Peppermint frappé - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Peppermint frappé

Peppermint frappé

ciné répertoire
Espagne - 1967 - 1h32
Ours d'argent du meilleur réalisateur Berlin 1968
film - version originale sous-titrée en français
de

Carlos Saura

scénario : Carlos Saura, Rafael Azcona, Angelino Fons
direction de la photographie : Luis Cuadrado
musique ou chansons : Teddy Bautista, Luis de Pablo
avec : Geraldine Chaplin (Elena / Ana), José Luis López Vázquez (Julián), Alfredo Mayo (Pablo), Emiliano Redondo (Arturo), Ana María Custodio (la mère de Julián), Fernando Sánchez Polack (un patient)
séances : semaine du mercredi 22 avril 2015
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
18:30*
16:15
séance spéciale :
* Festival Play it again (1ère édition) organisé en partenariat avec l’Adfp (Association des distributeurs de films de patrimoine) - tarif unique 3,50 €

synopsis

Julián dirige une clinique de radiologie, assisté d'Ana, une infirmière timide. Un soir, il est invité chez un de ses amis d'enfance, Pablo, un aventurier qui vient de se marier avec Elena, une belle jeune femme. Lors de cette soirée, Pablo lui sert son cocktail favori, un peppermint frappé, en attendant qu'arrive Elena. Lorsque celle-ci paraît, Julián croit reconnaître en elle une mystérieuse femme qu'il a vue jouer du tambour lors de la Semaine sainte à Calanda. Bien qu'Elena lui assure qu'elle ne l'a jamais vu auparavant, qu'elle n'est jamais allé à Calanda, il se sent attiré par elle et va chercher à la revoir à la moindre occasion...

notes de production

Déjà distingué à Berlin, Peppermint frappé fait partie des films choisis pour la Sélection officielle du Festival de Cannes (1). Oui mais voilà : nous sommes en mai 1968... Le 10 mai, tandis que Paris est le théâtre d’affrontements entre étudiants et policiers, à Cannes le Festival s’ouvre normalement avec la projection d’Autant en emporte le vent (2) dans une version 70 mm (3). Le délégué général Robert Favre Le Bret (4) refuse d’annuler la manifestation, en dépit des demandes formulées par l’association française de la critique. Les professionnels du cinéma sont d’autant plus sensibles au mouvement étudiant qu’ils sont encore sous le choc de l’éviction d’Henri Langlois (5) de la Cinémathèque (6) par le Ministère des affaires culturelles, en février 1968. Quelques films (dont Au feu les pompiers ! (7) de Milos Forman) sont présentés les premiers jours. La projection cannoise de Peppermint frappé, qui doit se tenir le 13 mai, est reportée en raison d’une grève. Elle a finalement lieu le 18 mai, mais une partie des spectateurs présents, parmi lesquels des cinéastes comme Jean-Luc Godard (8)... ou Carlos Saura lui-même empêchent la projection de débuter en s’accrochant aux rideaux... Le 19 mai, Favre le Bret annonce que le Festival s’arrête... À noter que cette année-là, dans le jury présidé par l’écrivain André Chamson figuraient entre autres Monica Vitti, Louis Malle, Roman Polanski et Terence Young (1), et parmi les films de la compétition, Je t’aime, je t’aime (9), 24 heures de la vie d’une femme (10) ou encore La Motocyclette (11).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1968
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Autant_en_emporte_le_vent_%28film%29
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Format_70_mm
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Favre_Le_Bret
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Langlois
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9math%C3%A8que_fran%C3%A7aise
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Au_feu,_les_pompiers_!
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1276
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Je_t%27aime,_je_t%27aime
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Vingt-quatre_heures_de_la_vie_d%27une_femme_%28film,_1968%29
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Motocyclette

Peppermint frappé marque le début d’une longue et fructueuse collaboration entre le réalisateur espagnol Carlos Saura et l’actrice britannique Géraldine Chaplin - qui sera également sa compagne pendant une dizaine d’années. Le cinéaste la dirigera dans huit autres films, notamment Anna et les loups (12), Cría cuervos (13) et Maman a cent ans (14) (leur dernier film en commun).
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_et_les_Loups
(13) http://www.citebd.org/spip.php?film229
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Maman_a_cent_ans

Le film est dédié à un autre maître du cinéma espagnol, Luis Buñuel (15) qui tournera d’ailleurs le mythique Belle de jour (16) avec Catherine Deneuve la même année.
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Luis_Bu%C3%B1uel
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Belle_de_jour_%28film%29

Peppermint frappé est le premier des six longs métrages de Carlos Saura écrits par Rafael Azcona, fameux scénariste espagnol, qui a notamment travaillé avec Marco Ferreri (17).
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Marco_Ferreri

Le tournage s’est, bien entendu, déroulé en Espagne mais plus précisément à Castille-La-Manche (18) et notamment au Musée d’Art Abstrait espagnol à Cuenca (19), puis à Calanda (20) dans la province de Teruel.
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Castille-La_Manche
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cuenca_%28Espagne%29
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Calanda

L’actrice Geraldine Chaplin joue d’ailleurs un double rôle dans le film : Ana, une infirmière discrète et brune et Elena, une blonde radieuse et exubérante. La seconde devient un objet de désir pour le héros Julián (ici interprété par José Luis López Vázquez).

Au sein de la production espagnole, la critique antifranquiste s’est faite essentiellement sur deux fronts : côté cinéma de genre en profitant de la licence fasciste pour l’objectification des corps féminins et la violence gratuite dans des commentaires cryptiques, côté cinéma d’auteur par des œuvres destinées au marché international dont l’exploitation tolérée par le régime pouvait entretenir l’idée d’une sorte de dictature à visage humain. Saura sera le chef de file de ce mouvement d’intellectuels prenant la caméra pour dénoncer l’oppression de manière semi-autorisée. Sa carrière connaîtra un sérieux déclin artistique après la fin du règne de Franco (21)...
http://www.dvdclassik.com/critique/peppermint-frappe-saura
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/Francisco_Franco

Enfin, précisons qu’en 2008, pour célébrer de façon décalée les 40 ans de Mai 68, le Festival de Cannes a décidé de projeter les films sacrifiés de la sélection de 1968. Le film fut projeté dans le cadre de la rétrospective Cannes classics (22) où un hommage fut d’ailleurs rendu au réalisateur Carlos Saura, présent cette année-là.
(22) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cannes_Classics
Peppermint frappé a également été présenté dans la section Cannes classics sur la croisette en 2014.

Carlos Saura
Né Carlos Saura Atarés à Huesca le 4 janvier 1932.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carlos_Saura

Rafael Azcona
Né à Logroño le 24 octobre 1926, décédé le 24 mars 2008 à Madrid.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rafael_Azcona

Angelino Fons
Né Angelino Fons Fernández le 6 mars 1936 à Madrid où il est décédé le 7 juin 2011.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Angelino_Fons

Luis Cuadrado
Né en 1934 à Toro, en Castille-et-León, décédé le 18 janvier 1980 à Madrid.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Luis_Cuadrado

Teddy Bautista
Né Eduardo Bautista Garcia à Las Palmas le 27 mai 1943.
http://es.wikipedia.org/wiki/Teddy_Bautista

Luis de Pablo
Né le 28 janvier 1930 à Bilbao.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Luis_de_Pablo

Geraldine Chaplin
voir fiche du film Americano
http://www.citebd.org/spip.php?film819

José Luis López Vázquez
Né le 11 mars 1922 à Madrid où il est décédé le 2 novembre 2009.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Luis_L%C3%B3pez_V%C3%A1zquez

Alfredo Mayo
Né Alfredo Fernández Martínez à Barcelone le 17 mai 1911, décédé à Palma de Majorque le 19 mai 1985.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfredo_Mayo

Emiliano Redondo
http://www.imdb.com/name/nm0715127/

Ana María Custodio
http://www.imdb.com/name/nm0193810/

Fernando Sánchez Polack
http://www.imdb.com/name/nm0844765/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Quelque part entre Blow up et Cul-de-sac, un je-ne-sais-quoi de délicieusement sixties distille un charme instantané...
Critikat - Carlos Saura écrit déjà dans "Peppermint frappé" la chronique d’une société espagnole isolée dans sa vieillerie...
Culturopoing - C’est une douce folie « visionnaire » saupoudré de régression infantile ; un conte fantastique traversé par la morale conservatrice, le désir inassouvi et envieux, et la frivolité « pop » des années 60...
Cinespagne - Ce film marque un tournant dans la filmographie du cinéaste et met à nu les frustrations et les névroses de la bourgeoisie sous le franquisme...