jimmy’s hall - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > jimmy’s hall

jimmy’s hall

Gb, France - 2014 - 1h49
sorti en France le 2 juillet 2014
compétition officielle Cannes 2014
film - version originale sous-titrée en français
de

Ken Loach

scénario : Paul Laverty
d'après l'oeuvre de : Donal O'Kelly
direction de la photographie : Robbie Ryan
musique ou chansons : George Fenton
avec : Barry Ward (Jimmy), Simone Kirby (Oonagh), Jim Norton (père Sheridan), Aisling Franciosi (Marie), Aileen Henry (Alice), Francis Magee (Mossy), Karl Geary (Sean), Denise Gough (Tess), Sorcha Fox (Molly), Seamus Hughes (Ruairi), Martin Lucey (Dezzie), Mikel Murfi (Tommy), Shane O'Brien (Finn), Andrew Scott (père Seamus), Brian O’Byrne (O'Keefe), John O'Dowd (Higgins), Donal O'Kelly (Cian)
séances : semaine du mercredi 2 juillet 2014
mercredi 2 jeudi 3 vendredi 4 samedi 5 dimanche 6 lundi 7 mardi 8
14:00
16:30
18:30
20:45
18:30
20:45
18:30
21:00
11:00
14:00
16:30
18:30
21:00
11:00
14:00
16:30
18:30
20:45
18:30
20:45
18:30
séances : semaine du mercredi 9 juillet 2014
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
14:00
18:30
20:45
18:30
20:45
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
20:45
18:30
20:45
18:30
20:45
séances : semaine du mercredi 16 juillet 2014
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
16:30
16:30
16:30
séances : semaine du mercredi 23 juillet 2014
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
16:30
20:30
18:30
21:00
14:00
18:30
11:00
16:30
20:30
18:30
20:30

synopsis

1932 : près un exil de 10 ans aux États-Unis, Jimmy Gralton rentre au pays pour aider sa mère à s'occuper de la ferme familiale. L'Irlande qu'il retrouve, une dizaine d'années après la guerre civile, s'est dotée d'un nouveau gouvernement. Tous les espoirs sont permis. Suite aux sollicitations des jeunes du Comté de Leitrim, Jimmy, malgré sa réticence à provoquer ses vieux ennemis comme l'Eglise ou les propriétaires terriens, décide de rouvrir le "Hall", un foyer ouvert à tous où l'on se retrouve pour danser, étudier, ou discuter. À nouveau, le succès est immédiat. Mais l'influence grandissante de Jimmy et ses idées progressistes ne sont toujours pas du goût de tout le monde au village. Les tensions refont surface...

notes de production

Ken Loach est parmi les recordmen du Festival de Cannes en terme de participations : le cinéaste britannique compte pas moins de 17 sélections, depuis 1970 ! Il a reçu 5 prix, dont une Palme d’or en 2006 pour Le Vent se lève (1).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_vent_se_l%C3%A8ve_%28film,_2006%29

Pour Jimmy’s hall, le réalisateur britannique Ken Loach s’est inspiré de la pièce Jimmy Gralton’s dancehall écrite par Donal O’Kelly, et qui revient sur l’histoire mouvementée de Jimmy Gralton, un activiste communiste irlandais qui a pris la nationalité américaine en 1909. Il retourne sur sa terre natale en 1921 pour y ouvrir un dancing dans le comté de Leitrim. Ce dernier se fera déporter aux Usa en 1933. Il est le seul à avoir été expulsé de son propre pays sans procès.

C’est de nouveau le Britannique Paul Laverty, fidèle collaborateur de Ken Loach depuis Carla’s song (2) qui signe le scénario de Jimmy’s hall. On lui doit notamment les scénarios de Sweet sixteen (3), pour lequel il reçoit le Prix du meilleur scénario à Cannes, ou encore Le Vent se lève.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Carla%27s_Song
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sweet_Sixteen_%28film%29

Déjà dans Le Vent se lève, Ken Loach prenait pour cadre les terres irlandaises. Dans Jimmy’s hall, le cinéaste britannique évoque de nouveau le conflit irlandais dans les années 20 et 30 : sur le plan historique, les deux œuvres sont complémentaires : Jimmy’s hall aborde les mêmes enjeux et s’intéresse à la manière dont ils évoluent - l’État libre d’Irlande est en place depuis dix ans et il est intéressant de voir qui détient le pouvoir à présent, décrypte la productrice du film Rebecca O’Brien.

Si le Pearse-Connolly hall, ce foyer ouvert à tous les Irlandais qui s’y rendaient pour danser, étudier, ou discuter dans les années 20, a été détruit le 31 décembre 1932, on peut y trouver aujourd’hui un panneau en bois rappelant l’existence de cette maison de quartier pensée par Jimmy Gralton : emplacement du Pearse-Connolly hall. À la mémoire de Jimmy Gralton, socialiste originaire de Leitrim, expulsé pour ses convictions politiques le 13 août 1933.

C’est de nouveau l’historien Donal Ó Drisceoil, professeur à l’University college de Cork et spécialiste de l’histoire politique et sociale de l’Irlande, qui a officié comme consultant historique sur Jimmy’s hall, après avoir collaboré avec Ken Loach sur Le Vent se lève : il nous a apporté une aide précieuse, pour nous documenter sur le climat politique de l’époque, nous donner quantité de détails précis et répondre à nos innombrables questions, confie le scénariste Paul Laverty.

C’est dans des conditions réelles que les musiciens du film ont joué de leurs instruments. En effet, Ken Loach a insisté pour que le public puisse voir leur travail en direct et ne soit pas confronté à des pistes sonores pré-enregistrées : c’est la seule manière de pouvoir voir des musiciens en train de jouer, et les échanges entre les musiciens et les danseurs, car autrement, on aurait le sentiment que quelque chose sonne un peu faux, ou qu’il manque quelque chose.

Quant aux décors, le cinéaste a opté pour reconstruire le Hall de manière naturelle plutôt qu’en studio : lorsque l’on tourne en studio, on est tenté de ne pas construire le décor à l’échelle ; par contre, une construction grandeur nature impose une discipline que, à mon avis, le spectateur ressent. Enfin, pour être le plus fidèle possible à l’histoire de Jimmy Gralton, l’équipe du film a posé ses caméras dans le comté de Leitrim en Irlande, là où se trouvait le Hall.

La directrice de casting Kathleen Crawford a recruté des acteurs professionnels irlandais qui vivaient dans les alentours du comté de Leitrim : (...) nous avons tâché de recruter les comédiens sur place, parce que le sentiment d’appartenance régionale est une dimension fondamentale dans le film, qui ne concerne pas seulement les acteurs principaux et les figurants.

Pour apprendre les pas de danse du Lindy hop (4) et du Step dancing (5), les acteurs de Jimmy’s hall ont répété pendant quatre semaines à Londres puis se sont ensuite rendus en Irlande pour tourner les scènes de danse en question. Si Barry Ward, qui incarne Jimmy, était un piètre danseur à l’origine, sa partenaire dans le film, Simone Kirby, avait pratiqué la danse étant petite et s’est vite remise dans le bain.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lindy_Hop
(5) http://www.souffleceltic.com/description.php

Jimmy’s hall est présenté comme le dernier film de Ken Loach avant sa retraite cinématographique. Selon la productrice du film, Rebecca O’Brien, interrogée par Screen Daily : Jimmy’s hall est probablement le dernier film de fiction de Ken. Il y a quelques idées de documentaires dans l’air, et ce sera probablement la manière de s’en aller, mais ce film est un drame historique sérieux, avec de nombreux passages émouvants, donc c’est quelque chose de conséquent à construire. Je pense qu’on devrait arrêter tant qu’on est au top .

Entretien avec Ken Loach
Qu’est-ce qui vous a donné envie de raconter l’histoire de Jimmy Gralton ?
C’est une histoire d’une grande richesse, qui remet en cause l’idée que la Gauche est moribonde, déprimante, et hostile à l’humour, au plaisir et à la fête. Cette histoire montre également à quel point la hiérarchie de l’Église est prête à faire bloc avec le pouvoir économique. C’est ce qui s’est passé avec Jimmy Gralton, et c’est encore le cas aujourd’hui. L’Église et l’État sont devenus des agents de la répression. Dans le cas présent – et bien que ce soit à peine mentionné dans le film, faute de temps –, ceux qui pouvaient sembler progressistes ont régressé, à l’instar de De Valera, dont on pensait qu’il encouragerait la liberté de penser et la tolérance...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/jimmy-s-hall-drame,307238

Ken Loach
voir fiche du film La Part des anges
http://www.citebd.org/spip.php?film842

Paul Laverty
voir fiche du film La Part des anges
http://www.citebd.org/spip.php?film842

Donal O’Kelly
http://www.imdb.com/name/nm0641525/

Robbie Ryan
voir fiche du film La Part des anges
http://www.citebd.org/spip.php?film842

George Fenton
voir fiche du film La Part des anges
http://www.citebd.org/spip.php?film842

Barry Ward
Né le 1" janvier 1971 en Australie.
http://en.wikipedia.org/wiki/Barry_Ward
http://www.imdb.com/name/nm0911395/

Simone Kirby
http://www.imdb.com/name/nm2034064/

Jim Norton
voir fiche du film Les Chiens de paille.
http://www.citebd.org/spip.php?film724

Aisling Franciosi
http://www.imdb.com/name/nm4957233/

Francis Magee
Né le 26 juin 1959 à Dublin.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Magee
http://www.imdb.com/name/nm0535837/

Karl Geary
Né le 31 mai 1972 à Dublin.
http://en.wikipedia.org/wiki/Karl_Geary
http://www.imdb.com/name/nm0311297/

Denise Gough
http://www.imdb.com/name/nm1740112/

Sorcha Fox
http://www.imdb.com/name/nm0289258/

Seamus Hughes
Né le 1er septembre 1952.
http://en.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9amus_Hughes
http://www.imdb.com/name/nm1797196/

Martin Lucey
http://www.imdb.com/name/nm2292032/

Mikel Murfi
http://www.imdb.com/name/nm0613847/

Shane O’Brien
http://www.imdb.com/name/nm4713237/

Andrew Scott
Né le 21 octobre 1976.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andrew_Scott_(acteur)

Brian O’Byrne
http://fr.wikipedia.org/wiki/Br%C3%ADan_F._O’Byrne

John O’Dowd
http://www.imdb.com/name/nm2978384/

extrait(s) de presse

Télérama - Ce film que Ken Loach affirme être son dernier (de fiction, en tout cas) est chaleureux, généreux, un peu appuyé, par moments, mais c'est souvent le cas avec lui. Bigrement revigorant, tout de même, avec une flamme intacte. Et un enthousiasme communicatif.
Le Nouvel obs - Un beau film, à la patte très « Ken Loach », qui soulève plein de questions historiques...
Filmosaure - "Jimmy’s hall" est une magnifique histoire de révolte et de solidarité, dans l’Irlande si chère à Ken Loach...
Politis - Là où "Le Vent se lève" était lyrique, spectaculaire et mélodramatique, "Jimmy’s hall" est tout en retenue, presque introverti, et plus analytique...
àVoir-àLire - Touchant par son humanisme et sa sincérité, "Jimmy’s hall" devrait toucher un large public.