familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN

accueil > la Cité > actualités de la Cité > recherche : les années 1950-1970 dans la bande dessinée francophone

recherche : les années 1950-1970 dans la bande dessinée francophone

Eliza Bourque Dandridge, de la Duke University

Eliza Bourque Dandridge est doctorante en quatrième année d’Études françaises à Duke University (département Romance Studies) aux États-Unis. Pendant trois mois, elle a travaillé pour sa thèse au centre de documentation de La Cité. Elle n’a pas hésité à s’installer pour cette durée à Angoulême avec mari et enfants.

Eliza Bourque Dandrige s’intéresse particulièrement à la bande dessinée franco-belge. Son Master en Histoire, obtenu en 2008, portait sur la popularité d’Astérix dans les années 1960.
Son travail de thèse actuel porte sur la bande dessinée franco-belge pour adolescents et adultes publiée en France et dans ses (anciennes) colonies entre 1950 et 1970. Elle étudie la visibilité et la lisibilité de l’histoire contemporaine dans les multiples genres de l’aventure historique, tels le western, le flibustier, et l’aventure exotique.

À Angoulême, elle est venu consulter certains journaux et magazines pour enfants, adolescents, et adultes publiés en France entre 1950 et 1970. Elle a passé en revue les publications les plus populaires destinées à l’adolescence (Tintin, Coq Hardi, Vaillant/Pif, Pilote, Lisette), noté les séries, vedettes ou non, qui pourraient être utiles à son travail, et exploré les one-shots, les gags, et le rédactionnel.

« J’ai passé un séjour très agréable et productif à Angoulême ! déclare l’étudiante américaine. J’ai beaucoup apprécié l’accueil chaleureux ainsi que l’efficacité du personnel de la Cité. J’ai profité de la lumière et du calme du nouvel espace de documentation (malgré la pluie quasi-constante !), du musée, des expositions, et surtout de la bibliothèque. J’aurais pu y passer plusieurs années en m’attaquant à la quantité énorme d’albums, de publications, et de documentation. C’était un très grand plaisir de rencontrer Thierry Groensteen et d’autres chercheurs et étudiants travaillant sur la bande dessinée – chose rare aux États-Unis ! »"