Madame l’eau - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Madame l’eau

Madame l’eau

France - 1992 - 1h42
Grand prix international de la paix Berlin 1992
film - film francophone
de

Jean Rouch

direction de la photographie : Jean Rouch
avec : Damouré Zika (Damouré), Lam Ibrahim Dia (Lam), Tallou Mouzourane (Tallou), Philo Bregstein (Philo), Wineke Onstwedder (Wineke), Frans Brughuis, Dirk Nijland, Idrissa Maïga, Amidou
séances : semaine du mercredi 12 novembre 2014
mercredi 12 jeudi 13 vendredi 14 samedi 15 dimanche 16 lundi 17 mardi 18
20:00*
séance spéciale :
* Cinédoc : mar 18 à 20h00 "Waterproof" (cm) suivi de "Madame l'eau" en présence de Jean-Louis Le Tacon - soirée organisée en partenariat avec la Mpp, Documentaires sur grand écran et Sisyphe vidéo - tarif unique 3,5 €

synopsis

À la recherche des solutions pour lutter contre la sécheresse au Niger, Lam, Damouré et Tallou partent en Hollande, le pays de l¹eau et des moulins. Ils ramènent dans leurs bagages un ingénieur néerlandais et le moulin démontable dont il est l¹inventeur. Les péripéties de l¹installation de cet engin moderne fournissent à Jean Rouch une libre narration où sa poésie et son humour font merveille sans pour autant trahir le regard ethnographique...

notes de production

1 - Waterproof
France 1986, 21’
réalisation
Jean-Louis Le Tacon
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/letacon/letacon.htm
conception
Daniel Larrieu
http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Larrieu
La scène est devenue eau, les danseurs, amphibies. Les corps évoluent, comme en apesanteur, sur une chorégraphie composée de manipulations subtiles et inspirée par les nouvelles sensations d’un espace modifié. L’alternance de moments calmes et violents contribue à rendre tangible l’atmosphère hallucinée de ce spectacle...
http://archive.filmdeculte.com/autour/autour.php?id=39
La lente marche d’un homme en imperméable au fond de la piscine où flottent des corps en apnée, les scènes saccadées d’immersion soudaine, le combat à la surface de l’eau de danseurs harnachés de bouées : certaines de ces images, réalisées pendant l’élaboration du spectacle aquatique de Daniel Larrieu, en mars 1986, étaient projetées sur écran au bord de la piscine et servaient de transition entre les scènes de cette pièce que la presse surnomma la Giselle de l’an 2000.
Patrick Bossatti

2 - Madame l’eau
Le Niger, c’est la brousse, le pays de la chasse au lion, la brousse qui est plus loin que loin, le pays de nulle part. Et au pays de nulle part on peut rêver, on peut inventer. Et dans ce pays de nulle part, il y a le fleuve, et le fleuve c’est un miracle : le Niger est magique.
Jean Rouch

Il y a trente ans, il suffisait encore de trois mois de travail pour obtenir une récolte de mil et vivre l’année avec. C’est en 1978 qu’était venu le documentariste hollandais Philo Bregstein (1) filmer Rouch et ses amis Damouré, Lam et Tallou. Dans Jean Rouch et sa caméra au cœur de l’Afrique, ils avaient raconté la naissance de leur amitié. En souvenir de cette époque, Rouch décide de raconter, l’histoire de madame l’eau et de son fils monsieur le vent ...et de madame Sterdam pour mettre un peu d’ordre dans tout ça...
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/rouch/madameleau.htm
(1) http://www.quinzaine-realisateurs.com/philo-bregstein-r9454.html

Au début, on trouve un drame : la sécheresse qui sévit au Niger, l’ensablement du fleuve, le manque d’eau. À l’arrivée : une forme de comédie où l’on suit les nouvelles tribulations de Damouré, Lam et Tallou, partis cette fois pour un voyage d’études en Hollande, à la façon des Lettres persanes (2) de Montesquieu. Infatigables globe-trotters, ils reviennent ensuite au pays avec de merveilleuses histoires et l’intention de construire leurs propres moulins.
Après Jaguar (1967), Petit à petit (1970) et Cocorico, monsieur Poulet ! (1974), quel plaisir de retrouver ce trio de philosophes faussement candides et d’anthropologues farceurs, plus que jamais cousins africains de Bibi Fricotin (3). Avec Jean Rouch, ils ont fini par former une unité insécable, un véritable corps commun : Dalarouta comme ils se nomment, petite enseigne artisanale et libertaire de cinéma nomade où il suffit d’allumer la mèche pour que la réalité dérive aussitôt du côté de la fable et de l’enchantement.
Au festival de Berlin, Madame l’eau reçut le grand prix international de la paix avec la mention suivante : un des seuls films sur le développement où l’on considère qu’une des conditions du développement est l’humour. On ne peut mieux dire.
Patrick Leboutte
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lettres_persanes
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bibi_Fricotin

Ce film est le plus récent de la série que l¹on pourrait intituler Rouch et ses amis, complices du Niger... des films qui tentent de confronter la culture africaine et la culture européenne. Madame l’eau est un film de fiction, improvisé dans le style documentaire.
Les trois complices Lam, Damour et Tallou, quarante ans après Jaguar, à la recherche de solutions pour lutter contre la sécheresse au Niger, partent à l¹aventure en Hollande, le pays de l¹eau et des moulins où Philo Bergstein les accueille et les guide. Comment les Hollandais parviennent-ils à déplacer l¹eau d¹un lieu à l¹autre ? Le trio trouve ce qu¹il cherche : un moulin en bois qu¹ils pourront construire eux-mêmes. De retour au Niger, sur les conseils d¹un ingénieur hollandais, ils construisent le moulin avec un charpentier local. Bien entendu, le projet réussit et grâce à la coopération internationale, ils parviennent à irriguer leur terre.
On retrouve dans ce film les qualités propres aux précédents, de l¹improvisation, des contrastes et des étonnements d’ordre culturel qui aboutissent à des situations souvent cocasses...Et pour ceux qui se sont attachés aux trois compères de Rouch, il y a un vrai plaisir à les retrouver une fois encore.
Colette Piault in Jean Rouch ou le ciné-plaisir (éd. Corlet-Télérama)

Jean Rouch
Né le 31 mai 1917 à Paris.
L’Ethnologue, cinéaste, écrivain et photographe français Jean Rouch, 86 ans, est mort dans la nuit du mercredi 18 février 2004, à la suite d’un accident de voiture au Niger, près de Konni, dans la région de Tahoua. Lors de ce drame, Jean Rouch était accompagné de sa femme, du réalisateur nigérien Moustapha Allassane et de l’acteur et très vieil ami Damouré Zika qui s’en sont sortis miraculeusement indemnes.
Officier de la Légion d’honneur et officier des Arts et Lettres, il aura toujours été un voyageur infatigable…
http://www.commeaucinema.com/personne/jean-rouch,25558
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Rouch
http://www.whoswho.fr/decede/biographie-jean-rouch_12769
http://www.comite-film-ethno.net/jean-rouch/biographie-courte.html

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Laissons nous donc emporter par la voix du conteur dans ce voyage en Utopie avec les trois Rois Mages africains partant enquêter au pays des moulins à vent et plantant leurs tulipes noires magiques au bord du fleuve Niger...
France inter - Avec "Madame l’eau", Jean Rouch mêle documentaire et fiction, triste réalité et fable enchantée, pour nous conter de sa voix si singulière la nécessité du rapprochement entre le Nord et le Sud...
Ventilo - Un film sensible, politique et néanmoins rempli d’humour.
Infodsi - ... une libre narration où sa poésie et son humour font merveille sans pour autant trahir le regard ethnographique...
Grand écart - C’est tout simplement l’aventure de joyeux anthropologues qui n’oublient jamais de remplir leurs besaces de belles histoires.