cinéma : lulu femme nue, rencontre avec étienne davodeau - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2014 des rendez-vous de la cité > cinéma : lulu femme nue, rencontre avec étienne davodeau

cinéma : lulu femme nue, rencontre avec étienne davodeau

vendredi 31 janvier 2014 à 21h, cinéma de la Cité

À l’occasion de la sortie sur les écrans du cinéma de la Cité du film Lulu femme nue, la Cité, en partenariat avec Le Pacte et les éditions Futuropolis, propose une rencontre avec Étienne Davodeau, auteur de la bande dessinée qui a inspiré ce long métrage réalisé par Sólveig Anspach.

lulu, femme nue

France - 2013 - 1h30
prix d’interprétation féminine (Karin Viard) Sarlat 2013
de Solveig Anspach
scénario Solveig Anspach, Jean-Luc Gaget
d’après l’œuvre d’Étienne Davodeau
avec Karin Viard (Lulu), Bouli Lanners (Charles Castanaud), Claude Gensac (Marthe), Nina Meurisse (Virginie), Pascal Demolon (Richard Castanaud), Philippe Rebbot (Jean-Marie Castanaud), Marie Payen (Cécile), Corinne Masiero (la patronne du bar), Solène Rigot (Morgane), Patrick Ligardes (Serge), Vincent Londez (le drh de l’entreprise), Thomas Blanchard (le réceptionniste).

l’histoire
À la suite d’un entretien d’embauche qui se passe mal, Lulu, interprétée par Karine Viard, décide de ne pas rentrer chez elle et part en laissant son mari et ses trois enfants. Elle n’a rien prémédité, ça se passe très simplement. Elle s’octroie quelques jours de liberté, seule, sur la côte, sans autre projet que d’en profiter pleinement et sans culpabilité. En chemin, elle va croiser des gens qui sont, eux aussi, au bord du monde : un drôle d’oiseau couvé par ses frères, une vieille qui s’ennuie à mourir et une employée harcelée par sa patronne… Trois rencontres décisives qui vont aider Lulu à retrouver une ancienne connaissance qu’elle a perdu de vue : elle-même.

GIF - 63 ko
Etienne Davodeau par Nicolas Guérin (Angoulême, 2011)

étienne davodeau
« Je suis né en 1965 dans les Mauges (c’est une région du Maine & Loire dont le nom viendrait étymologiquement de "MAUvaises GEns" en latin, quand j’ai appris ça, je me suis dit que ça ferait un beau titre pour un livre).
J’y ai passé une enfance formidable. Elle a principalement consisté à me balader avec mes copains dans les champs, à tirer à la fronde d’innocents moineaux puis à ricaner bêtement sur ma mobylette devant les filles.
Partie sur une courbe idéale qui faisait la fierté de mes parents, ma scolarité a reçu en pleine gueule une adolescence tourmentée. S’en est suivi un piqué en flammes assez spectaculaire. Quand je me suis réveillé au milieu des débris , ma main droite cramponnait un document noirci. Il fallait bien me rendre à l’évidence : j’avais mon bac.
À Rennes, je me suis inscrit à la fac, section Arts Plastiques pour une raison qui m’échappe encore. J’y ai étudié (un peu) et dessiné (beaucoup). Avec quelques gaillards qui nourrissaient le même intérêt que moi pour la bande dessinée, nous avons fondé le studio Psurde, modeste association qui nous permit de publier nos premiers travaux, heureusement aujourd’hui introuvables.
Qui étaient ces vaillants pionniers ? Olivier Maunaye, créateur du présent site, Fred Simon (Rails, Le Poisson clown, Popotka, etc.), Jean-Luc Simon (coloriste et dessinateur, pour qui j’ai écrit La Gagne), Joub avec qui j’ai créé Max & Zoé et Geronimo, ainsi que Christophe Hermenier et Thierry Guyader qui ont lâchement abandonné la bande dessinée pour la peinture et la presse.
Après quelques années d’études approximatives mais fort poilantes, j’ai cédé aux encouragements de la femme de ma vie et j’ai écrit le scénario de ce qui allait devenir mon premier livre. Intitulé L’homme qui n’aimait pas les arbres, il s’est niché comme il a pu dans le catalogue Dargaud en 1992.
Depuis cette date, et tant qu’on ne m’en empêche pas, je fais des livres de bande dessinée. »
Étienne Davodeau


quand la bd s’en mêle, carte blanche à étienne davodeau
Chaque année, la Maison des Peuples et de la Paix d’Angoulême réuni le collectif Quand la BD s’en mêle pour proposer des expositions et des actions autour de la bande dessinée. Pour l’édition 2014, la MPP a décidé d’accueillir Étienne Davodeau. Du 30 janvier au 02 février l’association propose 4 exositions consacrées à Étienne Davodeau, des séances de dédicaces quotidiennes (horaires à définir), des projections en boucle du documentaire Avril 50 de Bénédicte Pagnot et du making off de Lulu Femme nue, des concerts le vendredi et le samedi à 20h30 et une soirée-rencontre le samedi à 19h avec Étienne Davodeau.
+ d'info site de la MPP


lulu, femme nue, rencontre avec étienne davodeau

vendredi 31 janvier 2014 à 21h
21h projection de Lulu femme nue
22h30 rencontre avec Étienne Davodeau
tarif unique 3,50 €
cinéma de la Cité
vaisseau mœbius
avenue de Cognac
+ d'info sur le film
acheter la bande dessinée