pas son genre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > pas son genre

pas son genre

France - 2013 - 1h51
sorti en France le 30 avril 2014
film - film francophone
de

Lucas Belvaux

scénario : Lucas Belvaux
d'après l'oeuvre de : Philippe Vilain
direction de la photographie : Pierric Gantelmi d'Ille
musique ou chansons : Frédéric Vercheval
avec : Emilie Dequenne (Jennifer), Loïc Corbery (Clément), Sandra Nkake (Cathy), Charlotte Talpaert (Nolwenn), Anne Coesens (Hélène Pasquier-Legrand), Daniela Bisconti (Madame Bortolin), Didier Sandre (père de Clément), Martine Chevallier (mère de Clément), Annelise Hesme (Isabelle), Amira Casar (Marie), Florian Thiriet (Johan Bortolin), Tom Burgeat (Dylan), Kamel Zidouri (Antoine), Christophe Moyer (le proviseur), Philippe Le Guay (le modérateur), Orjan Wikström (docteur Stenmark),
séances : semaine du mercredi 30 avril 2014
mercredi 30 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
14:00
18:30
21:00
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
20:45
18:30
20:45
18:30
20:45
séances : semaine du mercredi 7 mai 2014
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
16:15
18:30
20:45
18:30
20:45
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
20:45
18:30
20:45
21:00
séances : semaine du mercredi 14 mai 2014
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
20:30
20:30
21:00
16:00
21:00
16:00
20:30

synopsis

Clément, jeune professeur de philosophie parisien est affecté à Arras pour un an. Loin de Paris et ses lumières, Clément ne sait pas à quoi occuper son temps libre. C'est alors qu'il rencontre Jennifer, jolie coiffeuse, qui devient sa maîtresse. Si la vie de Clément est régie par Kant ou Proust, celle de Jennifer est rythmée par la lecture de romans populaires, de magazines « people » et de soirées karaoké avec ses copines. Cœurs et corps sont libres pour vivre le plus beau des amours mais cela suffira-t-il à renverser les barrières culturelles et sociales ?

notes de production

Après les rapts, les prises d’otages et les assassinats, Lucas Belvaux a entamé, au début du mois d’avril, le tournage de son nouveau film : une histoire d’amour entre deux personnages mise en péril par leurs différences sociales et culturelles. Produit en Belgique par Patrick Quinet et Artémis, et adapté du roman de Philippe Vilain, Pas son genre est un film plus intimiste, qui revient vers le registre plus léger - mais non moins grave - des premiers films de Belvaux...
http://www.cinergie.be/webzine/pas_son_genre_de_lucas_belvaux

Pas son genre est une adaptation du roman éponyme de l’écrivain français Philippe Vilain, publié en 2011 chez Grasset. Lucas Belvaux a eu vent de ce livre en écoutant la chronique de la militante féministe et femme politique Clémentine Autain (1) à la radio. Quelques heures après, le réalisateur avait le livre en main.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9mentine_Autain

C’est toujours un faisceau de choses qui déclenche un désir de film, en particulier une attirance immédiate pour des personnages. Là, autant elle que lui m’ont séduit. Quand j’ai lu le livre, j’ai eu envie de les voir, de les faire parler, s’aimer, se confronter.
Lucas Belvaux

Si, dans le roman original, l’histoire est racontée à la première personne, pour son adaptation sur grand écran, Lucas Belvaux s’est éloigné de ce type de narration, donnant la parole non plus uniquement à Clément, le prof de philosophie, mais aussi à Jennifer, la fille dont il tombe amoureux : j’ai choisi de rééquilibrer les points de vue, afin de regarder les deux personnages à la même distance, de les traiter de la même façon parce que, finalement, malgré leurs différences, je suis aussi proche d’elle que de lui.

Après avoir traité la violence sous ses différentes facettes dans ses cinq derniers longs-métrages, le réalisateur Lucas Belvaux met ici en scène une histoire d’amour sous fond de fossés socio-culturels entre un prof de philosophie parisien et une coiffeuse d’Arras.

C’est à Arras que Lucas Belvaux a posé sa caméra. Les carnavals, les fanfares, la bière, les frites, la convivialité (...), originaire de Belgique, le cinéaste connaît parfaitement ces codes culturels. Je n’ai pas eu à tricher, c’était dans le livre ! Les deux grandes places d’Arras m’apparaissent comme des décors de théâtre, des toiles peintes, confie ce dernier qui s’est senti comme à la maison dans cette ville du Pas-de-Calais.

L’actrice belge Emilie Dequenne, qui joue Jennifer, une coiffeuse d’Arras, a justement changé de couleur de cheveux pour les besoins de son personnage. En effet, le réalisateur Lucas Belvaux l’a fait teindre en blonde après avoir vu une photo d’elle au Festival de Cannes. Avec ces cheveux blonds, l’actrice ressemble d’avantage à l’image fabriquée que constitue son personnage de fausse blonde naïve et prête à tout pour plaire : pour Jennifer, les hommes préfèrent les blondes, forcément. Et puis ça illumine son visage. Ça fait partie de sa volonté d’être toujours au top, de son refus absolu de se laisser aller, d’abandonner, de renoncer.

C’est la première fois que l’actrice belge Emilie Dequenne joue un personnage aussi proche d’elle : c’est une fille optimiste, une fille qui va de l’avant, une fille moderne, indépendante. En un mot : vivante ! Enfin une fille sans problème !
Son rôle d’une coiffeuse d’Arras pleine de candeur est l’opposé du personnage de Muriel qu’elle incarnait dans A perdre la raison (2) de Joachim Lafosse : autant l’une était sombre, perdue dans la noirceur, autant Jennifer est une incarnation de la clarté.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%80_perdre_la_raison

Entretien avec Lucas Belvaux
Vous avez le sentiment de réaliser un film différent de vos derniers films ?
Pas vraiment… C’est un film plus joyeux que les trois précédents, mais moins joyeux que Pour rire (3) par exemple qui était une comédie. Mes trois derniers films étaient évidemment des films noirs. Ici, ce n’est ni une comédie, ni un film noir, ni un vrai mélo. C’est un film qui… - je ne dirais pas qu’il ne ressemble qu’à lui-même, parce que c’est le cas de beaucoup de films, - mais ce n’est pas un film typé. En même temps, je n’ai pas l’impression de changer vraiment de cinéma. Ce qui est différent de mes autres films, où il y a finalement beaucoup d’histoires de couples, c’est qu’ici, il y a des scènes d’amour, des scènes sexuelles. C’est nouveau pour moi, car je n’en ai jamais filmées. Mais finalement, que ce soit une scène d’amour ou autre chose, ce qui est important, c’est ce qui se raconte à l’intérieur, les rapports entre les personnages et les enjeux dramatiques. Cela se filme à peu près comme le reste...
http://www.cinergie.be/webzine/interview_lucas_belvaux_sur_le_tournage_de_pas_son_genre
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Pour_rire_!

Lucas Belvaux a démissionné le 11 juillet 2013 de son poste de président de l’Adrc (4) en réaction à l´extension de la convention collective de la production cinématographique en précisant :
Voici le moment où il faut bien concrétiser ses intentions et se mettre en accord avec ses choix... À quoi sert de défendre l´idée d´une exception culturelle en dehors de nos frontières si c´est pour la fouler aux pieds ici ? Cette décision enterre définitivement ce qu´il restait de la solidarité interprofessionnelle qui, depuis des décennies, a fait la spécificité et la force du cinéma français...
http://www.adrc-asso.org/actualites/lettres/lettre_24/lettre24.html
(4) http://www.adrc-asso.org/association_adrc/association.php
C’est le cinéaste Christophe Ruggia (5) qui lui a succédé.
http://www.adrc-asso.org/actualites/lettres/lettre_25/lettre25.html
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Ruggia

Lucas Belvaux
Né le 14 novembre 1961 à Namur.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucas_Belvaux
http://www.commeaucinema.com/personne/lucas-belvaux,11239

Philippe Vilain
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Vilain

Pierric Gantelmi d’Ille
voir fiche du film 38 témoins
http://www.citebd.org/spip.php?film791

Frédéric Vercheval
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Vercheval

Emilie Dequenne
Née le 29 août 1981 à Belœil (Belgique).
Premier rôle à 17 ans dans Rosetta des frères Dardenne qui lui vaut le Prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes 1999...
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89milie_Dequenne

Loïc Corbery
Né le 9 juin 1976.
Rencontre par hasard à l’âge de 5 ans Agnès Varda qui le fait jouer dans un court métrage...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lo%C3%AFc_Corbery

Sandra Nkake
Née à Yaoundé (Cameroun) le 15 novembre 1973.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sandra_Nkak%C3%A9

Charlotte Talpaert
http://www.imdb.com/name/nm3210649/

Anne Coesens
voir fiche du film Comme un lion
http://www.citebd.org/spip.php?film971

Daniela Bisconti
http://www.imdb.com/name/nm0083920/

Didier Sandre
voir fiche du film 38 témoins
http://www.citebd.org/spip.php?film791

Martine Chevallier
Sociétaire de la Comédie-Française depuis 1988...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Martine_Chevallier

Annelise Hesme
Née à Troyes le 11 mai 1976.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Annelise_Hesme

Amira Casar
voir fiche du film Oscar et la dame rose
http://www.citebd.org/spip.php?film395

Kamel Zidouri
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/353553-kamel-zidouri.html

Christophe Moyer
http://www.culturecommune.fr/cret/bio_moyer.htm

Philippe Le Guay
Né le 22 octobre 1956 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Le_Guay

Orjan Wikström
http://www.orjanwikstrom.com/-Om-Konstnaren-.html?lang=fr

extrait(s) de presse

CinéManiaC - "Pas son genre" : un film Proustien ?