mia madre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > mia madre

mia madre

Italie, France - 2015 - 1h47
sorti en France le 2 décembre 2015
Prix du jury œcuménique Cannes 2015 - prix Jean Renoir des lycéens 2016 : la cérémonie de remise du Prix s’est déroulée à la Fémis (Ecole nationale supérieure des métiers de l'image et du son, à Paris) le 26 mai 2016 à 14 heures. C’est le film "Tout en haut du monde" de Rémi Chayé qui a gagné le prix national et "Mia madre" de Nanni Moretti le prix Guez de Balzac à Angoulême. Les élèves du lycée Guez de Balzac présenteront ces 2 films au cinéma de la Cité le vendredi 1er juillet.
film - version originale sous-titrée en français
de

Nanni Moretti

scénario : Nanni Moretti, Francesco Piccolo, Valia Santella
direction de la photographie : Arnaldo Catinari
musique ou chansons : Arvo Pärt, Olafur Arnalds, Philip Glass, Isabella Colliva, Cinzia Donti, Mario Cantini, Nino Rota
avec : Margherita Buy (Margherita), John Turturro (Barry Huggins), Giulia Lazzarini (Ada), Nanni Moretti (Giovanni), Beatrice Mancini (Livia), Stefano Abbati (Federico), Enrico Ianniello (Vittorio), Anna Bellato (Attrice), Tony Laudadio (producteur), Lorenzo Gioielli (interprète), Monica Samassa (médecin), Vanessa Scalera (infirmière)
séances : semaine du mercredi 6 janvier 2016
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
18:30
20:45
18:30
14:00
21:00
11:00*
18:30
20:45
18:30
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 13 janvier 2016
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
16:15
18:30
20:30*
séance spéciale :
* dernière séance
séances : semaine du mercredi 29 juin 2016
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
20:30*
séance spéciale :
* prix Jean Renoir des lycéens 2016, en présence des élèves de Guez de Balzac - couplé avec "Tout en haut du monde" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € - en partenariat avec Hidden circle

synopsis

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable...

notes de production

Margherita Buy joue le rôle d’une réalisatrice de film en pleine tourmente qui s’interroge sur sa vie et sur son rapport au cinéma. Forcément, la tentation d’un parallèle avec Nanni Moretti lui-même est forte, d’autant plus que le cinéaste a souvent tenu au fil des années le rôle principal de ses films, reflet de ses propres angoisses. Lassé de l’expérience, il a fait appel ici à une actrice chevronnée mais reconnait à Mia madre quelques côtés personnels : dans la séquence devant le cinéma de Rome, Capranichetta, (...) c’est comme si je me parlais à moi-même.

C’est lors de la sortie d’Habemus papam (1) que Nanni Moretti a commencé à réfléchir au récit de Mia madre, alors même que quelques éléments du film arrivaient pour de vrai au cinéaste. Afin de ne pas rester collé à la surface du réel, le Moretti a choisi de mélanger les temporalités, le rêve et le concret : Le temps de la narration du film correspond à celui de Margherita, de ses états d’âme où tout cohabite et avec le même sentiment d’urgence, explique t-il. Un personnage féminin écrit à quatre mains par le cinéaste et trois femmes, Gaia Manzini, Chiara Valerio et Valia Santella.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film686

Le deuil, Nanni Moretti l’a déjà mis en scène avec le palmé Chambre du fils (2), dans lequel un père de famille voyait son fils mourir dans un accident de plongée. Pour le réalisateur, ce point de départ narratif fut tiré de ses angoisses (imaginaires) à l’idée de la mort d’un proche, là où Mia madre évoque plus frontalement le décès de sa mère en 2010, durant le tournage d’Habemus papam (1).
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chambre_du_fils

Dans Mia madre, Nanni Moretti ne fait pas qu’évoquer son rapport au cinéma, il parle aussi du deuil de sa mère, Agata Apicella Moretti, morte en 2010 après avoir été pendant 33 ans enseignante. Afin de donner plus de profondeur à l’histoire, le cinéaste a essayé de se replonger dans le journal intime qu’il tenait lors de sa mort. Bouleversé par la relecture, il ne s’est rendu compte qu’en fin de tournage n’avoir que très peu relu ou revu quelques oeuvres traitant de la mort, comme Une Autre femme (3) de Woody Allen, Amour (4) de Michael Haneke ou Journal de deuil (5) de Roland Barthes.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Une_autre_femme
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film933
(5) http://www.franceculture.fr/oeuvre-journal-de-deuil-de-roland-barthes.html

Dans Mia madre, Margherita est en train de tourner un film aux résonances politiques, alors que son quotidien est chamboulé. Nanni Moretti a fait délibérément le choix d’un film dans le film qui demande au personnage une préparation très structurée et un propos plein de confiance, afin que celui-ci se retrouve d’autant plus désemparé devant la situation qu’il traverse.

Après avoir offert à Michel Piccoli le rôle d’un pape en cavale dans Habemus papam (1), Nanni Moretti laisse John Turturro porter la caution internationale du casting. Un choix que le réalisateur n’a pas fait au hasard puisque les deux se connaissaient déjà, le premier ayant proposé à l’époque un rôle de cardinal au second à l’occasion d’’Habemus papam (1). L’acteur américain parlait un peu l’italien et avait même réalisé un documentaire sur la musique napolitaine intitulé Passione (6).
(6) http://www.imdb.com/title/tt1407085/

Soixante-dix jours de tournage auront été nécessaires. Une période durant laquelle Margherita Buy n’a été absente qu’un seul jour, pour une scène que le cinéaste a finalement coupée au montage !

Je veux voir l’acteur à côté du personnage. C’est la phrase qu’a toujours incidemment transmise Nanni Moretti à ses acteurs et actrices et qu’il a même fait dire à Margherita Buy lors d’une scène du film. Bien mystérieuse, cette indication semble avoir été reçue aux acteurs, si l’on en croit les propos du réalisateur lui-même : je ne sais pas si les acteurs la comprennent, mais à la fin, j’arrive à obtenir ce que j’avais en tête.

Un long plan-séquence montre Margherita marcher avec son frère, Giovanni, à côté d’une file immense. Celle-ci patiente pour la projection des Ailes du désir (7), long-métrage de Wim Wenders, dans lequel un ange tombe amoureux d’un être humain. Un clin d’œil aux qualités protectrices de Giovanni envers sa sœur, alors en pleine tourmente personnelle. Afin de s’assurer les droits, c’est Nanni Moretti qui a personnellement contacté Wim Wenders.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Ailes_du_d%C3%A9sir

Le film fut présenté en compétition au Festival de Cannes 2015 et a fait l’ouverture du festival de la Rochelle.

Entretien avec Nanni Moretti
Le personnage interprété par Margherita Buy dans "Mia madre" est-il votre double ?
Je n’ai jamais pensé interpréter moi-même le rôle principal de mon film. Cela fait déjà quelque temps que je ne le fais plus, et j’en suis heureux. Avant, cela m’amusait ; aujourd’hui je n’ai plus cette idée fixe de vouloir construire mon personnage film après film. J’ai toujours pensé que ce serait une femme et une réalisatrice.Et que cette femme serait jouée par Margherita Buy, pour une raison très simple : un film avec Margherita Buy comme actrice principale sera meilleur qu’un film avec moi en premier rôle... Elle joue beaucoup mieux que moi ! Margherita a porté sur ses épaules tout le poids du travail : sur soixante-dix jours de tournage,elle n’a été absente qu’une journée - pour une scène que j’ai coupée !
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/mia-madre,317974

Nanni Moretti
voir fiche du film Habemus papam
http://www.citebd.org/spip.php?film686

Francesco Piccolo
Né le 12 mars 1964 à Caserte.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Francesco_Piccolo

Valia Santella
voir fiche du film Miele
http://www.citebd.org/spip.php?film1162

Arnaldo Catinari
Né à Bologne le 9 janvier 1964.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Arnaldo_Catinari

Arvo Pärt
Né le 11 septembre 1935 à Paide (Estonie).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Arvo_P%C3%A4rt

Olafur Arnalds
Né le 3 novembre 1986 à Mosfellsbær (Islande).
http://www.imdb.com/name/nm4263872/

Philip Glass
voir fiche du film Réalité
http://www.citebd.org/spip.php?film1416

Isabella Colliva
http://www.imdb.com/name/nm1397586/

Cinzia Donti
http://www.imdb.com/name/nm1397728/

Mario Cantini
http://www.imdb.com/name/nm4004767/

Nino Rota
voir fiche du film Plein soleil
http://www.citebd.org/spip.php?film1388

Margherita Buy
Née le 15 janvier 1962 à Rome.
http://www.citebd.org/spip.php?film686
https://fr.wikipedia.org/wiki/Margherita_Buy

John Turturro
Né John Michael Turturro le 28 février 1957 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Turturro

Giulia Lazzarini
Née à Milan le 24 mars 1934.
http://www.citebd.org/spip.php?film996
https://fr.wikipedia.org/wiki/Giulia_Lazzarini

Stefano Abbati
http://www.imdb.com/name/nm0007845/

Enrico Ianniello
http://www.imdb.com/name/nm2508071/

Anna Bellato
http://www.imdb.com/name/nm3011659/

Tony Laudadio
http://www.imdb.com/name/nm1045921/

Lorenzo Gioielli
http://www.citebd.org/spip.php?film1086
http://www.imdb.com/name/nm0320232/

Monica Samassa
http://www.imdb.com/name/nm1356417/

Vanessa Scalera
http://www.imdb.com/name/nm2218544/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Avec "Mia madre", Moretti nous parle de sa mère et dessine une mise en abyme éclatante d’autodérision pour évoquer son cinéma. Joli instantané de ses doutes de cinéaste, et de l’Italie d’aujourd’hui.
Critikat - On peut penser "Mia madre" comme l’envers du mélodrame qu’était "La Chambre du fils", qui voyait le jeune Andrea dans la force de l’âge disparaître brutalement dans un accident de plongée. Dans "Mia madre", on prend congé tout en douceur et avec pudeur en se disant "À demain".
Culturopoing - Et dans ces quelques notes qui ne peuvent plus valser, repartir avec un sanglot. (...) Sans aucun doute le plus beau film de 2015.
La Voix du nord - Avec Margherita Buy (délicate, émouvante) et John Turturro (exubérant, hilarant), prêts à se jeter à l’eau pour marquer de leur radieuse présence l’un des films les plus aboutis de l’année. L’un des plus beaux aussi.
Le Nouvel obs - A l’écran, tout paraît simple, tout semble aller de soi, c’est en cela que Moretti est un maître, c’est pour cela que "Mia madre" est grand.
L'Express - Intense et très émouvant, "Mia madre" évoque avec douceur et tendresse la mort d'une mère. Voilà le film somme d'un auteur populaire qui, dans la grande tradition italienne, marie l'émotion, l'humour et le social. Moretti a tout compris du cinéma.
Positif - Ce nouvel opus, le douzième du cinéaste italien, est même l'un des plus tendres et des plus beaux qu'il ait écrits et réalisés. Preuve que le grand art ne carbure jamais mieux qu'à l'anxiété.
Télérama - Avec “Mia Madre”, Nanni Moretti se remet en scène, littéralement et via un alter-ego féminin. Un film très personnel, pudique, et avec un John Turturro souvent irrésistible.