Waste land - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Waste land

Waste land

Belgique - 2014 - 1h37
sorti en France le 25 mars 2015
Prix Cineuropa Festival de cinéma européen des Arcs 2014
interdit aux moins de 12 ans
film - film francophone
de

Pieter Van Hees

scénario : Pieter Van Hees
direction de la photographie : Menno Mans
musique ou chansons : Simon Lenski
avec : Jérémie Renier (Leo Woeste), Natali Broods (Kathleen Woeste), Babetida Sadjo (Aysha Tshimanga), Peter Van den Begin (Johnny Rimbaud), Peter van den Eede (Jean Perdieus), Mourade Zeguendi (Fouad), François Beukelaers (Jozef Woeste)
séances : semaine du mercredi 19 août 2015
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
16:30
18:30
16:30

synopsis

Léo Woeste est inspecteur à la brigade criminelle de Bruxelles vivant avec sa femme Kathleen et leur fils de 5 ans Jack, qui lui permettent de garder pied alors qu’il s’enfonce jour après jour dans les bas-fonds de la ville, le "Waste land". Mais le meurtre d’une jeune congolaise va l’amener à rencontrer la sœur de celle-ci, une femme magnétique et déterminée. Entre rituels, fascination et vieux démons, l’équilibre établi par Léo entre son travail et sa famille semble plus que jamais menacé…

notes de production

À ne pas confondre avec un documentaire brésilien (1) nominé en 2011 à l’Oscar du meilleur film documentaire, ou encore le jeu vidéo (2) qui, d’ailleurs, s’écrit plutôt Wasteland et non Waste land.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film934
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Wasteland_%28jeu_vid%C3%A9o%29

L’acteur Matthias Schoenaerts (3) devait originellement endosser le rôle de Leo Woeste mais fut finalement remplacé par Jérémie Renier.
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film812

Waste land est le troisième volet d’un tryptique intitulé Anatomie de l’amour et la douleur (Anatomie van liefde en pijn) commencé par Pieter Van Hees avec Left bank (4) et suivi de Dirty mind (5).
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Left_Bank
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dirty_Mind_%28film%29

Pieter Van Hees dirige à nouveau deux acteurs qui étaient présents au casting des deux premiers volets de son tryptique : Peter Van den Begin et Peter Van dee Eede. Le cinéaste collabore également une fois de plus avec Nico Leunen (6) qui s’était chargé du montage de ces deux premiers volets.
(6) http://www.imdb.com/name/nm0504895/

Le titre du film fait référence à un poème de l’auteur américain T.S Eliot : The Waste land (7). Selon le réalisateur Pieter Van Hees, c’est un poème qui parle d’un pays qui n’est plus capable d’être fertile et qui meurt, et d’un roi qui doit se blesser pour redonner la vie avec son sang. C’est une métaphore de l’Europe actuelle, un continent en crise avec une jeunesse issue de l’immigration très éloignée de ce qui était le peuple blanc dominant.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Terre_vaine

Comme en témoignent Cloclo (8) ou Possessions (9), Jérémie Renier montre une nouvelle fois que les transformations physiques ne lui font pas peur. Cette fois, il prend les traits de Léo Woeste, un inspecteur de la brigade criminelle qui va devoir affronter ses propres démons, en explorant les bas-fonds de la ville de Bruxelles. Pour cela, le comédien s’est remis au sport afin de s’étoffer et paraître plus trapu, dans le but d’obtenir une certaine crédibilité.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cloclo_%28film%29
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Possessions_%28film,_2011%29

Pourtant originaire de Bruxelles, Jérémie Renier n’avait pas participé à un tournage dans sa ville natale depuis Dikkenek (10), réalisé en 2006, par Olivier Van Hoofstadt.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dikkenek

Jérémie Renier a souhaité s’immerger dans la vie de son personnage Leo Woeste. C’est dans cette optique que le comédien s’est rendu à la brigade criminelle de Bruxelles, pour y rencontrer des policiers et des inspecteurs. L’acteur a eu le privilège de pouvoir parcourir quelques dossiers pour se rendre compte de l’ampleur du travail effectué par son personnage.

Avec Left bank, Pieter Van Hees mettait en évidence la relation amoureuse d’un tout jeune couple. Deux ans plus tard, le metteur en scène réalise Dirty mind, ou les rapports amoureux erratiques d’un individu. En 2015, Waste land raconte la vie d’un homme qui est sur le point de devenir père de famille, ainsi, le réalisateur fait évoluer sa vision du personnage masculin. Pieter Van Hees, lui-même devenu père de deux enfants, souhaitait mettre en exergue les changements que provoque le fait de devenir père.

Le titre Waste land, Terrain vague en français, fait référence à la désolation qui s’installe dans le couple formé par Jérémie Renier et Natali Broods, comme l’indique le réalisateur. Pieter Van Hees a aussi souhaité mettre en évidence sa vision de l’état de l’Europe actuelle : le titre est à lire autant comme la désolation qui s’installe dans ce couple que comme l’état de l’Europe aujourd’hui. (...) Jusque-là, ça a été un continent majoritairement blanc et dominant, mais cette position est vacillante. Quand j’étais petit, le projet européen était quelque chose qui faisait rêver. Aujourd’hui, il n’est question que de comptabilité, de mondialisation.

L’enfant de Léo Woeste porte le nom d’Adam car le cinéaste indique qu’il a encore de l’espoir pour cette nouvelle génération qui sera peut-être plus tolérante. Il précise : dans Waste land, quand l’enfant naît, c’est déjà trop tard pour Léo, métaphore de l’ancienne Belgique. Nos valeurs de domination sont obsolètes dans le monde actuel, on ne s’en sortira pas si on continue à les mettre en pratique. Pour mes enfants, il est tout à fait normal que leurs copains s’appellent Soraya ou Abdelaziz. Evidemment, ils posent des questions, me demandent qui est le plus fort. Mais j’ai confiance en cette génération. C’est pour cela, que j’ai nommé cet enfant Adam !

Pieter Van Hees
http://www.imdb.com/name/nm0887068/

Menno Mans
http://www.imdb.com/name/nm2726480/

Jérémie Renier
voir fiche du film Le Gamin au vélo
http://www.citebd.org/spip.php?film615

Natali Broods
http://www.imdb.com/name/nm0111600/

Babetida Sadjo
http://www.imdb.com/name/nm3447751/

Peter Van den Begin
Né le 25 octobre 1964 à Berchem (Belgique).
http://www.imdb.com/name/nm0886045/

Mourade Zeguendi
Né le 30 octobre 1980 à Saint-Josse-ten-Noode (Belgique).
http://www.imdb.com/name/nm0954238/

François Beukelaers
Né à Vilvorde le 2 février 1938.
http://www.imdb.com/name/nm0079559/

extrait(s) de presse

Cinema teaser - Un vrai film d'ambiance et de personnages.
Première - Sur une trame classique, le troisième film de ce cinéaste belge dégage énergie et personnalité. Jérémie Renier et Natali Broods y dominent une distribution impeccable.
Critikat - Pour nous convaincre du caractère intime du calvaire de son personnage, il aurait fallu que le film ne se contente pas d’illustrer le territoire de la folie, mais qu’il s’y frotte plus franchement.
Télérama - Polar expiatoire de Pieter Van Hees : dans un Bruxelles à l'ambiance quasi vaudou, un flic (Jérémie Rénier) est contaminé par la violence du monde et le lourd passé colonial belge...
Ciné séries - Une longue descente aux enfers qui permet au réalisateur Pieter Van Hees de parler du colonialisme (la Belgique « gouvernant » à une époque le Congo) mais aussi de critiquer une Europe actuelle ayant peur du multiculturalisme au point de laisser la parole à des partis séparatistes ou d’extrême-droite. Et quelle meilleure ville que Bruxelles, siège de l’Europe même, pour symboliser ce dernier sujet ?
Ciné chronicle - Intitulé « anatomie de l’amour et de la douleur », ce cycle se conclut sur une œuvre noire et violente, dans la lignée du "Bullhead" de son compatriote Michaël R. Roskam...
Mad movies - La notion de perception est au cœur même de "Waste land", Van Hees s'engageant rapidement dans des enjeux, des thématiques et une imagerie rappelant le magnifique "Angel heart" d'Alan Parker...
Cinergie - "Waste land" est un film noir qui plonge dans les déboires existentiels d'un flic de Bruxelles en lutte avec ses démons. On en sort plutôt poisseux de nuit et de sang, de rituels magiques et de folie, au bord de notre propre fêlure intime.