mai 68 et la bande dessinée - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > mai 68 et la bande dessinée

journée d’études

mai 68 et la bande dessinée

25 mai - de 10h30 à 18h30 - auditorium du musée de la bande dessinée

À l’occasion des 50 ans de Mai 68 et dans le prolongement de l’exposition Mai 68, sous les pavés les cases, la Cité consacre une journée d’études ouvertes à tous sur le thème Mai 68 et la bande dessinée.Avec la participation de Nikita Mandryka, Patrick Rotman ou encore Bernard Joubert.

programme de la journée d’études

Mai 68 et la bande dessinée
Auditorium du musée de la bande dessinée
en lien avec l’exposition « Mai 68 : sous les pavés les cases »
présentée au musée à partir du 15 mai

10 h 40 accueil des participants et introduction par Thierry Groensteen, commissaire de l’exposition

10 h 45 Bernard Joubert (chercheur indépendant) :
L’An 01, la veille et le lendemain : une trilogie de Gébé

11 h 15 Benoît Preteseille (doctorant) :
1964-1968 : émergence de la bande dessinée adulte chez l’éditeur Éric Losfeld

11 h 45 Cécile Boulaire & Loïc Boyer (Université François Rabelais de Tours, inTRu) :
Quand la presse catholique fait POP ! Révolution par les bandes dans le magazine Okapi.
12 h 15 Marie-José Mondzain (EHESS) 68 : quand l’université commençait à s’intéresser à la BD

12 h 45 discussion

13 h 30 pause

14 h 45 visite de l’exposition

15 h 15 témoignage de Nikita Mandryka : de Pilote à L’Écho des savanes, Mai 68 vu par la communauté des auteurs

15 h 45 Ronan Lancelot (journaliste) : autour de l’album Célestin Spéculoos, t.2 : Mai 68, de Yann et Bodart

16 h 15 Matthew Screech (Manchester Metropolitan University) :
La cristallisation d’une imagerie de 68 à travers la bande dessinée

16 h 45 pause

17 h Bertrand Tillier (Paris 1) De l’affiche à la bande dessinée : à propos de l’album Mai 68, Histoire d’un printemps, d’Alexandre Franc et Arnaud Bureau

17 h 30 Patrick Rotman (documentariste, scénariste) : autour de l’album La Veille du Grand Soir, de Rotman et Sébastien Vessant

18 h 00 : discussion

18 h 30 : fin de la journée

les intervenants

Né en 1961, Bernard Joubert n’a pas vécu mai 68 à la Sorbonne, mais a eu pour lectures enfantines Hara-Kiri, Siné massacre, l’Enragé et Charlie hebdo, ainsi que de nombreux livres dangereux pour la jeunesse, publiés par Pauvert et Losfeld. Il est journaliste et auteur notamment d’études sur la censure : Before/Après (1979, CRP’), Images interdites (avec Yves Frémion, 1989, Syros-Alternatives), Anthologie érotique de la censure (2001, La Musardine), Histoires de censure (2006, La Musardine), Dictionnaire des livres et journaux interdits (2007, 2e éd. 2011, Cercle de la Librairie), Chez les censeurs (2012, Sancho).

Benoît Preteseille est auteur de bande dessinée et éditeur (chez ION, qui publie des livres de dessins). Dans les livres dont il est l’auteur, il a développé un univers iconoclaste qui tourne souvent autour de cette chose bizarre que l’on nomme l’Art avec un grand A. Il a notamment publié L’Art et le Sang, Maudit Victor, Mardi Gras et Histoire de l’Art Macaque aux éditions Cornélius. Son dernier livre en date, Duchamp Marcel, quincaillerie (éditions Atrabile) est consacré à l’une des figures majeures des avant-gardes du XXe siècle. Il commence en 2017 un doctorat autour des bandes dessinées publiées en France par Eric Losfeld à partir de 1964, sous la direction de Thierry Smolderen (Eesi) et de Stéphane Bikialo (Université de Poitiers). www.preteseille.net

Cécile Boulaire est maître de conférences à l’université de Tours et membre du laboratoire InTRu. Ses recherches portent sur la littérature pour la jeunesse, sous l’angle de l’histoire de l’édition et de l’analyse formelle des albums. Elle anime la revue en ligne Strenæ et co-dirige avec Laurent Gerbier la collection « Iconotextes » aux Presses Universitaires François Rabelais. http://cecileboulaire.fr/

Loïc Boyer est chercheur associé au laboratoire de l’InTRu et designer graphique à Orléans. Il fut illustrateur à Paris, éditeur de fanzines à Rouen et coincé dans la neige à Vesoul. Il est aujourd’hui directeur de collection pour les éditions Didier Jeunesse et il également le fondateur de Cligne Cligne Magazine, publication sur le web consacrée au dessin pour la jeunesse sous toutes ses formes. www.ccmag.fr

Nikita Mandryka publie ses premières bandes dessinées dans Vaillant où il crée le Concombre masqué sous le pseudonyme de Kalkus. La série se poursuivra dans Pilote et, plus tard, aux éditions Dupuis. Avec Claire Bretécher et Gotlib, Mandryka crée L’Écho des savanes, qu’il dirige pendant quelques années, avant de se retirer en 1979. Il est aussi, brièvement, rédacteur en chef de Charlie mensuel. Il obtient en 1994 le Grand Prix de la Ville d’Angoulême. Au cours des années 2010, il publie une dizaine de livres aux éditions Alain Beaulet. Il exerçait en 1968 des fonctions syndicales, comme membre du bureau du SDJE (Syndicat des Dessinateurs de Journaux pour Enfants).

Marie-José Mondzain est philosophe, souvent présentée comme radicale, et spécialiste de l’art, des images et de l’iconoclasme. Elle fut directrice de recherche au Groupe de sociologie politique et morale (EHESS/CNRS). Elle a notamment publié L’Image naturelle (Le Nouveau Commerce, 1995), L’Image peut-elle tuer ? (Bayard, 2002 et 2015), Le Commerce des regards (Seuil, 2003), Qu’est-ce que tu vois ? (Gallimard, 2008) et Confiscation : des mots, des images et du temps (Les Liens qui libèrent, 2017), ouvrage dans lequel elle dénonce notamment la manipulation des mots et des images par ceux qui gouvernent.

Ronan Lancelot est journaliste et critique de bande dessinée, ancien élève de l’Institut d’études politiques de Grenoble. Il a été rédacteur en chef du magazine Fluide glacial de 2000 à 2003. Il est actuellement rédacteur en chef du journal Vocable. Il collabore notamment à ActuaBD et à BoDoï. Il est l’auteur d’une monographie sur le scénariste Yann intitulée Un harem de papier (éd. Thot, 2004).

Matthew Screech est professeur de français à Manchester Metropolitan University. Il a écrit un livre, Masters of the Ninth Art (2005), ainsi que des articles sur Baudoin, Loustal, les adaptations de Voltaire, Tintin dans les caricatures politiques, et les effets de non-sens dans Philémon. Une première communication sur Mai 68 a paru dans Belphégor (Dalhousie University, Nova Scotia) en février 2017. Matthew est un membre fondateur de l’International Bande Dessinée Society et siège au comité de rédaction de la revue académique European Comic Art. Il a été invité à donner des conférences à l’Université Libre de Bruxelles, au Dartmouth College (New Hampshire, USA) et au Musée Hergé (Louvain-la-Neuve).

Bertrand Tillier est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur à l’IDHES (Umr CNRS 8533), où il enseigne la culture visuelle et l’histoire des médias. Historien des images et notamment de la caricature, auxquelles il a consacré de nombreux articles et plusieurs ouvrages, il s’intéresse aux rapports entre les objets visuels et la politique aux XIXe et XXe siècles, dans la perspective d’une histoire culturelle et sociale des imaginaires et des sensibilités. Commissaire d’exposition, il codirige la revue interdisciplinaire Sociétés & Représentations (Editions de la Sorbonne). Il a récemment publié, avec Vincent Chambarlhac et Julien Hage, Le Trait 68, Insubordination graphique et contestations politiques, 1966-1977 (Paris, Citadelles & Mazenod, 2018).

Patrick Rotman est écrivain, enquêteur, scénariste et réalisateur de films documentaires, notamment sur la Guerre d’Algérie. Il a créé et animé l’émission Les Brûlures de l’histoire, diffusée de 1993 à 1997. Il est l’auteur, avec Hervé Hamon, de plusieurs essais à succès, parmi lesquels Génération, sur l’itinéraire des jeunes gens engagés dans les mouvements de gauche, avant, pendant et après 68. 68 est le titre d’un documentaire qu’il réalise en 2008. En coédition avec le Seuil, les éditions Delcourt publient en mars 2018 la bande dessinée Mai 68, la veille du grand soir, écrite par Rotman et dessinée par Sébastien Vassant.

information et inscription
05 45 38 65 63
contacter Thierry Groensteen par courriel

mai 68 et la bande dessinée
25 mai 2018 de 10h30 à 18h30
gratuit
auditorium du musée de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême

acheterles livres de la sélection de la librairie autour de mai68