The Lunchbox - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > The Lunchbox

The Lunchbox

Dabba (द लंच बॉक्स)
Inde, France, Allemagne - 2013 - 1h42
sorti en France le 11 décembre 2013
Semaine de la critique Cannes 2013 - Toronto 2013 - Londres 2013 - Sundance 2014
film - version originale sous-titrée en français
de

Ritesh Batra

scénario : Ritesh Batra
direction de la photographie : Michael Simmonds
musique ou chansons : Max Richter
avec : Irrfan Khan (Saajan), Nimrat Kaur (Ila), Nawazuddin Siddiqui (Shaikh), Denzil Smith (M. Shroff), Bharati Achrekar (Mme Krishnan), Nakul Vaid (mari d'Ila), Yavshi Puneet Nagar (Yavshi), Lillete Dubey (mère d'Ila)
séances : semaine du mercredi 26 février 2014
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
21:00
16:15
18:30
14:00
21:00
18:30
16:15
14:00
18:30
16:15
18:30
séances : semaine du mercredi 5 mars 2014
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
16:30
14:00
16:30
20:45
18:30
16:30
20:45

synopsis

Ila, une jeune femme délaissée par son mari, se met en quatre pour tenter de le reconquérir en lui préparant un savoureux déjeuner. Elle confie ensuite sa "lunchbox" au gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay. Le soir, Ila attend de son mari des compliments qui ne viennent pas. En réalité, la "lunchbox" a été remise accidentellement à Saajan, un homme solitaire, proche de la retraite. Comprenant qu'une erreur de livraison s'est produite, Ila glisse alors dans la "lunchbox" un petit mot, dans l'espoir de percer le mystère...

notes de production

The Lunchbox figure dans la sélection de la Semaine de la critique 2013. Sélection parallèle de l’officielle du festival de Cannes, elle comporte des prix remis par des groupes de journalistes, critiques de cinéma ou encore de lycéens cinéphiles.

The Lunchbox est le premier long métrage du réalisateur Ritesh Batra. Il a réalisé de nombreux courts métrages dont Café regular, Cairo (1) qui l’a propulsé dans de nombreux festivals dans lesquels il a remporté pas moins de 12 prix.
(1) http://www.arte.tv/fr/cafe-regular-le-caire-de-ritesh-batra/7142872,CmC=7142876.html

Interprétant deux des rôles principaux du film, Nimrat Kaur et Nawazuddin Siddiqui ont déjà joué dans le même film sans pour autant avoir de scène commune. Il s’agissait du film à sketches indien Bombay talkies (2) où les deux acteurs sont apparus dans des segments différents.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombay_Talkies_%28film,_2013%29

Le réalisateur Ritesh Batra a eu l’idée de The Lunchbox grâce au phénomène des Dabbawallahs (3) à Bombay (Dabba est d’ailleurs le titre original du film), entreprise qui livre des repas le midi préparés par les femmes à leurs maris afin que ceux-ci mangent des plats maison sur leur lieu de travail. Un système de livraison par couleur est utilisé par les employés - qui sont pour la plupart illettrés - un système presque sans faille selon l’université d’Harvard qui a étudié le principe et a conclu que seulement un repas sur un million était délivré à la mauvaise adresse. C’est ce repas égaré qui est le départ de l’intrigue du film.
(3) Les Dabbawallahs rassemblent environ 5000 livreurs de lunchboxes. C’est un métier qui se transmet de père en fils. Tous les matins, les Dabbawallahs amènent les plats chauds préparés par les épouses sur le lieu de travail de leurs maris, puis ils retournent les boîtes vides l’après-midi. Depuis 120 ans, ils ont permis à la population de Bombay de consommer des plats faits maison au bureau. Ils se déplacent avec aisance à travers le réseau ferroviaire surchargé et les rues chaotiques de la ville. Les Dabbawallahs sont illettrés et emploient un système de codage complexe de couleurs et de symboles pour réussir à livrer les lunchboxes dans ce labyrinthe qu’est Bombay. L’Université d’Harvard a étudié leur système de livraison et conclu que seulement une lunchbox sur un million n’était pas livrée à la bonne adresse. The Lunchbox est le récit de cette exception.

Avec Bombay talkies et Monsoon shootout (4), The Lunchbox est le troisième film où le comédien Nawazuddin Siddiqui est à l’affiche qui fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2013. Si les deux premiers ont été hors-compétition, The Lunchbox est le seul à avoir eu l’honneur de faire partie de la compétition de la Semaine de la critique.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Monsoon_Shootout

Si l’intrigue du film se passe à notre époque, de nombreuses références sont faites aux années 80 puisqu’il s’agit de l’époque où le réalisateur Ritesh Batra a passé son enfance à Bombay, décor de The Lunchbox.

Bombay est une ville où les gens sont comme des lunchboxes. La ville transbahute des millions de personnes de leur domicile à leur travail, brinqueballés dans les transports comme de simples objets. Dans leur course quotidienne, les habitants n’ont que peu de moments de répit où ils peuvent prendre du recul sur eux-mêmes. Mais cette ville, qui peut être cruelle, peut aussi se révéler bienveillante. L’histoire suit la trajectoire de l’unique lunchbox sur un million qui n’arrive pas à bon port pour aboutir sur un récit où l’espoir surgit de quartiers inattendus, et où les personnages deviennent un peu plus que de simples lunchboxes.
Les deux héros de The Lunchbox vivent dans un monde clos : Ila, dans l’isolement du mariage, et Saajan dans celui du passé. Le récit parle autant de la façon dont le destin peut parfois mener nos vies, que de notre propre capacité à choisir de le faire évoluer. Un personnage pivot dans l’histoire est Shaikh, le nouveau collègue de bureau que Saajan doit former pour son remplacement. Shaikh est un survivant, un orphelin qui a gardé son vrai nom et s’est construit sa propre route. Par moments candide, Shaikh ne s’en laisse pas pour autant compter.
Ila vit à Kandivili, un quartier où réside une classe moyenne Hindou conservatrice. Et Saajan habite dans le village de Ranwar, à Bandra, une zone plutôt chrétienne. Il était important pour le récit de montrer que ces deux personnages ne se seraient jamais croisés sans l’incident de la lunchbox, erreur de livraison ou petit miracle urbain. Il y a plusieurs Bombay à l’intérieur de Bombay. La diversité des mondes et des quartiers contribue à donner l’idée que, parfois, l’espoir vient d’endroits inattendus. Derrière les couleurs locales qui entourent les personnages, l’histoire comporte une part d’universel. Tous deux ne sont pas à l’aise avec le temps présent, préfèrent les émissions tv des années 1980 et les vieux cafés iraniens de Bombay. Leur correspondance épistolaire a également un côté universel et nostalgique sur le passé. Le film est vraiment infusé de cette nostalgie pour les années 1980, à l’époque où j’ai grandi à Bombay...
Ritesh Batra
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/the-lunchbox-comedie-romantique,288846

Entretien avec Ritesh Batra
Votre film, annoncé comme une comédie romantique, prend d’emblée les attentes du public à revers en s’ouvrant sur des images très réalistes de Bombay, loin de l’imagerie un peu lisse qui est souvent associée au genre. Quelle importance avait ce réalisme pour vous ?
Il a toujours été important pour moi que cette histoire, avec ce qu’elle peut avoir d’un peu fantaisiste – mais pas tant que ça au final -, ait pu avoir lieu réellement. Je pense qu’elle est profondément contemporaine, en prise avec le temps présent, avec la classe moyenne dans laquelle j’ai grandi. Ce réalisme dont vous parlez vient très naturellement du fait que je parle de ce que je connais : je ne filme pas un endroit exotique que je ne connais pas, je filme les quartiers que j’ai toujours traversés, les gens que j’ai côtoyés…
http://www.lemauvaiscoton.fr/cinema/interview-the-lunchbox-ritesh-batra-nimrat-kaur/

Ritesh Batra
http://www.imdb.com/name/nm3592235/

Michael Simmonds
http://www.imdb.com/name/nm1320131/

Max Richter
http://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Richter

Irrfan Khan
(hindi : इरफ़ान ख़ान, ourdou : عرفان خان) né le 30 novembre 1962 à Jaipur.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Irfan_Khan

Nimrat Kaur
http://www.imdb.com/name/nm1909661/

Nawazuddin Siddiqui
http://www.imdb.com/name/nm1596350/

Denzil Smith
http://www.imdb.com/name/nm1336722/

Bharati Achrekar
http://www.imdb.com/name/nm1162961/

Nakul Vaid
http://www.imdb.com/name/nm0883165/

Lillete Dubey
http://www.imdb.com/name/nm0239267/

extrait(s) de presse

Positif - Le réalisateur a donné [à ses personnages] une belle profondeur d'âme. (...) En mêlant humour et nostalgie, réflexion sociale et sentimentale, Ritesh Batra prône un retour à l'essentiel.
àVoir-àLire - Cette très belle histoire d’amour épistolaire assez peu épicée se goûte sans modération. Ses saveurs sauront assurément vous séduire les papilles.
Critikat - Plus qu’une fine comédie bien troussée et feel-good sur la misère sentimentale, "The Lunchbox" pointe avec pertinence la solitude absolue des humains.
France tv - "The Lunchbox" a tout du "Feel good movie" tout en traitant des sentiments avec sensibilité, mais aussi suspense. Comme un air de "Sur la routes de Madison" sauce curry.
Elle - Un -fil conducteur simple, qui donne l’eau à la bouche et le désir de partager les expériences gustatives des personnages.
La Croix - Film sensible et délicat tisse une jolie histoire de rencontre entre deux solitudes.
Le Jdd - Cette romance épistolaire et culinaire accommode les sentiments avec une humanité pleine de tendresse et pimentée d'une nostalgie qui se révèle euphorisante. Un vrai régal.
Télérama - Hollywood a du souci à se faire : avec cette comédie sentimentale, Ritesh Batra prouve que l'on peut réussir une délicieuse romance épistolaire à partir d'une simple boîte en fer.