qui veut tuer jessie ? - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > qui veut tuer jessie ?

qui veut tuer jessie ?

Kdo chce zabít Jessii ?
Tchécoslovaquie - 1966 - 1h21
sorti en France le 2 septembre 2015
Mention spéciale Locarno 1966
à voir en famille, enfants à partir de 8 ans
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Vaclav Vorlicek

scénario : Miloš Macourek, Václav Vorlíček
direction de la photographie : Jan Nemecek
musique ou chansons : Svatopluk Havelka
avec : Dana Medřická (Dr Růžena Beránková), Jiří Sovák (Jindřich Beránek), Olga Schoberová (Jessie), Juraj Višný (Superman), Karel Effa (le fingueur), Vladimír Menšík (Kolbaba, l'huissier), Jan Libíček (surintendant), Karel Houska (Kolega), Ilja Racek (collègue), Walter Taub (professeur), Bedrich Prokos (Dustolny pán), Cestmir Randa (procureur), Otto Simànek (docteur adjoint Beránkové),Svatopluk Skládal (avocat de la défense), Frantisek Holar (réalisateur), Jan Libicek (gardien de prison), Jirina Steimarová (délégué), Jan Skopecek (Recnik), Lubomir Kostelka (Mistr ), Jaroslav Kepka (jeune policier)
séances : semaine du mercredi 27 janvier 2016
mercredi 27 jeudi 28 vendredi 29 samedi 30 dimanche 31 lundi 1er mardi 2
18:30*
18:30
20:30
séance spéciale :
* dans le cadre du festival de la bande dessinée - tarif préférentiel 3,50 €

synopsis

Rose, femme d’Henri, chercheur un peu lunatique, s’apprête à présenter une invention révolutionnaire, transformant les cauchemars en doux rêves. Mais un effet secondaire apparaît bientôt : le cauchemar disparaît, pour se retrouver dans la réalité physique. Henri s’endort ce soir-là en lisant une bédé de science-fiction dont l’héroïne est une plantureuse jeune femme…

notes de production

À bien des égards, cette œuvre comique du cinéaste de la nouvelle vague tchécoslovaque (1) a néanmoins une portée politique importante (la Tchécoslovaquie est alors en pleine période d’euphorie, avant le Printemps de Prague (2) de 1968 et la normalisation qui s’ensuivit). Très original sur le plan formel, ce film possède également une dimension onirique, chose rare dans une comédie.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_Vague_(Tch%C3%A9coslovaquie)
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Printemps_de_Prague

Il est possible de voir dans cette œuvre un film précurseur, novateur, à la croisée des cinémas classique et d’animation. Ainsi, Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (3), film bien plus célèbre dont le titre semble faire écho, qui mélange lui aussi les genres, est postérieur de près de deux décennies à Qui veut tuer Jessie ?.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Qui_veut_la_peau_de_Roger_Rabbit_%3F

La réussite formelle du film, basé sur un scénario de Miloš Macourek, réside dans le mélange des genres entre cinéma d’animation et cinéma classique. L’intégration des illustrations de Kája Saudek (4) avec les scènes traditionnelles donne toute sa valeur au scénario et toute son originalité à cette œuvre décalée.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/K%C3%A1ja_Saudek
A Prague il existe un musée entier consacrée à l’art de Kaja Saudek.
https://www.facebook.com/muzeumkajisaudka

Ce film met tout d’abord en scène avec humour et intelligence l’entremêlement du rêve, de la fiction et de la réalité. Cette fiction est celle de la bande dessinée que dévore le héros, à tel point que ces histoires viennent le poursuivre dans ses rêves. Quant les personnages en viennent à se matérialiser dans l’univers réaliste du film, la collision de ces différents mondes est totale. Cette interaction entre le monde réel et l’imagination produit alors une sorte de mise en abyme cinématographique, où les repères traditionnels deviennent inopérants, flous. La fiction est devenue imagination, elle-même devenue réalité. Achevons le syllogisme : la fiction a donc rejoint la réalité.

Mais ces personnages de bande dessinée ainsi amenés à la vie n’en restent pas moins prisonniers de leur statut originel : ils ne peuvent parler et ne communiquent avec le monde réel qu’à l’aide de phylactères (5) !
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Phylact%C3%A8re

Au-delà de cet univers onirique et comique, le film n’en reste pas moins une critique féroce et décalée de la société communiste de l’époque. En 1966, la situation semble s’améliorer : stabilisation et libéralisation relative de l’économique, augmentation du niveau de vie, facilité de voyages à l’Ouest pour les citoyens. Les intellectuels et les artistes s’enhardissent et dénoncent de plus en plus ouvertement les abus du régime. C’est donc dans ce contexte historique que s’inscrit cette œuvre qui s’avère être bien plus qu’une simple comédie.

Ainsi, le Docteur Beránková justifie son invention en ses termes : dorénavant, les gens ne seront plus autorisés à rêver comme bon leur semble. Il s’agit de purger leur imagination, de n’en rien laisser qui puisse compromettre la bonne marche de la société : ni critiques, ni pessimisme, ni rêves d’ailleurs ou de changement. La machine à nettoyer les songes ne sera qu’un outil de plus entre les mains de la police politique. Cette volonté de contrôle total de l’existence des citoyens, ici jusque dans leurs rêves, rejoint bien évidemment la critique des régimes totalitaires de George Orwell (6).
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Orwell

La purge effectuée par Madame Beránková des rêves de son mari souligne la jalousie et la peur de la femme trompée, méfiance qui renvoie à la crainte de l’État d’être trahi par ses propres citoyens et le besoin d’annihiler en eux toute velléité d’échapper au présent.

Enfin, les protagonistes ayant pénétré la réalité deviennent source de discorde, de tensions et de catastrophes. Or, plus que de simples personnages de fiction, ce sont de véritables super-héros de comics (7) : Superman (8) et un cow-boy. Une allusion non voilée aux Usa et à la haine viscérale du régime envers ces ennemis du socialisme, ces fauteurs de troubles indésirables.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Comics
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Superman

Le second degré manifeste de l’œuvre est toute la force de la dénonciation des excès du communisme tchécoslovaque. Au demeurant, derrière cette ironie mordante se cache l’espoir de réels changements : les artistes, les rêveurs, les intellectuels comme les déçus du marxisme ont alors tous le regard vers l’Ouest, vers cette Amérique idéalisée. Mais attention, l’humour de Vorlíček prévient : les Usa ne sont peuplés de jeunes femmes en détresse, de cow-boys et de super-héros que dans l’imaginaire !

Le réalisateur Vaclav Vorlícek avait fait part de son intention initiale de faire de Qui veut tuer Jessie ? une célébration, sur le mode comique, du potentiel subversif de la culture populaire. Ce long-métrage s’avère en effet un film politique qui, par le ludisme même dont il fait preuve, critique la rigueur suffocante et intrusive de l’autoritarisme communiste.

Un remake étatsunien de Qui veut tuer Jessie ? a été envisagé avec Jack Lemmon (9) dans le rôle du docteur Jindrich Beránek et Shirley MacLaine (10) dans le rôle du docteur Ruzenka Beránková. Olga Schoberova, l’actrice qui a joué la plantureuse Jessie devait revenir sur le devant de la scène pour interpréter de nouveau son rôle iconique. Le projet fut totalement annulé après l’occupation de la Tchécoslovaquie par l’Urss en 1968.
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film1380
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film756

Olga Schoberová, l’actrice qui joue Jessie, a inspiré la création d’un personnage de comics (7) appelé Murielle qui est apparue dans deux ouvrages, Murielle et les anges ainsi que Murielle et la mort orange, écrit par le scénariste de Qui veut tuer Jessie ? Milos Macourek et illustré par le talentueux Kája Saudek. Ces deux comics (7) ont été achevés en 1969 après l’occupation de la Tchécoslovaquie et n’ont pas pu être publiés pour cause de censure politique.

Après le succès de Qui veut tuer Jessie ?, Milos Macourek a écrit le scénario pour un autre film comique, Ctyri vrazdy stací, drahousku (11) sorti en 1971 et dans lequel un homme timide est confronté à des situations dignes des plus grands comics (7). Le réalisateur Oldrich Lipský a de nouveau fait appel au talent de l’illustrateur Kája Saudek, le principal responsable de tous les effets visuels qui apparaissent dans Qui veut tuer Jessie ?.
(11) http://www.imdb.com/title/tt0065600/

Entretien avec Václav Vorlíček
Comment vous-expliquez-vous le succès - ne serait-ce que d’un point de vue quantitatif - du genre comique dans la cinématographie tchèque ?
Le sens de l’humour est incontestablement un des traits positifs de notre caractère national. Autrement, comment expliquer la naissance de tant d’anecdotes, commentant de façon orale pratiquement tout ce qui se passe dans le monde ? Souvent, ce type d’humour populaire sert d’ailleurs à émousser certaines situations tendues - c’est une façon de réagir positivement aux problèmes graves que l’on rencontre dans la vie, qu’ils soient politiques ou personnels. Et logiquement, ce sens de l’humour national envahit aussi la création cinématographique. Et pas qu’elle. Car, au fond, notre nation a-t-elle jamais abandonné l’humour ? Même du temps de l’occupation la plus sombre, des anecdotes ne cessaient de voir le jour, parfois littéralement à l’ombre de la potence. Et à peine a-t-on commencé à respirer plus librement après la libération qu’on créait le Théâtre de la satire...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/qui-veut-tuer-jessie,187370

Vaclav Vorlicek
Né le 3 juin 1930 à Prague.
https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A1clav_Vorl%C3%AD%C4%8Dek

Miloš Macourek
Né le 2 décembre 1926 à Kroměříž, décédé le 30. Septembre 2002 à Prague.
http://www.imdb.com/name/nm0534181/

Jan Nemecek
Né le 22 mars 1926 à Prague où il est décédé le 6 juillet 2004.
http://www.commeaucinema.com/personne/jan-nemecek,161798

Svatopluk Havelka
Né le 2 mai 1925 à Vrbice, décédé le 24 février 2009 à Prague.
http://www.imdb.com/name/nm0369739/

Dana Medřická
Née le 11 juillet 1920 à Prague où elle est décédée le 21 janvier 1983.
http://www.imdb.com/name/nm0575905/

Jiří Sovák
Né le 27 décembre 1920 à Prague où il est décédé le 6 septembre 2000.
http://www.imdb.com/name/nm0816332/

Olga Schoberová
Née le 15 mars 1943 à Prague.
http://www.imdb.com/name/nm0774277/

Karel Effa
Né le 23 mai 1922 à Prague où il est décédé le 11 janvier 1993.
http://www.imdb.com/name/nm0250551/

Vladimír Menšík
Né le 9 octobre 1929 à Ivančice, décédé le 29 mai 1988 à Brno.
http://www.imdb.com/name/nm0579844/

Jan Libíček
Né le 28 septembre 1931 à Zlín, décédé le 24 mai 1974 à Prague.
http://www.imdb.com/name/nm0508925/

Karel Houska
Né le 15 octobre 1916 à Prague où il est décédé le 22 décembre 1987.
http://www.imdb.com/name/nm0396764/

Ilja Racek
Né le 24 juin 1930 à Prague.
http://www.imdb.com/name/nm0705062/

Walter Taub
Né le 18 juin 1907 à Brno, décédé le 30 septembre 1982 à Vienne (Autriche).
http://www.imdb.com/name/nm0851406/

extrait(s) de presse

Les Inrocks - Une réussite graphique et burlesque qui évoque aussi bien les farces échevelées de Richard Lester que des adaptations iconiques comme Barbarella – aventurière sexy à laquelle fait penser l’actrice blonde du film, Olga Schoberová, alors surnommée la “Brigitte Bardot tchèque”.
Le Monde - Le film, qui tire son énergie burlesque et son ironie des comic books américains et du pop art, se veut aussi clairement une critique d'un projet policier et totalitaire.
àVoir-àLire - Bien avant "Roger Rabitt", il y avait une obscure oeuvre tchèque qui mérite le coup d’oeil...
Psychovision - Vorlícek en appelle juste au rêve et à la fantaisie...
Festival de La Rochelle - (...) une petite merveille dont les doubles sens politiques ne sont pas pour rien dans la saveur truculente de cet ovni désopilant.
Kinok - Avant "Inception", il existait des films sur le rêve. Nous l’oublions parfois : celui-ci construit une réalité & une fiction qui entremêlent à travers la porosité de l’imaginaire de Jindrich, le personnage principal imbibé d’une bédé salutaire...
Libération - (...) comédie délirante des sixties tchèques en hommage aux comics books...
Froggy's delight - (...) il s'agit surtout d'un film très divertissant qui fait appel à l'imaginaire des enfants de tous les âges....