Agnès Varda tout court - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Agnès Varda tout court

Agnès Varda tout court

ciné répertoire
France - 1968 - 1h11
court(s) métrage(s) - film francophone
de

Agnès Varda

séances : semaine du mercredi 8 avril 2015
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
10:00*
séance spéciale :
* sam 11 avril à 10:00 - séance organisée par le Festival du film court d'Angoulême, en présence de Isabelle Thaveneau et de Femmes Solidaires - entrée libre, dans la limite des places disponibles

synopsis

Un aperçu de l'oeuvre d'Agnès Varda à travers quelques uns de ses courts métrages...

notes de production

Black panthers
1968, 28’
documentaire de Agnès Varda
photo Paul Aratow, John Shofill, Agnès Varda, David Myers
résumé
Tourné à Oakland (Californie) au cours des manifestations autour du procès de Huey Newton, leader des activistes noirs... Au temps où les Black panthers avaient un programme et des projets, avec entraînement des troupes, meetings, danses et déclarations, au temps où les Black panthers inquiétaient le pouvoir étatsunien...
notes
Le mouvement des Black panthers party (1) est un mouvement révolutionnaire américain militant pour l’égalité entre les ethnies. Né en 1966 de l’initiative de Bobby Seale et Huey P. Newton, il se concrétise par de nombreuses manifestations ainsi que par une surveillance des agissements policiers et diverses aides humanitaires envers le citoyens américains. Le parti finit par s’écrouler en 1971 à cause de dissensions internes et de la répression du gouvernement américain.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Black_Panther_Party
Dans son moyen-métrage, Agnès Varda met notamment en avant la place des femmes au sein du mouvement Black panthers et leur participation totale et entière au parti. Bien qu’il ne milite pas pour la libération de la femme ou contre le sexisme, il permit à beaucoup d’affirmer leur indépendance et de faire apparaître la discrimination qui régnait, non pas entre Blancs et Noirs mais entre hommes et femmes (2).
(2) http://en.wikipedia.org/wiki/Woman_Is_the_Nigger_of_the_World
Quatrième documentaire réalisé par Agnès Varda, Black panthers s’attaque à un mouvement social polémique et pose beaucoup de questions, comme l’avait déjà fait Varda, Marker, Godard et Resnais (entre autres) pour leur film Loin du Vietnam (3). Le film américain de la réalisatrice s’inscrit par ailleurs dans le climat contestataire induit par mai 68 (4) et les différents mouvements qui en découlent, notamment contre la guerre du Vietnam (5) et pour la libération sexuelle (6) et sociale.
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Loin_du_Vietnam
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mai_68
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_sexuelle
Ne pas confondre avec The Black panther, production Disney d’après un comic-book de chez Marvel, dont la sortie est prévue en 2018.

Réponses de femmes
1975, 8’
cinétract de Agnès Varda
photo Jacques Reiss, Michel Thiriet
résumé
A la question Qu’est-ce qu’une femme ? posée par une chaîne de télévision, quelques femmes cinéastes ont répondu, dont Agnès V...
notes
L’année 1975 fut décrétée par l’Onu Année Internationale de la Femme. Durant cette année, il y a quarante ans, des actions intensives furent lancées de part et d’autre pour promouvoir les droits des femmes dans le monde...
http://www.formatcourt.com/2015/03/reponse-de-femmes-dagnes-varda/

Les Dîtes Cariatides
1984, 13’
documentaire de Agnès Varda
résumé
Femmes statues, colonnes humaines, les cariatides de Paris. À l’époque où Baudelaire était muet...
notes
C’est une commande pour un magazine de Tf1. On me propose un documentaire sur les cariatides, femmes-statues, colonnes humaines, qui nues ou demie nues, portent des linteaux, des chambranles, des balcons, toutes sortes d’éléments d’architecture très lourds. Je pense à leur origine, je me dis : Chic, on va m’envoyer au Parthénon et à Carie ! Mais c’est une émission fauchée, il faut s’en tenir aux cariatides de Paris. Je me promène, j’en découvre, j’en filme et je vois que la plupart datent des années 1860. Je ne peux pas m’empêcher de penser à Baudelaire, qui a écrit des poèmes très beaux qui peuvent bien accompagner ce rêve de femmes de pierre.
Agnès Varda

Ulysse
1982, 22’ - César 1983 du meilleur court-métrage
documentaire de Agnès Varda
musique Pierre Barbaud
photo Jean-Yves Escoffier, Pascal Rabaud
résumé
Au bord de la mer, une chèvre, un enfant et un homme.
notes
C’est une photographie faite par Agnès Varda en 1954 : la chèvre était morte, l’enfant s’appelait Ulysse et l’homme était nu. A partir de cette image fixe, le film explore l’imaginaire et le réel...
La cinéaste part à la recherche de ses modèles. L’homme travaille pour un grand magazine, l’enfant est devenu libraire. « Je ne me souviens de rien » dit le premier. « Non… réellement aucun souvenir » réplique en écho le second, comme pour mieux éloigner le spectre d’une enfance rongée par la maladie.
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/varda/varda.htm
En fouillant le sable de la mémoire, on tombe sur des os...
Agnès Varda

Agnès Varda
Née à Bruxelles en 1928 de père grec et de mère française. Elle fait des études de lettres et l’Ecole du Louvre. Elle passe son enfance dans la région de Sète où elle situe l’action de son premier film La Pointe courte, réalisé en 1955 en autoproduction. Elle est photographe pour le Tnp et réalise son second long métrage Cléo de 5 à 7 dans les débuts de la Nouvelle vague. Ce film aura un grand succès international. Tout au long de sa prolifique carrière, elle va alterner avec une grande souplesse, les documentaires courts et longs et les films de fiction. Après Cléo de 5 à 7, on peut considérer que ses films de fiction importants sont Le Bonheur (1965), L’une chante, l’autre pas (1977) et Sans toit ni loi qui obtient le Lion d’Or au Festival de Venise en 1985. Les années quatre vingt sont, pour elle, riches en production documentaire avec des moyens ou longs métrages comme Murs, murs (1981) et Documenteur (1981) et des courts comme Ulysse (1982) et Les Dites Cariatides (1984).
Agnès Varda a rencontré Jacques Demy au Festival de courts métrages de Tours en 1958. Elle l’épouse en 1962. L’état de santé de celui-ci s’aggrave en 1989-1990 après la réalisation de Trois places pour le 26 (1988). Jacques Demy écrit alors ses souvenirs d’enfance et Agnès Varda lui propose de les transformer en scénario de long métrage. Avec Jacquot de Nantes, elle inaugure un travail de deuil qu’elle prolonge avec Les Demoiselles ont eu 25 ans (1992) et L’Univers de Jacques Demy (1995).
http://www.arte.tv/fr/17-novembre/584750.html
http://www.citebd.org/spip.php?film1318

Femmes solidaires
http://reseau-mpp.org/Femmes-Solidaires