sparrows - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > sparrows

sparrows

Serçeler
Islande, Danemark, Croatie - 2015 - 1h39
sorti en France le 13 juillet 2016
Flèche de Cristal, prix de la meilleure photographie, prix d'interprétation masculine, prix de la presse festival du cinéma européen des Arcs 2015
avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - version originale sous-titrée en français
de

Rúnar Rúnarsson

scénario : Rúnar Rúnarsson
direction de la photographie : Sophia Olsson
musique ou chansons : Kjartan Sveinsson
avec : Atli Oskar Fjalarsson (Ari), Ingvar Eggert Sigurðsson (Gunnar), Nanna Kristín Magnúsdóttir (Kristjana), Rade Serbedzija (Tomislav), Kristbjörg Kjeld (la grand-mère), Pálmi Gestsson (Diddi), Arnoddur Magnus Danks (l’oncle de Bassi), Katla M. Þorgeirsdóttir (Ösp), Rakel Björk Björnsdóttir (Lára), Víkingur Kristjánsson (Dagur), Arndís Hrönn Egilsdóttir (Vera), Eva Sigurdardottir (danseur), Jarkko Lahti (Darijo), Eyþór Jóvinsson (ami de Gunnar), Júlíus Þorfinnsson (Kormákur), Benedikt Benediktson (Einar), Valgeir Skagfjörð (Bassi), Elín Árnadóttir (María)
séances : semaine du mercredi 31 août 2016
mercredi 31 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
14:00
18:30
18:30
21:00
16:30
21:00
11:00*
14:30
18:45
18:30*
séance spéciale :
* dimanche 11h00 matinale 3.50 €
* lundi 18h30 dernière séance

synopsis

Ari, 16 ans, vit avec sa mère à Reykjavik lorsqu’il doit soudain retourner vivre chez son père Gunnar, dans la région isolée des fjords, au nord-ouest de l’Islande. Sa relation avec son père n’est pas des plus faciles et ses amis d’enfance semblent avoir bien changé. C’est dans cette situation difficile à laquelle il ne peut échapper qu’Ari devra s’imposer pour trouver sa voie...

notes de production

Le film a été tourné en 2014 en Islande, dans la région de Westfjords, en particulier les villages de pêcheurs de Flateyri (1) et Isafjordur (2) au nord ouest du pays.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Flateyri
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Dsafj%C3%B6r%C3%B0ur
Rúnar Rúnarsson a voulu, dans Sparrows, explorer plusieurs thématiques. La plus centrale est celle du passage à l’âge adulte d’un jeune homme traversant une période de transition, mais le film parle aussi des relations père-fils, d’intégration, de retour aux sources, de masculinité, d’amour, de perte et de pardon. Le cinéaste explique : j’aime travailler avec beaucoup d’éléments car la vie est plus complexe qu’une seule morale en 90 minutes. La vie n’est pas noire ou blanche, elle est grise avec une échelle de nuances de gris. C’est la réalité et je veux que le public la perçoive. Ensuite, c’est un film, donc il faut que ce soit visuel et narratif. Et comme je me suis aperçu que les spectateurs aiment identifier le genre précis des films, avec mon équipe, nous définissions ce que nous faisons comme du réalisme poétique. Car il est important d’avoir de la beauté et de l’esthétique.

Si le film est assez sombre, Rúnar Rúnarsson n’a pas voulu choquer gratuitement mais faire en sorte que le spectateur ressente la beauté qui succède à cette noirceur. Le réalisateur confie : c’est une erreur de laisser le spectateur penser que tout est lumineux et bon comme on le fait dans les productions hollywoodiennes ou que l’existence est un enfer sans espoir comme dans certains films art et essai. Aucune des deux options n’est juste car dans la vie, quand on tombe, on se relève et le soleil brille de nouveau. Il y a toujours de l’espoir, on ne doit jamais abandonner.

Lorsqu’il était au lycée, Rúnar Rúnarsson avait deux amis originaires de l’une des deux villes où l’équipe a posé ses caméras. Il connaissait donc l’endroit et savait avant le tournage qu’il pourrait utiliser plusieurs décors différents dans une zone géographique réduite. Le cinéaste et son équipe ont ainsi pu utiliser des maisons abandonnées, changer facilement le plan de travail en cas de modification de la météo et loger aisément toute l’équipe.

Sparrows a été tourné en super 16 (3) car pour Rúnar Rúnarsson il s’agit du format le plus adéquat en matière de délicatesse. Nous vivons dans un monde d’écrans haute définition qui nous bombardent de contrastes affreux et quand on regarde un film tourné en pellicule dans de bonnes conditions, on retrouve du vrai cinéma. Et cela revenait même moins cher de tourner en Super 16 qu’en numérique !, commente-t-il.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_16_mm
Sparrows, second long métrage réalisé par Rúnar Rúnarsson, a obtenu de multiples prix (San Sébastian, Les Arcs, Goteborg, Sao Paulo, etc.) depuis sa première mondiale au festival de Toronto en septembre 2015. Il a également été présenté à la Berlinale 2016 (4).
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Berlinale_2016

Atli Oskar Fjalarsson avait déjà joué sous la direction de Rúnar Rúnarsson dans le court métrage Two birds (5). Après d’autres rôles dans des films et des shows télévisés, l’adolescent a refait équipe avec le réalisateur et scénariste islandais pour Sparrows. Il est récemment parti aux Usa pour y étudier la comédie.
(5) http://org-www.festival-cannes.com/fr/archives/ficheFilm/id/0a3c0114-e846-4649-962c-bbaf7f680889/year/2008.html
Les musiques que l’on entend dans le film sont signées Kjartan Sveinsson, l’ancien pianiste du groupe culte Sigur Ros.

Le réalisateur aborde des sujets profonds comme l’adolescence, la relation de l’ado avec les autres, et avec soi-même, la mort, l’amour, la jalousie, l’abandon, la solitude…
Et ce que va vivre Ari va le marquer au fer rouge. Rúnar Rúnarsson ne fait pas dans la dentelle. Oui, c’est vrai que les photos sont superbes, oui, c’est vrai que Rúnar Rúnarsson dévoile la vie quotidienne des personnes habitant cette région si dure où tout paraît très noir, comme le sol volcanique. Vie souvent dépravée où tout est permis, ou presque puisqu’il n’y a rien à faire… Jusqu’où nous emmènera le réalisateur ? Loin, très loin dans l’horreur. Ari, avec sa voix si pure, va perdre définitivement l’innocence de son enfance.
Il est d’ailleurs étonnant que ce film ne soit pas interdit au moins de 16 ans. Il a juste droit à un avertissement… Étrange. Publik’Art ne le recommande pas aux moins de 16 ans… Vraiment.
Les grands ados se retrouveront certainement. Crises avec les parents, refus de l’autorité, errance des jeunes, soirée alcoolisée… Tout est bien réel… Trop réel, hélas. Mais là-bas, pas de jeunes connectés à leur téléphone… Pas encore !
La fin est dure, très dure. Il semblerait que Rúnar Rúnarsson veuille prouver que la vie n’est pas toute rose, que les gens ne sont pas tous bons… Il y a bien des méchants autour de nous qui rôdent et peuvent nous « capturer »… Même en Islande, dans une région perdue au bout du monde.
Sparrows, un film qui choque, un film qui nous laisse pantois. Mais un film qu’on n’oubliera pas avec des acteurs absolument excellents, surtout le jeune Ari, Atli Oskar Fjalarsson, qui a d’ailleurs reçu le Prix d’interprétation masculine au Festival des Arcs (6) où le film a reçu trois autres prix !
Sparrows a reçu aussi de nombreux autres prix aux Festivals de San Sebastian, Goteborg et Sao Paulo…
Un film à voir en sachant de quoi il parle… Publik’Art vous a tout dit et en même temps, ne vous a rien dévoilé ! A vous de le découvrir !
http://publikart.net/sparrows-film-complexe-de-runar-runarsson/
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_cin%C3%A9ma_europ%C3%A9en_des_Arcs

Entretiens avec Rúnar Rúnarsson
Votre court métrage "Two birds" présente de nombreuses similitudes avec la scène finale de "Sparrows", votre second long-métrage. Ce dernier est-il le prolongement du premier ?
Ça n’a pas été vraiment pensé ainsi. J’utilise souvent une métaphore pour expliquer mon processus d’écriture, écrivant moi-même mes scénarios. Avant de rédiger, c’est comme si je me tenais au bord d’une rivière et cherchais à atteindre l’autre rive. Je me tiens là, debout, et je lance dans la rivière de grosses pierres. Elles représentent mes idées : je les jette ainsi des mois durant. Certaines coulent à pic et d’autres commencent à devenir des fondations. Et puis vient un moment où je vois que je peux sauter de pierre en pierre pour atteindre l’autre rive de la rivière. Je sais à ce moment que je suis prêt à écrire mon scénario. Two birds (5) n’a jamais été une pierre jetée dans la rivière au moment de la rédaction de Sparrows. Je l’ai écrit de manière très impulsive, et vers la fin du processus d’écriture, l’histoire de Two birds (5) s’est finalement imposée d’elle-même dans le scénario...
http://www.fichesducinema.com/spip/spip.php?article5209
Quels thèmes vouliez-vous aborder dans "Sparrows" ?
Trop de films ne sont construits que pour raconter une seule chose et quelquefois ils prétendent même détenir la vérité comme si c’étaient des histoires de la Bible. Je n’aime pas ça et je veux que mes films soient plus vastes. Bien sûr, Sparrows traite du passage à l’âge adulte d’un jeune homme traversant une période de transition, mais le film parle aussi des relations père-fils, d’intégration, de retour aux sources, de masculinité, d’amour, de perte et de pardon.J’aime travailler avec beaucoup d’éléments car la vie est plus complexe qu’une seule morale en 90 minutes. La vie n’est pas noire ou blanche, elle est grise avec une échelle de nuances de gris. C’est la réalité et je veux que le public la perçoive. Ensuite, c’est un film, donc il faut que ce soit visuel et narratif. Et comme je me suis aperçu que les spectateurs aiment identifier le genre précis des films, avec mon équipe, nous définissions ce que nous faisons comme du réalisme poétique. Car il est important d’avoir de la beauté et de l’esthétique...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/sparrows,346294

Rúnar Rúnarsson
http://www.imdb.com/name/nm1242172/

Sophia Olsson
http://www.imdb.com/name/nm1934143/

Kjartan Sveinsson
Né le 2 janvier 1978.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kjartan_Sveinsson

Atli Oskar Fjalarsson
http://www.imdb.com/name/nm3059813/

Ingvar Eggert Sigurðsson
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ingvar_E._Sigur%C3%B0sson

Nanna Kristín Magnúsdóttir
voir fiche du film L’Effet aquatique
http://www.citebd.org/spip.php?film1712

Rade Serbedzija
Né le 27 juillet 1946 à Bunić près de Korenica (actuelle Croatie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rade_%C5%A0erbed%C5%BEija
voir fiche du film Au pays du sang et du miel
http://www.citebd.org/spip.php?film774

Kristbjörg Kjeld
http://www.imdb.com/name/nm0457999/

Pálmi Gestsson
http://www.imdb.com/name/nm0315191/

Arnoddur Magnus Danks
http://www.imdb.com/name/nm2049261/

Katla M. Þorgeirsdóttir
http://www.imdb.com/name/nm1204753/

Rakel Björk Björnsdóttir
http://www.imdb.com/name/nm5474633/

Víkingur Kristjánsson
http://www.imdb.com/name/nm1377146/

Arndís Hrönn Egilsdóttir
http://www.imdb.com/name/nm1907967/

Eva Sigurdardottir
http://www.imdb.com/name/nm3574329/
voir fiche du film Béliers
http://www.citebd.org/spip.php?film1584

Jarkko Lahti
http://www.imdb.com/name/nm1438556/

Eyþór Jóvinsson
http://www.imdb.com/name/nm6018749/

Júlíus Þorfinnsson
http://www.imdb.com/name/nm6018749/

Benedikt Benediktson
http://www.imdb.com/name/nm6971116/

Valgeir Skagfjörð
http://www.imdb.com/name/nm0803760/

extrait(s) de presse

Le Nouvel obs - Récompensé par une flopée de prix (Festival de Chicago, de Saint-Sébastien, de São Paulo, de Göteborg, de Varsovie, etc.), "Sparrows" est une ode émouvante à la jeunesse qui fout le camp. Runarsson serait-il le Truffaut du Nord ?
Critikat - C’est dans le maintien d’une telle tension que la mise en scène du cinéaste déploie pudeur et subtilité (...).
àVoir-àLire - Oeuvre, belle et astrale, où la lumière bienveillante baigne cette magnifique région du monde (lslande) d’une douceur mélancolique.
Fiches du cinéma - Rúnar Rúnarsson présente avec “Sparrows” un deuxième long métrage saisissant sur le retour aux sources et les questions de filiation.
France tv info - Au-delà de ses sombres instances, "Sparrows" développe un discours éminemment positif. On se retrouve dans ce film juste et grave, imprégné d’humanité.
Libération - Le film déploie ses ailes dans le cadre aussi somptueux qu’étouffant des fjords, no man’s land où prospèrent mentalités étriquées et machisme rural.
Les Inrocks - Entre paysages glaciaires, personnages volcaniques et mise en scène tempérée, "Sparrows" trouve son bel équilibre.
Cinéséries - Rúnar Rúnarsson qui connaît très bien cette région, réussit à en montrer le caractère ambivalent, presque oppressant sur ses habitants...