je ne suis pas un salaud - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > je ne suis pas un salaud

je ne suis pas un salaud

France - 2014 - 1h51
Valois de la meilleure mise en scène et Valois du meilleur acteur (Nicolas Duvauchelle) au festival du film francophone Angoulême 2015
film - film francophone
de

Emmanuel Finkiel

scénario : Emmanuel Finkiel
direction de la photographie : Alexis Kavyrchine
avec : Nicolas Duvauchelle, Mélanie Thierry, Driss Ramdi, Maryne Cayon, Nicolas Bridet
séances : semaine du mercredi 19 août 2015
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
13:00*
séance spéciale :
* salle Nemo, cinéma de la Cité : mar 25 à 13h00, ven 28 à 16h00 - salle Bunuel, espace Franquin : mer 26 à 19h30, sam 29 à 10h30 - précédé de "Tant de forêts"
séances : semaine du mercredi 26 août 2015
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 29 dimanche 30 lundi 31 mardi 1er
19:30*
16:00
10:30
séance spéciale :
* salle Nemo, cinéma de la Cité : mar 25 à 13h00, ven 28 à 16h00 - salle Bunuel, espace Franquin : mer 26 à 19h30, sam 29 à 10h30 - précédé de "Tant de forêts"

synopsis

Eddie se sent noyé dans une société qui oublie ceux qui la composent, entre violence du quotidien et anonymat de la misère. Lorsqu’il est violemment agressé dans la rue, Eddie désigne à tort Ahmed, coupable idéal qu’il avait aperçu quelques jours avant son agression. Alors que la machine judiciaire s’emballe pour Ahmed, Eddie tente de se relever auprès de sa femme et de son fils et grâce à un nouveau travail. Mais bientôt conscient de la gravité de son geste, Eddie va tout faire pour rétablir sa vérité. Quitte à tout perdre…

notes de production

Quand on lui demande de quoi parle son troisième long-métrage, Emmanuel Finkiel souligne d’emblée le côté sombre, mais lucide de son scénario : c’est l’histoire d’un pauvre type qui vit en marge de la société et qui picole. Un drame qui finit mal sur l’emballement de la machine judiciaire qui conduit un homme à en accuser un autre à tort pour s’en sortir. D’où le titre de son projet : Je ne suis pas un salaud. Avec déjà dans son esprit, une scène finale assez violente... Dans l’idéal, le cinéaste verrait bien Benoît Magimel et Céline Sallette dans les rôles principaux d’Eddie, le pauvre type en question, et de sa femme, Karine. Et il espère pouvoir commencer le tournage à la fin de l’année.
Mais le financement d’un tel projet (avec un budget prévisionnel estimé à 3,94 millions d’euros et huit semaines de tournage) ne va pas de soi, et ce malgré l’obtention de l’avance sur recettes du Cnc (Centre national du cinéma et de l’image animée). D’où la satisfaction d’Emmanuel Finkiel d’avoir été retenu parmi les quinze projets de l’Atelier de la Cinéfondation et son espoir que cela débouche à terme sur un accord avec un distributeur. Sa participation à l’Atelier commence d’ailleurs déjà à porter ses fruits, puisqu’il vient de se voir décerner par Véronique Cayla, présidente d’Arte France, le prix Arte international d’un montant de 6 000 euros pour son projet.
Ce qu’il a le plus apprécié dans les rendez-vous qu’il a pu avoir avec d’éventuels partenaires financiers dans le cadre de l’Atelier, notamment des distributeurs, c’est de pouvoir enfin parler plus du film que du scénario. Les questions de ses interlocuteurs ont porté de façon plus concrète sur le résultat final, sur les images du projet plus que sur l’écriture. Il a également aimé pouvoir discuter avec des confrères venus des quatre coins de la planète, notamment avec Lamb Yared Zeleke, un réalisateur éthiopien, qui porte un regard différent sur la société occidentale. Pour lui, c’est stimulant de voir des gens qui se battent pour faire des films...
http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2013/05/23/grace-a-la-cinefondation-emmanuel-finkiel-espere-financer-son-prochain-film_3416507_766360.html

Tous les ans, l’Atelier du Festival de Cannes propose à des cinéastes du monde entier de rencontrer des producteurs afin de boucler le budget de leur prochain projet. Metro les a soumis à un petit questionnaire sans langue de bois. Aujourd’hui, Emmanuel Finkiel avec Je ne suis pas un salaud .
Entretien avec Emmanuel Finkiel
Quel est le sujet de votre film ?
Un type en marge, incapable de tenir son rôle au sein de la société arrive à retrouver une situation de citoyen en dénonçant un innocent. Son mensonge sera-t-il découvert, l’amour pour sa femme et son petit garçon y résistera-il ?
http://www.metronews.fr/culture/emmanuel-finkiel-nous-venons-tous-a-cannes-pour-exister-non/mmeo!0DpvhswcTtvJ6/

Emmanuel Finkiel
Né le 30 octobre 1961 à Boulogne-Billancourt.
voir fiche du film Nulle part, terre promise
http://www.citebd.org/spip.php?film238
https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Finkiel

Alexis Kavyrchine
voir fiche du film Tous au Larzac
http://www.citebd.org/spip.php?film737
http://www.imdb.com/name/nm1132563/

Nicolas Duvauchelle
voir fiche du film White material
http://www.citebd.org/spip.php?film373

Mélanie Thierry
voir fiche du film Zero theorem
http://www.citebd.org/spip.php?film1279

Driss Ramdi
http://www.imdb.com/name/nm2156892/

Maryne Cayon
voir fiche du film Geronimo
http://www.citebd.org/spip.php?film1363

Nicolas Bridet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Bridet