panic sur florida beach - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > panic sur florida beach

panic sur florida beach

ciné môme
Matinee
Usa - 1993 - 1h39
sorti en France le 28 juillet 1993
accessible aux enfants de 8 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Joe Dante

scénario : Charles S. Haas
direction de la photographie : John Hora
musique ou chansons : Jerry Goldsmith
avec : John Goodman (Lawrence Woolsey), Cathy Moriarty (Ruth Corday / Carole), Simon Fenton (Gene Loomis), Omri Katz (Stan), Lisa Jakub (Sandra), Kellie Martin (Sherry), Jesse Lee Soffer (Dennis Loomis), Lucinda Jenney (Anne Loomis), James Villemaire (Harvey Starkweather), Robert Picardo (Howard, le directeur du théâtre), Jesse White (Mr. Spector), Dick Miller (Herb Denning), John Sayles (Bob), David Clennon (Jack), Naomi Watts (starlette faisant des achats), Luke Halpin (homme dans la foule)
séances : semaine du mercredi 1er juin 2016
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
14:00*
14:00*
14:00*
séance spéciale :
* film inscrit au dispositif "Collège au cinéma" - tarif unique : 3,50 €

synopsis

Octobre 1962. Les Etats-Unis soumettent l'île de Cuba à un blocus économique intensif auquel participe le père de Gene, un militaire de la base navale de Key West. Gene, 14 ans, est d'autant plus inquiet pour son père que toute la ville vit dans la terreur d'un conflit atomique que chacun imagine inéluctable et proche. Pour seule consolation, Gene n'a que le cinéma d'horreur et Lawrence Woolsey, un petit maître survolté du genre, qui justement organise une avant-première fantaisiste dans une salle locale. Gene s'y rend avec son petit frère Dennis, son copain Stan et la jolie Sherry, que ce dernier a soufflée à un petit truand vindicatif et rancunier...

notes de production

Comme souvent dans le cinéma de Joe Dante, le film est truffé de références au cinéma de série B (1), voire de série Z (2) des années 1950 et se veut plus particulièrement un hommage à William Castle (3), qui était surtout connu pour mettre au point des procédés dans les salles de cinéma afin de surprendre le public et assurer la publicité de ses inventions.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rie_B
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rie_Z
(3) http://www.telerama.fr/cinema/william-castle-le-cineaste-de-tous-les-mysteres,44295.php

Injustement passé inaperçu dans les salles au moment de sa sortie, le film bénéficie aujourd’hui d’une réputation grandissante et figure parmi les meilleurs films de son réalisateur.

Si le film est peut être, dans sa forme avec L’Aventure intérieure (4), le plus classique de Joe Dante, à mille lieux de la fantasmagorie foutraque de Gremlins 2 (5), il le doit bien entendu à son sujet : la fascination pour un certain cinéma bis (6) au début des années 60. Amour mis en image à travers Mant, le film dans le film (...) et bien entendu le personnage de Lawrence Woolsey, génialement campé par John Goodman. Woolsey est inspiré de William Castle (3) qui lui-même fabriquait ses bandes-annonces sur le modèle de celles d’Alfred Hitchcock (7). Au cours de la très savoureuse séquence où est exposé dans une station-service le personnage fauché de Woolsey, un pompiste le prend d’ailleurs pour le maître du suspense. On retrouve dès cette scène le goût de Dante pour les clins d’œil dans les private jokes (8), les mises en abymes labyrinthiques et les appels du pied au spectateur pour s’amuser à jouer avec lui à un jeu commun. Castle (3) était notoirement connu pour avoir inventé tout un système de gadgets qui servaient à immerger le spectateur dans la salle de cinéma et à lui donner l’illusion que la fiction et la réalité se mélangeaient. Les fameux procédés dont use Woolsey dans Matinee, l’Atomo vision et le Rumble rama (en fait, de la 4D, du surround et des sièges vibrants) ont été pensés sur les modèles des trucs mis en place par Castle (3). D’ailleurs, Matinee s’ouvre sur la bande-annonce de Mant, immergeant dès les premières minutes le spectateur dans une œuvre qui a pour but de briser toutes frontières entre le vrai et le faux. Au cours de cette bande-annonce, on voit plusieurs fausses productions toutes imaginées sur le modèle des films d’horreur de Castle (3). Néanmoins, en 1962, année où est censé se dérouler Matinee, les films d’horreur parodiés par Dante n’existaient déjà plus et le cinéaste reconnaît lui-même que Castle (3) n’a jamais tourné de films de ce type. Les œuvres qu’il s’amuse à détourner dans Mant sont plutôt inspirées de celles de Jack Arnold (9) ou Bert Gordon (10)...
http://www.dvdclassik.com/critique/panic-sur-florida-beach-dante
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Aventure_int%C3%A9rieure
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gremlins_2_:_La_Nouvelle_G%C3%A9n%C3%A9ration
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9ma_bis
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film1669
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Inside_joke
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film947
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bert_I._Gordon

Echec monumental au box-office mondial (même pas 10M$ de recettes aux States et en France une sortie estivale aberrante...), Panic sur Florida beach est le film qui envoya Joe Dante dans l’antichambre de l’enfer, directement à la télévision pendant 5 ans, brisant sa carrière de jeune premier hollywoodien.
Le réalisateur de Piranhas (11), Hurlements (12), Gremlins (13), donc de films de monstre principalement, mais aussi de L’Aventure intérieure (4) (dérive à la Disney au plus profond du corps humain), ne se releva jamais totalement du bide de Panic..., d’autant qu’il faisait suite à celui inacceptable de Gremlins 2 (5), grosse péloche décomplexée voulue comme un tribut au cinéma de Tex Avery (14).
Situé à part dans le système hollywoodien qu’il a essayé d’utiliser pour mettre en œuvre ses ambitions d’éternel gamin, Joe Dante n’aura jamais réussi à se conformer aux exigences de mode, de ton et de formule d’une machine à produire du blockbuster. Pire que tout, le cinéaste, issu de l’écurie Roger Corman (15), avait la volonté revendicatrice et iconoclaste et n’aimait pas fermer sa gueule. C’est quand même beaucoup pour un seul et même réalisateur en manque de succès personnels...
http://www.avoir-alire.com/panic-sur-florida-beach-la-critique-test-dvd
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film1473
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hurlements_(film)
(13) http://www.citebd.org/spip.php?film928
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film1026
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Corman

Mant !, le film dans le film, raconte l’histoire d’un homme qui se transforme en fourmi géante après avoir été exposé à des radiations et donne l’occasion à Joe Dante de s’en donner à cœur joie sur la reconstitution d’un faux film de genre d’époque qui emprunte autant à L’Homme qui rétrécit (16), Them ! (17), La Mouche noire (18), Les Soucoupes volantes attaquent (19), voire même King Kong (20). Il poursuit l’exercice de style avec une parodie des films Disney où Naomi Watts, encore débutante, participe aux aventures d’un caddy vivant. Entre la série B (1) horrifique et le spectacle familial consensuel, le jeune héros de Panic sur Florida beach a choisi son bord, tout comme Joe Dante...
http://www.celluloidz.com/2011/05/panic-sur-florida-beach/
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Homme_qui_r%C3%A9tr%C3%A9cit_(film)
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Des_monstres_attaquent_la_ville
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mouche_noire
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_soucoupes_volantes_attaquent
(20) http://www.citebd.org/spip.php?film260

Joe Dante
voir fiche du film Gremlins
http://www.citebd.org/spip.php?film928

Charles S. Haas
http://www.imdb.com/name/nm0351919/

John Hora
voir fiche du film Gremlins
http://www.citebd.org/spip.php?film928

Jerry Goldsmith
voir fiche du film Gremlins
http://www.citebd.org/spip.php?film928

John Goodman
voir fiche du film Dalton Trumbo
http://www.citebd.org/spip.php?film1674

Cathy Moriarty
voir fiche du film Raging bull
http://www.citebd.org/spip.php?film637

Simon Fenton
http://www.imdb.com/name/nm0272086/

Omri Katz
Né Omri Haim Katz le 30 mai 1976 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Omri_Katz

Lisa Jakub
Née le 27 décembre 1978 à Toronto.
http://www.imdb.com/name/nm0004356/

Kellie Martin
Née le 16 octobre 1975 à Riverside (Californie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kellie_Martin

Jesse Lee Soffer
Né le 23 avril 1984 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jesse_Soffer

Lucinda Jenney
Née le 23 avril 1954 à New York.
http://www.imdb.com/name/nm0421087/

James Villemaire
http://www.imdb.com/name/nm0898256/

Robert Picardo
Né le 27 octobre 1953 à Philadelphie.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Picardo

Jesse White
Né Jesse Marc Weidenfeld à Buffalo le 3 janvier 1917, décédé à Los Angeles le 9 janvier 1997.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jesse_White

Dick Miller
voir fiche du film Gremlins
http://www.citebd.org/spip.php?film928

John Sayles
Né le 28 septembre 1950 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Sayles

David Clennon
voir fiche du film The Thing
http://www.citebd.org/spip.php?film1569

Naomi Watts
voir fiche du film While we’re young
http://www.citebd.org/spip.php?film1490

Luke Halpin
http://www.imdb.com/name/nm0356983/

extrait(s) de presse

Télérama - (...) Joe Dante, le papa des Gremlins, raconte à merveille les coulisses des films de séries B. De quoi oublier, comme les protagonistes du film, la noirceur du climat politique. Et se précipiter pour revoir les vieux nanars du cinéma américain.
Dvd classik - Dans Panic sur Florida Beach, Joe Dante se projette en lui-même à une époque où il pensait pouvoir changer le monde...
Critikat - À sa sortie, "Panic..." est un échec commercial – ce qui n’empêche pas le film d’acquérir un statut de « film culte » avec le temps...
Les Inrocks - "Panic sur Florida beach" est un film rusé, dans la veine de "1941" de Spielberg ou d’"American graffiti" de George Lucas...
àVoir-àLire - Près de 20 ans après sa sortie initiale, Panic sur Florida Beach est un petit plaisir de cinéphile jouant sur plusieurs niveaux de nostalgie, tout d’abord celle d’un cinéaste pour sa jeunesse et celle du spectateur pour sa propre expérience des années 90...
Citizen poulpe - A travers ce film unique, sans doute le meilleur de sa carrière et indéniablement le plus personnel, Joe Dante nous livre sa vision du cinéma, et plus particulièrement du cinéma d’horreur. Ce sont donc son expérience et ses émotions en tant que (jeune) spectateur, de même que son approche en tant que cinéaste, qui sont au cœur de "Panic sur Florida beach"...
Psychovision - "Panic sur Florida beach" est un hommage de Joe Dante à tout un pan de cinéma qui a nourri sa jeunesse...
Celluloïdz - Du Joe Dante pur jus.