ida - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > ida

ida

Pologne - 2013 - 1h19
sorti en France le 12 février 2014
meilleur film Londres 2013 - prix Fipresci Toronto 2013 - Flèche de Cristal et double prix d’interprétation féminine festival du cinéma européen Les Arcs 2013 - sélection Sundance 2014 - prix Lux 2014 du Parlement européen
film - version originale sous-titrée en français
de

Pawel Pawlikowski

scénario : Pawel Pawlikowski, Rebecca Lenkiewicz
direction de la photographie : Ryszard Lenczewski
musique ou chansons : Kristian Selin Eidnes Andersen
avec : Agata Kulesza (Wanda), Agata Trzebuchowska (Anna / Ida), Dawid Ogrodnik (Lis), Jerzy Trela (Szymon), Adam Szyszkowski (Feliks), Halina Skoczynska (la mère supérieure), Joanna Kulig (la chanteuse), Marek Kasprzyk (homme du bar), Pawel Burczyk (l'avocat), Mariusz Jakus (un serveur), Izabela Dabrowska (une serveuse)
séances : semaine du mercredi 12 février 2014
mercredi 12 jeudi 13 vendredi 14 samedi 15 dimanche 16 lundi 17 mardi 18
16:45
18:45
21:00
18:45
16:15
21:00
14:00
18:45
21:00
18:45
séances : semaine du mercredi 19 février 2014
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
18:45
20:45
18:30
16:15
14:30
18:30
16:15
14:00
18:30
séances : semaine du mercredi 26 février 2014
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
14:00
16:15
16:15
14:30
16:15
20:45
14:00
18:45
séances : semaine du mercredi 21 janvier 2015
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
11:00*
21:00
14:00
18:30
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 21 au 27 janvier 2015. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 14 et 21 janvier 2015

synopsis

Pologne, 1962. Avant de prononcer ses vœux, une jeune orpheline part enquêter sur ce qui est arrivé à sa famille sous l'occupation nazie. Elle est aidée de sa tante, une juge communiste, seul membre de sa famille encore en vie...

notes de production

Longtemps réputé pour ses documentaires diffusés sur la Bbc, Pawel Pawlikowski a tourné son premier long-métrage de fiction en 1997. La consécration n’arrivera toutefois qu’en 2004 avec son second film, Summer of love (1).
Ida est son premier long-métrage tourné en Pologne et joué intégralement par des acteurs polonais.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/My_Summer_of_Love

Pawel Pawlikowski retrouve l’actrice Joanna Kulig, 3 ans après La Femme du Vème (2).
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Femme_du_V%C3%A8me

Le récit se situe dans une Pologne des années 60, très proche de celle qu’avait connu le réalisateur dans son enfance. Une Pologne qui se cherchait, religieusement parlant. Paweł Pawlikowski explique : la Pologne a une relation particulière avec la religion catholique. On a subi l’occupation étrangère pendant près de 150 ans, les forces occupantes étaient des Russes orthodoxes ou des Prussiens protestants. Face à elles, et bien au-delà de la simple notion de foi, l’Eglise catholique était le socle de l’identité nationale polonaise. Et cela s’est encore renforcé durant la période communiste. Historiquement, c’était compréhensible, mais d’un autre côté, cela a limité, voire déformé la foi chrétienne chez les Polonais, en lui donnant un aspect tribal et exclusif, en oubliant ce qui est transcendantal et universel dans le christianisme. A travers le personnage d’Ida, je voulais explorer cette question-là.

Le personnage de Wanda est inspiré de l’épouse de l’ancien professeur d’économie du réalisateur Paweł Pawlikowski, lorsqu’il étudiait à Oxford dans les années 80. Les ayant perdu de vue par la suite, il apprit quelques années plus tard l’extradition de cette femme, accusée d’avoir été dans les années 50 une procureure active dans les procès staliniens de l’époque : je n’aurais jamais pu imaginer cette femme si charmante avoir pu être une fanatique aveugle dans sa jeunesse et avoir vécu deux existences aussi antinomiques. Ce paradoxe m’a hanté pendant des années. J’ai d’ailleurs essayé de tourner un documentaire sur elle, mais elle était contre. Après le scandale, elle est tombée malade et est décédée. Elle m’a inspiré le personnage de Wanda qui est aussi assez paradoxal, à la fois très humaine, drôle et chaleureuse, et qui a également du sang sur les mains.

Pour le réalisateur polonais, l’écriture du scénario initial n’est qu’une condition pour voir son film financé par les sociétés de production. Dans les faits, Paweł Pawlikowski ne cesse de réécrire et modifier son scénario au fur et à mesure du tournage.
Paweł Pawlikowski a choisi de tourner Ida en noir et blanc, afin de limiter les objets et les éléments présents dans le cadre. Le film devait se montrer le plus minimaliste possible à l’écran.

Après avoir auditionné de nombreuses comédiennes sans résultat pour interpréter le rôle d’Anna / Ida, Pawel Pawlikowski a pu compter sur l’aide de son amie réalisatrice Malgorzata Szumowska qui lui a permis de rencontrer l’actrice Agata Trzebuchowska. Comme il l’explique, Malgorzata ne savait pas exactement ce que je recherchais ce que je recherchais mais elle a trouvé qu’Agata avait un look "hipster" intéressant, idéale pour jouer une jeune, folle et révoltée. Ce n’était pas du tout ce que je cherchais, mais je lui ai demandé de prendre discrètement une photo d’elle et de me l’envoyer. Je l’ai ensuite rencontrée pour lui faire passer des essais. Elle avait cet aspect sérieux et vrai que je recherchais, quelque chose d’atemporel. Son visage était enfantin mais sa personnalité dégageait une maturité, une force, qui contrastaient avec un calme extérieur. La plupart des actrices que j’ai auditionnées se disaient croyantes et me racontaient qu’elles voulaient entrer au couvent quand elles étaient jeunes, mais Agata est absolument et honnêtement athée. Evidemment, mes producteurs ont été sceptiques de me voir choisir pour le rôle central une inconnue qui, de plus, n’avait aucune envie de devenir comédienne par la suite… Mais le risque a payé : je ne peux imaginer personne d’autre qu’elle dans le rôle d’Ida.

Alors que le tournage du film débutait initialement avec Ryszard Lenczewski, chef opérateur avec qui le réalisateur collabore depuis 10 ans, ce dernier a dû quitter l’aventure pour des raisons médicales. De ce fait, Pawel fut contraint de trouver en urgence un autre directeur de la photographie en la personne de Lukasz Zal, dont Ida était la première expérience au cinéma avec cette fonction.

Passionné par le jazz qui a été l’une des musiques phares des années 60 en Pologne, le cinéaste polonais souhaitait que cet univers musical se retrouve incarné dans un seul et même personnage : celui de Lis, le saxophoniste dont Anna tombe amoureuse. Pour ce rôle, Pawel souhaitait que l’acteur joue réellement du saxophone, qualité que Dawid Ogrodnik possédait. Toutefois, son audition fut pour le moins absurde, même si elle lui permit de décrocher le rôle : il est arrivé au casting avec la gueule de bois, il avait passé la nuit à fêter un prix qu’il venait de remporter. Il n’avait pas de saxophone mais une clarinette qu’il avait empruntée à un ami. A le voir tenter de visser son instrument tout en cherchant son portable qui sonnait et expliquer à son interlocuteur qu’il était sur le point de commencer son audition, j’ai été instantanément séduit.

Entretien avec Pawel Pawlikowski
"Ida" est votre premier film entièrement réalisé en Pologne. Est-ce la conséquence d’un désir de longue date ou une simple affaire de circonstance ?
Cela faisait longtemps que je voulais tourner un film en Pologne, mais cela ne collait pas car je ne connaissais pas la réalité polonaise. Mais j’ai senti fortement que j’avais besoin de ce retour personnel, de revenir aux paysages et aux ambiances de mon enfance que je conservais dans ma mémoire. J’ai voulu retourner à la Pologne qui m’est proche de quelque sorte. Et aux années 60 que j’idéalise...
http://cineuropa.org/ff.aspx?t=ffocusinterview&l=fr&tid=2654&did=248999

Pawel Pawlikowski
Né à Varsovie en 1957.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pawe%C5%82_Pawlikowski

Rebecca Lenkiewicz
Née en 1968 à Plymouth.
http://en.wikipedia.org/wiki/Rebecca_Lenkiewicz

Ryszard Lenczewski
Né le 5 Juin 1948 à Miłków (Pologne).
http://de.wikipedia.org/wiki/Ryszard_Lenczewski

Kristian Selin Eidnes Andersen
http://www.imdb.com/name/nm0253120/

Agata Kulesza
Née le 27 septembre 1971 à Szczecin (Pologne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agata_Kulesza

Agata Trzebuchowska
http://www.imdb.com/name/nm5531398/

Dawid Ogrodnik
Né en 1986 à Wągrowiec (Pologne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dawid_Ogrodnik

Jerzy Trela
Né le 14 mars 1942 à Leńcze (Pologne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jerzy_Trela

Adam Szyszkowski
http://www.imdb.com/name/nm1167938/

Halina Skoczynska
Née 12 Juillet 1953 à Ostrowiec (Pologne).
http://www.imdb.com/name/nm0804518/

Joanna Kulig
Née le 24 juin 1982 à Krynica-Zdrój (Pologne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joanna_Kulig

Marek Kasprzyk
Né le 13 Septembre 1961 à TomaszĂłw Lublin (Pologne).
http://www.imdb.com/name/nm0440760/

Pawel Burczyk
Né le 17 Janvier 1969 à Elblag (Pologne).
http://pl.wikipedia.org/wiki/Pawe%C5%82_Burczyk

Mariusz Jakus
Né le 26 Novembre 1967 à Chrzanów (Pologne).
http://pl.wikipedia.org/wiki/Mariusz_Jakus

Izabela Dabrowska
Née 22 Août 1966 à Białystok (Pologne).
http://pl.wikipedia.org/wiki/Izabela_D%C4%85browska

extrait(s) de presse

Cineuropa - "Ida" une expérience cinématographique à vivre sur grand écran.
Utopia - C'est un film irréel de beauté et de lumière sur un épisode appartenant pourtant aux ténèbres de l'Histoire...
Le Passeur critique - Comment ne pas tomber en amour devant Ida ? Comment ne pas vouloir l'enlever et lui faire découvrir le monde, la sortir de cette noirceur absolue, de ce territoire où la mort est partout ?
Métronews - Dépouillé, austère, en noir et blanc... et incroyablement riche...