My two daddies - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > My two daddies

My two daddies

Any day now
Usa - 2012 - 1h38
sorti en France le 7 janvier 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Travis Fine

scénario : George Arthur Bloom, Travis Fine
direction de la photographie : Rachel Morrison
musique ou chansons : Joey Newman
avec : Alan Cumming (Rudy Donatello), Garret Dillahunt (Paul Fliger), Isaac Leyva (Marco Deison), Frances Fisher (le juge Meyerson), Gregg Henry (Lambert), Jamie Anne Allman (Marianna), Chris Mulkey (DA Wilson), Don Franklin (Lonnie), Kelli Williams (mademoiselle Flemming), Alan Rachins (le juge Resnick), Mindy Sterling (mademoiselle Mills), Miracle Laurie (Monica), Michael Nouri (Miles Dubrow), Jeffrey Pierce (l'officier Plitt), Anne O'Shea (madame Lowell), Doug Spearman (Johnny Boy), Louis Lombardi (M.Blum), Randy Roberts (PJ), Clyde Kusatsu (Dr. Nakahura), Donna W. Scott (Kelly), Joe Howard (Dr. Watkins), Kirk Fox (Beaux), Kamala Lopez (agent Martinez), Edward James Gage (sergent Johnson), Joey Newman (Boom Boom), Jeff Lass (Georgie), Randy Thompson (Coco), Ezra Buzzington (Larry)
séances : semaine du mercredi 6 mai 2015
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
20:30*
séance spéciale :
* ciné mardi : "lutte contre l’homophobie" - 12 mai à 20h30 - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "The Smell of us") - séance suivie d’un débat animé par le collectif L’Égalité ni plus ni moins

synopsis

En Californie, au début des années 80, Paul et Rudy débutent une relation amoureuse, quand le destin met sur leur chemin Marco, un enfant handicapé, malmené par sa mère toxicomane. Alors qu’elle est incarcérée, elle confie à Rudy et Paul la garde de son fils, qui va enfin trouver un foyer stable avec « ses deux papas ». Mais lorsque qu’on découvre que Rudy et Paul sont homosexuels, la société s’acharne contre eux pour leur retirer la garde de Marco. Ils vont combattre une justice qui a des préjugés sur leur mode de vie, dans l’espoir de continuer à élever cet enfant...

notes de production

Le scénario du film a été écrit à la fin des années 70 par George Arthur Bloom, père de P.J. Bloom qui était le superviseur musical sur le tournage.

L’acteur Alan Cumming a composé trois chansons pour la bande originale de My two daddies dont une reprise du chanteur de folk Bob Dylan (1) : I shall be released (2).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bob_Dylan
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/I_Shall_Be_Released

My two daddies a remporté de nombreuses récompenses, dont le prix du public au Festival de Tribeca (3).
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_du_film_de_Tribeca

Film presque militant pour le droit des homosexuels à adopter des enfants, le réalisateur Travis Fine déclare en effet y être favorable si la personne est stable psychologiquement, financièrement et bien sûr si elle est capable de donner de l’amour à un enfant.

Auteur de trois longs métrages, Travis Fine poursuit en parallèle une carrière d’acteur et sa filmographie compte des collaborations avec Terrence Malick (La Ligne rouge) (4) et James Mangold (Une Vie volée) (5).
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ligne_rouge_%28film,_1998%29
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Une_vie_vol%C3%A9e

Pour le rôle de Marco Deison, l’équipe du film a travaillé avec une association d’handicapés et a fait passer de nombreuses auditions. Leur choix s’est finalement porté sur Isaac Leyva, jeune homme ayant déjà une expérience d’acteur et qui a ébloui toute l’équipe du film. La seule difficulté résidait dans le fait de lui faire jouer des scènes de colère, sentiment très inconfortable pour lui. La productrice Kristine Fine suggéra alors au réalisateur de davantage jouer sur les silences du personnage pour mieux retranscrire ses humeurs. Ainsi, le personnage de Marco est d’autant plus convaincant.

Travis Fine voulait au départ que Ricky Martin (6) tienne le rôle de Rudy mais le chanteur n’était pas disponible. Son choix s’est ensuite porté sur Alan Cumming. Le réalisateur a en effet été épaté par sa performance dans Cabaret à Broadway (7).
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ricky_Martin
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cabaret_%28com%C3%A9die_musicale%29

My two daddies marque la deuxième collaboration entre le réalisateur Travis Fine et le compositeur Joey Newman, cinq après le drame The Space between (8).
(8) inédit en France http://en.wikipedia.org/wiki/The_Space_Between_%28film%29

Entretien avec Travis Fine
D’où vient l’idée de "My two daddies" ?
Dans les années 80, Le scénariste George Arthur Bloom, vivait sur Atlantic avenue, à Brooklyn (9), dans un environnement social chaotique. Il connaissait un type, Rudy, un homosexuel avec une belle personnalité, qui vivait dans le quartier, dans le même immeuble qu’un gamin handicapé dont la mère était une junkie. Parfois Rudy s’occupait de ce garçon. George Arthur Bloom s’est inspiré de cette relation, et a écrit une fiction sur l’adoption. Le film a failli voir le jour à plusieurs reprises. Tommy Lee Jones (10) et Sylvester Stallone (11) ont même été pressentis pour interpréter les personnages principaux. Finalement, George Arthur Bloom a abandonné le projet. Vingt ans plus tard, son fils, P.J. Bloom, a appris que j’étais en recherche d’un script. Il m’a parlé de ce scénario que son père avait écrit. Le personnage de Rudy me faisait penser à celui de Ratso Rizzo dans Maccadam cowboy (12). Il y avait des éléments qui me rappelaient le cinéma que j’aime, j’ai mis une option sur le script...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/my-two-daddies-drame-comedie-dramatique,218682
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Brooklyn
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tommy_Lee_Jones
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvester_Stallone
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Macadam_Cowboy

Travis Fine
Né le 26 juin 1968 à Atlanta (Géorgie).
http://www.imdb.com/name/nm0003910/

George Arthur Bloom
http://www.imdb.com/name/nm0089166/

Rachel Morrison
http://www.imdb.com/name/nm1121126/

Joey Newman
http://www.imdb.com/name/nm0628132/

Alan Cumming
Né le 27 janvier 1965 à Aberfeldy (Écosse).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Cumming

Garret Dillahunt
Né le 24 novembre 1964 à Castro Valley.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Garret_Dillahunt

Frances Fisher
Née le 11 mai 1952 à Milford-on-Sea (Gb).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Frances_Fisher

Gregg Henry
Né le 6 mai 1952 à Lakewood (Colorado).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gregg_Henry

Jamie Anne Allman
http://www.imdb.com/name/nm1056583/

Chris Mulkey
Né le 3 mai 1948 à Viroqua (Wisconsin).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_Mulkey

Don Franklin
Né le 14 décembre 1960 à Chicago.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Don_Franklin

Kelli Williams
Née le 8 juin 1970 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kelli_Williams

Alan Rachins
Né le 3 octobre 1942 à Cambridge (Massachusetts).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alan_Rachins

Mindy Sterling
Née le 11 juillet 1953 à Paterson (New Jersey).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mindy_Sterling

Miracle Laurie
Née le 1er août 1981 à Huntington Beach (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Miracle_Laurie

Michael Nouri
Né le 9 décembre 1945 à Washington.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Nouri

Jeffrey Pierce
Né le 13 décembre 1971 à Denver (Colorado).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeffrey_Pierce

Anne O’Shea
http://www.imdb.com/name/nm3650009/

Doug Spearman
Né le 3 septembre 1962 à Washington.
http://www.imdb.com/name/nm0817335/

Louis Lombardi
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Lombardi

Clyde Kusatsu
Né le 13 septembre 1948 à Honolulu (Hawaï).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Clyde_Kusatsu

Donna W. Scott
http://www.imdb.com/name/nm0779072/

Joe Howard
http://www.imdb.com/name/nm0397394/

Kirk Fox
http://www.imdb.com/name/nm0289105/

Kamala Lopez
http://www.imdb.com/name/nm0520234/

Edward James Gage
http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_James_Gage

Joey Newman
http://www.imdb.com/name/nm0628132/

Jeff Lass
http://www.imdb.com/name/nm0004288/

Ezra Buzzington
http://www.imdb.com/name/nm0125653/

extrait(s) de presse

Première - Sans jamais chausser les gros sabots du militantisme ni obliger les acteurs à viser la performance (...), c'est avec les armes de l'indignation douce que "My Two Daddies" empoigne, mobilise et accroît un besoin vital d'égalité.
àVoir-àLire - Ce drame de l’intolérance n’échappe pas à l’académisme mais séduit pas son propos humaniste. Une curiosité.
Le Monde - Au-delà de ses maladresses formelles, ce drame porté par de très belles performances d'acteurs pose un regard intéressant et singulier sur l'homoparentalité.
Fiches du cinéma - À vouloir aborder trop de sujets, “My Two Daddies” est parfois brouillon, mais ne manque pas de sincérité.
Les Inrocks - Un film à thèse contre l’homophobie institutionnelle, sujet qui ne peut qu’inspirer de la sympathie...
Paris match - Ce mélo alourdi par les notes d’un piano pesant, a beau être loin d’égaler « Torch Song Trilogy » de Paul Bogart, il réussit néanmoins à émouvoir grâce à la belle dose d’humanité qui en émane.
Positif - Privilégiant une mise en scène modeste, un rien terne c'est vrai, [le réalisateur] laisse à chacun de ses personnages le temps d'installer sa complexité.
Telerama - Honnête mélo qui prône l'harmonie entre des êtres que rien, a priori, ne réunit...