Furyo - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Furyo

Furyo

Senjō no Merry Christmas (戦場のメリークリスマス, Senjō no merī kurisumasu
Japon, Gb - 1983 - 2h02
sorti en France le 1er juin 1983
Compétition officielle Cannes 1983
film - version originale sous-titrée en français
de

Nagisa Ōshima

scénario : Paul Mayersberg, Nagisa Ōshima
d'après l'oeuvre de : sir Laurens van der Post
direction de la photographie : Toichiro Narushima
musique ou chansons : Ryūichi Sakamoto
avec : David Bowie (major Jack Celliers), Tom Conti (colonel John Lawrence), Jack Thompson (capitaine Hicksley), Ryūichi Sakamoto (capitaine Yonoi), Takeshi Kitano (sergent Gengo Hara), Johnny Okura (garde Kanemoto), Alistair Browning (De Jong), James Malcolm (frère de Celliers), Chris Broun (Celliers âgé de 12 ans), Yuya Uchida (commandant de la prison militaire), Ryunosuke Kaneda (président du tribunal), Takashi Naitô (lieutenant Iwata), Tamio Ishikura (procureur), Rokko Toura (interprète), Kan Mikami (lieutenant Ito)
séances : semaine du mercredi 15 avril 2015
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
21:00*
séance spéciale :
* mar 21 à 21h00 - ciné mardi : "Beau oui, comme Bowie", en partenariat avec Hidden circle - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "L'Homme qui venait d'ailleurs")
séances : semaine du mercredi 22 avril 2015
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
16:15
16:15
16:15

synopsis

Java 1942 : un camp de prisonniers américains est dirigé par le capitaine Yonoi, un chef japonais à la poigne de fer. A la crainte et au mépris qu'éprouvent les prisonniers et les subalternes du capitaine à l'endroit de ce dernier, s'oppose la résistance étonnante d'un soldat anglais, Jake Celliers. Face à son attitude provocante, Yonoi devient de plus en plus sévère dans le but de faire plier le rebelle...

notes de production

Furyo (俘虜 ?) (littéralement mauvais garçons, racaille) correspond au nom donné aux prisonniers de guerre par les soldats japonais.

Le scénario, écrit par Oshima et Paul Mayersberg, se base sur deux livres autobiographiques de l’expérience durant la Seconde Guerre mondiale de Laurens van der Post : The Seed and the sower (1963 ; littéralement : Le Grain et le semeur) et The Night of the new moon (1970 ; littéralement : La Nuit de la nouvelle lune).

L’histoire de Furyo se déroule essentiellement dans un camp de prisonniers de guerre à Java (1), en Indonésie durant l’année 1942 en pleine Seconde Guerre mondiale. Le décor a entièrement été reconstitué pour les besoins du film (2). Nagisa Ôshima, le réalisateur, souhaitait que les acteurs retrouvent l’ambiance des camps de l’époque, afin qu’ils puissent adapter leur manière de jouer au décor.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Java_%28%C3%AEle%29
(2) Le tournage s’est déroulé à Rarotonga (3) dans les îles Cook et à Auckland (4) en Nouvelle-Zélande.
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rarotonga
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Auckland

Le casting de Furyo a accueilli deux chanteurs/compositeurs de renom, David Bowie et Ryuichi Sakamoto (learder du groupe Yellow magic orchestra) (5), pour interpréter respectivement le major Jack Strafer Celliers et le capitaine Yonoi. L’artiste japonais apparaît ici pour la toute première fois au cinéma.
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Yellow_Magic_Orchestra

Tom Conti, qui campe le colonel John Lawrence dans Furyo devait parler couramment japonais pour certaines scènes. Le problème était qu’il ne parlait pas un mot de cette langue, c’est pourquoi l’acteur a appris les dialogues de façon phonétique.

Il s’agit du premier film en langue anglaise pour Nagisa Oshima. Sortant plus fort de cette nouvelle expérience, 2 ans après Furyo, en 1985, le réalisateur décide de se tourner vers la mise en scène d’un film de nationalité française (dialogues en français/anglais), Max mon amour (6) avec Anthony Higgins et Charlotte Rampling.
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Max_mon_amour

Pour que les acteurs (presque tous britanniques) et l’équipe technique (en partie japonaise) puissent communiquer entre eux, de nombreux interprètes ont été embauchés. La meilleure manière d’éviter les contresens et les malentendus sur le tournage.

La séquence où les malades de l’hôpital sortent un à un de l’établissement pour se traîner littéralement à l’extérieur, possède un petit caractère réel, puisque l’ensemble des figurants ont été appelés par leurs vrais noms.

L’année de la sortie en salles de Furyo, dont le personnage principal est tenu par David Bowie, est aussi celle de sa participation dans le long-métrage de Tony Scott, Les Prédateurs (7) avec Catherine Deneuve et Susan Sarandon. Cependant, l’artiste ne s’est pas arrêté à cela, car il était aussi à l’affiche de Barbe d’or et les pirates (8) de Mel Damski, où il fait un simple cameo (9).
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Pr%C3%A9dateurs_%28film,_1983%29
(8) http://www.cinemovies.fr/film/barbe-d-or-et-les-pirates_e57812
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cam%C3%A9o

Avant de confier l’interprétation du Capitainte Yonoi à Ryuichi Sakamoto, plusieurs acteurs ont été envisagés, notamment Kenji Sawada (10) et Tomokazu Miura (11). Une fois Sawada retiré du projet, celui-ci a montré une photo de Sakamoto au réalisateur qui a tout de suite perçu le côté androgyne de l’artiste dont il avait besoin pour son film.
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Kenji_Sawada
(11) http://en.wikipedia.org/wiki/Tomokazu_Miura

Souvent, lorsqu’il s’agit de relater l’histoire de prisonniers de guerre, les scénaristes créent toujours des personnages qui sont sur le point de s’évader. Dans le cas de Furyo, les prisonniers ne cherchent pas à quitter le camp, car le récit fait s’affronter Jack Celliers et le Capitaine Yonoi tout au long du film, le premier ne voulant pas se plier au règlement du second.

Le metteur en scène Nagisa Ôshima a choisi de proposer le rôle de Jack Celliers à David Bowie, après l’avoir vu lors d’une représentation de The Elephant man (12) à Broadway en 1977, sous la direction de Bernard Pomerance (13).
(12) http://en.wikipedia.org/wiki/The_Elephant_Man_%28play%29
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Pomerance

Furyo fut l’objet d’un célèbre arrêt de la Cour de justice des Communautés européennes (14) lorsque la Fédération nationale des cinémas français (15), en application de la loi française, obtint du tribunal de grande instance de Paris la saisie de vidéocassettes du film. La société Cinéthèque souhaitait distribuer Furyo sous forme de vidéocassette avant l’expiration du délai de 12 mois suivant la sortie du film en salle de cinéma prévu par la loi française. La CJCE a confirmé que la loi française était conforme au traité CE mais, ce faisant, a statué que même lorsqu’une loi nationale ne vise pas les importations et n’impose que des modalités de vente s’appliquant indifféremment aux produits importés et aux produits nationaux, cette loi peut néanmoins en principe constituer une atteinte à la libre circulation des marchandises et, ainsi, contrevenir au traité.
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cour_de_justice_des_Communaut%C3%A9s_europ%C3%A9ennes
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9d%C3%A9ration_nationale_des_cin%C3%A9mas_fran%C3%A7ais

Dans Stupeur et tremblements (16), roman d’Amélie Nothomb, la narratrice fait une allusion à une scène de Furyo.
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Stupeur_et_Tremblements

Chacun des films de Nagisa Ohima met à l’épreuve une des dimensions de la japonéité : la famille, le désir de mort, la révolte contre des modes de vie inauthentiques..., en même temps qu’il entretient des liens étroits avec l’histoire du cinéma nippon et de la société qui le secrète. En ce sens, Furyo prolonge les précédentes bandes du cinéaste ; et ceci, dans une optique voisine de celle qu’Oshima développait dans Une Bête à nourrir (17), œuvre centrée sur les réactions de quelques paysans japonais après la capture d’un soldat noir américain. La différence réside ici dans le fait que notre auteur semble assuré de son écriture : il ne confronte plus l’identité profonde de son sujet à des recherches stylistiques, comme c’était surtout le cas dans la période qui va de La Pendaison (18) à Il est mort après la guerre (19).
Dans Furyo, Oshima use d’un formalisme épuré, économique, sans effets, à la limite de la neutralité. Le thème, sous son apparente simplicité, est une synthèse des préoccupations du cinéaste et répond à nouveau à la question : qu’est-ce qu’un Japonais ? Pour ce faire, Oshima prend comme échantillon une période charnière, la Seconde guerre mondiale (20), pendant laquelle le Japon se referme sur lui-même, dans un mouvement de violente réaction à la politique d’ouverture vers l’Occident (21) qui a prévalu pendant les précédentes décennies...
Raphaël Bassan in La Saison cinématographique 1983
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pi%C3%A8ge_%28film,_1961%29
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Pendaison
(19) http://www.dvdclassik.com/critique/il-est-mort-apres-la-guerre-oshima
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Seconde_Guerre_mondiale
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/Occident

Nagisa Ōshima
Né le 31 mars 1932 à Kyōto, décédé le 15 janvier 2013 à Fujisawa.
Son film le plus célèbre est L’Empire des sens, le premier film hard et essai...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nagisa_%C5%8Cshima

Paul Mayersberg
voir fiche du film L’Homme qui venait d’ailleurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1445

sir Laurens van der Post
Né le 13 décembre 1906 à Philippolis (Afrique du sud), décédé le 16 décembre 1996 à Londres.
http://www.imdb.com/name/nm0886394/

Toichiro Narushima
http://www.imdb.com/name/nm0621545/

Ryūichi Sakamoto
Né le 17 janvier 1952 à Tokyo.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ry%C5%ABichi_Sakamoto

David Bowie
voir fiche du film L’Homme qui venait d’ailleurs
http://www.citebd.org/spip.php?film1445

Tom Conti
Né le 22 novembre 1941 à Paisley (Écosse).
http://www.imdb.com/name/nm0002018/
http://en.wikipedia.org/wiki/Tom_Conti

Jack Thompson
Né John Hadley Payne le 31 août 1940 à Sydney (Australie).
http://www.imdb.com/name/nm0860233/
http://en.wikipedia.org/wiki/Jack_Thompson_%28actor%29

Takeshi Kitano
voir fiche du film Outrage
http://www.citebd.org/spip.php?film523

Johnny Okura
Né le 3 septembre 1952 à Kanagawa, décédé le 19 novembre 2014 à Tokyo.
http://www.imdb.com/name/nm0429721/

Alistair Browning
http://www.imdb.com/name/nm0115143/
http://en.wikipedia.org/wiki/Alistair_Browning

extrait(s) de presse

Télérama - Un univers de masques qui cache la lutte amoureuse de deux seigneurs à la force toute relative. En cousin germain de lord Jim, Bowie est vraiment bien.
Ciné chronicle - "Furyo" reste un poème cinématographique déchirant. Une ode à la liberté, à l’amitié et à l’amour que la guerre et ses atrocités ne peuvent anéantir...
Les Inrocks - Oshima ne filme pas l’homosexualité comme une tare mais la célèbre au contraire comme révélatrice de vérité, promesse de transgression, rêve de liberté...
Unification - Un film superbe à aller voir sans hésiter.
Dvd critiques - Le film met en scène la guerre avec toute sa violence physique et verbale. Le réalisateur n'hésite pas à peindre une réalité peu aimable pour son peuple...
Cinéalliance - À voir pour ceux qui ne le connaissent pas et à revoir, revoir, revoir… pour les autres. Le film vient d’être restauré, une superbe occasion de le découvrir en qualité optimum...