A girl at my door - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > A girl at my door

A girl at my door

Dohee-Ya
Corée du sud - 2013 - 1h59
sorti en France le 5 novembre 2014
Un certain regard Cannes 2014
avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - version originale sous-titrée en français
de

July Jung

scénario : July Jung
direction de la photographie : Hyun-seok Kim
musique ou chansons : Jang Young-gyu
avec : Doona Bae (Young-Nam), Kim Sae-Ron (Dohee), Song Sae-Byeok (Yong-Ha), Jang Hee-Jin (Eun-jung), Sung-Geun Moon (Nam Gyeong-dae, commissaire de police à Seoul), Gong Myung (officier de police Kwon Son-Oh), Jin-Goo Kim (la grand-mère), Jin-woo Park (détective)
séances : semaine du mercredi 10 décembre 2014
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
18:30
20:50
séances : semaine du mercredi 17 décembre 2014
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
21:00
18:30

synopsis

Young-Nam, jeune commissaire de Séoul, est mutée d'office dans un village de Corée. Elle se retrouve confrontée au monde rural avec ses habitudes, ses préjugés et ses secrets. Elle croise une jeune fille, Dohee dont le comportement singulier et solitaire l'intrigue. Une nuit, celle-ci se réfugie chez elle…

notes de production

A girl at my door a été présenté au Festival de Cannes 2014, dans le cadre de la sélection Un Certain regard (1). A la fin de sa projection, le film reçut une ovation de l’intégralité du public de plus de trois minutes. Les critiques furent majoritairement positives, que ce soit en France ou à l’étranger.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Un_certain_regard

Après avoir été reconnu au festival de Busan (2) pour ses courts-métrages (Un homme sous influence (2007), 11 (2008 et The Dog that came into my flashlight (2011), la réalisatrice July Jung réalise son tout premier long-métrage, A girl at my door. Pour cette première réalisation, elle a le mérite d’être déjà distribuée en Occident, aidée pour cela de la reconnaissance que lui apporta le festival de Cannes.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_international_du_film_de_Busan

Le tournage eut beaucoup lieu en extérieur, malgré les importants studios dont disposent les sociétés de production coréennes. Il commença le 8 septembre 2013 à Suncheon, dans le sud de la province Jeolla, en Corée du sud.

Tout comme la réalisatrice July Jung, les principaux acteurs du film sont tous très jeunes et possèdent une filmographie encore réduite mais déjà bien remplie. Bae Doo-Na a joué pour Park Chan-wook (Sympathy For Mr. Vengeance) (3), Bong Joon-Ho (The Host) (4) et les Wachowski (Cloud Atlas) (5). Quant à Kim Sae-Ron et Song Sae-byeok, ils jouent respectivement depuis 2009 et 2005 et sont déjà largement connus du public asiatique.
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sympathy_for_Mister_Vengeance
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Host
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cloud_Atlas

C’est en sortant de l’université nationale des beaux-arts de Corée que July Jung a mis la première touche à ce qui sera A girl at my door. Son futur producteur, Lee Chang-dong, était en effet professeur dans cette fac et lui proposa de participer à un concours de scénario organisé en partenariat avec CJ Entertainment. Bien que la cinéaste fut sélectionnée parmi les cinq derniers finalistes, son scénario ne remporta pas la compétition. C’est à ce moment que Lee Chang-dong décida de le financer, considérant que s’il n’avait pas été choisi au concours, c’est que le script devait être fait de suite.

La réalisatrice July Jung considère que la violence présente dans son film ne se rattache pas nécessairement à celle, très présente, d’autres cinéastes coréens reconnus. Elle souhaite que l’on comprenne à quoi est dû la violence, pourquoi y a-t-on recourt et filme pour cela tous les aspects, physiques et psychologiques, qu’elle peut prendre, sans tabous. Elle ne cherche pas, selon ses termes, à choquer le public mais à lui faire comprendre le contexte dans lequel se développe la violence.

Bae Doo-Na expliqua dans une interview qu’elle préférait travailler sur les premiers films des réalisateurs, comme ce fut le cas pour A girl at my door. Elle avait déjà joué dans le premier long-métrage de Bong Joon-ho, Barking dogs never bite (6) et avait apprécié le fait que le cinéaste ne soit pas constamment à ordonner de parler de telle sorte ou de jouer de telle façon. Le tournage avec un nouveau cinéaste lui paraît plus libre, c’est pourquoi elle accepta de jouer pour July Jung, en plus de l’intérêt qu’elle prit pour le scénario fluide et imaginatif, selon elle.
(6) http://www.lepasseurcritique.com/critique-film/barking-dog-.html

C’est l’une des découvertes du dernier Festival de Cannes. Produite par Lee Chang-Dong, la Coréenne July Jung signe avec A girl at my door un mélodrame puissant racontant l’histoire d’une femme-flic qui prend sous son aile une adolescente maltraitée par sa famille. Le long métrage fait en creux le portrait des discriminations liées à l’homosexualité. July Jung nous parle de son film, de ses actrices et d’une possible nouvelle vague coréenne...
Entretiens avec July Jung
L’histoire de "A girl at my door" est dure et complexe. Qu’est-ce qui vous a donné envie de la raconter pour votre premier long métrage ?
Je ne me souviens plus qui m’a raconté cette histoire, mais c’était il y a longtemps. J’ai entendu une histoire au sujet d’un chat. C’était un chat qui était aimé par sa maîtresse, mais lorsqu’un nouveau chat est arrivé, l’affection de la maîtresse est passée du premier chat au second. Le pauvre chat voulait retrouver l’amour de celle-ci. On jour, la maîtresse s’est mise à hurler devant sa porte alors qu’elle se préparait à aller au travail. Elle a retrouvé un rat mort dans sa chaussure. Elle a immédiatement suspecté son vieux chat. En colère, elle a battu le chat, pensant qu’il ne l’aimait plus pour se comporter ainsi. Le jour suivant, alors qu’elle s’apprêtait à enfiler sa chaussure, elle a de nouveau été surprise. Cette fois, elle avait un rat écorché dans sa chaussure...
http://www.filmdeculte.com/people/entretien/Entretien-avec-July-Jung-19788.html
"A girl at my door" est votre premier long-métrage : comment s’est passée la rencontre avec le producteur Lee Changdong et comment l’avez-vous convaincu de vous suivre dans ce projet ?
J’ai étudié à la Korea national university of arts (7) à Séoul où étaient organisés des concours de scénarios dont l’objectif était de découvrir de jeunes talents. Mon projet faisait partie des cinq finalistes mais n’a finalement pas été retenu. Le réalisateur et producteur Lee Changdong, alors professeur de cette école et membre de la commission, m’a contactée peu de temps après le concours pour me dire que mon scénario avait retenu son attention. Il m’a alors proposée de travailler ensemble sur son développement...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/a-girl-at-my-door-drame,319210-note-120087
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_nationale_des_arts_de_Cor%C3%A9e

July Jung
Jeong Joo-ri, connue sous le pseudonyme de July Jung, est née en 1980.
http://fr.wikipedia.org/wiki/July_Jung

Jang Young-gyu
http://www.imdb.com/name/nm1276066/

Doona Bae
Née le 11 octobre 1979 à Séoul.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bae_Doona

Kim Sae-Ron
http://www.nautiljon.com/people/kim+sae+ron.html

Song Sae-Byeok
http://www.nautiljon.com/people/song+sae+byeok.html

Jang Hee-Jin
http://www.nautiljon.com/people/jang+hee+jin.html

Sung-Geun Moon
http://www.imdb.com/name/nm0600673/

Jin-Goo Kim
Né le 13 août 1997.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yeo_Jin-goo

Jin-woo Park
Né le 3 juillet 1983.
http://www.imdb.com/name/nm1627866/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - (...) un premier long-métrage de haute volée grâce à un scénario riche, des acteurs talentueux interprétant avec finesse des rôles complexes et une mise en scène habile.
Charlie hebdo - Au-delà du drame intimiste, on peut donc aussi voir dans "A Girl At My Door" un portrait subtil mais peu aimable d'une Corée du Sud rurale (...).
Le Jdd - (...) ce premier film accroche par ses personnages inquiétants et poisseux (...).
Libération - Ce premier film de la réalisatrice July Jung (...) décrit, avec un grand sens du détail et un savoir-faire très sûr dans la montée des émotions, le complexe jeu d’emprise entre des personnages déboussolés.
Paris match - L'intolérance, l'alcoolisme, la violence, l'homosexualité (un sujet quasiment inédit dans le cinéma coréen) sont au menu épicé de ce premier film prometteur qui oscille entre l'introversion et l'hystérie pour dessiner les portraits insolites d'une Jean Valjean flic et d'une Cosette pas causante.
Positif - "A Girl at My Door" fait preuve d'une grande maîtrise : la narration, bien contrôlée, dévoile peu à peu la profondeur des relations entre les personnages. La mise en scène sait donner le relief nécessaire à tous les éléments (...).
Critikat - Au-delà du portrait à charge et un brin caricatural qui est fait de l’entourage proche de Dohee (...), ce qui fait tout le sel de "A Girl at My Door" est le caractère insaisissable des deux personnages principaux.
Fiches du cinéma - Un film puissant et délicat, foisonnant de pistes.