L’Intervallo - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > L’Intervallo

L’Intervallo

Italie, Suisse - 2012 - 1h30
Mostra de Venise 2012
film - version originale sous-titrée en français
de

Leonardo Di Costanzo

scénario : Leonardo Di Costanzo, Maurizio Braucci, Mariangela Barbanente
direction de la photographie : Luca Bigazzi
avec : Carmine Paternoster (Bernardino), Salvatore Ruocco (Mimmo), Antonio Buíl (père de Salvatore), Jean-Yves Morard (le Slave)
séances : semaine du mercredi 31 juillet 2013
mercredi 31 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
18:30
20:30
18:30
20:30
18:45
18:30
20:30

synopsis

Dans un immense bâtiment désaffecté d’un quartier populaire de Naples, Salvatore, un adolescent timide et mal dans sa peau, est contraint par des boss de la Camorra de surveiller Veronica, une jeune fille effrontée. Il ignore totalement les raisons de cette détention. Au cours de la journée, la relation entre les deux adolescents évolue et une certaine complicité s’instaure. Veronica entraîne Salvatore dans l’exploration de leur vaste prison, comme pour éviter de penser au sort qui les attend...

notes de production

D’abord auteur de documentaires, Leonardo Di Costanzo signe avec L’Intervallo son premier long métrage de fiction, dont il a également co-écrit le scénario. Le cinéaste n’a cependant pas occulté totalement le réel de ce film, puisqu’il s’est inspiré de personnes présentes dans l’un de ses précédents documentaires pour écrire deux de ses personnages.

Salvatore Ruocco et Carmine Paternoster ont déjà partagé l’affiche d’un précédent film tourné à Naples sous la direction de Matteo Garrone, Gomorra (2008).
http://www.citebd.org/spip.php?film117

Francesca Riso et Alessio Gallo ont été placés au cœur du processus d’écriture du scénario ; d’abord écrit en italien, les deux acteurs ont pu l’enrichir de leurs propres expressions napolitaines et de leur vécu, pour se l’approprier le plus possible. Non-professionnels, les deux comédiens avaient été repérés dans un atelier d’improvisation.

Ce n’est pas la première fois que Leonardo Di Costanzo s’intéresse à des adolescents confrontés à la délinquance, puisqu’il abordait déjà cette question dans deux de ses précédents documentaires (Un cas d’école, Cadenza d’Inganno) : pour comprendre et raconter ces réalités, j’avais la sensation que je devais le faire à travers des identités en construction. C’était quelque part plus simple d’y accéder qu’au monde des adultes, un monde déjà défini et donc plus impénétrable, explique le réalisateur.

Le tournage de L’Intervallo s’est déroulé principalement dans un ancien hôpital psychiatrique de Naples, laissé à l’abandon, qui s’étend sur plus de deux cent mille mètres carrés. La difficulté liée au travail des décors à été considérable pour rentre l’endroit apte à accueillir le tournage d’un film.

Leonardo Di Costanzo a privilégié la lumière naturelle du sud de l’Italie sur le tournage de L’Intervallo, à part bien sûr pour les quelques scènes nocturnes du film, mises en valeur avec une caméra super 16. Le cinéaste a choisi de la garder sur l’épaule pour suivre les acteurs avec le plus de mobilité possible.

L’Intervallo a été présenté dans la sélection Orizzonti à la Biennale de Venise, où il a reçu le prix Fipresci ; présenté dans plusieurs festivals internationaux, le film a également été récompensé du prix du meilleur film au Festival du Film de Lisbon & Estoril.

Leonardo Di Costanzo
Né en 1958 à Ischia (province de Naples).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Leonardo_Di_Costanz

Maurizio Braucci
http://cineuropa.org/id.aspx?t=filmography&l=fr&did=84182

Mariangela Barbanente
http://cineuropa.org/id.aspx?t=filmography&l=fr&did=73834

Luca Bigazzi
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/137797/luca-bigazzi

Salvatore Ruocco
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=224638.html

Antonio Buíl
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/318899/antonio-buil

extrait(s) de presse

Critikat - "L’Intervallo" représente un nouveau champ pour Leonardo Di Costanzo, puisqu’il s’agit de sa première fiction, qui fait suite à un travail documentaire passionnant (...).
Le Monde - Leonardo Di Costanzo construit de scène en scène un bel équilibre entre sa réalisation, très soignée et précise, et la candeur imperceptiblement tempérée par l'objectif de son jeune duo.
Les Inrocks - Idée géniale sur laquelle tout le film repose : la transposition d’un simple huis clos dans un édifice virtuellement sans limites, qui multiplie à l’infini les possibilités de jeu et de mise en scène.
Libération - C’est toute la beauté du film que ce décor lui-même, tout de rouille, de friches, de ronces et d’herbes folles, dérive doucement pour s’éclairer d’autres lueurs que celles du naturalisme étriqué du scénario d’initiation.
Positif - Di Costanzo réussit le miracle de ne jamais laisser retomber la tension.
Première - En évoquant l'Italie mafieuse sans le moindre flingue, le film prend ses distances avec le traditionnel cinéma criminel. (...) Si la violence est hors champ, la sérénité avec laquelle les deux ados remettent leur destin aux mains de la Mafia est presque aussi effrayante.
Télérama - Di Costanzo, venu du documentaire, signe une première fiction juste et sensible, avec deux comédiens non professionnels épatants.
Paris match - Ce film étrange oscille de la lumière du soleil italien aux ombres de l'inquiétante friche inhospitalière.