Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN

accueil > la Cité > échos de la Cité > 4e rencontres nationales de la bande dessinée : bande dessinée : un (...)

4e rencontres nationales de la bande dessinée : bande dessinée : un patrimoine vivant : histoire des arts, patrimonialisation et transmission

jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2019

La Cité organise la quatrième édition des Rencontres internationales de la bande dessinée, réunissant différents acteurs du secteur invités à débattre des problématiques professionnelles en cours. Sous le titre Bande dessinée : un patrimoine vivant : Histoire des arts, patrimonialisation et transmission, l’édition 2019 est consacrée au patrimoine de bandes dessinées. Nombre de places limitées : inscrivez-vous !

4e Rencontres Internationales de la bande dessinée
Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2019

Bande dessinée : un patrimoine vivant : Histoire des arts, patrimonialisation et transmission

en partenariat avec le Ministère de la Culture, les États Généraux de la Bande Dessinée, le réseau Canopé16, la communauté d’agglomération GrandAngoulême, la ville d’Angoulême, le Pôle Image Magelis et la Région Nouvelle-Aquitaine.

A la veille de l’Année 2020 de la Bande dessinée, les Rencontres internationale de la bande dessinée, qui succèdent aux trois éditions des Rencontres nationales de la bande dessinée lancées en 2016, se penchent sur l’une des questions les plus essentielles de l’histoire culturelle : celle du patrimoine. Le rapport La Bande dessinée, nouvelle frontière artistique et culturelle – 54 propositions pour une politique nationale renouvelée remis par Pierre Lungheretti avec la collaboration de Laurence Cassegrain au Ministre de la Culture en janvier 2019, proposait la mise en œuvre d’une politique nationale du patrimoine de la bande dessinée.
Le préalable à l’établissement de cette politique nationale du patrimoine de la bande dessinée est la définition de ce patrimoine et des enjeux qui lui sont liés, en tant que biens très largement partagés et qui influent sur la constitution d’une identité culturelle collective.
Cette notion de patrimoine soulève la question du statut même de la bande dessinée au sein de l’histoire des arts. Patrimoine vivant, en permanente évolution créative et technique, de quelle manière la bande dessinée entre-t-elle dans les collections des musées et des bibliothèques ? Et comment rendre accessible ce patrimoine in vivo pour en assurer une meilleure transmission et une plus large diffusion ? Quels rapports les créateurs entretiennent-ils avec la patrimonialisation de leur travail et comment cette patrimonialisation se dessine-t-elle entre collections publiques et privées, archives d’éditeurs et dons d’auteurs, politique d’acquisition et marché de l’art ? Par quels moyens et selon quels axes étudier ce patrimoine transdisciplinaire et protéiforme, pour en développer une meilleure connaissance, mieux le conserver et surtout, davantage le transmettre ?
Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif de rapprocher et confronter les points de vue et les approches, en incluant également la question de l’innovation et des humanités numériques. Pendant ces deux journées de rencontres, seront abordées non seulement les méthodes, pratiques et outils, mais aussi de nouvelles approches théoriques et analytiques qui permettront de renouveler entièrement la perception et le traitement du patrimoine de la bande dessinée.
En ce sens, on pourra s’interroger sur la nature spécifique de la bande dessinée, et ce que celle-ci permet de repenser au profit d’un renouvellement de la notion générale de patrimoine au XXIe siècle. Quel peut être l’apport de la bande dessinée par rapport aux approches patrimoniales traditionnelles du point de vue muséographique, ethnologique, littéraire, linguistique ? De quelle manière la bande dessinée peut-elle contribuer à un développement plus démocratique du patrimoine culturel matériel et immatériel, et comment cet apport peut-il s’organiser à une échelle internationale ? Avec quels enjeux ?

programme ( sous réserve de modifications)

Jeudi 5 décembre

9h00-9h30 Allocution d’accueil par Pierre Lungheretti, directeur général de la Cité
9h30-10h15 Bande dessinée et histoire de l’art : quelle place pour la bande dessinée ?

10h30-11h30 Etudier le patrimoine de la bande dessinée : les enjeux de la recherche sur un corpus culturel

11h30-13h00 Construire un patrimoine de la bande dessinée : résistances et innovations

14h30-15h00 La bande dessinée, une leçon de regard

15h00-16h30 Comment collectionner la bande dessinée ? Critères de distinction, généalogies et transmission

17h00-18h30 Transmettre : quels usages du patrimoine de la bande dessinée ?

18h30-19h00 Conclusion de la première journée
19h00 Cocktail et soirée à la New Factory

Vendredi 6 décembre

9h00-9h45 Les auteurs face à l’Histoire – faire vivre le patrimoine par la création contemporaine

10H00-12H30 Editeurs et auteurs : le patrimoine en construction

14h00-14h30 Vers un meilleur usage du numérique - Présentation de la base de données MediaBD

14h30-16h00 Collectionner : l’art et la passion

16h00-17h00 Conclusion : la bande dessinée fait-elle patrimoine ?

La participation à ces journées d’étude est gratuite sur inscription (recommandée en raison du nombre de places limité).

pour s’inscrire :
contacter par mail
voir le bulletin d’inscription aux rencontres


rencontres internationales de la bande dessinée : quatriéme édition
Bande dessinée : un patrimoine vivant : Histoire des arts, patrimonialisation et transmission
jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2019
vaisseau Mœbius
accès par le 121 rue de Bordeaux
Angoulême