Ilo Ilo - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Ilo Ilo

Ilo Ilo

Singapour - 2013 - 1h39
Caméra d'or Cannes 2013
film - version originale sous-titrée en français
de

Anthony Chen

scénario : Anthony Chen
direction de la photographie : Benoit Soler
avec : Yann Yann Yeo (Hwee Leng, la mère), Tianwen Chen (Teck, le père), Angeli Bayani (Teresa), Koh Jia Ler (Jiale)
séances : semaine du mercredi 4 septembre 2013
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
18:15
20:15
20:30
20:15
14:00
18:15
16:45
20:50
18:15
18:15
séances : semaine du mercredi 11 septembre 2013
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
14:00
20:30
14:30
20:30
séances : semaine du mercredi 18 septembre 2013
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
18:15
16:15
18:15

synopsis

la fin des années 1990, Teresa, une jeune femme qui a laissé son fils d'un an aux Philippines, est recrutée par un couple vivant à Singapour pour s'occuper à temps plein de leur démon de fils, Jiale. Rapidement, le jeune garçon turbulent rejette la nourrice et n'hésite pas à se comporter avec elle comme si elle était une esclave. L'arrivée de Teresa complique davantage les rapports déjà difficiles entre les parents et leur fils unique. Mais, alors que la crise financière asiatique s'accentue, une complicité très forte s'installe progressivement entre Jiale et la jeune employée de maison au point d'attiser la jalousie de la mère de l'enfant...

notes de production

Le titre du film trouve ses origines dans la jeunesse du réalisateur Anthony Chen dont la nourrice venait de la province d’Ilo Ilo aux Philippines.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Iloilo_%28ville%29

Ilo Ilo a été présenté au Festival de Cannes 2013 dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. Il y a remporté la Caméra d’Or, prix distinguant le meilleur premier film de toutes les sélections du festival, remis par Agnès Varda.

En plus de remporter la Caméra d’or au Festival de Cannes 2013 avec Ilo Ilo - et devenir ainsi le premier Singapourien à remporter un prix pour un long-métrage au festival - le metteur en scène Anthony Chen avait déjà reçu la mention spéciale du jury pour son deuxième court-métrage Ah Ma, premier prix historique pour Singapour à Cannes. De quoi être fier de l’enfant du pays, qui ajoute : j’espère que cette récompense sera synonyme de plus de soutien dans mon pays, de la part du gouvernement, du privé et du public pour le cinéma. Les seuls films que nous produisons ces dernières années sont des comédies et des films d’horreur.

Sans pour autant être totalement autobiographique, les évènements dans Ilo Ilo se rapprochent beaucoup de la jeunesse du réalisateur Anthony Chen. Teresa est une nourrice philippine, tout comme celle qu’avait le metteur en scène. Le film prend place à la fin des années 90 et tout se passe à Singapour dans un décor proche du lieu de son enfance.

L’une des difficultés sur le tournage a été de recréer l’univers propre à la fin des années 90 à Singapour. En 16 ans, la ville a bien changé pour le réalisateur Anthony Chen : l’architecture, les bâtiments et les intérieurs ont évolué avec le temps. Choisir les extérieurs a été extrêmement difficile. Notre pays oublie malheureusement trop rapidement son passé. Il a donc reconstitué les décors de mémoire et en rassemblant beaucoup de photos personnelles pour rendre le tout identique à l’époque de son enfance.

Pour le personnage de Jiale, l’enfant turbulent, l’équipe a visité une vingtaine d’écoles à Singapour afin de faire auditionner près de 2000 élèves. Koh Jia Ler a obtenu le rôle à l’issue d’une délibération d’une centaine d’heures. En ce qui concerne la nourrice, l’équipe a dû s’exporter aux Philippines, pays d’origine du personnage. Angeli Bayani a été choisie par le réalisateur Anthony Chen, qui commente : c’est une mère célibataire très proche de son enfant, et j’ai donc pensé que le fait qu’elle doive passer un mois à Singapour pour le tournage éveillerait en elle un sentiment de manque de son enfant très similaire à celui que ressent le personnage du film.

Le réalisateur Anthony Chen retrouve la comédienne Yeo Yann Yann dans Ilo Ilo avec qui il avait travaillé sur son court-métrage Ah Ma (2007).

Ilo Ilo est un film qui repose en grande partie sur son personnage principal, Jiale, un petit garçon turbulent qui donne beaucoup de mal à sa maman. Un véritable défi pour le réalisateur de travailler avec Koh Jia Ler, qui n’a jamais tenu un rôle avant. Anthony Chen raconte : ce que j’ai aimé en lui, c’est son naturel, jouer semble ne lui coûter aucun effort. (...) Bien sûr, il y a eu des moments où il n’arrivait pas à trouver la note juste, et où ça a été un peu tendu entre nous. En fait, il y avait deux enfants sur le plateau : un devant la caméra, et un autre, assez têtu, derrière.

Entretien avec Anthony Chen
Qu’est-ce qui vous a donné envie de raconter cette histoire en particulier ?
Je savais, quand j’ai décidé de réaliser mon premier long, que je voulais faire quelque chose de très personnel. Je ne savais pas encore ce que ce serait, puis mes souvenirs d’enfance sont revenus me hanter. Et c’est naturel que ces souvenirs vous reviennent, une fois qu’on a passé 25 ans, après avoir longtemps tenté de les enterrer. Je me suis souvenu de notre bonne, Teresa, qui a passé 8 ans avec nous. Je me suis rappelé à quel point j’étais triste quand elle est partie. J’ai pleuré, pleuré, pleuré, et c’est une émotion que je trouvais intéressante pour commencer. L’enfance, c’est une période d’amusement, de naïveté, d’innocence, mais ce n’est pas aussi simple que ça. Notre relation était complexe. Il y a des moments où Teresa ne mangeait pas à notre table, d’autres où ma mère ne lui adressait plus la parole. C’est ce qui m’a rendu curieux et qui m’a donné envie de faire ce film...
http://www.filmdeculte.com/people/entretien/Entretien-avec-Anthony-Chen-17856.html

Anthony Chen
Né à Singapour en 1984. Passionné de cinéma, il s’inscrit à l’École des études cinématographiques et des médias de Ngee Ann Polytechnic dès l’âge de 17 ans. Il obtient son diplôme de fin d’études avec son court-métrage G-23 qui a été projeté dans de nombreux festivals à travers le monde et a remporté des prix en Europe et en Asie. En 2007, son deuxième court-métrage, Ah Ma (grand-mère), concourt pour la Palme d’Or du court-métrage au Festival de Cannes, et reçoit la mention spéciale. C’est la première fois qu’un film singapourien est récompensé à Cannes. En 2008 Haze, son troisième court-métrage est projeté en compétition au Festival de Berlin.
Parallèlement, Anthony Chen a étudié le cinéma au Berlinale Talent Campus et golden Horse Film Academy.
Il travaille aujourd’hui entre Londres et Singapour. Ilo Ilo est son premier long-métrage après 8 courts-métrages.

Benoit Soler
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/369026/benoit-soler

Yann Yann Yeo
http://www.cinemotions.com/Yann-Yann-Yeo-nm430953

Tianwen Chen
http://www.cinemotions.com/Tian-Wen-Chen-nm1507647

Angeli Bayani
http://www.commeaucinema.com/personne/angeli-bayani,284083

extrait(s) de presse

Nivrae - Ce premier film est d’une remarquable beauté, porté par une interprétation et une direction d’acteur exemplaire...
àVoir-àLire - Le premier film d’Anthony Chen s’impose comme une pépite du cinéma asiatique...
Le Monde - "Ilo Ilo" est un film qui l'air de rien, raconte avec une infinie justesse une crise familiale sur fond de crise sociale.
Film de culte - Plus classique, moins singulier, Chen signe malgré tout une première œuvre convaincante qui va au-delà du simple film-doudou. On est curieux de voir ses prochains longs métrages.
Fiches du cinéma - Bien que se situant au cœur des années 1990 et des propres souvenirs de son jeune réalisateur, Anthony Chen, Ilo Ilo aborde tous ces sujets et éclaire l’actualité d’une lumière douce et pourtant crue.
A voir et à manger - "Ilo Ilo" est avant tout une histoire familiale et même le récit d’une amitié entre deux êtres...