Mort à vendre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Mort à vendre

Mort à vendre

Maroc, France, Belgique - 2011 - 1h57
Sélectionné au Festival de Toronto 2011 Primé au Festival de Berlin 2012 Iris d’or au Festival de Bruxelles 2012 Compétition festival du film francophone Angoulême 2013
film - film francophone
de

Faouzi Bensaïdi

direction de la photographie : Marc-André Batigne
musique ou chansons : Richard Horowitz
avec : Fehd Benchemsi (Malik), Fouad Labiad (Soufiane), Mouchcine Malzi (Allal ), Iman Mechrafi (Dounia), Faouzi Bensaïdi (inspecteur Dabbaz), Nezha Rahil (Aouatif), Mohamed Choubi (Hamdane)
séances : semaine du mercredi 21 août 2013
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
22:00
22:00
17:00*
séance spéciale :
* lun 17:00 salle Bunuel (espace Franquin)

synopsis

Malik, Allal et Soufiane, trois amis, sont des pickpockets à Tétouan. Un jour, ils décident de changer leur destin et ils volent la plus grande bijouterie de la ville. Mais chacun a des motivations différentes pour rejoindre ce projet de vol. Au risque de se fâcher entre eux ? Malik, fou amoureux de Dounia veut la faire sortir de la prostitution. Allal veut devenir le grand ponte du trafic de drogue. Soufiane, lycéen solide et rieur veut se venger de la société en tuant le propriétaire chrétien. Une ville constamment sous un ciel bas et lourd, trois loosers, un rêve de grandeur, une bijouterie, une femme débarque dans la ville...

notes de production

Mort à vendre est le troisième long-métrage de Faouzi Bensaïdi. Il a été choisi par le Centre cinématographique Marocain pour représenter le pays dans la catégorie de l’Oscar du meilleur film étranger. S’il n’a pas été retenu par l’Académie, cela ne l’a pas empêché d’être projeté dans de nombreux festivals. Il a notamment reçu le Prix Panorama à la Berlinale et le Prix du Jury au Festival de Tanger.

Mort à vendre a été tourné à Tétouan dans le nord du Maroc. Faouzi Bensaïdi connaît bien la ville pour y avoir passé ses vacances étant enfant. Le cinéaste avait d’abord prévu de filmer à Tanger. Mais au moment d’écrire le scénario, il s’est rendu à Tétouan et a ressenti une telle émotion qu’il a décidé d’y tourner son nouveau long-métrage. Dans le générique, un remerciement est même adressé à la plage de Tétouan en référence à la première fois où il a vu la mer en 1973.

Le casting de Mort à vendre a été particulièrement long. Non seulement Faouzi Bensaïdi recherchait trois bons jeunes comédiens, mais il désirait également que le trio fonctionne ensemble. Afin de créer cette complicité, le réalisateur n’a pas fait répéter les trois acteurs choisis mais leur a simplement dit d’aller se promener un soir dans les rues de Tétouan. Une tactique qui a parfaitement fonctionné puisqu’ils ont ainsi partagé des expériences communes et leur amitié est devenue tout à fait crédible.

Richard Horowitz signe la bande-originale de Mort à vendre. Le compositeur a reçu un Golden Globe pour Un Thé au Sahara en 1991. Il avait utilisé de la musique marocaine afin de recréer l’ambiance du désert. Pour son troisième film, Faouzi Bensaidi voulait une musique partant de sonorités marocaines pour trouver ensuite une dimension plus orchestrale et lyrique. C’est pourquoi il a fait appel à Richard Horowitz. Selon le réalisateur, ses créations conviennent parfaitement au romanesque de l’histoire de Mort à vendre.

Adolescent, Faouzi Bensaïdi a découvert la comédie musicale et ce fut le coup de foudre. Cette admiration s’exprime aujourd’hui dans ses films par sa volonté de prévoir chacun des mouvements de ses acteurs : je chorégraphie évidemment les scènes de foule, les poursuites, mais également un homme qui ouvre une porte, rentre chez lui et fait les gestes les plus anodins. Il y a une précision du geste et du déplacement qui relève de la chorégraphie. Ça ne veut pas dire que les scènes sont mécaniques ou cérébrales plutôt que ressenties. Chercher à insuffler la vie à l’intérieur de tout ça reste l’essentiel du travail des acteurs et du metteur en scène, explique le réalisateur.

Faouzi Bensaïdi connaît Fouad Labied (qui interprète Soufiane) depuis plusieurs années. Le jeune comédien a déjà joué dans un de ses courts métrages et dans Mille mois, film récompensé à Cannes dans la sélection Un certain regard. Le réalisateur a été metteur en scène de théâtre et aime travailler avec la même équipe. Pour Mort à vendre, il retrouve également les acteurs Nezha Rahil et Mohamed Choubi, l’ingénieur du son Patrice Mendez, l’assistante réalisatrice Amine Lamriki et les producteurs Bénédicte Bellocq et Souad Lamriki.

En plus d’être réalisateur, Faouzi Bensaïdi est aussi acteur. On a pu récemment le voir dans Goodbye Morocco de Nadir Moknèche. Dans Mort à vendre, il incarne un policier. En écrivant le scénario de son film, il ne pensait pas tenir ce rôle. Mais au moment de la préparation du film, les producteurs ont pensé que cela pourrait être une bonne idée. Le cinéaste, qui avoue prendre un réel plaisir à jouer la comédie, a rapidement accepté. Faouzi Bensaïdi est apparu dans ses précédents longs métrages Mille mois (2002) et WWW : What a Wonderful World (2006).
http://fr.wikipedia.org/wiki/WWW._What_A_Wonderful_World

Faouzi Bensaïdi reconnaît filmer les lieux presque comme il filme ses comédiens : il ne s’agit jamais d’une simple toile de fond, je cherche ce moment miraculeux où quelque chose de fort arrive entre les acteurs, la situation, l’émotion, la lumière et l’espace. (…) L’obligation "contractuelle" des films à raconter une histoire a appauvri le cinéma alors qu’il peut être aussi fort, sinon plus, que la photographie ou la peinture qui, elles, s’emparent d’un lieu, d’un élément : une rue, un arbre, un ciel, une montagne et en font des merveilles.

Entretien avec Faouzi Bensaïdi
Quelles sont vos influences cinématographiques ?
Mes influences conscientes sont assez classiques. Welles, Fellini, Hitchcock ont beaucoup compté dans ma jeunesse. Après, j’ai découvert que j’avais des connexions avec d’autres, Kurosawa, Melville, Tati... Mais on a aussi fait le lien entre mon cinéma et des auteurs que je ne connaissais pas du tout, comme Pasolini, Fassbinder, que j’ai découverts vraiment très tard. Il y a des choses qui nous échappent comme ça, c’est mystérieux...
http://www.critikat.com/Faouzi-Bensaidi.html

Faouzi Bensaïdi
Né à Meknès, au Maroc, le 14 mars 1967.
http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=4578
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/305623/faouzi-bensaidi

Marc-André Batigne
http://marcandrebatigne.com/batigne/Accueil.html
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/119216/marc-andre-batigne

Richard Horowitz
Né le 6 janvier 1949 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Horowitz

Fehd Benchemsi
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/374008/fehd-benchemsi

extrait(s) de presse

Jeune Afrique - La réalisation, originale, ne manquera pas de surprendre le spectateur, notamment avec certains plans innovants...
Au fait - Une tragédie moderne sur fond de crime et de polar, faisant de Mort à vendre un véritable film noir...
Euromed - Comment s’inventer, se réinventer une vie, quand, jeune, on reste écartelé entre un rêve de modernité et la réalité sociétale ?