la montagne magique - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > la montagne magique

la montagne magique

Muntele magic
Roumanie, Pologne, France - 2015 - 1h25
sorti en France le 23 décembre 2015
film d'animation - film francophone
de

Anca Damian

scénario : Anca Damian, Anna Winkler
musique ou chansons : Alexander Balanescu
voix : Miossec (Adam Jacek Winkler), Lizzie Brocheré
séances : semaine du mercredi 10 février 2016
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
16:10
16:10
14:00
séances : semaine du mercredi 17 février 2016
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
14:00
11:00*
16:10
14:00
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 24 février 2016
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 1er
16:10
14:00
16:10
11:00*
séance spéciale :
* matinale 3,50 €

synopsis

Polonais réfugié à Paris dans les années 60, la vie aventureuse d’Adam Jacek Winker prend un tournant radical dans les années 80. Se rêvant chevalier du 20ème siècle, Jacek quitte la France pour combattre les soviétiques aux côtés du commandant Massoud en Afghanistan...

notes de production

La personnalité d’Adam Jacek Winkler (1) se prêtait bien à un long-métrage. Né en Pologne au tournant des années 40, l’homme connut très jeune les massacres perpétrés par l’Armée Rouge (2), dans lesquels périrent des membres de sa famille. Toute sa vie, il lutta contre le communisme sans toutefois s’affilier définitivement à un parti ou un mouvement, même lorsque, peintre en bâtiment en France, il partit à la rencontre de réfugiés de l’Est. Fasciné par la résistance du peuple afghan face à l’Armée Rouge, il rejoignit le combat du jour au lendemain et se vit considéré comme un commandant légitime. Une fois le conflit terminé, il partit à l’attaque du Mont Blanc mais mourut lors de l’ascension.
(1) https://pl.wikipedia.org/wiki/Jacek_Winkler
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_rouge

Avec La Montagne magique, Anca Damian réalise ce qu’elle voit comme le second opus d’une trilogie consacrée à l’héroïsme. L’opus initial de ce trio correspond au Voyage de monsieur Crulic (3), biopic animé sur un Roumain de 33 ans ayant opéré une grève de la faim au sein de la prison dans laquelle il était incarcéré. Sa mort fit de lui le porteur d’un symbole de courage qu’il n’a pas connu de son vivant, soit l’inverse du protagoniste de La Montagne magique, courant au devant d’un idéal aventurier.
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film979

Comme sur Le Voyage de monsieur Crulic (3), précédent long-métrage d’Anca Damian, La Montagne magique mélange les supports et transforme un projet d’animation en une œuvre composite. Des éléments réels se mélangent aux dessins. Ces premiers sont tirés des archives d’Andrew Jacek Winkler, de ses photos personnelles, et de nombreuses références au cinéma, réunies dans la salle de cinéma que se partagent les personnages de la fille et de son père. L’objectif de ce mélange est à la fois de créer une surréalité crédible, et de toucher l’universalité à travers des archétypes préexistant dans l’art, explique la réalisatrice.

Theodore Ushev (4), cinéaste canadien réputé, a accepté de travailler avec Anca Damian, fasciné par l’ampleur du projet. En moins de trois semaines, l’animateur a dessiné le storyboard sous les mots de la réalisatrice, qui lui lisait en parallèle le scénario. Exerçant en qualité de directeur artistique, il l’a épaulé dans ses démarches et a eu l’idée de mélanger les styles d’animation pour mieux marquer les époques traversées par l’histoire.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Theodore_Ushev

Selon Theodore Ushev (4), l’animation en Roumanie est balbutiante à tel point qu’elle se résume à deux sociétés de production et un festival. Afin de pallier à ce manque, la réalisatrice forma des étudiants des Beaux Arts du pays durant deux ou trois semaines, afin que ceux-ci n’aient qu’une base et doivent composer avec. Les animateurs recrutés à travers l’Europe furent d’ailleurs choisis pour leur inexpérience, garantie selon Ushev de se rapprocher du tempérament anarchiste de Winkler.

Le mélange des styles d’animation au cœur de La Montagne magique ne repose pas uniquement sur une intention artistique. Il fut aussi une aide pour Anca Damian lorsque celle-ci partit à la recherche de financements à travers l’Europe. Les multiples références au cinéma en général s’imposa aussi comme une manière idéale de parler autant à tous les producteurs qu’au public. Lors de la partie parisienne, Theodore Ushev, directeur artistique, fit par exemple volontairement référence à Jan Lenica (5), artiste polonais dont l’œuvre marqua les affiches de cinéma en Pologne.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jan_Lenica

C’est la première fois que je fais la voix d’un film d’animation et à vrai dire je n’en reviens toujours pas. C’était un 7 janvier à la gare Montparnasse, j’ai appris la nouvelle en rentrant dans un taxi. Arrivé au studio, il a fallu se mettre dans la peau d’un Polonais assez bizarre, avouons-le, qui s’en allait en guerre contre l’invasion soviétique. Les débuts ont été franchement catastrophiques et Anca vraiment franchement catastrophée par ma prestation. Je ne sais pas pourquoi, mais pour incarner ce drôle d’Olibrius, je pensais aux marins pêcheurs du côté de chez moi. Et là je voyais Anca dépitée. Je crois aussi, pour ma défense, que j’étais impressionné par le film et par son sujet Don-Quichottesque. Comment cette histoire est parvenue aux oreilles d’Anca, comment elle a décidé de se jeter à corps perdu dedans. À corps perdu, car c’est ce qu’a nécessité ce film. Du coup, arriver le matin comme ça, avec juste sa voix (pas de sac, ni rien, juste sa voix) et les nouvelles du jour, ça déstabilise un peu. Anca s’est alors décidée à ne pas me laisser rentrer chez moi. Elle m’a pris en tête à tête dans la cabine son et m’a sorti Jacek de son ventre. Il était bien là et Anca le faisait parler. Cela a duré dix bonnes minutes, une sacrée raclée, la réalisatrice et son film. Je n’avais plus la même voix, après. C’est ce qu’on appelle une bonne expérience. Merci Anca de m’avoir fait présenter Jacek. C’est pas le genre de bonhomme qu’on oublie facilement...
Christophe Miossec
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/la-montagne-magique,341706-note-135246

En 2012, Le Voyage de monsieur Crulic recevait le Cristal d’Or au festival d’Annecy, récompense suprême de ce prestigieux lieu de l’animation. Trois ans plus tard, c’est lors d’une séance évènement de La Montagne magique qu’Anca Damian y revient. Sélectionné à de nombreux festivals, le film remporta la Mention spéciale du jury au festival du cinéma tchèque de Karlovy Vary.

Anca Damian
http://www.imdb.com/name/nm0198746/

Anna Winkler
http://www.imdb.com/name/nm3460462/

Alexander Balanescu
http://www.imdb.com/name/nm0049436/

Miossec
https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Miossec

Lizzie Brocheré
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lizzie_Brocher%C3%A9

extrait(s) de presse

La Voix du nord - Résultat, cette œuvre de toute beauté qui fouette les sens tant elle grouille de substances visuelles hallucinogènes. Fascinante parce qu’expérimentale. À la fois ode à la résistance et furieux manifeste pour un cinéma d’animation libéré de toute entrave.
Télérama - Etrange, insolite et ambitieux film d'aventures...
Première - Peintures, dessins et papiers découpés se succèdent pour dévoiler les multiples facettes de Winkler, qui garde une part de mystère. La force de ce portrait atypique est d’admettre que seule la montagne aura vraiment compris cet homme.
àVoir-àLire - Anca Damian propose une méditation quasi métaphysique en même temps qu’une réflexion sur le cinéma d’animation et donc sur le cinéma tout court...
Le Monde - Quatrième long-métrage de la réalisatrice roumaine Anca Damian, La Montagne magique s’empare de ce personnage unique par le biais d’un genre aussi rare qu’intéressant : le documentaire animé.
Critikat - Le conte jongle entre témoignage cru et vie rêvée, avec suffisamment de finesse et surtout de franchise pour qu’on ait envie de l’écouter.
Cinéséries - "La Montagne magique" est un film singulier qui flirte avec les genres canoniques et démontre la caducité d’une partition du cinéma en fiction, documentaire et animation...
Abus de ciné - Loin de la cohérence formelle d'un « Valse avec Bachir », le film n'en intrigue pas moins, par ses tentatives de signifier le tourbillon d'une vie engagée, par une multitude de techniques d'animation...