rambo - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > rambo

rambo

First blood
Usa - 1982 - 1h37
sorti en France le 2 mars 1983
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Ted Kotcheff

scénario : David Kozoll, William Sackheim, Sylvester Stallone
d'après l'oeuvre de : David Morrell
direction de la photographie : Andrew Laszlo
musique ou chansons : Jerry Goldsmith
avec : Sylvester Stallone (John Rambo), Richard Crenna (colonel Samuel Trautman), Brian Dennehy (shérif Will Teasle), Bill McKinney (capitaine Dave Kern, de la police d’état), Jack Starrett (Arthur « Art » Galt), Michael Talbott (Balford), Chris Mulkey (Ward), John McLiam (Orval), Alf Humphreys (Lester), David Caruso (Mitch), David L. Crowley (Shingleton), Don MacKay (Preston), Charles A. Tamburro (pilote de l'hélicoptère), David Petersen (un soldat de la garde nationale), Craig Huston (opérateur radio), Patrick Stack (Clinton Morgan, lieutenant de la garde nationale), Bruce Greenwood (gardien), Mike Winlaw (reporter tv)
séances : semaine du mercredi 14 octobre 2015
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
21:00*
séance spéciale :
* Ciné mardi : "coup de chapeau à Ted Kotcheff" - couplé avec "Wake in fright" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € - en partenariat avec Hidden circle

synopsis

John Rambo, ancien béret vert et héros de la guerre du Viêt Nam, erre sans but de ville en ville depuis son retour aux États-Unis. En voulant rendre visite au dernier de ses anciens compagnons d'armes, il apprend la mort de celui-ci des suites d'un cancer (causé par l'"agent orange" largement utilisé au Viêt Nam). Reprenant la route, il arrive dans une petite ville d'une région montagneuse afin de s'y restaurer. Mais le shérif Will Teasle, prétextant ne pas vouloir de "vagabond dans sa ville", le raccompagne à la sortie de la ville. Ulcéré, Rambo tente de faire demi-tour, mais il est alors arrêté sans ménagement par le shérif. Jeté en prison et maltraité par les policiers, Rambo se révolte et s'enfuit du commissariat. Après une dangereuse course-poursuite, il se réfugie dans les bois. Traqué comme un animal, l'ancien soldat est contraint à la défensive et un des policiers qui tente de l'abattre trouve accidentellement la mort. Usant de son expérience acquise dans la jungle vietnamienne, Rambo neutralise ensuite les sbires de Teasle lancés à sa poursuite avant de s'en prendre au shérif...

notes de production

Rambo est l’adaptation du roman Rambo (1) de David Morrell, un ancien professeur dont certains des élèves ont été soldats au Viêt Nam (2). Il a écrit ce livre pour parler du problème de la réinsertion des vétérans qui ont quitté l’Amérique de Kennedy (3) sûrs de leur bon droit pour retrouver une Amérique hippie (4) et moralisatrice, qui formulait de sévères critiques à leur encontre. Le nom de Rambo est trouvé par l’auteur après deux anecdotes vécues par celui-ci... La première est qu’à l’époque où il était professeur et qu’il voulait rédiger ce roman, David Morrell lisait beaucoup les œuvres d’Arthur Rimbaud (5), que beaucoup de personnes, dont ses élèves, prononçaient Rambaud... La seconde anecdote, ce fut sa femme qui lui fit goûter une pomme qu’il trouva délicieuse. Il lui demanda quelle variété de pomme était-ce, et sa femme lui répondit Rambo (il s’agit en fait de la variété Rambour) (6). Il venait de trouver le nom de son personnage principal.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rambo_%28roman%29
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vi%C3%AAt_Nam
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Fitzgerald_Kennedy
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hippie
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Rimbaud
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rambour

Dans une certaine mesure, le film respecte fidèlement l’intrigue du roman mais a changé des aspects importants de l’histoire pour plaire au plus grand nombre :
- dans le roman, Rambo a des cheveux très longs et une grosse barbe ; dans le film, il n’a que des cheveux mi-longs et une barbe de 2-3 jours ;
- dans le roman, le shérif Teasle appréhende Rambo dans un fast-food ; dans le film, il l’arrête dès que celui-ci fait demi-tour au pont ;
- dans le roman, Galt est un personnage naïf et pas très adroit ; dans le film, il est un homme violent et sans scrupules ;
- dans le roman, Rambo s’échappe du commissariat tout nu. Dans le film, il reste habillé ;
- dans le roman, Rambo massacre un par un les policiers qui le pourchassent. Dans le film, il n’en tue qu’un seul, par légitime défense, et se contente de blesser ses poursuivants ;
- dans le roman, Rambo détruit la prison et le palais de justice avec de la dynamite ; dans le film, il détruit le commissariat et des magasins de jouets, de sports et d’armes, symboles de la vie moderne américaine ;
- dans le roman, Rambo épargne le shérif Teasle dans la forêt (il le blesse mais ne l’achève pas) car ce dernier a été décoré lors de la guerre de Corée (6b) et Rambo respecte l’ancien héros de guerre. Cependant, à la fin du roman il y a une fusillade entre les deux hommes et Teasle finit par mourir de ses blessures. Dans le film Teasle s’en sort vivant : Rambo s’apprête à le tuer mais il est interrompu in extremis par Trautman ;
(6b) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Cor%C3%A9e
- à la fin du roman, Rambo est abattu par le colonel Trautman. Cette fin avait été adaptée telle quelle mais les spectateurs de la projection-test l’avaient trouvée trop sombre. Les scénaristes ont finalement opté pour une fin plus heureuse : Trautman convainc Rambo de se rendre, ce que celui-ci finit par faire. Certaines images de cette fin alternative seront ironiquement utilisées par Stallone pour une scène de cauchemar de John Rambo (7).
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Rambo_%28film%29

Le personnage de Rambo devait être joué par Dustin Hoffman (8) qui jugea finalement le scénario trop violent. D’autres acteurs l’ont refusé comme Al Pacino (9), qui le jugea pas assez sauvage, ainsi que Steve McQueen (10), Nick Nolte (11), Kris Kristofferson (12), Jeff Bridges (13), Robert De Niro (14), Michael Douglas (15) et Terence Hill (16). Le rôle du colonel Trautman devait quant à lui être tenu par Kirk Douglas (17), qui demande des modifications sur le scénario. Mais Sylvester Stallone a le dernier mot et refuse de changer le scénario original. D’autres acteurs comme Lee Marvin (18) devaient aussi endosser le rôle de Trautman, ou encore Gene Hackman (19) pour celui du shérif Will Teasle.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dustin_Hoffman
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film1474
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Steve_McQueen
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nick_Nolte
(12) http://www.citebd.org/spip.php?film917
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeff_Bridges
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film637
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Douglas
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Terence_Hill
(17) http://www.citebd.org/spip.php?film1157
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lee_Marvin
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gene_Hackman

Le tournage s’est déroulé d’octobre à décembre 1981 au Canada, dans la province de Colombie-Britannique, principalement à Hope (20). D’autres scènes ont été tournées dans le parc provincial Golden Ears, à North Vancouver, à Pitt Meadows et à Port Coquitlam.
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hope_%28Colombie-Britannique%29

Sylvester Stallone s’est blessé sur le tournage de Rambo. En exécutant lui-même une cascade consistant à sauter d’une falaise dans les arbres, l’acteur s’est cassé trois côtes. L’acteur ne s’est pas blessé en vain, puisque la scène, jugée bonne, est dans le film.

La bande originale (21) a été composée par Jerry Goldsmith, dont le thème It’s a long road sera repris dans les trois suites et la série d’animation (21b). L’album sera édité en 33 tours par Regency records, puis en cd avec des titres bonus par Intrada records et Varese sarabande. La composition complète de Goldsmith sera publiée dans un double cd par Intrada le 23 novembre 2010.
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rambo_%28film,_1982%29#Musique
(21b) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rambo_%28s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e_d’animation%29

Rambo connait un succès considérable, notamment aux Usa, mettant en lumière les frustrations engendrées par la défaite camouflée de la guerre du Viêt Nam (22) et le besoin de reconnaissance des soldats qui y avaient vu leurs idéaux bafoués. Le film, qui peut être interprété comme une démonstration (cinématographique) de force et de la capacité d’intervention de l’armée américaine, inspira d’autres films (Portés disparus (23), Delta force (24), etc.) au succès moindre.
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Port%C3%A9s_disparus_%28film,_1984%29
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Delta_Force_%28film,_1986%29

Si on peut interpréter ce film comme une glorification de la capacité d’intervention des Bérets verts (25) pendant la guerre du Viêt Nam (22), on peut y voir également une dénonciation des horreurs de la guerre et des troubles de stress post-traumatique que peuvent ressentir certains soldats lors de leur retour à la vie civile et leur difficulté à reprendre une vie normale auprès de personnes qui n’ont pas vécu la guerre et ses séquelles, ainsi qu’une accusation grave contre une Amérique bureaucratique qui se moquerait des soldats partis combattre pour elle (dans sa tirade finale, Rambo clame : c’était pas ma guerre ! C’est vous qui m’aviez appelé, pas moi !). Le film serait donc plus complexe que ce que la critique professionnelle en avait dit alors. De ce point de vue, on pourrait presque considérer que Rambo, transformé en machine à tuer par les militaristes de Washington, se retourne contre les civils militaristes de l’Amérique profonde (le colonel Trautman déclare d’ailleurs : je ne suis pas venu sauver Rambo de la police, je suis venu vous sauver de Rambo), qui soutiennent pourtant l’utilisation de la force et les interventions militaires à l’étranger, et n’hésitent pas à utiliser une débauche de policiers et de réservistes là où un peu d’humanité aurait suffi à éviter le conflit.
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Special_Forces

En 1980, une dizaine d’années après la fin de la guerre du Viêtnam, Rambo ose parler de ses effets désastreux sur les vétérans. Voyage au bout de l’enfer (26) et Apocalypse now (27) avaient déjà soulevé de vives réactions en abordant la guerre du Viêtnam sous ses aspects les plus inavouables.
En revanche, Rambo II : la mission et Rambo III s’inscrivent dans la mouvance anti-communiste de l’administration Reagan (28).
(26) http://www.citebd.org/spip.php?film641
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/Apocalypse_Now
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/Administration_Reagan

Rambo a aussi donné lieu à trois suites, mettant en scène le personnage de John Rambo. Tandis que le premier film tire plutôt vers le drame psychologique tout en étant un film d’action, les 2e (29) et 3e (30) volets utilisent le personnage dans le but de produire des films que l’on peut rentrer dans la catégorie de cinéma de sécurité nationale. Le succès de Rambo, qui était au départ basé sur les douleurs et problèmes psychologiques engendrés par le conflit au Viêt Nam (22), se serait donc inversé après le 1er opus pour donner naissance à des films ouvertement patriotiques, de l’Amérique reaganienne qui rompt avec les discours culpabilisants sur la Guerre du Viêt Nam et célèbre la force et l’initiative individuelle. Le 4e volet reviendra davantage au style du premier film, bien que l’action et la violence y occupent une place importante.
(29) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rambo_2_:_La_Mission
(30) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rambo_3
Le tournage du 5e film devait débuter en octobre 2014. Cependant, la production a été repoussée à une date non communiquée. Il pourrait s’intituler Rambo : last blood.

Avec 3 039 138 entrées, le film est le second meilleur résultat de la série au box-office français derrière le second volet (5 851 030 entrées).

Parodies et clins d’œil  :
- dans Gremlins 2 : la nouvelle génération de Joe Dante, Gizmo se met un bandeau rouge avant d’affronter ses adversaires ;
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gremlins_2_:_La_Nouvelle_G%C3%A9n%C3%A9ration
- le personnage de John Rambo est partiellement repris dans le film Hot shots ! 2 de Jim Abrahams où les clichés des deuxième et surtout troisième épisodes de Rambo sont exploités de manière comique. Richard Crenna y parodie même son personnage de colonel.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hot_Shots!_2
- dans Mafia love, Sylvester Stallone fait également référence à son personnage de John Rambo ;
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mafia_Love
- dans Le Fils de Rambow, l’action se déroule au moment de la sortie de Rambo au cinéma. Deux enfants découvrent une version pirate du film et décident de tourner un remake ;
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Fils_de_Rambow
- dans l’extension Cataclysm de World of warcraft, une des quêtes (C’est pas ma guerre) consiste à convaincre un ancien soldat (appelé John J. Keeshan) de retourner en mission. Le nom du donneur de quête est d’ailleurs Troteman. Par la suite, le joueur doit récupérer les objets fétiches de Keeshan : un couteau de survie, un arc, une amulette et un bandeau rouge.
https://fr.wikipedia.org/wiki/World_of_Warcraft

Où il est prouvé que la sale guerre du Viêt Nam (22) n’a pas fini de faire des ravages dans l’inconscient collectif américain...
A l’opposé d’une œuvre à dominante psychologique comme Retour (31) d’Hal Ashby, Rambo évoque le délicat problème de la (non) réinsertion des anciens combattants en sacrifiant l’analyse militante rébarbative au profit de l’action pure un peu à la manière de ce film splendide et méconnu de Karel Reisz : Les Guerriers de l’enfer (32). Interprété par un Sylvester Stallone pour une fois assez sobre et un Richard Crenna qui parvient à conférer une certaine dimension psychologique à son personnage de colonel dont l’attitude reste pour le moins ambigüe, le film repose avant tout sur un suspense haletant magnifié par le splendide décor naturel qui sert de cadre à l’intrigue.
Œuvre sauvage et violente, Rambo est malgré tout plus subtil qu’il n’y paraît à première vue ; ce béret vert (25) hagard qui erre dans l’Amérique de Reagan (28), cet ange déchu qui a versé le premier sang (d’où le First blood du titre original) et qui à présent est contraint de mener une véritable guérilla dans son pays natal ne symbolise-t-il pas la culpabilité refoulée, la mauvaise conscience d’une nation qui rejette à présent ses héros d’autrefois, émanations vivantes d’un échec cuisant et encore douloureux ?
Philippe Ross in La Saison cinématographique 1983
(31) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Retour_%28film,_1978%29
(32) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Guerriers_de_l’enfer

Ted Kotcheff
voir fiche du film Wake in fright
http://www.citebd.org/spip.php?film1546

David Kozoll
http://www.imdb.com/name/nm0468997/

William Sackheim
Né le 31 octobre 1920 à Gloversville (État de New York), décédé le 1er décembre 2004 à Beverly Hills.
http://www.imdb.com/name/nm0755266/

David Morrell
Né le 24 avril 1943 à Kitchener (Canada).
https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Morrell

Andrew Laszlo
voir fiche du film Les Guerriers de la nuit
http://www.citebd.org/spip.php?film1331

Jerry Goldsmith
voir fiche du film L’Opération diabolique
http://www.citebd.org/spip.php?film1381

Sylvester Stallone
Né le 6 juillet 1946 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvester_Stallone

Richard Crenna
Né Richard Donald Crenna le 30 novembre 1926 à Los Angeles où il est décédé le 17 janvier 2003.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Crenna

Brian Dennehy
Etonnant Stourley Kracklite dans Le Ventre de l’architecte...
http://www.citebd.org/spip.php?film604

Bill McKinney
Né le 12 septembre 1931 à Chattanooga (Tennessee), décédé le 1er décembre 2011.
Il faisait couiner Ned Beatty dans Délivrance...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bill_McKinney

Jack Starrett
Né le 2 novembre 1936 à Refugio (Texas), décédé le 27 mars 1989 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Starrett
http://www.imdb.com/name/nm0823630/

Michael Talbott
Né le 2 février 1955 à Waverly (Iowa).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Talbott
http://www.imdb.com/name/nm0847999/

Chris Mulkey
Né le 3 mai 1948 à Viroqua (Wisconsin).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_Mulkey
http://www.imdb.com/name/nm0611889/

John McLiam
Né le 24 janvier 1918 en Alberta (Canada), décédé le 16 avril 1994 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_McLiam
http://www.imdb.com/name/nm0572897/

Alf Humphreys
Né le 3 avril 1953 à Toronto.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alf_Humphreys
http://www.imdb.com/name/nm0401969/

David Caruso
Né David Stephen Caruso le 7 janvier 1956 à New York.
Il est Horatio Caine dans Les Experts : Miami...
https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Caruso

David L. Crowley
http://www.imdb.com/name/nm0189719/

Don MacKay
http://www.imdb.com/name/nm0533154/

Charles A. Tamburro
http://www.imdb.com/name/nm0848596/

David Petersen
http://www.imdb.com/name/nm0676792/

Craig Huston
http://www.imdb.com/name/nm0404107/

Patrick Stack
http://www.imdb.com/name/nm0821039/

Bruce Greenwood
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruce_Greenwood

Mike Winlaw
http://www.imdb.com/name/nm0935295/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Un film ambigu, sauvage et politique sur le retour miné des vétérans du Vietnam...
Filmosphère - Revoir aujourd’hui "Rambo" est une chose nécessaire dans un parcours cinéphile...
On rembobine - ... si "Rambo", n’a aujourd’hui, rien perdu de sa force évocatrice, c’est aussi tout simplement car il parle de quelque chose de commun à toutes les guerres...
Objectif cinéma - Ressemblant au protagoniste du film "Né un quatre juillet", traumatisé par la guerre et le rejet de la société, il s’isole dans la violence pour mieux réactiver les graves blessures psychologiques de l’enfer vietnamien...
Ciné séries - ... ce premier "Rambo" est un film à re-considérer, une œuvre bien meilleure, plus intelligente, plus engagée, plus subtile que sa réputation ne le laisserait entendre...
Dvd classik - ... il est intéressant de relever que "Rambo" fait le lien entre deux décennies qui seront très différentes dans leur approche du conflit vietnamien. L'Amérique est profondément malade du Vietnam mais les soins envisagés pour panser ses plaies varient avec les époques...
Critikat - ... le film ne conte pas les faits d’armes d’un seul homme, mais une lutte entre adversaires, une escalade telle qu’à un moment, se pose fatalement la question de savoir à qui revient la faute originelle...