les choix du café bédé de février 2016 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > les choix du café bédé de février 2016

les choix du café bédé de février 2016

nos lecteurs ont aimé...

Le collectionneur
de Sergio Toppi (Mosquito)

Dandy raffiné aux manières expéditives, le Collectionneur est le seul personnage récurrent dans la longue carrière de Toppi. Pour la première fois réunis dans une intégrale, les cinq albums de la série sont une invitation à un tour du monde échevelé. Le Collectionneur ne recule devant rien pour arriver à ses fins.

acheter Le collectionneur de Sergio Toppi (Mosquito). 35€.

L’apocalypse selon Magda
de Chloé Vollmer-Lo et Carole Maurel (Delcourt)

L’apocalypse annoncée il y a un an n’aura finalement pas lieu ! Tandis que l’humanité tout entière célèbre la nouvelle, Magda, 14 ans, est dévastée. Pourquoi ? Pour le comprendre, il faut revenir en arrière, à ce jour où Magda décide qu’elle mourra sans regrets. D’amours maladroites en paradis artificiels, sous le compte à rebours des saisons, la jeune fille se découvre à elle-même, dans un monde d’adultes dépassés par les événements.

acheter L’apocalypse selon Magda de Chloé Vollmer-Lo et Carole Maurel (Delcourt). 22,95€.

Wonderland
de Tom Tirabosco (Atrabile)

Á travers moult souve-nirs et anecdotes, Tirabosco décrit son entourage et plus particulièrement sa famille, aimante, chaleureuse, et également passablement chamboulée par les coups du sort : de la rencontre de ses parents, façon comédie italienne, à des tensions familiales plutôt houleuses, en passant par la naissance de son frère Michel, physiquement handicapé, et qui deviendra plus tard un musicien renommé - la relation des deux frères, tumul-tueuse et complexe, donne d’ailleurs à lire certaines des pages les plus belles et les plus touchantes jamais dessinées par l’auteur. On y découvrira également comment l’imaginaire de Tirabosco s’est façonné, à travers une large palette d’influences allant de Titien à Walt Disney, ainsi que ses interrogations sur des sujets aussi bien sociaux que politiques.

acheter Wonderland de Tom Tirabosco (Atrabile). 22€.

Entre ici et ailleurs
de Vanyda (Dargaud)

Après une rupture, Coralie, Franco-Asiatique de 28 ans, ressent le besoin d’explorer ses origines. Pour comprendre qui elle est, cette jeune femme va décortiquer son héritage d’enfant d’immigré. Un récit introspectif, un véritable condensé d’émotions tout en douceur. Une quête identitaire contemporaine légère et fraîche comme une brise.

acheter Entre ici et ailleurs de Vanyda (Dargaud). 14,99€.

L’île
de Lorenzo Palloni (Sarbacane)

Dans un futur proche, des régimes totalitaires s’affrontent au cours d’un conflit mondial sans fin... Lors d’un transfert, le fourgon qui transporte un groupe de prisonniers, constitué de femmes, d’hommes et d’enfants, a un accident. Après avoir tué leurs geôliers, les prisonniers s’évadent, et s’enfoncent dans la forêt.... A la tête de la révolte, Antoll prend peu à peu le contrôle total de l’île sur laquelle ils étaient retenus. La vie s’organise sur cette île qui semble désormais oubliée de la guerre. Une démocratie naît, avec des règles identiques pour tous. Jusqu’au jour où, vingt ans plus tard, un étrange soldat échoue sur la plage...

acheter L’île de Lorenzo Palloni (Sarbacane). 21,50€.

Chicagoland
de Sacha Georg et Fabrice Colin (Delcourt)

Alors que le meurtrier est sur le point d’être exécuté, la soeur de la victime, le flic qui a mené l’enquête et le tueur reviennent sur les circonstances de sa mort pour tenter de comprendre ce qui s’est passé. Les apparences sont trompeuses. Seuls leurs trois témoignages pourront révéler la triste vérité. Un récit dramatique renforcé par les dessins élégants de Sacha Goerg.

acheter Chicagoland de Sacha Georg et Fabrice Colin (Delcourt). 17,95€.

Un certain Cervantès
de Christian Lax (Futuropolis)

Cervantès, Mike de son prénom, est un jeune homme plutôt paisible. Pour éviter de menus ennuis avec la police, il s’engage dans l’armée, et le voici GI en Afghanistan. Fait prisonnier par les talibans, évadé, repris, maltraité, il est amputé d’un bras. Exactement comme cet autre Cervantès, Miguel de son nom de baptême, futur auteur de Don Quichotte, qui perdit l’usage de sa main gauche au cours de la fameuse bataille de Lépante le 7 octobre 1571. De retour au pays, à Jerome en Arizona, Mike, comme beaucoup de ces « revenants » de la guerre, se sent déboussolé, devient irritable, oscille entre accès de violence et moments de dépression. Révolté contre une société dure pour les faibles, fou de rage il détruit une succursale de banque, et se retrouve en prison. C’est au pénitencier du comté, où il purge sa peine, qu’il se plonge dans la lecture et découvre, émerveillé, l’oeuvre de son illustre homonyme, Miguel de Cervantès. C’est une révélation : Mike sera le Don Quichotte des temps modernes, en butte à toutes les inquisitions contemporaines, économique, politique ou religieuse, et en lutte contre toutes les formes d’injustice. Mike Cervantès n’écrira pas le remake de l’épopée du « chevalier à la triste figure », mais au volant de sa Mustang, sa Rossinante rutilante modèle 1971, il la vivra pleinement.

acheter Un certain Cervantès de Christian Lax (Futuropolis). 26€.