Alleluia - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Alleluia

Alleluia

Belgique, France - 2014 - 1h30
sorti en France le 26 novembre 2014
Quinzaine des réalisateurs Cannes 2014 - Méliès d'or festival international du cinéma fantastique de Sitgès - Mention spéciale du jury festival européen du film fantastique de Strasbourg 2014
interdit aux moins de 16 ans
film - film francophone
de

Fabrice Du Welz

scénario : Fabrice Du Welz, Vincent Tavier
direction de la photographie : Manuel Dacosse
musique ou chansons : Vincent Cahay
avec : Laurent Lucas (Michel), Lola Dueñas (Gloria), Stéphane Bissot (Madeleine), Edith Le Merdy (Marguerite), Anne-Marie Loop (Gabriella), Héléna Noguerra (Solange), David Murgia (père Luis), Pili Groyne (Eve), Renaud Rutten (le réceptionniste), Philippe Résimont (l'homme à la friterie)
séances : semaine du mercredi 26 novembre 2014
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 29 dimanche 30 lundi 1er mardi 2
02:00*
séance spéciale :
* dim 30 à 2h00 - Nuit fantastique dans le cadre du festival "Le Rayon fantastique" organisé en partenariat avec Hidden circle, la Nef, le Lisa et Rurik Sallé (Distorsion) - tarif préférentiel 5 films = 15,00 €

synopsis

Manipulée par un mari amoureux et jaloux, Gloria s’est sauvée avec sa fille et a refait sa vie loin des hommes et du monde. Poussée par son amie Madeleine, Gloria accepte de rencontrer Michel via un site de rencontre. La première fois qu’ils se voient, il se passe quelque chose. Michel, le petit escroc bas de gamme, est troublé et Gloria tombe éperdument amoureuse. Par peur, Michel se sauve mais Gloria va le retrouver et lui faire promettre de ne plus jamais la quitter. Prête à tout pour sauvegarder cet amour, elle abandonne sa fille et se fera passer pour la sœur de Michel afin que celui-ci puisse continuer ses petites arnaques. Mais la jalousie gangrène peu à peu Gloria...

notes de production

Dix ans après Calvaire (1), primé à la Semaine de la critique (2) à Cannes, Fabrice du Welz retrouve Laurent Lucas, pour une nouvelle plongée dans le paysage parfois hostile des Ardennes.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Calvaire_%28film%29
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Semaine_de_la_critique
Le réalisateur évoque son désir de travailler à nouveau avec cet acteur : le film est né de l’envie de retrouver Laurent Lucas, dix ans après Calvaire. J’ai envie de construire quelque chose avec Laurent. A cela s’ajoute l’envie d’utiliser le contexte des Ardennes et des paysages hostiles qui ont marqué mon enfance. J’ai envie de transcender cela par la caméra, dans un style à la limite du fantastique visuel.

Alléluia est l’adaptation d’un fait divers qui a secoué les États-Unis de 1947 à 1949. L’histoire de Martha Beck, une jeune infirmière qui rencontre Raymond Fernandez (3), grâce au courrier du cœur, un gigolo soudoyant des veuves.
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Fernandez_et_Martha_Beck

Fabrice du Welz a préféré tourner son film avec de la pellicule (en 16 mm) (4), plutôt que de se conformer au format actuel du numérique. Même si la pellicule est sur le point de disparaître, le réalisateur précise qu’elle apporte davantage de beauté et d’âme à l’image.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Format_16_mm

Auparavant, Vincent Cahay avait déjà travaillé avec Fabrice du Welz sur la séquence au piano de Calvaire. Il revient ici, sur Alleluia, pour composer la musique de l’ensemble du film. Le réalisateur précise à son sujet : on lui a demandé une maquette. Il est arrivé avec une version plus féminine de ce thème, quelque chose proche de Philip Glass (5), avec des sonorités années 80. C’est un thème très précis ; avec une vraie dimension. Il m’a déjà donné énormément de matière.
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Philip_Glass

Fabrice du Welz commença le repérage des décors pour Alleluia dix ans avant le tournage de son film, pour éviter une certaine platitude des décors qu’il dit retrouver souvent dans le cinéma français.

Lola Duenas est connue pour avoir joué dans de nombreux films espagnols à succès tels que Parle avec elle (6), Volver (7), Yo también (8) ou encore Mar adentro (9). Pour Alleluia, Fabrice du Welz et l’actrice ont été mis en relation par l’intermédiaire du directeur de casting de Colt 45 (10), mais ils se sont croisés pour la première fois par hasard dans un supermarché du 3ème arrondissement de Paris.
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Parle_avec_elle
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Volver
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film494
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mar_adentro
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Colt_45_%28film%29

À l’âge de 16 ou 17 ans, Fabrice du Welz a été marqué par le film Massacre à la tronçonneuse (11). Il précise : il m’a donné une envie viscérale de faire du cinéma. Je le revois souvent et il me donne une énergie incroyable. Il correspond à mon désir de filmer le chaos sous une forme poétique.
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film1350

Au départ, Yolande Moreau (12) devait figurer au casting d’Alleluia. En effet, Fabrice du Welz souhaitant lui écrire un rôle taillé sur mesure, lui proposa de jouer dans son film. Finalement, elle déclina l’offre en raison d’un aspect sexuel trop exposé dans le film. Béatrice Dalle (13) et Bouli Lanners (14), en couple de tueurs et Virginie Efira (15) ont failli aussi être au générique.
(12) http://www.citebd.org/spip.php?film1174
(13) http://www.citebd.org/spip.php?film777
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film1185
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Virginie_Efira

C’est la deuxième année consécutive, après Au nom du fils (16) de Vincent Lannoo en 2013, qu’un film belge francophone remporte cette prestigieuse récompense (17). Parmi les candidats figurait notamment un autre film de Wallonie Bruxelles, L’Etrange couleurs des larmes de ton corps (18) de Bruno Forzani et Hélène Cattet,
(16) http://www.citebd.org/spip.php?film1284
(17) Méliès d’or festival international du cinéma fantastique de Sitgès
(18) http://www.citebd.org/spip.php?film1205

Adaptations diverses
1970
Les Tueurs de la lune de miel (The Honeymoon killers) de Leonard Kastle
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Tueurs_de_la_lune_de_miel
1991
Un Homme fatal (Lonely hearts) de Andrew Lane
http://www.cinemotions.com/Un-Homme-fatal-tt117057
1996
Carmin profond (Profundo carmesí) d’Arturo Ripstein
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carmin_profond
2006
Cœurs perdus (Lonely hearts) de Todd Robinson
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C5%93urs_perdus
ainsi qu’un épisode de la série tv Cold case : affaires classées
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cold_Case_:_Affaires_class%C3%A9es

Entretiens avec Fabrice Du Welz
Est-ce qu’"Alléluia" est une sorte de préquelle de "Calvaire" ?
Non. J’avais l’idée de construire une sorte de trilogie autour de nos campagnes. Mais j’y vais un peu mollo sur le terme de trilogie parce que c’est un peu pompeux, ça fait très Kieslowski (19) (sourires)... J’en suis vraiment pas là ! Mais oui, j’ai envie de faire trois films en Ardenne autour de la figure de Laurent, de son trouble et de son mystère. C’est un acteur qui me fascine depuis toujours. Encore plus aujourd’hui, avec sa tête, son âge, je le trouve vraiment très charismatique. Dans Calvaire, il y avait des choses troubles sur son personnage, sa personnalité, qui il est vraiment. Et il y en a beaucoup ici aussi. Et il y aura effectivement un dernier volet autour de lui dans ces décors-là...
http://www.cinergie.be/webzine/interview_de_fabrice_du_welz_sur_le_tournage_d_alleluia
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/Krzysztof_Kie%C5%9Blowski
Lors de la séance de question après la projection du film, un spectateur a demandé avec une candeur : "Y a du grain, c’est normal ?". C’est une question à la fois simplette et évidente. Du coup, pourquoi le 16mm ?
Je n’envisageais pas de faire ce film en digital. Et je ne compte pas en faire avant bien longtemps. Je ne dis pas que c’est mauvais, mais pour le cinéma que je veux faire, ça ne marche pas. Il y a des gens qui ne comprennent pas, mais le fait de tourner en basse lumière comme je le fais, ça ne me permet pas d’utiliser le digital. Certaines scènes auraient été impossibles à tourner...
http://www.ecranlarge.com/films/interview/901960-alleluia-rencontre-avec-fabrice-du-welz

Fabrice Du Welz
Né le 21 octobre 1972.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fabrice_Du_Welz
voir fiche du film Vinyan
http://www.citebd.org/spip.php?film202

Vincent Tavier
Né Namur le 28 novembre 1962.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Tavier

Manuel Dacosse
voir fiche du film L’Etrange couleur des larmes de ton corps
http://www.citebd.org/spip.php?film1205

Vincent Cahay
http://www.imdb.com/name/nm1645853/

Laurent Lucas
Né le 20 juillet 1965 à Paris.
C’est avec le rôle de Michel dans Harry, un ami qui vous veut du bien qu’il est vraiment révélé au grand public...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Lucas

Lola Dueñas
voir fiche du film Tiens-toi droite
http://www.citebd.org/spip.php?film1343

Stéphane Bissot
http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Bissot

Edith Le Merdy
http://www.imdb.com/name/nm0501258/
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/18338-edith-le-merdy.html

Anne-Marie Loop
http://www.imdb.com/name/nm0519735/
voir fiche du film Ernest et Célestine
http://www.citebd.org/spip.php?film1053

Héléna Noguerra
Née Helena Ribeiro Furtado Velho Nogueira à Bruxelles le 18 mai 1969.
voir fiche du film
http://www.citebd.org/spip.php?film1099

David Murgia
Né le 16 mars 1988 à Verviers.
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Murgia
voir fiche du film Couleur de peau : miel
http://www.citebd.org/spip.php?film840

Pili Groyne
http://www.imdb.com/name/nm6497349/

Renaud Rutten
Né le 4 août 1963.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Renaud_Rutten

Philippe Résimont
Né le 7 décembre 1962 à Etterbeek (Belgique).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_R%C3%A9simont

extrait(s) de presse

Première - La fin, ouverte à l’interprétation, ne fait aucune concession, et affirme la personnalité de du Welz mieux qu’aucun autre de ses films...
Film de culte - Son épilogue (dans le générique, et loupé par une bonne partie des spectateurs cannois qui se pressent immédiatement vers la séance suivante) apporte, lui, une touche de mystère bienvenue en même temps qu'une ellipse romanesque qu'on n'avait pas vue venir.
Le Soir - Partageant sa fascination pour le fait divers dont il s’inspire, Fabrice Du Welz nous propose entre style et trash une catharsis incarnée...
Filmosphère - Le nouveau film de Fabrice Du Welz ne caresse pas le spectateur dans le sens du poil, transpire la fureur et le sang, part parfois dans tous les sens, mais reste une expérience de cinéma jusqu’au-boutiste, d’une liberté totale, qui fait un bien fou.
àVoir-àLire - "Alléluia" est un électrochoc peu confortable dont la pellicule infernale saura malmener son audience, qui aura rarement eu à sonder avec autant de réalisme atavique les tréfonds d’âmes paumées, sans repères, ni limites, qui ont depuis longtemps franchi la frontière de la folie...
Highdown town - A la fois un drame sentimental sordide, un film gore réjouissant et une tragédie ! La messe de Fabrice du Welz est dite...