keeper - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > keeper

keeper

Belgique, France - 2015 - 1h36
sorti en France le 23 mars 2016
Grand prix du jury festival premiers plans Angers - label Europa cinémas à Locarno - prix de la critique festival international du film francophone de Namur - mention spéciale du jury à Varsovie
film - film francophone
de

Guillaume Senez

scénario : Guillaume Senez, David Lambert
direction de la photographie : Denis Jutzeler
avec : Kacey Mottet Klein (Maxime), Galatéa Bellugi (Mélanie), Catherine Salée (Nathalie, maman de Maxime), Sam Louwyck (Patrick, papa de Maxime), Laetitia Dosch (Patricia, maman de Mélanie), Cédric Vieira (le coach), Aaron Duquaine (Lionel), Léopold Buchsbaum (Thibault), Vincent Sornaga (assistant social), Dominique Baeyens (le gynécologue), Sophie Leboutte (directrice de la maison maternelle), Mounia Raoui (le médecin sportif), Béatrice Didier (psychologue), Arthur Masse (Arthur), Corentin Lobet (coordinateur)
séances : semaine du mercredi 5 octobre 2016
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
16:30*
séance spéciale :
* 1ère journée européenne du cinéma art et essai organisée à l’initiative de la Cicae (Confédération internationale des cinémas d'art et essai) avec le soutien de la revue Positif - en partenariat avec Hidden circle - tarif préférentiel : 4 films = 10 €

synopsis

Maxime et Mélanie s’aiment. Ensemble, ils explorent leur sexualité avec amour et maladresse. Un jour, Mélanie découvre qu’elle est enceinte. Maxime accepte mal la nouvelle, mais peu à peu se conforte dans l’idée de devenir père. C’est maintenant décidé : du haut de leurs quinze ans, Maxime et Mélanie vont devenir parents…

notes de production

Keeper est né juste après le tournage du court métrage Dans nos veines (1), l’histoire d’un ado violenté par son père qui s’apprête à avoir un enfant. Guillaume Senez a, à ce moment, eu le sentiment d’avoir atteint la maturité nécessaire en tant qu’homme et cinéaste pour aborder le format long. Il a ainsi décidé, en compagnie de son co-scénariste David Lambert, de se lancer en abordant à nouveau le thème de la paternité qui lui parle beaucoup puisqu’il est le père de deux enfants.
(1) http://www.fr.universcine.be/films/dans-nos-veines

Guillaume Senez n’a pas cherché à faire de Keeper un film à message prenant position pour ou contre l’avortement ou l’adoption. L’objectif était davantage de montrer les choses comme elles existent et laisser les gens avoir leur propre opinion.

Keeper se centre sur la thématique adolescente. Un sujet tenant particulièrement à cœur à Guillaume Senez qui l’a aussi traité dans ses trois courts métrages : on parle toujours mieux des choses qu’on connaît pour les avoir traversées. Je ne me voyais pas, à 36 ans, raconter pour mon premier long métrage le quotidien d’un couple d’octogénaires. L’adolescence fut en outre une période très importante de ma vie et j’ai été nourri par la multitude de choses qui me sont arrivées à cet âge-là. Cela se retrouve donc de manière naturelle dans mon travail.

C’est parce que Guillaume Senez a été entraîneur qu’il a voulu faire du personnage de Maxime un garçon rêvant de devenir footballeur professionnel, mais aussi pour donner un enjeu à l’histoire du film : le but ici n’est pas que le spectateur croit que Maxime puisse devenir pro mais que lui puisse l’espérer. Alors que sur 100 gamins d’un très haut niveau, seuls six vont parvenir à passer pro. Je voulais donc qu’au moment où Maxime bascule et grandit avec la perspective de cet enfant à naître, il 9 soit aussi confronté à la déception de ne pas atteindre ce rêve-là, à un âge où on a encore énormément d’idéaux..., explique-t-il.

Comme le film a mis cinq ans à se monter financièrement, Guillaume Senez ne l’a pas écrit avec un comédien adolescent en tête depuis le début. Le cinéaste tenait néanmoins à ce que les comédiens aient l’âge de leurs personnages. Pour dénicher les acteurs, un long casting vocal a été organisé mais c’est la réalisatrice Ursula Meier qui lui a parlé du jeune Kacey Mottet Klein qu’elle avait dirigé L’Enfant d’en haut (2). Au départ réticent car le trouvant trop chétif pour le rôle, Guillaume Senez a été conquis par le jeu de l’adolescent.
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film844

Au sujet de l’atmosphère visuelle du film, Guillaume Senez et son directeur de la photographie avaient comme références Paranoïd park (3) de Gus van Sant, Ceux qui m’aiment prendront le train (4) de Patrice Chéreau ou encore Morse (5) et Boy A (6) pour le travail sur la lumière blanche et le décadrage effectué par Tomas Alfredson et John Crowley.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Paranoid_Park
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ceux_qui_m%27aiment_prendront_le_train
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film271
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film197

Le tournage de Keeper a duré 25 jours contrairement aux 30 d’abord envisagés en premier lieu. C’est pour rentrer dans le budget que ces cinq jours ont sauté, ce qui a nécessité des choix scénaristiques drastiques de la part de Guillaume Senez qu’il aurait préféré faire lors de la phase de montage.

Keeper, en Belgique et dans bien d’autres pays anglophone, signifie gardien de but. Guillaume Senez nous renseigne : je trouvais intéressant de confronter Maxime à ce poste assez ingrat qui en terme d’impuissance fait ici écho au non-pouvoir de Maxime face à la grossesse de Mélanie.

Entretien avec Guillaume Senez
« Keeper » est votre tout premier long métrage. À quand remonte votre envie de faire du cinéma ?
Vers 15 ans, j’ai commencé à me rendre compte que j’allais voir des films de Mike Leigh (7) ou Abel Ferrara (8) quand mes potes se ruaient vers Jurassic park (9). Je me souviens qu’un jour, quand un de nos profs nous avait demandé ce qu’on souhaitait suivre comme études, tous mes copains avaient répondu à ma place que je ferais du cinéma. Je n’en avais pas vraiment conscience à l’époque mais tout s’est enchaîné assez naturellement par la suite. J’ai fait une école de cinéma à Bruxelles, dont je suis sorti en 2001. Puis j’ai tourné trois courts-métrages : La Quadrature du cercle (10), Dans nos veines (1) et U.h.t. (11)...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/keeper,335151-note-139244
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film1352
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film987
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jurassic_Park
(10) http://www.unifrance.org/film/27725/la-quadrature-du-cercle
(11) http://www.formatcourt.com/2012/12/uht-de-guillaume-senez/

Guillaume Senez
Né à Uccle (Belgique) en 1978.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Senez

David Lambert
voir fiche du film Je suis à toi
http://www.citebd.org/spip.php?film1516

Denis Jutzeler
http://www.imdb.com/name/nm0433291/

Kacey Mottet Klein
voir fiche du film Quand on a 17 ans
http://www.citebd.org/spip.php?film1653

Galatéa Bellugi
Née Galatéa Kraghede Bellugi en 1997 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Galat%C3%A9a_Bellugi

Catherine Salée
voir fiche du film Melody
http://www.citebd.org/spip.php?film1300

Sam Louwyck
voir fiche du film Les Ardennes
http://www.citebd.org/spip.php?film1709

Laetitia Dosch
Née le 1er septembre 1980.
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A6titia_Dosch

Cédric Vieira
voir fiche du film 3 cœurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1315
http://www.imdb.com/name/nm0896631/

Aaron Duquaine
http://gb.imdb.com/name/nm7107021/?ref_=ttfc_fc_cl_t1

Léopold Buchsbaum
http://www.imdb.com/name/nm6700447/

Vincent Sornaga
http://www.imdb.com/name/nm7708119/

Dominique Baeyens
voir fiche du film Au nom du fils
http://www.citebd.org/spip.php?film1284
http://www.imdb.com/name/nm0046436/

Sophie Leboutte
voir fiche du film Le Silence de Lorna
http://www.citebd.org/spip.php?film107
http://www.imdb.com/name/nm0495844/

Mounia Raoui
voir fiche du film Je vous souhaite d’être follement aimée
http://www.citebd.org/spip.php?film1658
http://www.imdb.com/name/nm0710628/

Béatrice Didier
http://www.comedien.be/beatricedidier

Corentin Lobet
voir fiche du film Post partum
http://www.citebd.org/spip.php?film1517

extrait(s) de presse

France tv info - Guillaume Senez signe un film fort, dévoilant la grâce que dissimulent ces deux grands enfants décidés à élever le leur.
Positif - Sensibilité, authenticité, justesse : une conclusion s'impose. En forme de faire-part : un cinéaste est né !
La Croix - Sur un sujet aussi sensible, aussi troublant, Keeper fait simplement le choix de s’approcher des êtres, avec pudeur et compassion. Avec sensibilité et finesse.
Paris match - Difficile de résister au dernier plan, assurément l'un des plus forts de ce début d'année. Vos larmes vont couler, vous voilà prévenus.
Télérama - C'est un premier film, mais d'une maturité étonnante dans la complexité émotionnelle de ses personnages tout comme dans sa mise en scène sur le vif, à la manière des frères Dardenne.
Le Nouvel obs - Il y a là un talent, une maîtrise, une attention aux autres et une confiance dans le cinéma qui conduisent à penser que l’on reparlera de Guillaume Senez.
àVoir-àLire - Un film subtil, illuminé par des comédiens au talent prometteur, qui fait la part belle aux paradoxes de cette époque particulière de la vie que l’on nomme adolescence.
Bande à part - Comme Abdellatif Kechiche, Guillaume Senez fait émerger une sacro-sainte « vérité » (...) et des fulgurances d'acteurs sur près de 95 minutes. Un premier film qui restera.