombre de séquences, parfois très belles, font définitivement justice des mensonges répandus sur les Indiens et sur les conditions dans lesquelles on a voulu les exterminer. Penn n’est pas le premier à œuvrer dans cette voie, mais il est certainement l’un de ceux qui s’y sont le plus profondément engagés. Contre l’idéologie véhiculée par des films comme Fort Bastion ne répond plus (31), où quelqu’un dit, désignant des mitrailleuses : si Custer avait eu ces engins-là, il n’aurait pas été vaincu... - Little big man constitue, en tout cas, un excellent antidote.
Philippe Haudiquet in La Revue du cinéma n° 251 -juin - juillet 1971)
(31) http://forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?t=8120

Entretien avec Arthur Penn
Vous venez de réaliser "Little big man" qui aborde un problème de l ’histoire américaine, avec des personnages ayant aussi existé. Qu’est-ce qui vous incite à puiser vos sujets dans l’histoire américaine ?
Dans Little big man le personnage principal n’a pas existé. Il y a Custer mais il n’a qu’un petit rôle. Les véritables personnages du film sont les Indiens. Si Custer joue un petit rôle c’est parce que nous savons que l’histoire a la terrible habitude de se répéter. Custer était à la bataille de la rivière Washita (32) qui se trouve en Oklahoma.
Là il fit massacrer les habitants d’un village comme nous massacrons les habitants des villages vietnamiens. Ceux qu’il fit massacrer appartenaient à une des nations
indiennes qui s’opposèrent à lui à la bataille de Little big horn (19). Ce fut, comme vous le savez, la dernière bataille de Custer. Ce sont des faits dont je parle dans le film.Quant au reste il est imaginaire. Ce n’est pas, à proprement parler, l’histoire américaine.
Il y a autre chose que je dois dire à propos de ce film. De plus en plus, aux Usa, on a tendance à faire des films en dehors des studios. C’est terrible pour moi de dire cela parce que Little big man est littéralement un monstre qui a coûté très cher. C’est absurde. Il y a certes une raison : c’est un film qui a quatre ans. C’est un film que je devais faire avant Bonnie and Clyde (14). Il était déjà écrit et les compagnies se sont battues pour l’avoir. C’était la M.G.M. (33) qui l’avait acheté. La M.G.M. eut des ennuis, il nous fut d’abord impossible de ravoir le script et nous dûmes attendre quatre ans avant de pouvoir faire quoi que ce soit. D’une certaine façon Little big man est un film démodé, plus démodé en tout cas que ce que je ferais maintenant.

Est-ce que cela vous gêne quand on parle de violence à propos de vos films ?
Je ne suis pas gêné. Il me semble cependant que le mot violence ne correspond peut-être pas à ce que je veux exprimer...
Jan Aghed et Bernard Cohn in Positif n° 126 (avril 1971)
(32) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_la_Washita
(33) https://fr.wikipedia.org/wiki/Metro-Goldwyn-Mayer

Arthur Penn
voir fiche du film Bonnie et Clyde
http://www.citebd.org/spip.php?film1248

Calder Willingham
voir fiche du film Les Sentiers de la gloire
http://www.citebd.org/spip.php?film1222

Thomas Berger
Né Thomas Louis Berger le 20 juillet 1924 à Cincinnati et décédé le 13 juillet 2014 à Nyack (État de New York).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Berger

Harry Stradling Jr.
Né à New York le 7 janvier 1925.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Stradling_Jr.

John Hammond Jr.
Né à New York le 13 novembre 1942.
Il est la seule personne qui a pu réunir dans son groupe Eric Clapton et Jimi Hendrix en même temps, pour cinq jours dans les années 1960...
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Hammond_(bluesman)

Dustin Hoffman
voir fiche du film Marathon man
http://www.citebd.org/spip.php?film1532

Faye Dunaway
voir fiche du film Bonnie et Clyde
http://www.citebd.org/spip.php?film1248

Dan George
Né Geswanouth Slaholt à Vancouver Nord le 24 juillet 1899 où il est décédé le 23 septembre 1981.
Chef de la nation Tsleil-Waututh, il fait carrière à Hollywood en tant qu’acteur à partir de 61 ans...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dan_George

Martin Balsam
voir fiche du film 12 hommes en colère
http://www.citebd.org/spip.php?film512

Richard Mulligan
Né le 13 novembre 1932 à New York et décédé le 26 septembre 2000 à Los Angeles.
Son rôle le plus marquant restera celui du général Custer dans Little big man...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Mulligan

Jeff Corey
voir fiche du film L’Opération diabolique
http://www.citebd.org/spip.php?film1381

Amy Eccles
Née le 1er janvier 1949 à Hong Kong.
http://www.imdb.com/name/nm0248319/

Cal Bellini
http://www.imdb.com/name/nm0069031/

Ruben Moreno
http://www.imdb.com/name/nm0604175/

Kelly Jean Peters
http://www.imdb.com/name/nm0676541/

Thayer David
Né le 4 mars 1927 à Medford (Massachusetts) et décédé le 17 juillet 1978 à New York.
http://www.imdb.com/name/nm0203076/

Carole Androsky
http://www.imdb.com/name/nm0029100/

William Hickey
voir fiche du film L’Étrange Noël de Monsieur Jack
http://www.citebd.org/spip.php?film410

Ray Dimas
http://www.imdb.com/name/nm0227212/

Alan Howard
http://www.imdb.com/name/nm0397103/

Annette O’Toole
Née Annette Toole le 1er avril 1952 à Houston.
http://www.imdb.com/name/nm0001578/

James Anderson
http://www.imdb.com/name/nm0026841/

extrait(s) de presse

Critikat - À la suite du "Gaucher", de "Alice’s restaurant" et de "Bonnie and Clyde", ce chef d’œuvre d’Arthur Penn poursuit bien l’œuvre « néo-hollywoodienne » du cinéaste fondée sur le questionnement des valeurs de l’Amérique et le possible surgissement salutaire d’une autre société, ici, en l’occurrence, celle des guerriers Cheyennes...
Télérama - Dustin Hoffman est parfait tout au long de ses métamorphoses, et il est bien entouré, notamment par Faye Dunaway, irrésistible.
àVoir-àLire - Iconoclaste et farouchement hors norme, ce classique d’Arthur Penn prend à revers tous les clichés du western avec humour et sensibilité. Du plaisir à l’état pur.
Culturebox - Film phare du nouvel Hollywood, "Little big man" n'a pas pris une ride et reste tout aussi jouissif qu'à sa découverte, tout en reflétant son époque... "Little big man" est un chef-d'œuvre.
Retro hd - "Little big man" est une œuvre humaine complète et riche...
Krinein - Une oeuvre cinématographique qui fait à la fois pleurer et rire, tout en déclenchant de la réflexion sur ce qui nous est essentiel ou pas dans une courte vie, c'est ce que j'appelle une vision qui convient à mon grand petit esprit.
Frenetic arts - "Little big man" est un chef-d'œuvre dont la puissance d'évocation demeure intacte...
Toute la culture - "Little big man" : voilà du cinéma qui vous ragaillardit !