Chang, un drame de la vie sauvage - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Chang, un drame de la vie sauvage

Chang, un drame de la vie sauvage

ciné môme - ciné répertoire
Chang, a drama of the wilderness
Usa - 1927 - 1h10
"Chang" fut nommé à l'Oscar de la meilleure production artistique (Unique and Artistic Production) lors de la première cérémonie des Oscar du cinéma en 1929 (la seule année où ce prix fut décerné).
accessible aux enfants à partir de 5 ans
documentaire - film muet
de

Merian C. Cooper, Ernest B. Schoedsack

scénario : Achmed Abdullah
direction de la photographie : Ernest B. Schoedsack
musique ou chansons : Bruce Gaston
avec : Kru (le pionnier), Chantui (son épouse), Nah (le fils), Ladah (la fille), le singe Bimbo, et 500 chasseurs indigènes, 400 éléphants, tigres, léopards et autres habitants de la jungle
séances : semaine du mercredi 8 mai 2013
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
14:00*
14:00
14:30
séance spéciale :
* film inscrit au dispositif Ecole et cinéma tarif unique 3,5 € à toutes les séances

synopsis

Au nord-est du royaume de Siam, dans une petite maison sur pilotis au cœur de la jungle vivent Kru, Chantui et leurs trois enfants : Nah, Ladah, un bébé – sans oublier le singe Bimbo. Leur bonheur est cependant précaire. Leurs animaux domestiques sont protégés des prédateurs par un enclos, qu’une panthère réussit à franchir. De plus, le buffle de Kru est attaqué par un tigre. Kru se rend donc dans son ancien village pour réclamer de l’aide afin de traquer les félins...

notes de production

En 1926, un directeur de la Paramount, enthousiasmé par les films
d’exploration, donne carte blanche à M. Cooper et E. Schoedsack pour
réaliser un mélodrame mettant en scène l’homme, la jungle et les bêtes sauvages, des histoires de tigres mangeurs d’hommes. L’aventure commence selon la devise des trois D de M. Cooper et E. Schoedsack : Distance, Difficulté, Danger.

Chang ne comporte aucun effet spécial ni prise de vue en studio. Tout a été réalisé à partir d’abris. D’où le danger en filmant les bêtes sauvages comme le raconta E. Schoedsack : les livres vous disent qu’aucun tigre ne saute à plus de onze pieds (3,30 m). Pour la scène où le tigre saute au pied de l’arbre, j’avais construit une plate-forme à treize pieds (3,90 m). Je crois qu’il a fait un bond de douze pieds et demi (3,75 m).

Pendant tout ce temps, E. Schoedsack eut la présence d’esprit de garder la mise au point sur l’animal qui est tout près de l’objectif. Pour les quatre cents éléphants, E. Schoedsack et M.Cooper les obtinrent par le prince Yugala, frère du roi du Siam.
La scène cruciale du déferlement des éléphants, devenue légendaire, faillit coûter la vie à E. Schoedsack. Plus de trois cents éléphants sont passés sur la fosse dans laquelle se trouvait la caméra, avant que E. Schoedsack ne puisse sortir de son trou.
A cela il faut ajouter que E. Schoedsack attrapa la malaria et sept villageois moururent du choléra. Le tournage dura quatorze mois.
Comme l’écrit M. Cooper à son père, du Siam en 1926 : cher papa, nous avons vraiment une vie très agitée (...). Nous avons déjà impressionné 80 000 pieds (24 km) de pellicule à réduire à 5 000 pieds (1,5 km). Pauvre Schoedsack, les tropiques le brisent en mille morceaux (...). Moi, je me sens bien, je pense en vous écrivant du Siam, que les entants seront fous de ce film.

Pendant 60 ans, Chang fut considéré comme un film perdu.
Des copies existaient mais les droits du film avaient disparu, tandis que
grandissait l’intérêt porté à M. Cooper et E. Schoedsack, grâce au succès de King kong.
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=260&alpha=11&a=2013&m=3#film

En 1988, Pierce et Doros constituent la société Milestone film
and vidéo
pour distribuer et promouvoir les films oubliés de l’époque du muet.
Ils choisissent pour première mission de retrouver Chang. Obstiné, Pierce découvre en fait que C.V. Whitrtey, personnage mythique de l’histoire industrielle américaine et passionné de cinéma, possède droits et copie du négatif 35 mm, parfaitement conservé. Le film que M. Cooper avait toujours considéré comme sa plus grande réussite, est de nouveau visible.

Parmi les lions, tigres et panthères, on découvre d’étranges petits
animaux : le pangolin, drôle de mammifère sans dents de la famille
des fourmilliers dont le corps est recouvert d’écailles.
La mangouste, petit carnivore de l’Afrique et de l’Asie avec de toutes petites oreilles rondes et une grande queue, que Kru utilise pour éliminer les reptiles et les rats.
Le python, serpent de très grande taille (jusqu’à dix mètres) des forêts
tropicales d’Afrique et d’Asie, qui broie sa proie entre ses anneaux avant de l’avaler.

Chang exerça une influence très grande sur les films ultérieurs, notamment Tarzan, l’homme singe.
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=402&alpha=20&a=2013&m=3#film
Il fut surtout une préfiguration de King kong. La scène du sauvetage du bébé face aux éléphants dans Chang se retrouve dans King kong.

King kong est un des premiers exemples où un cinéaste fait référence à un de ses films antérieurs. Près d’une des stations de métro détruites par le singe géant, on remarque une publicité pour un film : une affiche de Chang

Chang fait appel au mythe, évoque les plus grands (Kipling en premier bien sûr) tout en donnant à voir le lien si familier, universel, qui unit entre eux les membres d’une même famille et fait sourire les enfants. Malgré des cartons denses et bavards, nécessitant parfois un accompagnement, c’est une œuvre à faire découvrir à tous.

Dès les débuts du cinéma, le récit de voyage passionna les foules. Nanouk l’esquimau de Robert Flaherty ou Chang furent d’énormes succès. Chang fut sélectionné par le New York times parmi les dix meilleurs films de l’année. Mais l’arrivée du cinéma parlant jeta aux oubliettes ces chefs-d’oeuvre, dès les années 30. C’est souvent grâce à des passionnés, cinéphiles et collectionneurs, que ces films ont pu être conservés et sauvés.
Le film Chang est sorti pour la première fois le 27 avril 1927 au Rivoli Theater à New York.

Merian C. Cooper
Né Merian Caldwell Cooper le 24 octobre 1893 à Jacksonville (Floride), décédé le 21 avril 1973 à San Diego (Californie).
Rencontre le futur réalisateur Ernest B. Schoedsack sur le quai de la gare de Vienne en 1919...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Merian_C._Cooper

Ernest B. Schoedsack
Né Ernest Beaumont Schoedsack le 8 juin 1893 à Council Bluffs (Iowa), décédé le 23 décembre 1979 à Los Angeles.
Lors de la Seconde Guerre mondiale, est victime d’un grave accident endommageant sérieusement sa vue, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre sa carrière...
http://www.cinemapassion.com/personnalite/fiche-personnalite-65954.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_B._Schoedsack

Achmed Abdullah
http://dvdtoile.com/Filmographie.php?id=120628

extrait(s) de presse

Fiches du cinéma - On retrouve toute l’émotion d’un cinéma révolu. Pendant une heure dix, on est ailleurs, on est heureux.
Télérama - "Chang" est resté le film préféré de Schoedsack et Cooper
Sens critique - Voilà pour moi le chef d'œuvre de Schoedsack et Cooper...
Plan séquence - Le film aligne les exploits avec une démesure gloutonne...